Soutenance de thèse : L’Architecture à l’Ecole des arts décoratifs. Regards sur l’évolution d’un enseignement : de la culture générale artistique à la formation de l’architecte diplômé (1831-1942)

Florence Laforcade soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’architecture intitulée « L’Architecture à l’Ecole des arts décoratifs. Regards sur l’évolution d’un enseignement : de la culture générale artistique à la formation de l’architecte diplômé (1831-1942) » préparée sous la direction de Madame Anne-Marie Châtelet, professeure HCA à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (Université de Strasbourg, ARCHE).

Le travail sera présenté devant un jury composé de :
Mme Dumont Marie-Jeanne, professeure, ENSA Paris-Belleville (rapporteure)
M. Lüthi Dave, professeur, Université de Lausanne (rapporteur)
M. Brucculeri Antonio, professeur, ENSA Paris La Villette
M. D’Enfert Renaud, professeur, Université de Picardie Jules Verne
M. Bolle Gauthier, Maître de conférences (HDR), ENSA Strasbourg
M. Bouvet Vincent, Chargé de mission d’aide à la diffusion des collections et des archives de l’Ensad (membre invité)

La soutenance se déroulera à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, lundi 6 décembre à 14h (bâtiment La Fabrique, Salle F.601 (6ème étage)).

Merci de vous munir du passe sanitaire pour assister à la soutenance.

Résumé : Ce travail de thèse a pour objectif de définir l’apport de l’École des arts décoratifs à la formation des architectes. L’École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD), anciennement première École gratuite de dessin de Parisest créée en 1767 par Jean-Jacques Bachelier (1724-1806). L’institution, à ses débuts, forme des ouvriers capables de suivre le goût des artistes. Rapidement les élèves les plus doués deviennent artistes ou architectes. En effet, l’enseignement de l’architecture,d’abord au service d’une formation ouvrière, ne cesse de se développer jusqu’à la création, en 1922, d’un diplôme d’architecte DPE-DAD (Diplômé par l’État – Diplômé des arts décoratifs). L’École, alors formatrice d’architecte, est également depuis leXIXème siècle considérée comme l’antichambre de l’École nationale des beaux-arts dont le diplôme DPLG (Diplômé par le gouvernement) est mis en place dès 1874.En 1941, suite aux réflexions menées sur la profession d’architecte et en parallèle de la création de l’ordre des architectes, qui vise à rendre le diplôme obligatoire pour exercer, les deux principales écoles formatrices d’architectes, l’ENSBA et l’ENSAD,sont réunies sous une même direction. L’École des arts décoratifs est finalement considérée inapte à la formation des architectes et l’École des beaux-arts retrouve la place centrale, qu’elle occupait avant 1922, dans la formation des architectes.

Un premier volet de la recherche s’intéresse aux élèves et aux professeurs de l’École. Ilpermet de comprendre à qui est adressée la formation architecturale et par qui elle est diffusée. L’étude de carrières d’élèves formés, et pour certains diplômés, par l’ENSAD alimente la recherche.La thèse permet, dans un second volet, d’éclairer le contenu et l’évolution de la formation architecturale de l’École des arts décoratifs. Elle permet également de définir les éventuelles spécialités enseignées à l’École et clarifie le positionnement de l’École des arts décoratifs à travers un panorama d’écoles formatrices d’architecte au XIXème et XXème siècle.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Maurer (29 novembre 2021). Soutenance de thèse : L’Architecture à l’Ecole des arts décoratifs. Regards sur l’évolution d’un enseignement : de la culture générale artistique à la formation de l’architecte diplômé (1831-1942). EnsArchi. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/of8r


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search