Huet. De l’architecture à la ville, une anthologie des écrits de Bernard Huet

Juliette Pommier, Huet. De l’architecture à la ville, une anthologie des écrits de Bernard Huet, Paris, collection Arguments, Zeug/Ensa-PB, 2021, 502 pages.

Cet ouvrage dû à Juliette Pommier, diplômée de Paris-Belleville et qui a soutenu en 2010 sa thèse de doctorat intitulée Vers une architecture urbaine, la trajectoire de Bernard Huet, sous la direction de Jean-Louis Cohen, rassemble une partie des écrits de Bernard Huet, architecte, urbaniste, enseignant et chercheur. Les textes réunis dans cette anthologie publiée en 2020 dans le cadre du cinquantième anniversaire de l’Unité pédagogique d’Architecture n°8 (UP8) permettent d’étendre la recherche sur l’enseignement de l’architecture et le débat sur l’architecture et la ville. Juliette Pommier procède à une sélection de 33 textes — sur les 187 recensés et répertoriés en annexe — venant soutenir la structure thématique de l’ouvrage scindé en quatre parties qui permettent de l’appréhender de façon synchronique. Il est cependant possible de considérer cet ouvrage selon le déploiement diachronique de la pensée de Bernard Huet entre les écrits précoces de mai-juin 1968 et sa conférence de 2001 sur l’état de la théorie de l’architecture. Il s’agit pour Juliette Pommier de rendre compte de la construction progressive des idées et de l’itération des sujets chez Bernard Huet. Ces deux manières d’appréhender ses écrits font apparaître la pluralité des positions qu’il occupe et les postures de son discours dont la dimension didactique reste invariablement présente. Ainsi, aux écrits choisis et compilés montrant la participation de Bernard Huet à la refonte de l’enseignement de l’architecture s’ajoutent ceux qui abordent la transmission, l’articulation entre théorie et critique et enfin la conception de l’architecture urbaine.

Le choix des textes de Juliette Pommier permet de faire transparaitre les sources de la pensée de Bernard Huet que sont l’héritage Beaux-Arts, la leçon de Kahn ou encore l’italophilie au prisme de la sociologie urbaine. Elle mobilise et combine ces textes afin de montrer la participation de cet architecte à la refonte de l’enseignement de l’architecture à l’occasion de la création d’UP8 dont il sera le co-fondateur en 1968-1969. Bernard Huet débute une activité de chercheur à la suite de la création du CORDA fondé en 1972 et devient rédacteur en chef de la Revue Architecture d’Aujourd’hui entre 1974 et 1977. La compilation judicieuse de ces textes peu connus permet de déterminer le positionnement de Bernard Huet quant à ses réflexions sur la recherche architecturale et urbaine – Juliette Pommier souligne que l’article « L’architecture contre la ville [1]» est sans doute le plus emblématique des positions de l’architecte, inspirées de la Tendenza— et quant à la nécessité pour lui de développer la notion du projet urbain, définie par opposition au modèle fonctionnaliste de l’urbanisme moderne. Il s’agit plus précisément pour lui de respecter les mécanismes typologiques et morphologiques de la ville historique pour fabriquer le projet urbain contemporain.

Les textes présentés au premier chapitre témoignent des questionnements de Bernard Huet sur le logement, la construction de la ville et de l’espace urbain, la question des identités culturelles, de la modernité et de la tradition. L’architecte fait également l’état de la théorie de l’architecture au XXe siècle et de l’apport théorique de Durand considéré comme une instance de médiation entre théorie et pratique. Juliette Pommier choisit également deux textes qui traitent du questionnement de Bernard Huet pour le baroque, art fondamentalement urbain et de l’enjeu de l’architecture et de la ville. Ces textes démontrent incontestablement l’importance qu’accorde Bernard Huet à la recherche et l’intérêt de leur choix se trouve dans la mise en lumière de l’objet de cette recherche, les rapports qu’entretiennent l’architecture et la ville.

L’auteur propose ensuite à l’occasion du second chapitre une mise en avant de la place que Bernard Huet accorde à la transmission en choisissant un texte qui donne les orientations et les objectifs pédagogiques d’UP8. D’autres textes encore sur l’articulation théorie et pratique, la place de la construction dans l’enseignement de projet, des sciences humaines, le concept de type comme structure de médiation vers le projet architectural et enfin sur le bilan de Bernard Huet sur l’enseignement à l’occasion de la réforme de 1978 viennent parfaitement témoigner de son engagement pour l’enseignement. Les choix de textes permettent à Juliette Pommier de montrer l’importance pour l’architecte de ne pas isoler une école d’architecture du corps social et d’insister sur le caractère spécifique de l’enseignement de l’architecture tout en précisant le cursus et l’organisation en « studios », terme choisi pour éviter la confusion avec l’ancienne signification du mot « atelier ». Enfin, Juliette Pommier met en exergue dans ce chapitre l’intérêt de Bernard Huet pour les travaux anglo-saxons, les « Systematic Design Methods », les recherches sociologiques d’Henri Raymond, les types architecturaux et les rapports entre typologie et et morphologie urbaine.

Le troisième chapitre prend pour thème l’articulation de la théorie et de la critique et la réflexion de Bernard Huet sur cet enjeu. Le texte « Formalisme/ Réalisme [2]» daté de 1977 clarifie les termes de ce débat et en étend le sens. La préface de l’ouvrage de Manfredo Tafuri, Projet et Utopie[3], porté tardivement à la connaissance des français montre son caractère fondamental puisqu’il permet de saisir l’évolution d’une pensée, de fournir un ensemble d’hypothèses de travail et stimule le débat culturel français « au moment où le courant de recherches historiques et critiques issues des événements de mai 1968 connaît un réel essoufflement ». Juliette Pommier met également en avant l’importance d’Aldo Rossi sur la pensée de Bernard Huet. Afin de saisir l’importance fondamentale d’une des sources de la pensée de l’architecte, deux textes nous paraissent fondamentaux. Ils montrent les influences décisives qu’a eu Louis Kahn sur l’enseignement de Bernard Huet, notamment celles qui concernent le retour à l’histoire, la question de la ville, ou encore la construction « rationnelle » de l’architecture. Enfin, Juliette Pommier choisit une critique de l’œuvre de Fernand Pouillon, dont les préoccupations concernent pour Bernard Huet le désintérêt pour l’idée d’une architecture conçue comme un objet, « l’idée de construction de la ville comme lieu d’émergence de l’espace public ». Chacun de ces architectes a été déterminant dans l’élaboration de la pensée critique de Bernard Huet.

Le quatrième chapitre concerne la conception de l’architecture urbaine pour laquelle le rapport à l’histoire est largement convoqué. Après l’éditorial de Bernard Huet intitulé « Petit manifeste pour célébrer la nouvelle année [4]», Juliette Pommier y ajoute un texte dans lequel il montre comment il envisage les luttes urbaines comme l’articulation entre la sauvegarde des centres historiques et le projet social et politique en précisant les différentes méthodes utilisées jusque-là que sont la restauration, le curetage, la réhabilitation et enfin le problème de l’intégration d’édifices nouveaux dans un tissu ancien. Bernard Huet fait ainsi l’esquisse d’une doctrine de l’intervention. Un article tiré de la Revue Arquitectonica[5] traite d’une étude de cas : l’aménagement de la place Stalingrad, dont Bernard Huet dit qu’elle est une « réalisation fidèle à l’esprit de l’histoire du lieu ». Enfin, « Le plaidoyer pour la banalité ou La quête du sublime » tiré du catalogue d’exposition Métamorphoses parisiennes[6] montre comment Bernard Huet définit l’idée de maitrise de la banalité chez l’architecte et la façon de rendre cette banalité intéressante.

Grâce à « un patient jeu de piste » dans les bibliothèques comme le stipule Jean-Louis Cohen dans son avant-propos, Juliette Pommier nous permet de prendre la mesure d’une partie des textes de Bernard Huet qu’elle rassemble dans cette anthologie de façon thématique. Ce recueil complète les publications qui permettaient d’aborder son œuvre, un recueil d’articles datant de 1981, Anachroniques d’architecture[7], et une monographie de Serge Santelli[8], ancien élève et collaborateur. Sa lecture permet de mesurer l’étendue des intérêts de l’architecte puisque les contributions portent sur les enjeux théoriques, politiques — dont on peut retrouver le contexte dans les deux ouvrages de Jean-Louis Violeau[9] — et esthétiques de l’architecture. Les sources de sa pensée font l’objet d’un processus d’assimilation dont Juliette Pommier rend parfaitement et clairement compte dans cet ouvrage. Les textes choisis dans les différentes parties montrent comment Bernard Huet, à partir de ces sources et d’autres encore, élabore une pensée qui lui est propre. Le grand écart établi par Juliette Pommier entre les textes connus et moins connus donne à cette anthologie une certaine richesse. De fait, cet ouvrage et celui de Marie-Jeanne Dumont et d’Antoine Perron[10], consacré à la pédagogie d’UP8 sont parfaitement complémentaires. Un petit regret cependant, le fait que Juliette Pommier n’évoque pas davantage, par le choix de ses textes au deuxième et troisième chapitre, les collaborations, françaises et étrangères, de Bernard Huet comme celle de Serge Santelli ou David Bigelman, en studio ou à l’occasion de sa pratique.

Sommaire :

1. Refonder la discipline

  • Recherche/Habitat, introduction au dossier « Recherche Habitat », L’Architecture d’Aujourd’hui n°174, juillet-août 1974, p. 1.
  • Recherche et projet, conférence, in Actes du colloque « Architecture : Recherche et Action », Marseille, 12-13 mars 1979, Paris : MULT.
  • Circularité et identité, « The Modernity in a Tradition: the Arab-Muslim Culture of North Africa », (conférence), Mimar n°10, pp. 49-56. Republication : « Circularité et identité », Signes du présent n°3, Rabat, 1988, pp.73-82.
  • Les trois fortunes de Durand, préface à W.Szambien, C.D. Durand, Paris: Picard, pp.6-11.
  • La chapelle sicilienne, conférence, in (N)Ombres, baroques et Modernité, actes des cycles de conférences sur le baroque et la modernité, en mars 1991 et 92, Le Mans : école régionale du Mans, pp. 101-110.
  • Avant-propos, Paris, formes urbaines et architectures, Les Cahiers de l’IPRAUS n°1, Paris : Recherches, fév. 1998, pp.5-7.
  • Sur un état de la théorie de l’architecture au XXe siècle, Paris, formes urbaines et architectures, Les Cahiers de l’IPRAUS n°1, Paris : Recherches, fév. 1998, pp.5-7.

2. Transmettre la discipline

  • Avertissement, in B.Huet et J.Fredet, Le rapport vert, Plate-forme d’orientation politique, de discussion, d’hypothèses d’enseignement, Rapport interne à l’ENSBA, élaboré à partir des travaux de la commission enseignement des grévistes de l’ENSBA, mai-juin 1968, p.0-1.
  • Pourquoi « UP8 »? 1969.
  • Orientations pédagogiques, programme pédagogique d’UP8, 1970.
  • Studio « Mise en forme », dossier sur UP8, AMC n°27, avril 1972, pp. 28-29.
  • Le nouveau voyage au bout de la nuit, dossier « Ecoles et professions d’architectes », Cahier pédagogique n°2, Centre de recherches en sciences humaines/Institut de l’Environnement, 1974, pp. 15-21.
  • Point de vue sur l’enseignement, AMC n°44, fév 1978, pp. 52-59.
  • Théorie et modèles in J.F. Mabardi (dir.), L’enseignement du projet d’architecture, actes du colloque de Louvain, mai 1994, Paris : ministère de l’Equipement, 1995, pp.75-91.

3. Articuler théorie et critique

  • Editorial, L’Architecture d’aujourd’hui, n°174, juillet-août 1974, p. VII.
  • Université, ville et territoire, dossier « Université, ville et territoire « : « Université et développement », « Les mégastructures en ligne », L’Architecture d’aujourd’hui n°183, janv-fév. 1976, pp. 3,18,30. Republication in Anachroniques d’architecture, Bruxelles : Archives d’Architecture Moderne, 1981.
  • Formalisme/Réalisme, L’Architecture d’Aujourd’hui n°190, avril-mai 1977, pp. 35-36.
  • La Chute d’Icare, préface à M. Tafuri (1973), Projet et Utopie : de l’avant-garde à la métropole, Paris : Dunod, 1979, pp.V-VII
  • Aldo Rossi ou l’exaltation de la raison, « Aldo Rossi o l’esaltazione della ragione », introduction, in A. Rossi, Aldo Rossi: tre Città- Milano, Parugia, Mantova, Quaderni di Lotus, Milan, Electa, 1984, pp. 9-21.
  • Louis Kahn et l’Europe, introduction, in D.B.Brownlee, D.G. De Long, Louis Kahn et le monde de l’architecte, Paris : Centre G. Pompidou, 1992, pp. 18-25.
  • Les enjeux de la critique, cycle de conférences de 1990-1991 de la Tribune d’histoire et d’actualité de l’architecture de la SFA, Le Visiteur n°1, 1995, pp. 88-97.
  • La modernité de Fernand Pouillon, conférence, in J.L. Bonillo (dir.), Fernand Pouillon/ Architecte méditerranéen, colloque de Marseille, 29-30 mars 1996, Marseille, Imbernon, 2001, pp. 29-36.

4. Concevoir l’architecture urbaine

  • Petit manifeste pour célébrer la nouvelle année, éditorial, L’Architecture d’Aujourd’hui n°177, janv-fév. 1975, pp. IX-X.
  • Un avenir pour notre passé ?, L’Architecture d’Aujourd’hui n°180, juillet-août 1975, pp. 68 -74.
  • L’architecture contre la ville, AMC n°114, décembre 1986, pp. 10-13.
  • Meurtre près de la cathédrale, entretien réalisé par V.Hartmann, Revue des Monuments Historiques, n°153, oct.1987, pp. 25-29.
  • De la qualité architecturale des édifices publics à l’architecture publique in Architectures publiques 1990, exposition au Centre Pompidou, 28 mars – 7 mai 1990, Liège : Mardaga, pp. 15-18.
  • Place Stalingrad, un proyecto de reconstrucción urbana en Paris, Arquitectonica n°9, mai 1992, pp.13-44.
  • Espaces publics, espaces résiduels, conférence, actes de colloque organisés par la Maison du Rhône à Givors en 1990, 1991 et 1992, Givors: OMAC, pp. 17-21.
  • Le projet urbain et l’histoire, conférence, in A. Masboungi (dir.), Comprendre, penser, Construire la ville : Projet urbain, de l’intention à la réalisation, repères méthodologiques, actes du colloque de Strasbourg du 29-30 sept.1992 : « De l’intention à la réalisation », Paris : Direction de l’Architecture et de l’Urbanisme, pp. 8-10.
  • Plaidoyer pour la banalité ou la Quête du sublime in catalogue de l’exposition Métamorphoses parisiennes, Paris : Pavillon de l’Arsenal, 1996.
  • Les architectes et la ville, actes du colloque de Bordeaux, 16-19 oct. 1997: « Patrimoine et territoire » La Pierre d’angle n°21-22, oct. 1997, pp. 18-21.
  • Une génétique urbaine, Arquitectonica n°9, mai 1992, pp.13-44.

 

Recension par Catherine Giuli

[1] Voir en annexe au chapitre 4 « Concevoir l’architecture urbaine ».

[2] Voir en annexe au chapitre 3 « Articuler théorie et critique ».

[3] Manfredo Tafuri (1973), Projet et Utopie : de l’avant-garde à la métropole, Paris : Dunod, 1979.

[4] Voir en annexe au chapitre 4 « Concevoir l’architecture urbaine ».

[5] Id.

[6] Id.

[7] Bernard Huet, Anachroniques d’architecture, Bruxelles, Archives d’Architecture Moderne, 1981.

[8] Serge Santelli (dir.), Bernard Huet : Architecte urbaniste, Paris : Hartmann, 2003.

[9] Jean-Louis Violeau, Les architectes et Mai 68, Paris, Recherches, 2005.

Jean-Louis Violeau, Les architectes et Mai 81, Recherches, 2010.

[10] Marie-Jeanne Dumont, Antoine Perron, UP8. Pour une pédagogie de l’architecture, Paris, coll. Arguments, Zeug/Énsa-PB, 2020, 320 p.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Catherine Giuli (23 octobre 2021). Huet. De l’architecture à la ville, une anthologie des écrits de Bernard Huet. EnsArchi. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/of8p


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search