Lille-Roubaix-Tourcoing vs Tournai-Gand. Contexte transfrontalier et concurrence pédagogique, 1905-1939

Les particularités géographiques, économiques et sans doute politiques, expliquent l’émergence à la fin du XIXesiècle, en pleine prospérité industrielle, de plusieurs lieux d’enseignements de l’architecture dans la métropole lilloise, alors en pleine constitution. Vers 1900, la situation urbaine et administrative reposait sur trois pôles principaux, Lille, Roubaix et Tourcoing, mais sur le plan économique ou artistique, les échanges avec la Belgique voisine étaient quotidiens. Jouxtant Tourcoing et Roubaix, les villes belges de Courtrai et Mouscron, avec Tournai un peu plus au sud et Gand au nord, accueillaient aussi bien des succursales des entreprises textiles françaises qu’elles fournissaient une main-d’œuvre transitoire journalière. La perméabilité de la frontière fit que dès le milieu du XIXe siècle, les échanges intellectuels, artistiques et politiques, aboutirent à bien des parcours croisés. Dans une sorte d’effet d’aller-retour, la facilité du passage frontalier a également questionné toutes les personnes concernées par l’acte de bâtir sur leur degré d’adhésion à l’idée régionaliste[1]. La « couleur locale », défendue dans les discours politiques ou artistiques, était-elle ancrée dans un sentiment plus profond, ou par des actes concrets ? Les architectes et enseignants y étaient-ils sensibles ? Chaque ville d’importance étant dotée d’écoles académiques, transformées ensuite en Écoles des beaux-arts dans lesquelles l’architecture était systématiquement enseignée, la métropole lilloise fut le théâtre d’une forme de concurrence pédagogique qui constitue vraisemblablement un cas unique en France. Entre 1905 et la fin de la Seconde Guerre mondiale, cette particularité se trouvait augmentée par la présence des Instituts Saint-Luc, en France comme en Belgique, puissant contrepoint catholique à l’enseignement académique laïc.

Une concurrence ou émulation métropolitaine

En 1905, quand l’École régionale d’architecture (ERA) de Lille fut créée, officialisant un statut plus digne d’accompagner la place dominante que la ville prenait graduellement sur le plan administratif dans la région, elle n’était pas la première section d’École des beaux-arts à être un lieu d’enseignement de l’architecture. Certes, l’aval de Paris changeait la donne, mais en termes de prestige, voire de primauté, la situation locale offrait un paysage riche. Pour le brosser clairement, il faut examiner par ordre de constitution et d’importance les trois écoles de Roubaix, Lille et Tourcoing.

L’ERA de Lille, sur le plan de la notoriété, se plaçait assez loin derrière une école pionnière qui avait déjà atteint une renommée internationale : l’École nationale des Arts Industriels (ENAI) de Roubaix. Fondée en 1882 par arrêté ministériel, cette école fut impulsée directement par le patronat local, tout puissant et dominant la municipalité. Plus avant, en 1851, l’école académique de Roubaix était dirigée par un architecte, Théodore Lepers (1813-1869), un ancien de chez Labrouste, ce qui était peut-être déjà un signe de l’importance de cette discipline sur le « marché » local. L’idée de l’ENAI germa dès 1876 et reposait sur la transformation des écoles académiques de la ville, fédérées et élargies afin de former la jeunesse aux divers métiers qui s’ouvraient autour du textile principalement, mais avec la volonté de garder une vocation étendue en incluant l’architecture[2]. De plus, l’ambition était d’adjoindre à ces enseignements une bibliothèque et un musée. Sur cette base, l’école se dota de nouveaux locaux (fig.01), signés Ferdinand Dutert, en 1889, ou le fer des poutres s’exprime à l’intérieur dans une grande honnêteté constructive[3]. L’édifice imposant soulignait l’investissement considérable de la ville dans cette aventure pédagogique.

Figure 1. L‘ENAI au début du XXe siècle. Carte postale ancienne, collection Médiathèque de Roubaix.

En 1902, l’école acheva sa mue sous la direction énergique de Victor Champier (1851-1929), un des grands spécialistes des Art décoratifs. Transplanté de son milieu parisien, il demeura le directeur convaincu et dynamique de l’établissement jusqu’en 1929. Champier réorganisa les cours et fit la part belle à l’étude des ornements et des applications de la flore. Trois sections existaient et ce jusque très avant dans le XXe siècle : une des arts, avec les arts appliqués et l’architecture, une section scientifique (mathématique, chimie, géométrie, électricité…) et une spécifique au textile. Une des particularités du cursus etait d’obliger les étudiants à suivre des cours dans plusieurs sections[4].

La section architecture fut alors confiée à Louis Barbotin (1852-1914), un pur roubaisien[5]. La relève sera prise en 1912 par son fils Jacques qui resta en poste jusqu’au 22 mai 1935. Tous deux furent d’ardents défenseurs du régionalisme[6]. Il fut remplacé par un de ses anciens élèves devenu architecte à Roubaix, Pierre Neveux (1902-1972), qui sera suppléé pendant la guerre par Marcel Spender (1902-1999) et Maurice Caucheteux jusqu’en 1945. Tous ces architectes furent ouvertement modernes et on peut dire que les années 1930 ont été à ce titre une période charnière dans l’enseignement local, y compris avec la venue de Robert Mallet-Stevens à Lille en 1936.

Lors des premières années, on faisait étudier les ordres et les notions de proportions qui en découlaient. Les élèves de seconde section acquéraient « l’habileté nécessaire au dessin d’architecture en étudiant sur toutes les faces, plans, coupes, élévations, profils à grande échelle des choses exécutées »[7]. Un cours de construction était également professé. Des projets définis avec sujets concrets leurs permettaient de faire leurs premières armes :

“Les élèves architectes étaient tenus de suivre pendant au moins un an les cours de mathématiques et de géométrie, de dessin géométrique et perspective ; les cours d’histoire de l’art, et de subir un examen d’admission. Une fois admis, ils étaient dans l’obligation de suivre les cours élémentaire, moyen ou supérieur de dessin (selon leur niveau), et les cours de modelage et de sculpture en alternance. Ils continuaient pendant leur formation à suivre des cours de mathématiques et de géométrie descriptive. Il leur était fortement conseillé de s’inscrire en cours de composition décorative, de peinture et de physique générale.”[8]

A Roubaix, l’architecture était un « marché » sérieux, et nécessitait qu’on la traite avec toute l’attention nécessaire. Il y aura toujours un architecte au sein du conseil supérieur de l’école, tous d’anciens élèves locaux, perfectionnés ailleurs et établi dans la ville. Il y eu également un Comité de l’enseignement des arts, dans lequel l’essentiel des architectes de renoms locaux siégèrent. La formation architecture resta active jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Durant toute la première moitié du XXe siècle, la plupart des enfants d’architectes habitant la ville la fréquentèrent, avant de se parfaire à Lille ou à Paris, comme les Dupire, les Neveux, les Spender…[9]

Il faut insister sur l’importance de cette école, dont on a trop vite oublié le rôle essentiel au niveau national et dont la réputation internationale, qu’elle détient toujours, était une réalité vérifiable dans les revues et magazines d’Arts décoratifs. Cette réputation dépassait les frontières, sans doute grâce aux réformes et au réseau relationnel de son directeur. Il faut retenir de cette excellence qu’en 1904, L’ENAI accueillit une délégation de la Glasgow school of art, celle-là même qui avait formé Mackintosh et son entourage, délégation qui cherchait un professeur et des méthodes spécifiques pour son nouveau département textile[10].

La création de L’École Régionale d’Architecture de Lille, peut-elle se voir comme une forme de réaction face à la montée en puissance de l’école roubaisienne ? Certes, l’impulsion pour la création des ERA était nationale, les indicateurs bougeaient fortement depuis les années 1880, mais le retard local en quelque sorte ne put manquer d’engendrer une forme d’émulation. La question des locaux fut à ce titre significative : étroitement logée au sein de la vieille ville (Fig.2), l’ERA et l’EBA n’offraient pas l’image rayonnante et réellement moderne de l’école roubaisienne. Malgré plusieurs tentatives d’édification d’une nouvelle école dès la fin du XIXe siècle[11], puis sous le mandat de Robert Mallet-Stevens dans les années 1930[12], les nouveaux locaux ne seront inaugurés qu’en 1964. Il y eut donc un déficit d’image ou de visibilité qui n’honorait pas la formation lilloise.

Figure 2. Le conservatoire (à gauche) a été préservé, mais l’ancienne Ecole des Beaux-arts et d’architecture a été démolie dans les années 1970. Carte postale ancienne, collection de l’auteur.

Sur un autre plan, l’école de Lille devait-elle afficher une réelle « couleur locale », ou au contraire continuer à promouvoir une étroite relation pédagogique avec l’EDBA de Paris ? C’est au sein de cette dernière que tous les enseignants lillois de l’ERA de 1905 avaient choisi de parachever leurs formations. Une forme de paradoxe permanent régna au moins jusqu’à l’arrivée de Mallet-Stevens, car ce sera la voie du « à la fois » qui fut plus ou moins consciemment suivie. Dans les discours, il n’était pas rare de trouver un accent régional convaincu ; dans les faits, quelques édifices d’importance furent construits en style flamand par d’éminents professeurs d’atelier, au premier rang duquel dominait la figure de Louis Cordonnier. Lors du soutien de la municipalité à la création de l’ERA de Lille, le conseiller Danchin, qui soutint le projet, affirmait : « on fera revivre cette architecture spéciale flamande qui tend à disparaitre, car si nous sommes bien français, nous avons du sang flamand dans les veines. Regardez dans les autres villes, et vous verrez qu’elles ont conservé cet esprit et cette tradition particulière que l’on appelle la couleur locale. »[13] Alphonse Dubuisson (1839-1920), un des architectes enseignants impliqués dans la création de l’ERA, n’aura de cesse de soutenir l’option régionaliste par soucis d’intégration logique aux climat et habitudes locales. Son fils, Émile (1873-1947), qui enseigna à la fois aux Beaux-arts l’histoire des Arts appliqués et en architecture l’histoire de l’architecture, a consacré au moins deux cours à la tradition régionale dans les cours manuscrits qui nous parvenus[14]. Pourtant, dans les faits, si l’aspect régional de certains programmes a pu encourager dans cette voie quelques étudiants, la tendance n’était pas dominante, et la doxa Beaux-arts parisienne demeura une norme, sécurisante, qu’aucun élève ne put négliger.

Tourcoing pourrait occuper une place subalterne dans ce trio, mais le parcours de son plus brillant élève va éclairer parfaitement la question transfrontalière, entre régionalisme et modernité. Au début du XXe siècle, l’École des beaux-arts de Tourcoing, elle aussi créée sur la base de ses écoles académiques, incluait l’architecture dans sa formation car son directeur Jules Bourgeois, était lui-même architecte. Ce n’est pourtant pas lui qui édifia la Nouvelle école en 1904, mais E. Marquette[15] (fig.3), édifice d’une grande dignité, original dans le choix de sa mosaïque de céramique ornant la façade.

Figure 3. L’ancienne École des Beaux-arts de Tourcoing. État actuel, photographie de l’auteur en 2021.

Durant l’entre-deux guerres, c’est le fils de Jules, Charles Bourgeois (1878-1941), qui dirigea l’École des beaux-arts. Architecte formé par son père dans cet établissement, où il remporta tous les premiers prix, Bourgeois est très proche du milieu catholique et ne peut pas ne pas connaître les Instituts Saint-Luc, qui en étaient le bras pédagogique et artistique. Une fois ses médailles françaises obtenues à Tourcoing, Bourgeois ira parfaire sa formation à Gand, à l’institut Saint-Luc le plus prestigieux (et le premier créé), en 1898-99, puis à Bruxelles, où il collabora avec Paul Saintenoy jusqu’en 1906[16].

Les dessins d’étudiants de Bourgeois en disent long sur les orientations esthétiques initiales reçues et acceptées, à la fois gothique et flamande (fig. 4). Il semble que l’architecte ne se soit jamais départi totalement de cette impulsion première, puisqu’il garda comme credo professionnel, et donc sans doute pédagogique, l’idée de créer une architecture à la fois moderne mais en filiation avec certaines traditions tout en étant profondément locale… Son passage par la Belgique lui fit épouser tout d’abord de manière critique la tendance d’un Art nouveau sobre[17]. Spécialiste de l‘habitat, Bourgeois occupa une place clef dans le concert de l’enseignement de l’architecture dans la métropole lilloise. À l’heure ou une bonne partie de la région se reconstruisait dans un régionalisme démonstratif, Bourgeois ne fut sans doute pas nommé par hasard comme directeur de l’école de Tourcoing. En 1931, il obtint la médaille pour l’enseignement de l’association provinciale des architectes Français[18]. Il fut aussi membre du comité des Arts appliqués, section qui, comme partout dans la métropole, était étroitement liés dans l’apprentissage à l’architecture.

Figure 4. Dessin de Charles Bourgeois pour son parallèle des formes d’architectures gothiques entre la France et la Belgique, exposé dans de nombreux salons au début du XXe siècle. Publié vers 1932 dans BOURGEOIS Charles, L’architecture dans le Nord de la France, Strasbourg, Edari.

Faut-il considérer Tourcoing comme une école réellement différente ? Il semble qu’elle ait plutôt offert à cette période un pont entre deux visions de l’enseignement, ou du moins ait mieux intégré une dimension régionaliste. Faute de travaux d’élèves disponibles, il est difficile d’estimer définitivement cet aspect. Le parcours de Bourgeois indique bien l’excellence atteignable dans une modeste école des Beaux-arts, qui ne bloquait en rien un parcours professionnel brillant. Il illustre aussi les ponts qui existaient avec la Belgique et la différence fondamentale avec ce qu’offraient alors les Instituts Saint-Luc en regard des enseignements français.

Une pédagogie catholique conquérante

La concurrence externe aux Écoles des beaux-arts de la métropole lilloise vint très rapidement du milieu catholique, localement marqué par son extrême prosélytisme. Les Instituts Saint-Luc furent tout d’abord créés à Gand sous l’impulsion de l’architecte et créateur autodidacte Jean-Baptiste, baron Bethune (1821-1894), dès 1863[19]. Le zèle très développé des catholiques belges ultramontains, associés à leurs amis français lillois, engagea durant toute la fin du XIXe siècle une forte poussée sur le territoire transfrontalier, afin de reconquérir par la foi une population augmentant très vite mais visiblement tentée par les voies (les voix ?) laïques et socialistes.

C’est de ce zèle dont dépendra la création de deux antennes de Saint-Luc, l’une à Lille en 1877-78 et l’autre à Tournai en 1878. Avec le choix d’une implantation lilloise, au cœur de la métropole, l’Institut Saint-Luc entendait clairement être une alternative chrétienne à la formation académique[20]. Le premier fait consista pour Bethune à acheter lui-même une maison et louer des locaux attenants pour y loger les premiers cours et ateliers. À Lille, l’adresse revêt, peut-être fortuitement, une importance stratégique. C’est par ses relations dans les milieux religieux, et sans doute pour ne pas être éloigné de la cathédrale de la Treille, alors en édification et sous son contrôle de chantier à cette époque, que Bethune logea l’Institut Saint-Luc rue de la Monnaie, sans doute dans les maisons faisant partie de l’hospice Comtesse[21]. L’Institut Saint Luc était ainsi situé à moins d’une centaine de mètres de l’École des beaux-arts, sise place du Concert… Cette proximité devait-elle se voir comme une forme de compétitivité, ou d’émulation comparative, si on ne veut pas utiliser le mot concurrence ? À n’en pas douter, il y avait dans cette proximité matière à provoquer des regards et des interrogations.

Avant même la création des Écoles des beaux-arts, et bien avant l’ERA, une partie de l’enseignement de l’architecture et des arts appliqués échappait quelque peu aux architectes locaux, dont certains, ouvertement Francs-Maçons, comme les Dubuisson, pouvaient ne pas être considérés avec bienveillance[22]. Dans les années 1870-80, le baron Bethune était sur tous les fronts du combat pour la promotion de la foi catholique, et s’impliquait aussi bien dans divers travaux d’architecture, que dans l’artisanat d’art ou encore dans des sociétés d’éditions, outil indispensable de la diffusion des savoirs[23]. C’est un fait important qui va permettre aux Instituts Saint-Luc de faire leur promotion par tous les moyens possibles : fascicules de présentation, bilans annuels des remises des prix, discours de positionnement politique et artistique et enfin, revue professionnelle illustrée, de grande qualité, comme le Bulletin des métiers d’arts. Cette revue, peu étudiée, était un véritable organe de diffusion des idéaux pédagogiques des Instituts, des travaux des élèves, comme ceux des jeunes diplômés, un outil de connaissance d’édifices anciens de références, l’organe des compte-rendu de comités, de réunions, congrès divers et symposiums, etc. Diffusée entre 1901 et 1914 en langue française, la revue était clairement destinée à séduire un vaste public.

Il est intéressant de noter que la philosophie générale de l’enseignement des instituts, dans les premiers textes fondateurs, se basait largement sur le modèle Violletleducien, à partir de son ouvrage populaire, Comment on devient dessinateur, ce qui revenait à s’appuyer sur les méthodes de l’école spéciale de dessin parisienne…[24] Pourtant, c’était bien l’observation de la nature qui à Saint-Luc rejoignait le principe de la vénération divine, au cœur de la ligne directrice pédagogique. Les journées d’école d’ailleurs commençaient a minima par une prière, si ce n’est par une messe. Dans cette tentative de renouvellement de l’art chrétien, en opposition marquée à l’enseignement académique et son immoralité, les programmes de l’enseignement de l’architecture, ne débutaient réellement qu’après trois années d’initiation au dessin, au relief et à la couleur (rappelons que les cours étaient essentiellement dispensés le soir). La branche architecture comprenait en 4e et 5e année la géométrie, la mécanique et statique, la composition architecturale, l’archéologie et des notions de liturgie. Les sujets de composition traitaient effectivement majoritairement de programmes catholiques (tous types d’édifices religieux ou d’institutions religieuses, mais aussi habitat ou équipement public), et l’esthétique recherchée reposait sur d’infinies variations autour du néogothique et du néoflamand[25].

Expulsés de Lille par la loi Combes de 1904, les enseignants et élèves trouvèrent un refuge permanent et facile d’accès à Tournai, à environ trente minutes de train de Lille. Ils étaient alors paradoxalement logés en centre-ville dans des édifices néoclassiques, totalement à l’opposé de leur idéaux esthétiques (fig. 5). Il est probable que l’enseignement de l’architecture ait évolué durant l’entre-deux-guerres, mais la documentation manque pour cette période[26].

Figure 5. Confrontation d’une architecture classique et de modèles gothiques dans les locaux provisoires de l’Institut Saint-Luc à Tournai avant la Première Guerre mondiale. Bulletin des Métiers d’art, 1913, n°3, p.34.

Les Instituts Saint-Luc, fonctionnant entièrement sur financement privés, étaient dotés d’un puissant comité de soutien, qui fut en fait préexistant, la Guilde de Saint Thomas et Saint Luc, comptant parmi ses membres les plus éminentes fortunes belges Flamandes. Très curieusement, on peut trouver la trace du soutien à cet organe de Louis Cordonnier, par ailleurs impliqué dans l’ERA et titulaire d’un atelier, mentionné comme « grand protecteur de l’école Saint-Luc de Lille »[27]. Si une partie des architectes de la métropole fut très proche du patronat et du catholicisme régnant alors sur l’essentiel de la bourgeoisie d’affaire, on peut s’étonner de ce grand écart de Cordonnier entre deux visions de l’architecture et des Arts décoratifs très opposées, du moins sur le plan pédagogique.

L’influence des Instituts Saint-Luc dans la grande région Nord ne peut être minimisée. L’école a visiblement formé environ une centaine d’architectes avant la Seconde Guerre mondiale, dont des Français comme Paul Vilain (1860-1933)[28], très actif dans les domaines privés et religieux durant l’entre-deux-guerres, ou les Bouvy père (1857-1938) et fils[29], praticiens importants de la métropole entre 1880 et 1950. Saint-Luc fut aussi influent par ses publications et expositions, mais aussi par quelques figures dominant le paysage architectural belge. Il faut mentionner Louis Cloquet (1849-1920), dont le célèbre traité d’architecture[30], publié de nombreuses fois à partir de 1898 et au moins jusqu’en 1944, fut un usuel de la plupart des bibliothèques d’architectes. On le retrouve ainsi dans celle de l’école de Beaux-arts et ERA de Lille, ou chez Marcel Spender ou d’autre architectes de la métropole. Cet ouvrage, marqué par l’obédience à Bethune comme à Viollet-le-Duc, fait la part belle au gothique et au style flamand, sans négliger les classiques, une sorte de synthèse de ce que l’on apprenait dans un « grand Nord » durant toute la première moitié du XXe siècle.

La métropole lilloise fut bien une sorte de capitale multipolaire de l’enseignement de l’architecture et des Arts appliqués, cadre d’une confrontation entre deux visions, entre concurrence et émulation. Entre la fin du XIXe siècle et la Seconde Guerre mondiale, quatre écoles ont contribuées simultanément à former des architectes, certes pouvant se perfectionner ensuite ailleurs, mais sans que cela revête un caractère obligatoire. Si l’on élargi le cercle, en incluant les écoles de Valenciennes et de Douai, où furent formés F. Dutert et C. Moyaux entre autres, cela porte à six le nombre d’institutions qui enseignaient l’architecture jusqu’à un niveau avancé.

Sur le plan du contenu et des orientations pédagogiques, les quatre écoles concernées ont été touchées pendant le premier quart du XXe par une dimension régionaliste plus ou moins présente. Des personnalités représentatives de ce courant ont eu des rôles de premier plan dans les enseignements locaux jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, et cela ne peut manquer d’avoir coloré les contenus[31]. Tiraillées longtemps entre une modernité qui cherchait à s’affirmer et un milieu de la construction plutôt traditionnel, les écoles de la métropole lilloise ont proposé une complémentarité de formations propres à satisfaire un large marché.

par Gilles Maury

[1] Pour toute approche de l’impact de la question régionale dans la société du Nord entre la fin du XIXe siècle et la Seconde Guerre mondiale : MIHAIL Benoît, Une Flandre à la française, l’identité régionale à l’épreuve du modèle républicain, Bruxelles, Labor, 2006.

[2] MAREEL, Achille, L’enseignement à l’ENSAIT, mémoire de master 2, Université de Lille III, 2005.

[3] L’édifice tout entier est une profession de foi entre rationalisme et académisme. Les locaux sont pour l’époque un modèle du genre et généreusement proportionnés. Le musée, qui connaîtra bien des vicissitudes, verra ses collections être récupérées par la municipalité, pour devenir la base du musée La Piscine. La bibliothèque existe toujours et conserve un grand nombre d’archives. Le lieu et l’école n’ont pas encore fait l’objet d’une monographie digne de son intérêt architectural comme pédagogique.

[4] MAREEL, op. cit.

[5] La famille Barbotin est un bel exemple d’évolution sociale. Voir DESJONQUERES Pierre et MOREL Thomas, Philogone Barbotin (1785–1860), géomètre, arpenteur et agent voyer, en ligne : http://images.math.cnrs.fr/Philogone-Barbotin-1785-1860-geometre-arpenteur-et-agent-voyer.html, consulté en mars 2021.

[6] Ils sont les auteurs du Village flamand à l’Exposition Internationale de 1911 à Roubaix, qui sera suivi après guerre par la publication, L’habitation flamande, (BARBOTIN Jacques), Paris, Massin, 1924.

[7] Note d’inspection, 1884, Archives de l’ENSAIT, citée par MAREEL, op. cit. (tapuscrit non-paginé, avec l’aimable autorisation de l’auteur).

[8] MAREEL, op. cit. d’après CHAMPIER Victor, “Rapport au Conseil Supérieur sur l’administration de l’école en 1902-1903”.

[9] Il est difficile aujourd’hui de trouver les données chiffrées ou nominales des inscriptions dans cette section.

[10] McKENZIE Ray (dir.), The Flower and the green leaf, Edimburgh, Luath press, 2009, p.100.

[11] Il faut mentionner le projet de Louis-Marie Cordonnier pour une nouvelle école des Beaux-arts associée au Conservatoire de musique en 1897.

[12] KLEIN Richard, « Au Nord, le rêve de l’union de l’art et de l’industrie », dans Robert Mallet-Stevens, l’œuvre complète, Paris, Centre Pompidou, 2005, p.66-69.

[13] Délibération du Conseil municipal de Lille en 1905, citée par MIHAIL, op. cit., p. 138.

[14] Archives de l’ENSAPL, don d’une descendante en 2019.

[15] Un architecte sur lequel pour l’instant les données manquent. Le fait que ce ne soit pas Bourgeois qui soit en charge du projet mériterait une étude approfondie de l’édifice comme de l’institution, qui ne semble pas avoir été faite.

[16] BOURGEOIS Charles, L’architecture dans le Nord de la France, Strasbourg, Edari, circa 1932.

[17] Ce qui ressort d’un inventaire de l’auteur à Tourcoing, en complément d’un travail de master de LE BLAN Perrine, Charles Bourgeois (1878-1941), architecte, Université Paris IV, sous la direction de Bruno Foucart, 2 volumes, 1987.

[18] Bourgeois, op. cit., p.11. Cette organisation et spécifiquement cette médaille n’ont pas, semble-t-il, retenu l’attention de la Recherche.

[19] Avec l’appui de son ami Joseph de Hemptinne. Voir HELBIG Jules, Le Baron Bethune, fondateur des Écoles Saint-Luc. Étude biographique, Lille-Bruges, Société Saint-Augustin, Desclée-De Brouwer et Cie, 1906.

[20] FUZET, F. (chanoine), Les écoles de Saint-Luc et l’enseignement de l’art chrétien, Lille, Bruges, Imprimerie Saint-Augustin, 1881.

[21] Les numéros de rues ont peu changé depuis un siècle dans ce secteur, et il apparaît aujourd’hui que le n°39 se situe au niveau de l’hospice Comtesse, dont les maisons donnant sur la rue furent longtemps louées pour des activités commerciales. Par ailleurs, c’est Bethune qui finance lui-même l’installation.

[22] C’est d’ailleurs en partie l’appartenance de Jean Dubuisson à la Franc-Maçonnerie qui le fera être évincé de son poste durant la Seconde Guerre mondiale. GUILLERM Elise, Jean Dubuisson, la main et l’esprit moderne, Paris, Metispresses, 2021.

[23] Bethune fut le directeur artistique officieux des éditions Desclée-De Brouwer, fondées par ses amis Henri (1830-1917) et Jules (1833-1911) et leurs épouses. Cette société compta des succursales, ou des branches indépendantes comme les imprimeries Saint-Augustin, dans une forme de trust qu’il n’est pas aisé de comprendre aujourd’hui. http://oghb.be/recueils/les-desclee-et-desclee-de-maredsous, consulté en mars 2021.

[24] Certains textes, notamment ceux diffusés dans la presse grand public, mentionnent ouvertement cette filiation quelque peu forcée, puisque les fondements de la pensée de Viollet-le-Duc, si elle s’opposait bien à l’académisme, ne reposait pas du tout sur l’idée d’une nature inspiratrice liée au divin. De même, on y trouve mention de William Morris ou des préraphaélites, sous le double prétexte qu’ils s’appuyaient sur les arts du Moyen-âge, certes, mais aussi sur la notion de beauté dans le travail artisanal. Voir Le Journal de Roubaix, « Autour de l’apprentissage : les écoles de Saint-Luc », 6, 15, 28 mai, 19 juin et 3 juillet 1913, coupures de presse, Archives Fondation Bethune, Marke (AR44, 211-13).

[25] Ibid, pour toutes les précisions sur le programme. Ce texte publié à Roubaix, visiblement une sorte de communiqué de presse plus qu’un article indépendant, sera repris in extenso dans Le Bulletin des métiers d’art, n°3, 31 mars 1913. Il semble qu’il ait été destiné à accompagner les festivités du cinquantenaire des Instituts.

[26] Tout au plus sait-on que le français est abandonné pour le flamand.

[27] Souligné dans l’original, lettre de Léopold Philippe Dubois au baron Bethune, Archives Fondation Bethune, Marke. L’hôtel de ville de Dunkerque de Cordonnier sera publié dès le premier numéro du Bulletin des métiers d’art, 1901, p.155.

[28] LIARDET Olivier, « Les architectes Paul et Michel Vilain » dans, Lille, La Grâce d’une cathédrale : La treille, lumière du Nord, La Nuée bleue, 2014, pp. 136-137.

[29] MAURY Gilles, « Albert Bouvy, redécouverte de l’œuvre d’un architecte », dans Gens & Pierres de Roubaix, n°15, 2013, p.22-39.

[30] CLOQUET Louis, Traité d’architecture, Paris et Liège, Béranger, 1901 (version complète), 5 tomes. Il faut noter que l’impression est assurée par Desclée-De Brouwer à Lille, qui par ailleurs publient la quasi totalité des ouvrages de Cloquet.

[31] Pour lesquels il faudrait maintenant faire l’étude des sujets donnés et espérer trouver des documents graphiques en quantité suffisante.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Gilles Maury (4 novembre 2021). Lille-Roubaix-Tourcoing vs Tournai-Gand. Contexte transfrontalier et concurrence pédagogique, 1905-1939. EnsArchi. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/of8q


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search