Les lieux de culte dans les concours scolaires d’architecture (1906-1967)

RÉSUMÉ :

Cette analyse, inscrite au sein des études typologiques des concours scolaires d’architecture donnés à l’ENSBA entre 1906 et 1967, s’intéresse au cas des lieux de culte. Les cinquante-six occurrences sont interrogées aux prismes de la formulation des sujets et des rendus graphiques des élèves publiés annuellement aux éditions Auguste Vincent / Vincent, Fréal & cie. La lecture des programmes permet d’identifier leur lien avec les idées des professeurs de théorie en matière d’architecture cultuelle, avec les événements historiques ainsi qu’avec le renouveau de la liturgie et des usages des édifices religieux au XXe siècle. Les projets d’élèves, mobilisant tantôt des références suggérées par les sujets, tantôt d’autres corpus issus d’une production bâtie contemporaine, offrent une seconde grille d’analyse. Sujets et projets peuvent être réunis en ensembles typologiques qui se succèdent et se superposent au cours de la période. Parmi ceux-ci, certains résultent de conceptions traditionnelles qui évoluent lentement ; d’autres sont en phase avec les problématiques et les réalisations les plus innovantes de leur temps.


Entre 1906 et 1967, les élèves de l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA) se voient proposer cinquante-six concours d’architecture portant sur des lieux de culte[1], quasi-exclusivement chrétiens[2]. Cette famille architecturale, qui connaît au cours du XXe siècle des transformations programmatiques et spatiales profondes, liées au renouvellement des conceptions artistiques, liturgiques et pastorales[3], a une importance marquée dans le discours des professeurs de théorie. Ainsi, Julien Guadet dédie le tome III de ses Éléments et théorie de l’architecture à l’édifice religieux, « qui a précédé tous les autres dans le progrès, qui a fourni les modèles et les traditions[4] » ; tandis que l’habitat et les lieux publics et commerciaux sont réunis dans le deuxième tome. Guadet, qui considère que « le programme de l’église est presque identiquement aujourd’hui ce qu’il était il y a quinze siècles[5] », s’appuie essentiellement sur l’antiquité, le Moyen Âge, la Renaissance ; il ne cite que quelques églises du XVIIIe siècle et une seule, la Madeleine, pour le XIXe siècle[6]. En 1956, André Gutton, croyant et pratiquant engagé[7], consacre le tome IIIa des Conversations aux édifices religieux et y réserve au contraire une part considérable aux réalisations de son temps[8], s’intéressant aux évolutions conjointes des usages et des espaces : « l’église dans ses formes “vivantes” a écrit l’histoire de l’architecture – toutefois ce livre ne sera pas un livre d’histoire[9] ». Les approches successives du cultuel par le corps enseignant peuvent aussi être retracées par l’étude des sujets de concours, à travers leurs éléments de programme, leurs narrations, les éventuels exemples de réalisations proposés. Reflètent-ils l’actualité des événements historiques ou des courants de pensée religieux et architecturaux ? En regard, l’analyse des projets d’élèves permet une seconde lecture : portent-ils trace des remises en question contemporaines, parfois radicales, de la conception des lieux de culte ? Quelles références bâties ou publiées mobilisent-ils ?

1.       Répartition des sujets portant sur des lieux de culte (1906-1967)

La fréquence selon laquelle le programme cultuel est proposé au cours de la période est variable (fig.1). Seuls cinq sujets apparaissent entre 1906 et 1915, tandis que la seule année 1918 en compte autant. Après ce pic observé dans le cadre de la commémoration qui suit la Grande Guerre, le nombre de sujets va décroissant jusqu’aux années 1930 avant une ré-augmentation progressive, possible impact de la création des Chantiers du Cardinal (1931) qui replacent le projet cultuel dans l’actualité. L’après-Seconde Guerre mondiale voit une présence régulière des sujets, avec une diminution dans les années 1960. De même que dans les Éléments de Guadet – où un seul chapitre, parmi les vingt-cinq constituant le  tome III, décrit brièvement les « édifices religieux non catholiques[10] » – très peu de concours portent sur d’autres confessions que le catholicisme. Ainsi, sur cinquante-six occurrences, seuls deux concours concernent des temples protestants, auxquels s’ajoutent une mosquée, une synagogue puis, en 1936, un minaret. Celui-ci n’est plus suivi, jusqu’en 1967, que de sujets portant sur des lieux de culte catholiques, malgré l’intérêt montré par Gutton, dans les Conversations, pour les temples protestants[11]. Au sein du corpus catholique, des programmes variés sont choisis : vingt chapelles, quinze églises (dont une au sein d’une université et une dans un monastère), deux baptistères, des éléments de mobilier ou parties d’édifices. L’échelle des projets est adaptée au type d’épreuve : aux 2e classe et premiers essais du Prix de Rome, les chapelles et baptistères ; aux esquisses de 1reclasse et concours d’ornement, le mobilier et parties d’édifices ; aux rendus de 1re classe et concours définitif du Prix de Rome, les projets plus complexes, avec des programmes élaborés détaillant les usages des lieux de culte et de leurs annexes. Enfin, le format des concours concernés évolue : le corpus est exclusivement composé de concours d’émulation jusqu’au concours Roux de 1922, date à partir de laquelle les fondations prennent une place croissante tandis que les concours d’émulation se font plus rares.

Figure 1 : Répartition chronologique et thématique des sujets portant sur des lieux de culte, 1906-1967. C. Rivière, 2021

2.       Éclectisme stylistique et tradition de la composition (1908-1938)

Dans son sujet pour La chapelle d’un château (rendu 1re classe, 1908), Guadet énonce des dispositions programmatiques et spatiales inspirées des exemples présentés dans son cours[12] ; en outre, les élèves sont « invités à indiquer dans quelle région de la France ils supposent cette construction[13] » afin, conformément à la pensée du professeur, d’adapter leurs choix aux spécificités constructives locales. Les projets primés ne se distinguent pas par l’originalité de leurs plans, dictés par la précision du sujet, mais montrent une virtuosité de représentation d’éléments stylistiques hybrides, mélangés, du roman au baroque. Ils adoptent les hautes toitures qui selon Guadet « concour[ent] à la silhouette et à la beauté de l’édifice[14] ». En 1913, le programme rédigé par Victor Blavette pour Une église (rendu 1re classe) esquisse une distribution traditionnelle de grande église du Moyen Âge :« nef pouvant être divisée en nef proprement dite, transept et chœur avec ou sans chapelles rayonnantes ; quelques chapelles latérales ouvrant directement sur la nef ou sur une circulation entourant la nef et le chœur ; la chapelle de la Vierge ; (…) un ou deux clochers[15] ». La majorité des projets primés emploient ainsi des plans similaires, tandis que leurs enveloppes s’inscrivent dans un langage historique choisi, allant jusqu’à citer fidèlement l’élévation de la cathédrale de Reims, complétée par deux flèches (fig.2). Cette approche de la rédaction des sujets, guidant les élèves vers des compositions traditionnelles, perdure jusqu’à la Seconde Guerre mondiale pour les chapelles, baptistères et églises paroissiales. Georges Gromort indique, pour Une église cathédrale (rendu 1re classe, 1938) que ce programme « a été étudié, au cours des siècles, avec une variété qui ne laisse guère qu’à glaner après eux[16] ». Pour ces types d’édifices, les plans proposés dans les rendus ne sortent que rarement des préconisations des sujets. Les répertoires stylistiques choisis par les élèves continuent d’osciller entre éclectisme et historicisme, avec une ornementation parfois chargée, malgré l’introduction progressive de nouvelles conceptions. Deux sur trois des rendus pour Une église cathédrale et les quatre projets pour La chapelle d’un château (Gromort, rendu 2e classe, 1938) usent ainsi des frontons, des volutes, des roses, des arcatures ou des portails à tympans sculptés.

Figure 2 : Deux projets pour Une église, concours d’émulation rendu 1re classe, 1913 (Blavette). Les concours d’architecture de l’année scolaire 1912-1913, Paris, ed. A. Vincent

3.       Engouement pour les coupoles néo-romano-byzantines (1913-1935)

Concomitamment, un autre ensemble de projets illustre l’influence exercée par deux événements majeurs, contemporains des concours étudiés : les « éblouissants relevés[17] » d’Henri Prost à Sainte-Sophie, exposés à l’ENSBA ; et le concours remporté par Paul Abadie pour le Sacré-Cœur de Montmartre, bien que peu apprécié de Guadet[18]. Leur impact, identifié sur la production bâtie de la période[19], se ressent aussi sur les rendus d’élèves avec un nombre considérable, entre 1913 et 1920, de projets à coupoles, d’inspiration romane et byzantine. Le choix de ce type architectural, où les coupoles uniques vont de pair avec des plans ramassés ou centrés, est favorisé par l’énoncé des sujets concernés. En effet, sous la plume de Blavette se succèdent quatre confessions : temples protestants (1912 et 1920), église catholique (1913), mosquée (1914) et synagogue (1920)(fig.3). Ce sont là les seules apparitions, dans les concours, de la diversité confessionnelle[20]. Celle-ci, outre les explorations stylistiques, invite également à la variété typologique. Si pour Une église, les projets sont majoritairement sur plan en croix latine et de style néo-médiéval (fig.2), l’un présente un plan ramassé avec trois travées précédant un grand espace central surmonté d’une coupole à lanterne. Dans le cas d’Une mosquée, les rendus alternent coupoles uniques et files de coupoles. Pour Une synagogue, Blavette indique que « les besoins du culte n’imposent aucune forme spéciale pour la nef[21] » ; les quatre projets primés adoptent cependant des plans similaires, carrés avec, pour trois d’entre eux, une abside semi-circulaire abritant l’estrade de la table de lecture et l’Arche. Tous montrent une coupole unique et un langage entre néo-roman et néo-byzantin. L’un prévoit des lanternes à toitures en ogive, rappelant le Sacré-Cœur. Enfin, pour Un temple protestant (1920), le professeur souligne l’« appropriation plus commode et rationnelle[22] » des édifices à plans carrés ou circulaires. Les propositions des élèves vont des rectangles courts aux carrés, ainsi qu’un octogone, avec des modes de couvrement variés dont la coupole ; le néo-roman est privilégié. Par la suite, les références stylistiques néo-romano-byzantines perdurent mais les projets centrés cèdent le pas à des plans en croix latine à files de coupoles (Une église, Louis Madeline, rendu 2e classe, 1935) ou, de manière plus recherchée, à un projet en croix grecque doté de cinq coupoles surbaissées et d’une tour-clocher à toiture en ogive (Beaudouin pour Une église paroissiale, Blavette, rendu 1re classe, 1927).

Figure 3 : Quatre projets de concours d’émulation, rendu 1re classe (Blavette) : Une église, 1913 ; Une mosquée, 1914 ; Une synagogue, 1918 ; Un temple protestant, 1920.Les concours d’architecture de l’année scolaire …, Paris, ed. A. Vincent / Vincent Fréal & cie

4.       Églises votives et de pèlerinage : monuments expressionnistes et Art déco (1918-1935)

Dès décembre 1918, Blavette propose en concours d’émulation (rendu 1re classe) Une église dédiée à Notre-Dame,en l’honneur des « aviateurs des armées alliées [qui] ont adopté le patronage de la Vierge[23] ». Ce sujet marque le début d’une série d’églises et chapelles votives et de pèlerinage. Les suivantes sont destinées à la mémoire des marins de la Grande Guerre (Concours Roux, 1922) et d’une « grande victoire des Alliés[24] » (premier essai du Prix de Rome, 1923) ; puis, délaissant la commémoration militaire, dédiées aux marins (émulation rendu 1re classe, 1929) et à une sainte (premier essai puis concours définitif du Prix de Rome, 1932 et 1933). Le Prix de reconnaissance des architectes américains de 1935 porte sur Une église votive. La narration des sujets successifs est développée, décrivant les circonstances, les usages et les sites imaginés. Ces derniers ont en commun leur déclivité, pensée pour un effet spectaculaire : falaises littorales d’où « bénir solennellement les airs et les flots[25] », plateau surmontant une plaine, colline au-dessus d’une grande ville ou d’un fleuve. En 1918, Blavette indique que « les concurrents pourraient (…) s’inspirer des églises à coupoles, élevées en Orient (…) et dans le Sud-Ouest de la France[26] » ; en 1935, le sujet cite pour exemples la Salute de Venise, la Superga de Turin et le Sacré-Cœur de Montmartre. Mais les références mobilisées par les élèves sont autres : leurs regards se tournent quasi-unanimement vers les mémoriaux de nécropoles militaires tels que Douaumont ou Notre-Dame-de-Lorette. Ils en reprennent les croix et la statuaire monumentales, parfois dans une esthétique Art déco ; les tours-clochers évoquent les silhouettes monolithiques des lanternes des morts (fig.4). Les plans en longueur à large déambulatoire alternent avec des plans circulaires, où le sanctuaire est placé de manière latérale ou centrale. De nombreux rendus, en 1918, 1922, puis 1923, adoptent le même système que celui proposé par Paul Bigot pour le concours de Douaumont[27] : une basilique dont l’espace central est couvert d’une coupole, surmontée d’une haute tour ajourée faisant signal. En 1935, les deux projets primés pour Une église votive affichent une grande créativité, loin des modèles suggérés par le sujet : la liberté de conception des élèves s’exprime tant dans la composition des plans – l’un en triangle et l’autre en demi-ellipse – que dans le dessin des élévations – en gradins et en parabole. Le registre stylistique du rendu de Kleinman, élève de Bigot, relève de références expressionnistes (église Grundtvig de Copenhague) et son couronnement reprend celui du projet du maître pour Douaumont. Le second rendu frappe par son dépouillement et son parti structurel directement inspiré des hangars à dirigeables de Freyssinet.

Figure 4 : Une église dédiée à Notre-Dame, concours d’émulation rendu 1re classe, 1918 (Blavette) ; Une église votive, Prix de reconnaissance des architectes américains, 1935. Les concours d’architecture de l’année scolaire …, Paris, ed. A. Vincent / Vincent Fréal & cie

5.       Du plan basilical à la Wegkirche (1927-1952)

Entre 1913 et 1926, les concours délaissent les chapelles et églises paroissiales au profit des autres religions et des édifices de pèlerinage, ouvrant ainsi le champ à la variété des plans et aux expérimentations stylistiques. Ce n’est qu’en 1927 que Blavette retourne, pour un concours d’émulation (rendu 1re classe) à Une église paroissiale. Il est suivi par Madeline pour Une église (rendu 2e classe, 1935) et Gromort avec Une église cathédrale (rendu 1re classe, 1938). Pour ces sujets, les programmes énoncent clairement les dispositions attendues, avec une nef à bas-côtés, une abside, un clocher unique et suggèrent la présence d’un transept et de chapelles latérales ou rayonnantes. Parmi les rendus publiés, neuf sur dix en 1927 proposent un plan basilical[28] dont huit sont en croix latine, de même que les quatre projets de 1935 et de deux sur trois en 1938. Cependant, au sein de cette permanence typologique et malgré la persistance du néo-gothique à croisées d’ogives et du néo-byzantin à coupoles, la majorité des projets marquent une évolution nette vers un nouveau corpus de références historiques. Profil basilical lisible sur des façades-pignons dépouillées, hautes tours-clochers placées latéralement et parfois isolées, arcades en plein-cintre et roses au tracé sobre, voûtes en berceau pour le vaisseau central : l’esprit des rendus est celui d’une Italie romane idéalisée, qui transparaît aussi dans les paysages pittoresques qui accompagnent les églises sur les dessins d’élèves. Délaissant la croix latine et les multiples chapelles, l’un des projets de 1927 propose un plan d’une grande simplicité, avec nef tripartite charpentée et abside à voûte en cul-de-four (fig.5). Ce « désir de retrouver les origines du christianisme[29] » par le type paléochrétien ou le roman italien est lisible dans la production bâtie dès les années 1910 et particulièrement au cours des décennies 1920 et 1930, à Paris et dans les banlieues des Chantiers du Cardinal[30]. Le parti basilical est ensuite massivement employé lors de la seconde Reconstruction. Il y voisine avec une conception d’origine suisse et allemande, diffusée par les revues dans les années 1930 : haute nef rectangulaire et chœur de même largeur, campanile isolé et galeries, chapelle de semaine dans un bas-côté unique. Qualifié de « plan Courant sacré[31] » ou de « heiliger Weg[32] », ce type fait son apparition dans les projets d’élèves après la Seconde Guerre mondiale. Il est adopté pour l’ensemble des rendus pour Une église (Madeline, rendu 1re classe, 1948) puis Une petite université catholique (Gutton, rendu 1re classe, 1950) et Une église et son centre paroissial (Gutton, rendu 1re classe, 1952). L’écriture architecturale des projets évolue, depuis de fortes réminiscences italiennes – arcades, campanile, façades en pierre appareillée et moellons, baptistère hors-œuvre – vers des volumes et des matérialités de plus en plus épurés. Les dispositifs liturgiques restent pré-conciliaires, avec notamment l’autel placé contre le mur de chevet.

Figure 5 : Trois projets de concours d’émulation rendu 1re classe : Une église paroissiale, 1927 (Blavette) ; Une église, 1948 (Madeline) ; Une église et son centre paroissial, 1952 (Gutton). Les concours d’architecture de l’année scolaire…, Paris, ed. Vincent Fréal & cie ; 1948 : RMN-GP 21-54233

6.       L’église dans un projet d’ensemble (1949-1958)

Chez Gutton, la formulation des sujets montre une transformation majeure. Le programme du culte est nettement simplifié : il n’est plus composé, en 1952, que « de l’église elle-même avec son autel, son baptistère et sa chapelle du Saint-Sacrement ; de deux sacristies et quatre confessionnaux ; du clocher[33] ». Le lieu de culte est désormais conçu comme faisant partie d’un ensemble, dont les multiples fonctions sont longuement décrites : université confessionnelle en 1950, centre paroissial en 1952. Ce dernier comporte diverses salles : une pour le catéchisme, deux pour les scouts, une « salle paroissiale (…) destinée aux fêtes, réunions ou conférences » avec estrade et cabine de projection, des bureaux, une « bibliothèque organisée pour les prêts » ainsi qu’un presbytère[34]. Ce principe de centre multi-fonctionnel, développé dès les années 1930[35], est abondamment mis en œuvre après-guerre pour les édifices religieux des nouveaux quartiers urbains. Pour Gutton, « l’Église a maintenant, plus que jamais, conscience de son rôle social[36] » et son cours décrit « le programme du centre paroissial tel qu’il doit compléter l’église[37] ». Au-delà de ces évolutions programmatiques, les concours cultuels proposés par Gutton s’inscrivent dans une seconde échelle de lecture. Entre 1949 et 1952, cherchant à « faire comprendre aux élèves que chaque édifice participe à un ensemble plus vaste[38] », il élabore ses sujets en les intégrant à des thématiques urbaines communes. Celles-ci rejoignent les deux enjeux majeurs de la période : la reconstruction et l’urbanisation. Ainsi, Une chapelle pour un tombeau (rendu 2e classe, 1949) abrite un sarcophage découvert « en dégageant les ruines des immeubles de la place-marché[39] » d’une agglomération rurale touchée par la guerre, étudiée en 2e classe. Le projet pour la chapelle est prolongé par un concours de construction en 1950 (François Vitale, 2e classe). Pour les élèves de 1re classe, les programmes présentés en 1949 et 1950 forment « une ville satellite (…) destinée à des apatrides d’origine chrétienne[40] » dont le centre est constitué par « trois petites universités : catholique, protestante et orthodoxe[41] » entourées par trois unités résidentielles. Celles-ci sont pourvues d’une chapelle, conformément aux idées de Gutton[42]. La petite université catholique est donnée au concours en 1950. En 1951-1952, les sujets des deux classes correspondent aux différentes composantes d’une cité nouvelle de 10 000 habitants, dont l’église et son centre paroissial proposée en concours de 1re classe en 1952. Les années suivantes, ce système d’échelles imbriquées formant un vaste programme urbain cesse suite à la mise en place du Conseil de l’enseignement de l’architecture[43]. En 1957, Le centre d’une cité nouvelle de 9000 habitants comporte une « église pour cinq cent personnes, avec le presbytère et les services divers : catéchisme, salle des œuvres, scoutisme, etc.[44] » ; en 1958, Le centre d’une cité sinistrée prévoit la reconstruction de différents bâtiments dont une « église ancienne dont le clocher subsiste, mais dont la nef, détruite, est à reconstruire[45] ». Sur les rendus, des nefs longitudinales et de hauts campaniles sont esquissés mais ces édifices religieux ne font pas l’objet de concours dédiés.

7.       Plans centrés et nouvelles conceptions constructives (1955-1965)

Après l’église et son centre paroissial en 1952, les sujets proposés relèvent jusqu’en 1965 d’une échelle plus réduite, dont Une église votive (Gutton, rendu 1re classe, 1955), Une chapelle (Gutton, rendu 2e classe, 1956), Une église d’appoint (Prix Achille-Leclère, 1959), La chapelle d’un paquebot (Concours Bourgeois Godebœuf, 1961), Un oratoire(Louis Aublet, rendu 2e classe, 1964) et Une église (Jean Fayeton, construction 2e classe, 1965). Leur formulation n’est plus en relation avec les défis de la reconstruction ou de l’urbanisation, à l’exception de l’église du concours de construction de 1965, qui équipe une « zone à urbaniser en priorité de 10 000 logements[46] » dont les autres aspects ne font pas l’objet de concours. Les narrations développées dans les sujets suggèrent des traitements poétiques, avec des sites évocateurs : l’église votive de 1955 se situe « au flanc d’une colline », « au-dessus de la grotte miraculeuse »[47] ; la chapelle de 1956, « dans une petite commune dont le vaste territoire très accidenté contient de nombreux petits groupes d’habitations[48] » ; l’église d’appoint de 1959, « dans une station climatique » avec « un splendide paysage »[49]. Les éléments de programme sont simples et peu détaillés, laissant aux élèves toute liberté de conception formelle. Leurs rendus montrent différentes tendances concomitantes, observables également dans la production bâtie de la période. Parmi celles-ci, la recherche de nouveaux plans centrés répond à la volonté de renouvellement liturgique amorcée dès la fin du XIXe siècle et entérinée lors du Concile Vatican II[50], en faveur de la communion et de la participation des fidèles. Quelques exemples italiens ou allemands sont publiés dans les années 1930[51] ; en 1938, Georges-Henri Pingusson présente son projet d’église circulaire avec autel central[52]. L’après-guerre voit se multiplier, aux côtés des grandes nefs allongées, des plans de géométries variées[53]. Pour les concours de l’ENSBA, une chapelle est proposée en 1956 selon un volume cylindrique ; une église votive, en 1955, sur un plan octogonal aux bancs en arc de cercle (fig.6). La toiture de cette dernière, en facettes, évoque une construction légère, un chapiteau, rejoignant une seconde catégorie de projets d’élèves : l’église-tente. Cette figure symbolique – tente d’Abraham, peuple en marche[54], « l’église de passage sur terre[55] » – fait partie des références bâties exposées par Gutton[56] et est choisie pour plusieurs rendus, en 1956 et 1965. Enfin, la chapelle de Ronchamp, qui occupe sept pages des Conversations, « chef-d’œuvre d’un artiste, architecte, peintre et sculpteur[57] », marque l’esprit des élèves qui s’en inspirent lors des concours de 1955, 1956 et 1964. Leurs projets en reprennent les courbes délimitant les espaces secondaires, les parois épaisses percées de petites ouvertures ainsi que les volumétries blanches et sculpturales.

Figure 6 : Trois projets de concours d’émulation (Gutton) : Une église votive, 1955 (rendu 1re classe) ; Une chapelle, 1956 (rendu 2e classe). Les concours d’architecture de l’année scolaire…, Paris, ed. Vincent Fréal & cie ; RMN-GP 14-556452

Le traitement du programme cultuel dans les concours d’architecture de l’ENSBA montre, entre 1906 et 1967, des continuités tant dans la formulation des sujets que dans les rendus des élèves. Les permanences sont particulièrement identifiables dans le cas des lieux de culte paroissiaux, pour lesquels la description programmatique et spatiale donnée dans les sujets reste attachée aux modèles traditionnels, de même que les plans et les styles proposés par les élèves, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Ces approches, qui évoluent progressivement vers plus de dépouillement, voisinent avec d’autres conceptions. Certains professeurs apportent, dans les concours d’émulation qu’ils proposent, de nouveaux objets d’étude – Blavette proposant successivement quatre confessions différentes – ou de nouvelles conceptions du lieu de culte – Gutton le replaçant dans un ensemble religieux multi-fonctionnel et, au-delà, dans le projet urbain. Ces sujets permettent aux élèves d’explorer d’autres possibilités architecturales, plus ancrées dans leur période : plans centrés à coupoles ou, après 1945, inspirés des précurseurs du renouveau liturgique. Les édifices votifs et de pèlerinage, liés après la Grande Guerre à la commémoration du conflit, appellent un nouveau corpus de références, en phase avec les projets mémoriels contemporains. Certains ateliers semblent majoritairement représentés parmi les rendus médaillés ou primés – ateliers Laloux, Lemaresquier, Héraud ou encore Pontrémoli. La quasi-absence d’élèves des ateliers Perret peut étonner : seuls quatre rendus sont mentionnés et aucun n’est publié. Il peut également paraître surprenant qu’un seul projet montre une inspiration de l’église du Raincy, en 1927[58], malgré les nombreuses revues relayant cette réalisation. Interroger le rôle des patrons dans les choix des élèves, pour les sujets de concours retenus et pour les références mobilisées dans leurs projets, permettrait d’approfondir l’étude. Dans l’atelier Expert, l’élève Sarrabezolles, fils du sculpteur ayant travaillé avec le maître, présente en 1950 une élévation presque identique à la première esquisse d’Expert pour Sainte-Thérèse de Metz[59]. Il semblerait ainsi que certains chefs d’atelier aient pu avoir un lien direct avec les rendus proposés par leurs élèves.

Cécile RIVIÈRE

École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg – Université de Strasbourg, UR 3400 ARCHE

[1]Le corpus est constitué à partir des recueils publiés aux éditions Auguste Vincent / Vincent Fréal & cie, comprenant les sujets de concours et des reproductions de projets d’élèves primés. Les publications sont suspendues ou non accessibles pour les années 1915-1916 et 1940-1947.

[2]La répartition cultuelle des sujets est donnée plus loin.

[3]Voir par exemple : DEBIÉ Franck, VÉROT Pierre, Urbanisme et art sacré : une aventure du XXe siècle, Paris, Critérion, 1991

[4]GUADET Julien, Éléments et théorie de l’architecture, cours professé à l’École nationale et spéciale des beaux-arts, Paris, ed. Aulanier, 1901-1904, t.III, p. 17

[5]Idem, t.II, p. 12

[6]Idem, t.III, pp. 447-450 ; DIENER Amandine, L’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle : une lecture des règlements et de la pédagogie (1863-1968), thèse en histoire de l’architecture à l’Université de Strasbourg, CHÂTELET Anne-Marie dir., 2017, pp. 521-526

[7]DIENER Amandine, op. cit., p. 520

[8]Idem, pp. 533-534

[9]GUTTON André, Conversations sur l’architecture, cours de théorie de l’architecture professé à l’École nationale supérieure des beaux-arts, Paris, Vincent Fréal & cie, 1956, t.IIIa, p. 18

[10]GUADET Julien, op. cit., t.III, pp. 453-466

[11]GUTTON André, op. cit., pp. 234-235, 277-297

[12]Saintes-Chapelles de Saint-Germain-en-Laye, Paris, Vincennes ; chapelle du château de Versailles

[13]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1907-1908, Paris, ed. A. Vincent, p. 27

[14]GUADET Julien, op. cit., t.I, p. 460

[15]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1912-1913, Paris, ed. A. Vincent, p. 6

[16]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1937-1938, Paris, Vincent Fréal & cie, p. 42

[17]TEXIER Simon, « Les styles ou la permanence du Moyen Âge », in TEXIER dir., Églises parisiennes du XXe siècle, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1996, p. 117

[18]RICHARD-BAZIRE (Anne), « Le concours pour la construction du sacré-Cœur de Montmartre, une désillusion » in Livraisons de l’histoire de l’architecture, n°36, 2018, en ligne : http://journals.openedition.org/lha/1021

[19]TEXIER Simon, op. cit., pp. 116-122

[20]À l’exception du minaret de 1936 (Madeline, esquisse 1re classe)

[21]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1918-1919, Paris, ed. A. Vincent, p. 4

[22]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1919-1920, Paris, ed. A. Vincent, p. 6

[23]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1918-1919, op.cit., p. 14

[24]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1922-1923, Paris, ed. A. Vincent, p. 6

[25]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1918-1919, op.cit., p. 15

[26]Ibid.

[27]Cité de l’Architecture et du Patrimoine, Le concours de l’ossuaire de Douaumont, en ligne : https://www.citedelarchitecture.fr/fr/CiteDeLArchiChezVous/le-concours-de-lossuaire-de-douaumont

[28]Le dixième étant celui d’Eugène Beaudouin, cité plus haut.

[29]TEXIER Simon, op. cit., p. 114

[30]LE BAS Antoine, Des sanctuaires hors les murs. Églises de la proche banlieue parisienne 1810-1965, Paris, ed. du Patrimoine, 2002, pp. 140-141 ; L’Architecture, n°6 « Les chantiers du Cardinal », mai 1938, pp. 164-167

[31]L’Art sacré, n°3-4 « Les bases d’une étude critique », novembre-décembre 1956, p. 6

[32]SCHWARZ Rudolf, Kirchenbau. Welt vor der Schwelle, Heidelberg, Kerle, 1960, p. 78. L’auteur se défend d’avoir conçu à Aachen une Wegkirche, ce terme est cependant passé à la postériorité pour qualifier cette œuvre, abondamment publiée en France dans les revues des années 1930. PEHNT Wolfgang, STROHL Hilde, Rudolf Schwarz 1897-1961. Architekt einer anderen Moderne, Ostfildern, Hatje, 1997, p. 54

[33]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1951-1952, Paris, Vincent Fréal & cie, p. 35

[34]Ibid.

[35]LENIAUD Jean-Michel, Vingt siècles d’architecture religieuse en France, Paris, Canopé CRDP, 2007, pp. 87-89

[36]GUTTON André, op. cit., p. 161

[37]Idem, p. 165

[38]DIENER Amandine, « Le cours de théorie de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle : approches et supports pédagogiques », HEnsA20, cahier 3, décembre 2017, p. 22

[39]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1949-1950, Paris, Vincent Fréal & cie, p. 21

[40]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1950-1951, Paris, Vincent Fréal & cie, p. 6

[41]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1949-1950, op. cit., p. 5

[42]GUTTON André, op. cit., p. 167

[43]DIENER Amandine, « Le cours de théorie de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle : approches et supports pédagogiques », op. cit., p. 23

[44]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1956-1957, Paris, Vincent Fréal & cie, p. 16

[45]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1957-1958, Paris, Vincent Fréal & cie, p. 19

[46]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1964-1965, Paris, Vincent Fréal & cie, p. 28

[47]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1954-1955, Paris, Vincent Fréal & cie, p. 35

[48]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1955-1956, Paris, Vincent Fréal & cie, p. 18

[49]Les concours d’architecture de l’année scolaire 1958-1959, Paris, Vincent Fréal & cie, p. 19

[50]FRÉMAUX Céline, Construire des églises en France dans la seconde moitié du XXe siècle. De la commande à la réalisation. Nord-Pas-de-Calais (1945 – 2000), thèse d’histoire de l’art à l’Université Rennes 2, ANDRIEUX Jean-Yves dir., 2005, pp. 79-82, 331-332

[51]Par exemple : L’Architecture d’aujourd’hui, n°6 « Architecture religieuse », juillet 1934, pp. 36-38, 53.

[52]Église Jésus-Ouvrier à Arcueil, non réalisée. PINGUSSON Georges-Henri, « Construire une église », L’Art sacré, n°35, novembre 1938, pp. 315-318

[53]L’Art sacré, n°5-6 « Les églises récentes de France II. À la recherche d’un plan », janvier-février 1957

[54]BLANCHET Christine et VÉROT Pierre, Architecture et arts sacrés de 1945 à nos jours, Paris, Archibooks + Sautereau, 2015, pp. 186-188

[55]GUTTON André, op. cit., p. 225

[56]Idem, p. 234

[57]Idem, p. 361

[58]LEMAIRE, élève d’UMBDENSTOCK et TOURNON, 1re 2nde médaille, Une église paroissiale, rendu 1re classe, 1927 ; voir : DIENER Amandine, op. cit., p. 546. Il s’agit de la période de l’atelier Perret au palais de Bois.

[59]Publiée dans L’architecture française, n°12, octobre 1941, pp. 8-9


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cécile Rivière (29 mars 2022). Les lieux de culte dans les concours scolaires d’architecture (1906-1967). EnsArchi. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/of91


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search