Nancy, l’école qui n’existait pas. École régionale d’architecture de Nancy (1946-1968)

L’absence d’un décret de création de l’École régionale d’architecture (ERA) de Nancy, qui semble néanmoins avoir bel et bien existé dans la seconde moitié du XXe siècle, a motivé la présente recherche. Nous proposons ici, à travers une approche historique de cet établissement, d’éprouver son existence en nous basant sur des sources archivistiques[1] et quelques témoignages[2].

Une école statutairement inexistante… ?

L’institution d’un enseignement de l’architecture à Nancy remonte à la fin du XIXe siècle. L’annexion de l’Alsace et de la Moselle à la Prusse en 1871 fit alors de la ville la nouvelle capitale de l’Est de la France. Sous l’impulsion de l’artiste messin Théodore Devilly (1818-1886), nommé directeur de l’École de dessin, l’enseignement artistique à Nancy prit alors une nouvelle dimension. Ainsi, en 1881, la fusion de l’établissement avec l’École de sculpture donna naissance à l’École régionale des beaux-arts, au sein de laquelle se développa un enseignement de l’architecture[3].

Le décret du 23 janvier 1903 autorisa la création d’Écoles régionales d’architecture (ERA) et la municipalité de Nancy fut sollicitée dans les jours qui suivirent sa publication, car l’Administration du ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts souhaitait créer une ERA dans l’Est de la France, à Nancy. Un an plus tard[4], le ministre, Joseph Chaumié (1849-1919), confirma à la municipalité le projet de création d’une ERA et sollicita la signature d’une convention qui permettrait la publication immédiate d’un décret la rendant effective. Le sujet fut traité lors du conseil municipal du 17 février 1904, après que les commissions d’administration et des finances se furent prononcées en faveur du projet. Néanmoins, Louis Lanternier (1859-1916) et Henri Gutton (1851-1933), tous deux conseillers municipaux et architectes, s’y opposèrent, considérant qu’il n’y avait qu’à l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA) de Paris qu’il était possible « de faire de bons architectes ». Suivant l’avis de ces deux professionnels, l’assemblée municipale décida alors que la Ville n’avait pas intérêt à prendre en charge les dépenses qui lui incomberaient pour l’organisation d’une ERA à Nancy, ce qui signifiait un refus du projet[5]. Celui-ci n’impliqua pas la fin du débat et des discussions quant à la création de cet établissement, les architectes locaux et les sociétés d’architectes se montrant très partagés sur la question, comme en témoignent les publications parues dans la revue professionnelle L’immeuble et la construction dans l’Est[6].

L’architecture faisait néanmoins partie des principaux enseignements dispensés lorsque l’École régionale des beaux-arts de Nancy fut réorganisée en 1919 – quand Victor Prouvé (1858-1943) en prit la direction – et prit alors le titre d’École municipale et régionale des beaux-arts et des arts appliqués (ERBAAA). De fait, sur les six professeurs titulaires qui composaient le personnel enseignant, l’un était professeur d’architecture[7]. Citons tout spécialement les architectes Lucien Bentz (1866-1943), en charge de cet enseignement entre 1895 et 1922, et Fernand César (1879-1969), entre 1923 et 1945[8]. Néanmoins, c’est bien à Paris que les élèves nancéiens de la section préparatoire en architecture devaient poursuivre leurs études s’ils étaient admis en seconde classe[9].

Si la création d’une ERA à Nancy fut refusée par les autorités locales en 1904[10], une évolution notable eut lieu durant la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, le décret du 21 octobre 1943 paru au Journal Officiel le 29 octobre 1943 autorisa l’« École régionale des beaux-arts et des arts appliqués de Nancy, rattachée à l’école régionale d’architecture de l’Île-de-France » à « préparer au diplôme légal d’architecte (enseignement complet) ». Le décret ne portait cependant pas sur la création d’une École régionale d’architecture, même s’il offrait à l’établissement nancéien la possibilité de former les étudiants au même titre que les ERA.

À partir de 1946, l’École fonctionna cependant comme si elle était une ERA, et ce en l’absence de tout décret ou texte officiel entérinant une telle création. Charles Mathonat, directeur de l’ERBAA et de l’ERA de Nancy de 1946 à 1960, écrivit en 1947 en mentionnant son prédécesseur (sans préciser s’il s’agissait d’Henri Marchal (1878-1942), directeur en 1943, ou de Clément Goyenèche (1893-1984), directeur entre 1944 et 1945, année durant laquelle lui-même prit cette fonction) :

« C’est par arrêté du 21 octobre 1943, paru au Journal Officiel du 29 octobre 1943 page 2797, que sur la proposition du Conseil Supérieur de l’Architecture, l’École régionale des beaux-arts et des arts appliqués de Nancy a été autorisée à préparer le diplôme légal d’architecte. Mon prédécesseur s’est contenté de prendre acte de cette décision sans passer à l’exécution, ce qui fait que de 1943 à 1946 l’École régionale d’architecture n’existait que sur le papier – cette lacune fut comblée l’an dernier[11]. »

Toutefois, le décret du 21 octobre 1943, comme nous l’avons vu précédemment, ne fait aucunement mention de la création d’une ERA. De plus, l’absence de mention de l’ERA Nancy dans les procès-verbaux du conseil supérieur de l’enseignement des beaux-arts[12] et l’absence de dossier ou de fonds spécifique consacré à cet établissement dans les archives locales[13] ne plaident pas en faveur de la création effective d’une ERA de Nancy. Il semble néanmoins qu’il y ait eu une certaine ambiguïté et des « frontières » poreuses entre la potentielle ERA de Nancy et l’ERBAA, qui participaient à brouiller les pistes. En effet, les directeurs des deux établissements étaient la même personne, l’ERA occupait une partie des locaux de l’École des beaux-arts (avenue Boffrand) et l’on trouvait de nombreuses erreurs ou coquilles dans la presse ou dans les procès-verbaux du conseil municipal, qui jetaient le flou sur l’existence effective d’une ERA. Ainsi, à titre d’exemple, le maire de Nancy lui-même affirmait en mai 1950 : « Il est certain que M. Mienville, le directeur de l’École d’architecture, a réussi, d’une manière absolument magnifique, à créer des cours d’architecture à notre École nationale des beaux-arts, et je trouve que ses efforts méritent certainement un grand encouragement[14]. » Outre le fait que Roger Mienville (1909-1951) n’était pas le directeur, mais le chef d’atelier de l’ERA de Nancy, la mention de cette création au sein de l’École des beaux-arts, nationalisée en 1946, était également fausse, mais participait de l’ambiguïté générale liée à cet établissement. Dernier point : un Conseil de surveillance et de perfectionnement[15] semblait traiter tant des affaires de l’École des beaux-arts que de celles de l’ERA, ce qui ajoutait de la confusion quant aux relations entre ces deux institutions…

Le fonctionnement de l’ERA de Nancy : une réalité

Au-delà du cafouillage exposé ci-dessus, il semble néanmoins que l’ERA de Nancy ait eu une existence relativement tangible. En témoignent les papiers à en-tête utilisés par le directeur de l’établissement[16] pour communiquer tant avec la municipalité qu’avec l’ENSBA ou les services de l’État à Paris, mais aussi de nombreuses estampilles[17], qui sont sans équivoque quant à l’existence d’une « École régionale d’architecture de Nancy ».

Le 3 février 1943, Louis Hautecœur (1884-1973) faisait savoir au directeur de l’ERBAAA de Nancy que « le Conseil supérieur de l’architecture [était] disposé à examiner la possibilité de créer à Nancy une École régionale d’architecture[18] ».  L’été suivant, le même directeur expliqua au maire de Nancy :

« Il semble que l’École de Nancy ne puisse être agréée comme École régionale d’architecture du fait que l’effectif du personnel enseignant ne comprend pas tous les professeurs exigés. Néanmoins, la création d’une École régionale d’architecture à Nancy reste subordonnée à votre décision, Monsieur le maire, si vous preniez l’engagement de nommer les professeurs ou chargés de cours (trois tout au plus) qui permettraient de faire face aux besoins du cycle complet des études[19]. »

Figure 1 : Cartographie présentant la distance entre Nancy et les autres villes accueillant une ERA ou l’ENSBA [vers 1943] (AMN, 1R303)

L’Alsace et la Moselle ayant été annexées de facto à l’Allemagne nazie, il n’y avait alors plus d’ERA dans l’Est de la France, puisque celle de Strasbourg avait fermé, ce qui justifiait d’autant plus la création d’une telle structure à Nancy (Fig. 1).

Une fois la Deuxième Guerre mondiale achevée et l’ERA de Strasbourg rouverte, cela n’empêcha pas Nancy d’aspirer à faire vivre un tel établissement en son sein. Ainsi Charles Mathonat, nouveau directeur de l’ERBAAA de Nancy, proposait-il au maire de Nancy en janvier 1946 la création de trois nouveaux cours (construction ; physique et chimie ; législation du bâtiment) « afin de compléter la formation de [la] section “Bâtiment” » de l’École. Il lui proposa alors que ces cours, « comme celui d’histoire de l’art, [puissent] passer au budget “École régionale d’architecture” lorsque celle-ci [serait] en état de fonctionner[20]. » L’ERA n’était ainsi pas encore « en état de fonctionner » en janvier 1946, mais les lignes budgétaires nécessaires commençaient à être dégagées. La situation se débloqua rapidement puisque dès le 27 juin 1946, Mathonat transmit au maire le programme rédigé et détaillé de la nouvelle École régionale d’architecture[21] et le 23 juillet, une exposition de dessins et projets du concours d’admission à l’ERA de Nancy ouvrait dans les locaux de l’ERBAAA [22].

Sans qu’aucun décret spécifique de création ne paraisse, mais bien sur la base de celui du 21 octobre 1943, l’ERA de Nancy ouvrit ses portes le 1er octobre 1946, sur l’initiative de Mathonat et grâce à la participation financière de la municipalité. Elle n’accueillait alors qu’un seul élève et prenait place dans les locaux de l’École des beaux-arts, devenue nationale ce même 1er octobre. Nancy présentait ainsi la particularité d’être une ERA rattachée à une École nationale des beaux-arts, bien qu’elle-même demeura pour sa part « régionale ». Une note de 1957 relative à l’organisation de certaines ERA rappellait bien qu’aucune ERA n’avait « expressément la qualité d’école nationale », listant néanmoins trois particularités : l’ERA de Strasbourg qui figurait au budget de l’État et les ERA de Nancy et d’Alger, rattachées pour l’une à l’École nationale des beaux-arts et des arts appliqués de Nancy et pour l’autre à l’École nationale des beaux-arts d’Alger[23]. Notons enfin que malgré le rattachement national de l’une et régional de l’autre, l’administration était partagée entre ces deux établissements nancéiens, ce qui permettait de diminuer les frais de fonctionnement. Le succès fut par ailleurs au rendez-vous, dépassant les espérances de Mathonat, au point de pousser ce dernier à envisager un agrandissement du local tout juste un an après l’ouverture de l’ERA[24]. Ce fut donc avec une certaine réussite que l’ERA fonctionna pendant une vingtaine d’années.

Quand Mathonat (directeur entre 1946 et 1960) devint inspecteur des beaux-Arts, il fut remplacé à la direction par Jean Moreau (entre 1960 et 1969), un ancien des « Arts déco », élève de Fernand Léger et de Bourdelle, qui avait au préalable dirigé l’École des beaux-arts de Dijon pendant quinze ans[25].

Trois chefs d’ateliers se succédèrent à l’ERA de Nancy. Le premier fut l’architecte local Roger Mienville, qui fut chef d’atelier entre 1946 et 1951, date à laquelle il décéda tragiquement. Il fut alors remplacé entre 1952 et 1957 par Paul La Mache (1918-1999), auquel succéda Michel Folliasson (1925-2011) entre 1957 et 1969.

Figure 2 : Document de présentation de l’ERA de Nancy, s.d. (AMN, 1R303)

Concernant le financement de l’institution, une ligne budgétaire spécifique fut consacrée à l’ERA de Nancy par la commune dans son budget prévisionnel à partir de 1946. Alors que le budget prévisionnel était de 910 525 francs pour 1947, il s’élevait à 1 301 645 francs pour l’année 1948 (1 096 645 francs pour les dépenses de personnel et 205 000 francs pour les dépenses de matériel)[26] et augmenta régulièrement jusqu’en 1968. Autre élément important, l’État contribuait au financement de l’ERA de Nancy en apportant une subvention qui s’élevait à 1/3 des dépenses, soit le pourcentage prévu dès la création des ERA en 1903. Cette participation financière traduit finalement une validation institutionnelle de la réalité de cette nouvelle ERA.

Parallèlement à cette mise en place administrative et institutionnelle, le nombre d’élèves admis en seconde classe intégrant l’ERA de Nancy augmentait, la presse régionale se faisant régulièrement l’écho de ces admissions. Ainsi, sur les 870 candidats à se présenter à l’échelle nationale au concours de juin 1948 pour les 110 places ouvertes, 6 furent admis pour l’ERA de Nancy et bénéficièrent par ailleurs d’un bon classement (Tauvel, 4e ; Ferracci, 6e ; Kowalski, 11e ; Hoppe, 45e ; Jankovic, 51e ; Oualid, 557e)[27]. Avec deux élèves supplémentaires admis en octobre 1948, l’ERA de Nancy comptait alors 25 élèves en seconde classe et 25 en préparatoire[28]. À l’été 1949, sur les 12 candidats nancéiens présentés, pas moins de 7 furent reçus, Abel Lucca (1927-2016) offrant à l’ERA de Nancy la fierté d’être le candidat le mieux classé de France, devançant le premier Parisien de 106 points sur un total de 1242 [29]. En septembre, Maurice Baier (1923-2016), élève de l’ERA associé à Robert Anxionnat (1928-1995), élève de l’EBA de Nancy, furent classés seconds lors d’un concours national ouvert aux élèves de 1ère et de 2nde classe ; le concours, organisé par André Wogensky (1916-2004), visait à projeter une villa pour habitation familiale, qui devait être édifiée à Royan[30].

Ces différents succès de la jeune ERA furent couronnés en 1950, puisqu’un décret du ministre de l’Éducation nationale conféra au diplôme de l’ERA de Nancy la parité avec celui de l’ENSBA[31]. Par arrêté du 13 avril 1950 (JO du 22 avril 1950), l’atelier de l’ERA de Nancy fut autorisé à envoyer un représentant aux jurys des concours, bien qu’il ne possédât pas les 30 élèves régulièrement inscrits nécessaires pour permettre une telle représentation[32].

Ouverture

Les éléments présentés ci-dessus tendent à accréditer l’hypothèse que malgré l’absence d’un décret mentionnant de façon explicite la création de l’ERA de Nancy, son fonctionnement fut une réalité, puisqu’il était reconnu tant à l’échelle locale que nationale, bénéficiant par ailleurs de financements de la municipalité de Nancy et de l’État.

Plusieurs hypothèses peuvent être émises concernant cette situation assez singulière – qui peut être rapprochée sur certains points avec d’autres ERA, comme Clermont-Ferrand. Tout d’abord, s’il a fallu attendre entre le décret du 21 octobre 1943 et 1946 pour que la création de l’ERA de Nancy soit concrétisée, la succession rapide de maires et de directeurs sur cette période de trois ans n’y est sans doute pas étrangère, ne facilitant guère la mise en place de cette nouvelle structure[33]. Ensuite, le décret du 21 octobre 1943 autorisait l’ERBAAA de Nancy à préparer les élèves architectes au diplôme sous l’égide de la nouvelle et éphémère ERA de l’Île-de-France, dissoute par décret le 26 février 1945. Ce dernier stipulait que les élèves des ERA « continueraient leurs études dans leurs établissements respectifs » et seraient inscrits à l’ENSBA. Se retrouvant dans un vide administratif du fait de la disparition de l’ERA de l’Île-de-France, Nancy a pu en profiter pour affirmer en 1946 l’existence de son ERA[34]. Par ailleurs, un arrêté du 27 février 1945 affirmait que les élèves de l’ERA de Nancy, « filiale directe » de l’ENSBA, obtenaient « les mêmes droits et le bénéfice du même titre “d’architecte DPLG” que ceux de Paris »[35].

Quoi qu’il en soit, de Jean-Luc André à Guy Wumser, en passant par Maurice Baier, André Filliatre, Louis Fleck, Claude Goclowski, Antoine Jankovic ou encore Claude Prouvé, ce furent plus d’une centaine d’élèves qui furent formés au sein de l’ERA de Nancy, une école à l’histoire singulière, mais dont l’existence ne peut finalement guère être remise en cause.

Figure 3 : Une école d’architecture, par Alain Demange (élève de Michel Folliasson, ERA de Nancy), 1ère médaille, prix des Anciens. (Source : ENSBA, Les concours d’architecture de l’année scolaire 1964-1965, Vincent & Fréal)

Pierre MAURER

École d’architecture de Nancy, LHAC. Université de Strasbourg, laboratoire ARCHE

Contribution à l’ANR EnsArchi, Axe 1 : Écoles, régions, nations et au-delà

[1] Dossiers concernant l’ERA et l’École des beaux-arts de Nancy (Archives municipales de Nancy et Archives départementales de Meurthe-et-Moselle) ; budget communal (Archives municipales de Nancy) ; Archives nationales ; presse locale (L’Est républicain).

[2] Je remercie en particulier Jesùs Ramos-Ibanes, mais aussi Françoise Schatz, André Vaxelaire et Jean-Claude Vigato, pour le temps qu’ils ont bien voulu me consacrer.

[3] BARRY D. H., « La renaissance de l’enseignement artistique à Nancy après 1871. Le rôle de Théodore Devilly », Le Pays Lorrain, 1979, n°1, p. 46.

[4] Le 4 février 1904.

[5] Archives municipales de Nancy (AMN), 1D 469/1, compte-rendu du conseil municipal (CRCM) du 17 février 1904, Projet de convention pour la création d’une École régionale d’architecture

[6] Ex : MICQUE Jean, « Écoles régionales d’architecture », L’immeuble et la construction dans l’Est, 31 juillet 1904.

[7] École municipale et régionale des beaux-arts et des arts appliqués. Règlement organique, Nancy, Imprimerie A. Humblot & Cie, 1920, p. 3, 4 et 6.

[8] MARSEILLE Gilles, « Capitale capitale. Ou comment Nancy s’en remit à Paris pour former l’élite architecturale de Lorraine (1881-1946) », HEnsA20, cahier n°10, octobre 2021, p. 20-29.

[9] AMN, 1R303, CM du 12 juin 1947, « École régionale d’architecture. Fixation d’une rétribution scolaire ».

[10] Pour plus d’informations, voir ces deux travaux récents : MARSEILLE Gilles, op. cit. ; DOUCET Hervé, La création de l’école d’architecture de Nancy. Généalogie d’un rendez-vous manqué [en ligne], publié le 30 septembre 2021, disponible sur : https://ensarchi.hypotheses.org/1845

[11] AMN, 1R303, Courrier de Charles Mathonat, directeur de l’ERA de Nancy, au secrétaire général de la Ville de Nancy, 7 mai 1947.

[12] Merci à Shahram Abadie, qui m’a transmis cette information après avoir dépouillé le fonds concerné aux Archives nationales.

[13] Aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, il existe un dossier consacré à l’École des beaux-arts dans lequel se trouvent quelques documents relatifs à l’ERA de Nancy (14ETP52), ainsi que les dossiers individuels des enseignants de cette institution.

[14] AMN, CRCM 5 mai 1950.

[15] AMN, 1R303.

[16] AMN, 1R303, divers échanges de courriers, de 1946 à 1968.

[17] Ces estampilles sont issues du fonds ancien de la médiathèque de l’École nationale supérieure d’architecture de Nancy. Aimablement transmises à l’auteur par Isabelle Bradel.

[18] AMN, 1R3003, Courrier de Louis Hautecoeur au directeur de l’École des beaux-arts de Nancy, 3 février 1943.

[19] AMN, 1R303, Courrier du directeur de l’École des beaux-arts de Nancy au maire de Nancy, 18 juin 1943.

[20] AMN, 1R303, Courrier de Charles Mathonat, directeur, au maire de Nancy, 16 janvier 1946.

[21] AMN, 1R303, Courrier de Charles Mathonat, directeur, au maire de Nancy, 27 juin 1946, et pièces jointes.

[22] « École régionale d’architecture », L’Est Républicain, 23 juillet 1946.

[23] Archives nationales, AJ/52/1045, Note relative à l’organisation de certaines écoles régionales, novembre 1957.

[24] AMN, 1L104, BP1948, Courrier de Charles Mathonat au maire de Nancy, 22 décembre 1947.

[25] « À l’École des beaux-arts. M. Moreau appelé au Louvre. M. Vahl, directeur intérimaire avenue de Boffrand », Le Républicain Lorrain, 15 janvier 1969.

[26] AMN, 1L102, Budget primitif de 1947 ; 1L104, Budget primitif de 1948.

[27] « Élèves admis à l’École régionale d’architecture », L’Est Républicain, 30 août 1948.

[28] « Deux nouveaux succès pour l’École régionale d’architecture », L’Est Républicain, 31 décembre 1948.

[29] « École des beaux-arts. M. Abel Lucca est reçu premier candidat de France », L’Est Républicain, 15 septembre 1949.

[30] « École des Beaux-Arts. MM. Anxionnat et Baier se classent seconds au Concours National des Élèves de 1re et 2e année », L’Est Républicain, 29 septembre 1949.

[31] AMN, CRCM 5 mai 1950, Annonce de M. le Dr Jacson.

[32] Archives nationales, AJ/52/1046, courrier du directeur de l’ENSBA Nicolas Untersteller, 5 mai 1950.

[33] Maires : Camille Schmitt de décembre 1933 à septembre 1944, Jean Prouvé de septembre 1944 à mai 1945, Pierre Donzelot de mai 1945 à mars 1946, Henry Sirguey de mars 1946 à octobre 1947 ; directeurs : Henri Marchal en 1943, Clément Goyenèche en 1944 et Charles Mathonat en 1946.

[34] Merci à Daniel Le Couédic, qui a formulé cette hypothèse.

[35] AMN, 1R303, Affiche présentant l’ERA de Nancy.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Maurer (23 avril 2022). Nancy, l’école qui n’existait pas. École régionale d’architecture de Nancy (1946-1968). EnsArchi. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/of93


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search