Position de thèse : L’architecture à l’École des arts décoratifs. Regards sur l’évolution d’un enseignement : de la culture générale artistique à la formation de l’architecte diplômé (1831-1942), par Florence Lafourcade

L’architecture à l’École des arts décoratifs.
Regards sur l’évolution d’un enseignement : de la culture générale artistique à la formation de l’architecte diplômé (1831-1942)[1]

 

« Sur le moment je croyais ne rien apprendre, or j’apprenais à voir et c’est,pour tous les hommes, la plus précieuse des leçons[2]».

Roland Dorgelès de l’Académie Goncourt, ancien élève de l’Ensad.

Introduction

En France, à côté de l’enseignement délivré au sein de la section d’architecture de l’École des beaux-arts, par lequel les historiens ouvrirent, à la fin du siècle dernier, le vaste chantier de la recherche en histoire de l’enseignement de l’architecture, celui dispensé par d’autres établissements n’a encore que peu été éclairé. C’est notamment le cas de celui qu’offrit l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris, qui fut, à sa création, en 1766, la première École royale gratuite de dessin de la capitale et qui délivra un diplôme d’architecte entre 1922 et 1942. S’inscrivant dans cet intérêt récent pour l’histoire de l’enseignement de l’architecture, la thèse soutenue le 6 décembre 2021 à l’ENSA de Strasbourg a proposé d’éclairer ce que fut l’enseignement de l’architecture délivré à l’École de dessin puis des arts décoratifs et de définir, en conséquence, l’apport de cette École à la formation des architectes aux cours des xixe et xxe siècles.

Si la date-apogée de 1922, celle de la création du diplôme d’architecte de cette École, et la date-rupture de 1942, celle de la suppression de la formation architecturale de l’École, étaient connues de l’historiographie, le moment de développement de l’offre architecturale ayant permis à l’École de dépasser son rôle d’École de dessin ne l’était pas. Pour mesurer cette évolution, la thèse s’est attachée à éclairer l’histoire de l’enseignement de l’architecture de la création de l’École, en 1766, à l’année 1949, où parut un nouveau règlement qui entérina le déplacement des objectifs de l’établissement. Elle avait accepté, contre son grès, d’abandonner son enseignement de l’architecture au profit d’un recentrement autour de la formation d’artistes-décorateurs. Entre ces deux dates, ce sont les années 1830 qui sont apparues comme un tournant pour l’architecture à l’École.

Les bornes chronologiques choisies, 1766-1951 pour la première partie de la thèse ; 1831-1942 pour la deuxième partie ; et 1920-1951 pour la troisième partie ont porté trois objectifs distincts. Le regard étendu porté par la première partie a permis de dégager une périodisation de l’enseignement de l’architecture au sein de l’École de dessin puis des arts décoratifs. La deuxième partie, bornée par le moment d’évolution soudain induit par la direction Belloc et le moment de rupture de la Seconde guerre mondiale, a souhaité apporter un regard sur la pédagogie de l’enseignement de l’architecture à l’École. Enfin, la troisième partie, se concentrant sur la période d’Entre-deux-guerres, de la création des premiers certificats sanctionnant l’architecture à la suppression de la section d’architecture, a proposé une lecture des évènements ayant rythmé la création du diplôme et son évolution et de ceux ayant aboutis à la rupture de 1942.

Partie 1

L’offre de formation à l’architecture, de l’École de dessin à l’Ensad (1766-1951)

À l’origine de l’établissement, l’enseignement de l’architecture était un enseignement de culture et de dessin qui s’appuyait sur la connaissance des cinq ordres d’architecture et s’adressait à des artisans et ouvriers qui avaient en dehors de l’établissement, un métier. En plus des exercices de copie, qui régissaient alors l’enseignement, l’exercice de composition d’architecture fut introduit à l’École de dessin en 1834. Cet exercice, inspiré du modèle de l’École des beaux-arts, dans laquelle l’enseignement de l’architecture était régi par un système de concours de composition, introduisait l’évolution que connut ensuite l’architecture à l’École de dessin. La période d’évolution dura de 1830 à 1942, et fut permise par la réunion d’idées existant, d’abord, entre deux administrateurs de l’École : Charles Percier (1764-1838) qui, au soir de sa vie, donna ses dernières forces créatrices à l’École de dessin et le nouveau directeur de l’établissement, Jean-Hilaire Belloc (1786-1866), peintre d’histoire qui avait dans l’idée que l’École devait tout à la fois former des ouvriers et artisans au dessin et à la composition et permettre l’ascension sociale des enfants des classes populaires. L’enseignement de l’architecture fut développé et les professeurs recrutés le teintèrent d’un rationalisme constructif et décoratif qui fit la particularité, la couleur, de l’architecture à l’École de dessin, devenue des arts décoratifs en 1877. Ainsi, entre 1766, date de création de l’École, et 1949, lorsque l’École se réorganisa sans sa formation architecturale, la thèse a permis d’établir une périodisation en trois temps : un premier, allant de la création de l’École aux années 1820 durant lequel l’enseignement de l’architecture n’évolua que peu ; le siècle allant de la décennie 1830 à l’Entre-deux-guerres où l’architecture prit progressivement son essor et où l’École se forgea une identité très liée aux enjeux contemporains ; et la période allant des années 1920 aux années 1940 où, concentrée sur des questions de professionnalisation, l’École vécut à la fois l’apogée de son enseignement de l’architecture, avec la création de son diplôme, mais aussi une perte d’influence progressive, due à son rapprochement de plus en plus important à la section architecturale de l’École des beaux-arts, rapprochement qui annonçait le brutal coup d’arrêt lancé conjointement par le ministère des beaux-arts et l’École des beaux-arts en 1942.

Partie 2

Le tournant de l’enseignement architectural et sa maturité : ses figures et sa pédagogie (1831-1942)

La pédagogie architecturale que développa l’École entre 1830 et 1942 avait pris ses sources dans une double vision de l’enseignement de l’architecture : celle, artistique, qui existait depuis la création de l’École ; celle, constructive, qui se développa sous l’impulsion du compagnon tailleur de pierre, Jean-Paul Douliot (1788-1834). À travers l’exercice de composition qui fut introduit par Percier et Belloc, les deux branches, artistiques et constructives, trouvèrent une voie d’unification dans l’exercice de composition au sein de l’enseignement de l’architecture professé par Adolphe François Marie Jaÿ (1789-1871) puis par Eugène Train (1832-1903). Avec eux, la construction devint progressivement une méthode de composition, architecturale et décorative. En parallèle, cette idée fut aussi développée à l’École par le théoricien Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879) qui y professa un cours d’histoire et de composition d’ornement. La première branche, celle de l’enseignement de l’architecture, réunit les enseignements d’Adolphe Jaÿ, Eugène Train et Charles Genuys (1852-1928). La seconde branche, celle de l’enseignement de la composition d’ornement, se continua à travers les enseignements de Victor Ruprich-Robert (1820-1887) et d’Anthime de La Rocque (1836-1929). Au sein de ces deux branches, l’architecture à l’École se forgea une identité propre aux enjeux du siècle : l’élève architecte devait se construire une culture historique au sein de laquelle il pouvait puiser les méthodes permettant la création d’un style propre à son siècle, devait s’inspirer de la nature environnante, utiliser les nouvelles techniques constructives et les matériaux nouveaux et porter une attention particulière au lien unissant la construction et la décoration. Cette identité, qui répondait à plusieurs égards, aux critiques émises à l’encontre de l’enseignement de l’architecture proposé à l’École des beaux-arts, trouva un terreau fertile pour se développer au sein de l’École. Depuis Jaÿ et Viollet-le-Duc, les recrutements se faisaient exclusivement par endogamie : le meilleur élève, après avoir intégré la leçon de son maître, devenait naturellement son successeur à l’École. De ce fait, l’idée émise au début du xixe siècle se développa, permit à l’École de participer au renouvellement de l’architecture au tournant du siècle et s’ancra en son sein jusqu’à l’Entre-deux-guerres.

Partie 3

De l’apogée à la crise : la création du diplôme et la suppression de la section d’architecture (1920-1951)

Dans l’Entre-deux-guerres, parce que l’enseignement de l’architecture avait continué de s’étendre et que l’École proposait désormais un véritable cursus architectural en trois divisions et un diplôme d’architecte, son rapprochement avec sa rivale, l’École des beaux-arts, fut révélé. Moins reconnue que celle-ci, ses élèves avaient du mal à s’insérer dans la vie professionnelle. Pour la première fois en dehors des conflits, le cursus architectural de l’École perdit du poids auprès des élèves. En 1934, au moment où le ministre accepta de signer leur diplôme, ils étaient 55 % d’élèves à être inscrits dans un niveau du cursus architectural et n’étaient déjà plus que 17 % à la veille de la Seconde guerre mondiale. De plus, s’il avait continué de s’étendre, l’enseignement de l’architecture souffrait d’une organisation qui demandait à être simplifiée. Malgré la critique du directeur Léon Déshairs (1874-1967), du professeur Paul Genuys (1881-1937) et des élèves, son organisation ne fut jamais revue. Cet immobilisme reflétait, sans doute, la difficulté à se renouveler qu’eut l’École, à partir du décès, en 1928, du professeur et sous-directeur, Charles Genuys. Elle n’en n’eut, de toute façon, pas le temps puisque dès les années trente, en parallèle de son apparente apogée, elle dut faire face à de nombreuses menaces. La création du diplôme avait dévoilé la progression que l’École avait eu en un peu plus d’un siècle – elle était passée d’une école de dessin préparatoire et complémentaire à la section d’architecture de l’École des beaux-arts à une école rivale diplômant ses élèves architectes – et ses élèves diplômés intégraient un contexte professionnel en tension alors que la concurrence entre les architectes était déjà forte à l’aube de la crise des années trente. Une première tentative de réforme menée par le ministère des beaux-arts échoua dans les années 1930 alors que l’École était encore forte de son unité. Une seconde, menée en pleine Occupation, se solda par une franche et soudaine victoire de l’École des beaux-arts soutenue par son ministère – pourtant commun aux deux écoles. C’est que son directeur Léon Déshairs, le plus fervent défenseur de la section d’architecture de l’École, avait été écarté de la direction et que ses professeurs n’eurent pas l’envie ou la force de reprendre le combat en leur nom. Après le décès de Charles Genuys, l’École avait ouvert sa section d’architecture à des professeurs formés complètement en dehors d’elle. Contrairement à tous leurs prédécesseurs, Sauvage (1873-1932), Trouvelot (1897-1985), Démaret (1897-1960), avaient été formés uniquement à l’École des beaux-arts. Moins attachés, en cela, à cette École qu’ils avaient rejointe sur le tard, ils se rangèrent aux propositions émanant du ministère et de la concurrente Ensba. Sous couvert d’un corps enseignant qui ne descendait plus de l’École de dessin qui avait modelé un enseignement de l’architecture alternatif, la Commission des arts appliqués et la double réforme de la profession et de l’enseignement de l’architecture eurent raison de l’architecture à l’École des arts décoratifs.

Conclusion

Finalement, c’est entre 1834 et le décès, en 1928, de Charles Genuys, dernier élève-professeur de la lignée, que l’École de dessin puis des arts décoratifs, apparaît, comme une « école » dans les deux acceptions du terme que rappelle Christine Peltre : « le rayonnement d’un maître et le rattachement à un lieu[3] ». Pendant ce siècle, elle fit « école » pour ceux qui la fréquentèrent et surtout pour ceux qui devinrent ensuite ses professeurs comme Victor Ruprich-Robert, Eugène Train ou Charles Genuys. Formés en son sein, ceux-là avaient constitué depuis Eugène Viollet-le-Duc et Adolphe François Marie Jaÿ, la lignée des architectes rationalistes de l’École des arts décoratifs. Le « microclimat[4] », qui régnait à l’École et qui donnait à voir « un groupe, une communauté de personnes, de savoirs ou de méthodes[5] », fit d’elle, en regard de son enseignement de l’architecture, un lieu de formation alternatif à l’École des beaux-arts. En suivant son évolution propre, engendrée par la transmission d’une pédagogie et d’une certaine vision de l’architecture de générations en générations, elle passa, en un siècle, d’une école de dessin à une école formatrice d’architectes.

 

Florence Lafourcade
Architecte DE
Docteure en histoire de l’architecture
Chercheure associée UR Arche, Université de Strasbourg

 

[1] En attendant la publication de la thèse, une position de thèse plus conséquente sera publiée dans la revue de l’ENSAS, Plateia, en 2023.

[2] Roland Lécavelé (1885-1973), fut élève à l’École des arts décoratifs entre 1900 et 1901. S’il s’aperçut rapidement que ce n’était pas sa voie, il retint notamment les cours d’histoire de l’art professés alors par Louis Ménard (1822-1901) qui lui firent dire les quelques mots cités ici. Il devint finalement journaliste, adopta à cette occasion le pseudonyme Roland Dorgelès, et écrivain, après s’être engagé volontaire en 1914 et avoir publié le témoignage de son expérience au front dans le roman Les Croix de bois. AN AJ5398, Discours de Roland Dorgelès tenu lors de la cérémonie d’ouverture de l’exposition du jubilé de l’École nationale supérieure des arts décoratifs en 1951.

[3] C. Peltre, « Introduction. Des usages d’un outil », dans La notion d’« école », Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2019, p. 9-16

[4] Jean-François Sirinelli utilise cette notion pour décrire le microcosme intellectuel particulier dans lequel les khâgneux évoluèrent au cours de leur formation. J.-F. Sirinelli, Génération intellectuelle: khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 1988, p. 12.

[5] F. Waquet, Les enfants de Socrate : filiation intellectuelle et transmission du savoir, XVIIe-XXIe siècle, Paris, Albin Michel, 2008, p. 274.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Florence Lafourcade (17 février 2022). Position de thèse : L’architecture à l’École des arts décoratifs. Regards sur l’évolution d’un enseignement : de la culture générale artistique à la formation de l’architecte diplômé (1831-1942), par Florence Lafourcade. EnsArchi. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/of8x


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search