Recension : L’École d’architecture de Bordeaux : Héritages et perspectives

L’École d’architecture de Bordeaux : Héritages et perspectives, (Dir. Gauthier Bolle et Laurence Chevallier), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2021.

Compte-rendu de Daniel Le Couédic

 

Après celles de Nantes et de Strasbourg, l’École de Bordeaux possède désormais son histoire, encore que le mot ne soit pas affiché en couverture de ce copieux volume de 488 pages : « héritages et perspectives » lui ont en effet été préférés pour ne pas laisser croire à un récit linéaire. Le lecteur en est informé d’emblée : « Ce livre rassemble des éclairages historiques, des témoignages et des documents renseignant l’histoire institutionnelle de cette École, la trajectoire de ses acteurs et caractérisant les modalités et contextes de l’enseignement de l’architecture à Bordeaux ». À l’initiative de Gauthier Bolle et Laurence Chevallier, seize auteurs se sont réunis pour mener à bien cette entreprise qui contribue heureusement à l’éclairage de la partie la plus ombreuse de l’histoire de l’enseignement de l’architecture : celle qui, se situant loin de Paris, fut longtemps jugée secondaire, voire négligeable. De surcroît, il est souvent admis qu’elle trouva son assise en 1903, lorsqu’un décret posa le principe des écoles régionales. En fait, l’affaire venait de loin et doit être resituée dans la longue durée d’une préoccupation qui, certes, tarda à s’affirmer solidement.

L’ouvrage s’ouvre donc logiquement sur une genèse de l’enseignement de l’architecture à Bordeaux, qui prit substance à la fin du XVIIe siècle où les écoles de dessin se multiplièrent dans le Royaume, sur le modèle académique ou de manière plus pragmatique, avec pour volonté alors d’accompagner la transformation des métiers, notamment de l’édification. Mais c’est au milieu du siècle suivant que l’architecture y trouva un début d’autonomie : la création, en 1771, d’une classe d’architecture au sein de l’académie des arts soutenue par la municipalité de Bordeaux, alors en pleine prospérité, doit être considérée comme fondatrice.

La Révolution contraria considérablement cette ambition, mais sans l’annihiler dans les domaines du dessin et de la peinture, dont l’école bénéficia même d’une municipalisation en 1806. L’architecture, en revanche, fut renvoyée aux modalités d’apprentissage auprès d’un maître en dépit du remarquable essor de la profession et de la création d’une active Société centrale des architectes de Bordeaux. Il fallut attendre 1877 pour qu’un cours ad hoc fût à nouveau  dispensé, à l’occasion d’un rapprochement fécond des arts et des métiers, qui conduisit à la création, en 1890, d’une école municipale des beaux-arts et des arts décoratifs. Depuis dix ans déjà, l’État apportait volontiers son secours aux villes désireuses de se doter de tels établissements, mais à la condition qu’ils devinssent « régionaux ». Bordeaux fit jalousement le choix de conserver une école municipale, ce qui ne serait pas sans importance pour les épisodes à suivre.

En effet, lorsqu’après d’épiques négociations entre les trois grandes organisations professionnelles nationales, on en vint enfin, par la diplomatie de Julien Guadet, à décider la création d’écoles régionales d’architecture, Bordeaux fut évidemment sollicitée mais déclina l’offre, craignant une mainmise de la tutelle et une perte d’identité. Cette prise de position avait alors réuni la Société des architectes, la municipalité et Jean-Louis Labbé, la grande figure de l’École, mais elle perdit progressivement ses défenseurs après la Grande Guerre ; on en vint ainsi à admettre le principe d’une école régionale dépendante de l’ENSBA : elle fut la huitième créée, en 1928. Comme d’autres, elle partagea d’abord une partie de ses locaux et son directeur avec celle des beaux-arts et des arts décoratifs. Pierre Ferret, qui avait succédé à Labbé, obtint toutefois la direction autonome du jeune établissement dès l’année suivante. L’interdiction d’abord signifiée aux écoles régionales d’avoir un atelier en leur sein, avait été levée de fait après la Grande Guerre, ce qui lui permit d’installer pleinement son autorité. Il la transmettrait de façon dynastique, puisque son fils, Claude, lui succèderait en 1942 et perpétuerait son magistère jusqu’en 1977. Avant 1950, faute de témoignages, l’ajout bordelais à la pédagogie décalquée pour l’essentiel de l’ENSBA, est bien sûr difficile à cerner : l’analyse méticuleuse des fonds de bibliothèques apporte cependant quelques lumières.

Claude Ferret est très présent dans le livre, car il personnifia une façon d’enseigner l’architecture et un comportement auprès des élèves qui, contrairement à la doxa, ne trouva pas son terme en 1968, avec la disparition de la section Architecture de l’ENSBA et la transmutation des écoles régionales qui en dépendaient. Certes, il en alla souvent ainsi, mais l’Unité pédagogique (UP) de Bordeaux, qui succéda à l’École régionale, fut au contraire un exemple de continuité dans des conditions qui, aujourd’hui encore, divisent les protagonistes d’alors, car les choses n’allaient pas de soi. Beaucoup espéraient en effet un changement radical et certains s’employèrent même à dessiner les contours d’une nouvelle façon de concevoir l’enseignement de l’architecture : à ce propos, appuyé notamment sur les témoignages de Pierre Lajus et Christian Maudet, qui en furent des contributeurs majeurs, le livre apporte des informations inédites sur la gestation des fameuses « propositions de Tarbes » élaborées au cours d’un séminaire informel abrité par Edmond Lay.

Plus largement, la période tumultueuse de l’après-68 est remarquablement traitée, de la façon ouverte, que les appréciations encore divergentes formulées aujourd’hui imposaient. Aux côtés des contributions méthodiques et distanciées de la plupart des auteurs et de quelques-unes plus autocentrées, figurent ainsi des témoignages, parfois cinglants, livrés par 22 anciens élèves, certains devenus professeurs, qui fréquentèrent l’établissement un temps ou longtemps entre 1950 et 1988. Quelques contributions sont apaisées, voire nimbées d’une douce nostalgie, mais d’autres, chargées de gratitude ou d’amertume, voire de colère, réveillent des antagonismes qui ont marqué, d’autant qu’un épisode au produit toujours bien présent matérialisa les sentiments et les ressentiments : la conception de la nouvelle école qui ouvrit ses portes en 1972.

Le lecteur des revues d’architecture d’alors se souvient des publicités pour un produit d’étanchéité, qui s’appuyaient sur la photo aérienne de cet établissement aux formes surprenantes, hâtivement qualifié de brésilien en référence à Oscar Niemeyer, mais aussi à la reconstruction de Royan où Claude Ferret s’était illustré en exploitant, disait-on, cette veine. Les conditions de sa conception et ses choix programmatiques, soigneusement relatés dans l’ouvrage, éloignent de cet hédonisme présumé et ramènent à la mue complexe et difficile de la pédagogie après 1968.  L’UP, toute conservatrice qu’en fût le principal acteur, fit cependant le choix original de se baptiser « d’architecture et d’urbanisme », manifestant son intérêt pour un champ disciplinaire qui allait conquérir les universités, à Bordeaux notamment, dans un mouvement soigneusement relaté.

Mais alors que s’ouvrait ce nouvel âge, l’UP bordelaise, héritière en cela de l’École régionale, offrait un visage navrant, logée dans de piteux baraquements jouxtant celle des beaux-arts, dernière étape en date d’une pérégrination soigneusement relatée dans le livre. La nécessité de nouveaux locaux à sa mesure s’imposa, mais elle dut encore surmonter des réticences avant d’être admise. Lorsque la chose fut acquise et l’implantation dans le domaine de Raba certaine, la décision fut prise d’associer les élèves à la conception de leur future école, ce qui s’apparentait formellement à une audace progressiste. Mais l’implication de Claude Ferret auprès d’une des équipes qui se constituèrent et son influence dans la distribution des locaux — qui organisait un cloisonnement disciplinaire — préluda à la victoire inéluctable de ses « élèves protégés ». En dépit de nombreuses réserves, le parti fut entériné par la tutelle et la maîtrise d’œuvre octroyée à ce « patron » activement soutenu par un maire ami.

La grande mue intervint au cours des années 1980 où la réorganisation nationale des études se conjugua avec le renouvellement du corps enseignant et des évolutions doctrinales de la profession. La recherche s’invita ainsi dans les préoccupations de l’établissement : le Labo C, voué aux ambiances et au confort, se constitua en 1984, année où l’UP devint École d’architecture de Bordeaux. Au fil de ses évolutions, qui le firent GRECAU puis GRECCAU, il s’ouvrirait aux différents registres de la qualité environnementale et deviendrait équipe d’accueil. Un second laboratoire, le CEPAGE, naquit en 1992, consubstantiel à la création, décidée l’année précédente d’une formation en paysage au sein de l’École, au terme de quatre années de gestation sous l’influence d’un directeur très impliqué, Vincent Auzanneau. Bordeaux ne partage cette particularité qu’avec Lille, ce qui est indéniablement un atout, mais le livre n’occulte rien des difficultés que cette cohabitation rencontra, certaines subsistant d’ailleurs.

L’ouvrage ne se cantonne pas dans la période des études. Il entend mesurer l’importance que l’École put avoir dans la production architecturale régionale. La génération d’anciens élèves, qui fut active durant la reconstruction, est ainsi observée et analysée, comme certaines pratiques originales qui furent explorées plus tard, celle du groupement Agora notamment. Plus éloignée du propos, mais tentant toujours de déceler des spécificités occasionnées ou influencées par l’École, sa pédagogie et son environnement, une contribution en vient à discuter de la réception de la postmodernité à Bordeaux.

Enfin, ce livre savant mais au style alerte, nullement désorganisé par le nombre et la variété des contributions, est doté d’un important et très utile appareil critique, mentionnant les sources, bien sûr, mais donnant également l’annuaire des professeurs qui officièrent à l’École de 1928 à 1978 et celui des élèves qui la fréquentèrent durant ces cinquante années.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
lecouedicdaniel (17 mars 2022). Recension : L’École d’architecture de Bordeaux : Héritages et perspectives. EnsArchi. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/of8y


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search