La « ville » à l’ENSBA (1906-1968). L’oubliée des concours scolaires ?

Résumé : À partir des recueils de concours scolaires publiés aux éditions Vincent, Fréal & Cie entre 1906 et 1967, cet article propose une première analyse de la place accordée à la « ville » dans les concours d’architecture à l’École des beaux-arts. Après avoir défini les critères de sélection du corpus, il propose une lecture des sujets abordés qui traduisent la variété de la représentation du sujet et de son évolution, au cours du siècle, dans ses échelles et ses problématiques ; il s’intéresse ensuite aux dessins produits par les élèves pour illustrer certains éléments remarquables liés, notamment, à l’influence d’une production contemporaine.

Inscrite dans une étude plus large des concours scolaires avant 1968 à l’École des beaux-arts (les édifices de l’industrie cinématographique, les équipements scolaires, les lieux de représentation du pouvoir…), cette analyse veut contribuer au renouvellement des connaissances de l’histoire de l’enseignement de l’architecture à l’ENSBA à travers les concours. Elle fait l’hypothèse que le corpus étudié constitue un échantillon significatif du degré d’ouverture de l’enseignement de l’architecture à la modernité et qu’il traduit, plus largement, une évolution de la discipline et de la pratique urbanistique.


À lire les récits d’anciens élèves de l’École des beaux-arts (ENSBA) au XXe siècle, l’enseignement de l’architecture est obsolète. Pierre Dufau (1908-1985) élève de 1929 à 1938, le qualifie de « complètement déconnecté des réalités » et entretenant des « malentendus[1]» quant au rôle de l’architecte face à la ville ; René Gagès (1921-2008) élève à l’ERA Lyon entre 1939 et 1947, évoque un enseignement qui, « par tradition, ignorait superbement toute recherche, toute création architecturale qui lui étaient étrangères[2]» ; Antoine Stinco (né en 1934), élève à l’ENSBA entre 1957 et 1967, soutient que les programmes des concours « ne renvoyaient à aucune réalité, ni à un vrai site, ni à un problème architectural urbain ou technique [et que] seul persistait, de manière inhérente, le lointain fantasme de la composition académique[3]». Ces témoignages, qui couvrent quarante années d’activité de l’ENSBA, condamnent d’une part le caractère éprouvé de l’enseignement, particulièrement les concours dont les sujets semblent sans emprise sur l’actualité et, d’autre part, l’absence de débat sur « des grandes questions de l’urbanisme[4]».

Ces expériences, « objets d’une réécriture[5]» a posteriori, méritent cependant d’être reconsidérées car elles tendent à universaliser, de manière erronée, la représentation de l’institution. Comme le souligne Marcel de Grève[6], la véracité historique, limitée à ces seules sources qui relèvent de la mémoire, pose nécessairement problème. Le dépouillement des archives de l’École des beaux-arts révèle en effet que l’enseignement de l’urbanisme n’est pas absent ; en quelques dates, citons en 1924 l’introduction d’un cours d’art urbain par Léon Jaussely (1875-1932), en 1941 un cours éphémère d’urbanisme donné par Joseph Marrast (1881-1971), en 1949 celui de théorie de l’architecture par André Gutton (1904-2002) qui, en 1953, s’apparente à un cours d’urbanisme et fait l’objet d’un cours spécifique, nouvellement créé en 1958, avant d’être affilié, en 1961, au Séminaire et atelier Tony Garnier (SATG) dirigé par Gutton et Robert Auzelle[7] (1913-1983).

Si l’urbanisme n’est pas totalement absent de l’enseignement théorique à l’ENSBA, qu’en est-il des concours scolaires ? Plusieurs études sont consacrées à ce mode pédagogique mais aucune ne cible le sujet de la ville. Elles questionnent la modernité d’un système d’enseignement à travers les concours sur des périodes choisies, comme celles d’Annie Jacques[8] pour le début du XXe siècle et d’Antonio Brucculeri[9] pour les années 1930 ; elles interrogent également, sur une vaste période, l’évolution d’un même programme et les réponses architecturales, à l’instar des travaux de Christopher Drew Armstrong et Olivier Liardet[10] sur les phares ; enfin, elles sont consacrées à des types de concours spécifiques, comme le grand prix de Rome étudié notamment par Jean-Marie Pérouse de Montclos[11].

La communication développée aujourd’hui, essentiellement appuyée sur les recueils des concours scolaires publiés aux éditions Vincent, Fréal & Cie entre 1906 et 1967[12], veut cerner la part accordée à la « ville ». L’entrée retenue n’est pas celle d’une étude typologique mais plutôt liée à la nature des espaces et leur évolution. Après avoir défini ce que recouvre l’expression « ville », il s’agira de répondre à différentes questions. Quelle est la part des concours accordée à la ville dans une année scolaire, et évolue-t-elle sur la période étudiée ? Sont-ils réservés à des moments et concours spécifiques de la scolarité ? Les énoncés sont-ils inspirés d’une actualité et les réponses graphiques des élèves traduisent-elles l’influence d’une production contemporaine ? Plus largement, peut-on considérer le corpus étudié comme un échantillon significatif du degré d’ouverture de l’enseignement de l’architecture à l’ENSBA à la modernité, voire de l’évolution de la discipline, de la pensée et de la pratique urbanistique ?

1. Définition et caractéristiques de l’échantillon

En référence aux travaux d’Hervé Morin[13], inscrits dans le domaine des mathématiques, il s’agit de définir un échantillon à partir duquel effectuer un sondage dont les résultats, lorsqu’ils sont extrapolés, peuvent éclairer la totalité de la population considérée.

1.1. Critères de sélection des concours

Avec une moyenne de 45 concours annuels publiés au sein de 53 recueils[14], ce sont près de 2 500 sujets qui sont donnés à l’occasion de dives concours : d’émulation, de Fondations, d’histoire, de construction, de Rome. Un tri a été effectué pour réduire le corpus d‘étude à ce qui se rapporte la ville. Les critères ont été définis à la lecture des énoncés et se concentrent sur les projets qui exigent la composition d’espaces publics déclinée à diverses échelles, qui traduisent une problématique d’aménagement de l’espace dépassant l’unique cadre architectural et, enfin, qui privilégient une représentation adaptée. Les sujets relatifs aux jardins, considérés dans un premier temps car sont présentés dans les énoncés comme des petits fragments de ville, ont été écartés car ils pourraient constituer un thème d’analyse en soi. Sur ces critères, un corpus de 95 concours a été retenu.

1.2. Fréquence des concours et impact sur la pédagogie

Entre 1906 et 1967, 4% des 2 500 concours se rapportent ainsi à la ville. Ce faible pourcentage pousse à rejoindre le point de vue d’anciens élèves pointant l’absence de la dimension urbaine. Cependant, plusieurs constats peuvent être établis à partir d’une première analyse chiffrée. Les concours portant sur la ville sont donnés de manière constante sur la période étudiée, mais leur répartition s’avère inégale selon les années (Fig. 1). Les sept années qui ne comptent aucun concours sur le sujet se situent avant la seconde guerre (1906-1907, 1907-1908, 1918-1919, 1924-1925, 1927-1928, 1930-1931, 1936-1937) tandis que d’autres en comptent en nombre : six en 1949-1950, sept en 1964-1965 et 1966-1967, huit en 1951-1952. Le graphique présenté révèle deux pics : un premier après la seconde guerre mondiale, un second durant les trois années qui précèdent la fin de la section architecture. L’après-guerre traduit une autre tendance : la permanence des sujets, donnés sans interruption chaque année et, en moyenne, deux fois plus élevé annuellement qu’avant-guerre.

Figure 1 : Évolution du nombre de concours annuels portant sur la ville, tous concours confondus, entre 1906 et 1967
A. Diener, à partir de Les concours d’architecture [des années scolaires 1906 à 1967], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

Si ces données chiffrées permettent de quantifier la part accordé à la « ville » dans les concours, ils permettent par ailleurs de dégager des hypothèses qui en découlent sur le versant pédagogique. Premièrement, les analyses montrent que les concours portant sur la ville sont plutôt donnés en 1e classe : cela est exclusif jusqu’aux années 1920, où les sujets sur la ville sont peu à peu ouverts aux élèves de 2e classe (Fig. 2). Ce constat laisse entendre que l’étude de la ville exige un certain niveau de connaissances et n’est pas approprié à des élèves en début d’études. Si cette tendance s’estompe là encore dans les années 1950 et conforte l’idée d’un tournant dans la manière d’appréhender la complexité de certains sujets, elle émerge à nouveau durant les années 1960 : les sujets se maintiennent en 2e classe mais ils sont proportionnellement bien moins importants que ceux donnés en 1e classe. Deuxièmement, l’analyse révèle que les sujets portant sur la ville sont souvent réservés à des types de concours particuliers (Fig. 3). S’ils sont donnés à l’occasion de concours d’émulation, surtout durant les années 1950, ce qui confirme l’hypothèse précédemment évoquée d’une accessibilité de ces sujets aux élèves débutants[15], ils sont plus fréquemment proposés lors des concours de Fondations. Avant la seconde guerre en effet, la part des sujets portant sur la ville est répartie à un tiers pour les concours d’émulation et pour deux tiers pour les concours de Fondations ; après-guerre, ce rapport est inversé et ce thème fait également son apparition dans les concours de Rome et les diplômes des élèves. Sur ce dernier point des diplômes, le propos est cependant à nuancer puisque le corpus présenté dans les recueils est très lacunaire : ne sont reproduits que les diplômes salués par le prix Guadet.

Figure 2 : Répartition des sujets portant sur la ville, par classes, entre 1906 et 1967
A. Diener, à partir de Les concours d’architecture [des années scolaires 1906 à 1967], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

Figure 3 : Répartition des sujets portant sur la ville, par types de concours, entre 1906 et 1967
A. Diener, à partir de Les concours d’architecture [des années scolaires 1906 à 1967], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

2. La « ville » dans les sujets des concours : proposition de lecture

Les 95 concours du corpus ont été répartis en six thèmes qui permettent de saisir l’orientation des sujets, leur contenu et leur évolution. Considérés dans leur ensemble, ils traduisent la variété de la représentation du sujet, confortant une vision plurielle de la ville. Compris individuellement, ils permettent de cerner l’évolution de l’objet « ville » dans ses échelles et ses problématiques.

2.1. De l’embellissement à la ville nouvelle

Le premier thème concerne les sujets qui traduisent explicitement une histoire de l’urbanisme au cours du siècle. Dans les années 1910 et 1920, les études se rapportent à l’embellissement et à l’art urbain[16] ; il est question de décorer avec puissance l’entrée d’un tunnel urbain[17], de doter une place publique de fontaines et de statues équestres[18], ou encore de concevoir un jardin de grand style par un escalier monumental et pittoresque[19].

Dans les années 1920 et 1930 des études relatives à des cités ouvrières et à des cités jardins sont introduites[20]. Les énoncés sont parfois critiques ; en 1922, pour l’Aménagement de la partie centrale d’une cité ouvrière, on souligne le retard de la France par rapport aux États-Unis, l’Angleterre et la Hollande « pour la mise en pratique des bienfaisantes améliorations sociales[21]». Ils traduisent par ailleurs une portée pédagogique comme en 1923, lorsque le premier sujet consacré à une cité-jardin en propose une longue définition : « il s’agit d’un organisme urbain total ayant une vie et une organisation complètes et autonomes […] [qui] ne doit pas être confondue avec la cité ouvrière, car on cherche autant que possible à y réunir toutes les classes de population[22]». Ebenezer Howard (1950-1928) est cité pour en être à l’origine, Raymond Unwin (1863-1940) comme celui en ayant techniquement déterminé le type. Un seul sujet est consacré, en 1935, à Une cité de cheminots[23] prévue pour 1000 habitants sur un terrain bordé par une route nationale et les voies ferrées.

Entre les années 1940 et 1960, quelques concours portent sur la Reconstruction[24] : en 1939, la conception d’une cité camouflée doit donner le change par « des dissimulations bien conçues[25]», en 1940 on imagine la reconstruction d’un village détruit et, en 1965, à la veille de la mise en place du ministère de l’Équipement, on projette la création d’un ministère de l’urbanisme de la construction.

Entre les années 1950 et 1960, les sujets[26] s’attachent à plusieurs problématiques : celle des unités de voisinage qui, en référence aux travaux contemporains de Paul-Henri Chombart de Lauwe (1913-1998), doivent assurer à de « petites communautés d’intérêt […] une vie meilleure[27]», celle des lotissements ou de villages dont on veut éviter le caractère « banal[28]» et, enfin, celle des grands ensembles, ZUP et villes nouvelles[29]. Les énoncés sont souvent explicites quant aux politiques menées : « Voulant parer au plus pressé après les destructions de la dernière guerre mondiale, […], la France a, pendant vingt ans, voulu ‘‘loger d’abord’’. L’expérience de ces vingt années prouve qu’une ville n’est pas faite uniquement de logements […]. Comprenant qu’il vaut mieux ‘‘équiper d’abord’’, nos Pouvoirs publics ont été amenés à imaginer, dans le cadre de l’aménagement public du territoire, des zones à urbaniser en priorité[30] ». Les concours proposés pour y remédier demeurent parfois dans le domaine de l’abstrait, voire de la fiction. En 1967 par exemple, le 2eessai du concours de Rome imagine, sur une demande du ministère de l’Équipement, la réalisation d’une « installation volante, [démontable et transportable], pouvant s’implanter sur un terrain quelconque[31]» afin d’apporter à un nouveau quartier de lointaine banlieue tous les services nécessaires.

2.2. L’espace public : du décor à la fonction « circulatoire »

Un autre thème qui se dégage est celui de l’espace public associé à deux dimensions. La première relève de la représentation et du décor, comme en 1929 le parvis décoratif d’un musée[32], en 1932 un quai promenade[33] agrémenté de terrasses pour recevoir des hôtes illustres ou encore, en 1953, une petite promenade publique[34] sur d’anciennes fortifications. La seconde traduit une vision fonctionnaliste de l’espace comme en témoigne en 1929 le projet Les boulevards[35], en 1960 celui de La cellule d’une ville nouvelle[36] (Fig. 4) qui souligne que « le développement de la circulation automobile conditionne désormais la disposition des villes[37]», ou encore en 1967 celui de La porte du soleil[38] (Fig. 5) qui propose de marquer l’entrée « aux confins des banlieues sud de Paris […] d’un vaste échangeur [autoroutier] [39]» afin d’échapper à l’oppression physique et psychologique des grandes métropoles et régions industrielles.

Figure 4 : La cellule d’une ville nouvelle, Concours de Fondation Redon, 1e classe, 28.04.1960
Claude Harlaut, atelier Lods, Hemant, Trezzini
Photo © Beaux-Arts de Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image Beaux-arts de Paris. Cote: Redon 193

Figure 5 : La porte du soleil, Concours de Rome, 1er essai, 26.09.1967
Thiersant, atelier Kalisz
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1966 – 1967], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

2.3. Un sujet redondant : la « place publique »

L’analyse du corpus révèle la redondance des sujets consacrés à l’aménagement d’une « place publique ». Si les intitulés varient peu – Une place publique, Places publiques, Une place publique d’un village ou L’aménagement d’une place publique – ils traduisent des approches différences qui correspondent d’ailleurs à la nature des concours. Ceux d’émulation[40] (esquisses et rendus) s’inscrivent dans une démarche de création ; il s’agit par exemple d’imaginer une place « destinée à devenir l’un des centres de circulation et d’activité les plus importants de la capitale d’un État[41]», la place du « centre d’un village après sa destruction au cours de la guerre[42]» ou encore une place propice à l’accueil des « aménagements provisoires de fêtes foraines, marchés, expositions[43]».

Les concours sur éléments analytiques, dits familièrement les « analo », se rapportent à l’étude historique. En 1966, il s’agit par exemple de mener « une analyse comparée de places publiques[44]» à Venise, Vérone et San Giminiano (Fig. 6). Tandis que la politique des grands ensembles bat son plein, l’énoncé souligne les qualités des espaces publics de l’Italie médiévale et souligne : « aujourd’hui […] si l’on parvient ainsi à créer de grands ensembles résidentiels, le promeneur n’y trouve pas ce qui fait le charme des villes anciennes[45]».

Figure 7 : Places publiques, Concours d’émulation, éléments analytiques, 2e classe,  22.09.1966 – 07.11.1966
Première mention, prix Maréchal 1962 (ex aequo) : Schwartz, atelier Beaudouin
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1966 – 1967], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

Les concours de Fondation mêlent création et étude historique. Un sujet de 1937 rappelle par exemple que « l’ensemble architectural d’une place entièrement bâtie sur son périmètre constitua un des problèmes où les artistes excellèrent en France aux XVIIe et XVIIIe siècles[46]» ; il faut que « notre époque puisse léguer à nos successeurs des ensembles qui témoignent que les architectes de notre temps s’attachent à résoudre avec des moyens différents, mais avec le même sens des proportions, et les mêmes soucis décoratifs, des problèmes analogues ». La copie est parfois encouragée explicitement dans les énoncés, lorsqu’il s’agit de concevoir une « place analogue à la place des Vosges[47]» (Fig. 7).

Figure 7 : Une place publique, Concours de Fondation Roux, 1937
1er prix ex aequo : Sergent, atelier Bigot
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1937 – 1938], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

2.4. La notion récurrente de centralité

Le notion de la centralité est réitérée à de nombreuses reprises, particulièrement pour les concours de Fondations[48], les épreuves du grand prix de Rome[49] ou les concours internationaux d’émulation[50]. Organisés avec l’appui de l’UNESCO, ces derniers présentent la particularité d’avoir été choisis par l’Union internationale des architectes, d’être proposés aux élèves des différentes écoles d’architecture et d’offrir aux lauréats d’exposer leurs travaux aux congrès internationaux. Si ce thème est réitéré, sans doute est-ce pour les vertus des compositions qui mobilisent les « valeurs esthétiques[51]», telles que les nomme Gromort, à savoir l’unité, la proportion, … propices à la réalisation de compositions « beaux-arts ».

Les scénarios développés se rejoignent globalement : le centre de la cité doit être adapté aux « transformations rendues nécessaires[52]» et s’articuler autour d’un groupe d’équipements (un centre civique et administratif et un centre commercial) pour former un ensemble « bien aéré et très vivant[53]» et qui devienne « le lieu de rencontre et de discussion[54]» de la cité.

Les sujets sont souvent inspirés d’un contexte plus large, particulièrement les politiques d’aménagement des années 1960. En 1965, l’énoncé pour Un centre urbain est explicite : il s’agit d’une part, comme pour la construction « de la place des Vosges ou de la place Vendôme, […] de la place Saint-Marc et de la Plazetta[55]», de trouver, en ce nouveau centre, « des éléments de rentabilité ainsi que des éléments d’intérêt public[56]» et, d’autre part, de retrouver, comme dans les villes anciennes, « un cœur et un système circulatoire très bien écrits […] pour un classement des fonctions quotidiennes parfaitement bien conçu ».

2.5. La mise en scène de la capitale

La capitale est souvent mise en scène dans les concours. En 1918, un sujet propose de composer le campanile de l’Église Saint-Eustache dont la silhouette répondra « à l’embellissement du paysage urbain[57]» ayant subi de nombreuses transformations (Fig. 8). En 1920, il s’agit de concevoir, sur la place de l’Hôtel de Ville[58], « une œuvre moderne » inspirée des « beaux exemples français et italiens ». Si certains sujets font écho à l’histoire urbaine, comme le sujet desbarrières de Paris[59] proposé en 1960, soit un siècle après la destruction du murs des Fermiers généraux, d’autres témoignent de problématiques contemporaines d’aménagement.

Figure 8 : L’étude d’une silhouette urbaine appliquée à la construction d‘un campanile, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 06.05.1918 – 17.05.1918
Première seconde médaille : Schobinger, atelier Pascal et Recoura
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1917 – 1918], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

Tandis que le CNIT est en cours de construction au milieu des années 1950, un sujet propose, en 1956, L’aménagement du rond-point de La Défense (Fig. 9) qui marquera « le départ d’une extension de la capitale » au carrefour des routes de Paris, de Saint-Germain, de Pontoise. Le quartier des halles constitue un périmètre d’étude récurent, particulièrement à l‘occasion des concours de Fondation et du grand prix de Rome.

Figure 9 : L’aménagement du rond-point de La Défense, Concours de Fondation Achille Leclère 1956
Prix : Gérard Carton, atelier Lemaresquier
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1955 – 1956], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

En 1923, après l’hypothétique « suppression des halles centrales[60]» considérées comme « gênantes pour le trafic actuel » (Fig. 10), il est question d’assainir le quartier et d’y installer « le foyer de l’activité commerciale » de la capitale ; en 1967 sont successivement proposés l’Étude d’un aménagement pour le quartier des Halles[61] et Une maison de l’Europe dans l’hypothèse de l’aménagement du centre de Paris.

Figure 10 : Le marché de Paris, exposition permanente des produits de l’industrie et des arts appliqué, Concours de Fondation Chenavard, 1923
Prix: Fournier, atelier Pontremoli
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1922 – 1923], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

Les énoncés traduisent une certaine inquiétude : « Depuis de nombreuses années, les études ont été faites sur un périmètre opérationnel peut-être trop limité et sur des programmes où l’élément financier a pu brider l’imagination […]. Aujourd’hui, Paris est inquiet de l’avenir d’un quartier qui, par la disparition du marché ancestral mis en exil au nom de la décentralisation, cherche sa vie nouvelle[62]». Les élèves sont invités à reconsidérer le secteur d’étude pour créer « un quartier vivant où le quotidien se mêle au permanent, où le familier se joint au monumental ».

Enfin, le projet d’Un parvis du souvenir devant Notre-Dame (Fig. 11), en 1960, traduit les tracas causés par la problématique entre la ville historique et la ville moderne. L’énoncé, qui déplore que l’édifice ait perdu son échelle en raison d’une « erreur du vide excessif[63]» invite à repenser le réaménagement du parvis par une vaste crypte du souvenir, « sorte de Panthéon de plein air » dédié « aux grands serviteurs du pays ». L’esprit de la composition est résumé ainsi : « Le problème est également de mettre en valeur l’essentiel et d’atténuer par la végétation la vue de ce qui est médiocre ». Sept ans plus tard, le projet d’implantation de parkings et d’une voie express[64] sera largement déploré par Henry Bernard[65].

Figure 11 : Un parvis du souvenir devant Notre-Dame, Concours de Fondation Paul Deloaon et Roger Faure
15.02.1960 – 25.02.1960
Prix R. Faure : Mme Jeanne Blanc-Lefèvre, atelier Gromort et Arretche
Photo © Beaux-Arts de Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image Beaux-arts de Paris. Cote DELAON 55-1

2.6. Des projets utopiques

Enfin, sept sujets[66] s’inscrivent dans le registre de l’utopie. Ils sont tous sont proposés à l’occasion de concours de Fondations – le Chenavard et le Arfidson – ce qui confirme le caractère et les attendus particuliers de ce type de concours. Si les énoncés ne sont malheureusement pas développés dans les recueils Vincent, Fréal & Cie, les dessins sont assez explicites. Citons en 1930, Les sept villes des péchés capitaux[67] qui associent des plans masses aux sentiments qu’ils procurent ; en 1935, les Cités utopiques[68] (Fig. 12) qui rapprochent les formes urbaines et architecturales à des projets politiques ; en 1963 Une ville idéale au XXe siècle[69] (Fig. 13) qui mêle une esthétique métaboliste aux préceptes modernes corbuséens de la ville fonctionnelle ; enfin en 1966 Cosmopolis[70], sorte de Babylone moderne aux allures futuriste et machiniste.

Figure 12 : Cités utopiques, Concours de Fondation Chenavard 1935
Prix : Meyer-Levy, atelier Tournon
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1934 – 1935], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

Figure 13 : Une ville idéale au XXe siècle, Concours de Fondation André Arfidson 1963
Prix : Duplay, atelier Beaudouin
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1964 – 1965], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

3. La « ville » et ses représentations : un académisme éprouvé ?

Étudier des dessins produits par les élèves exige une démarche différente de celle développée pour les sujets. Avec un corpus de plus de 300 dessins, il s’agit de concentrer le regard sur une sélection choisie pour illustrer certains éléments remarquables.

3.1. L’influence d’une production contemporaine

Le premier point concerne le rapport avéré des élèves à la production contemporaine, particulièrement après la Seconde guerre. Le système de barres repliées à l’équerre entourant des cours intérieures (Fig. 14), développé par des élèves de Perret et Zavaroni, rappelle le dispositif spatial des « grecques » mis en place par Jean Dubuisson notamment pour la ZUP des « Hauts de Chambéry ». L’immeuble sinueux qui se déploie au sein d’une cité-parc (Fig. 15), développé par Michel Léger, élève de Zavaroni, fait écho aux productions contemporaines d’Émile Aillaud pour les Courtillières à Pantin. La cour monumentale bordée par des bâtiments à la trame régulière (Fig. 16), proposée par un élève de Beaudouin, s’apparente au projet Climat de France dit des « 200 colonnes » de Fernand Pouillon, à Alger. La structure modulaire proliférante (Fig. 17), proposée par un élève de Dengler, présente des similitudes avec un urbanisme en nappe horizontale tel que le développe notamment Michel Écochard à Casablanca, ou encore Candilis, Josic et Woods à Toulouse.

Figure 14 : Une unité de voisinage, Concours d’émulation, rendu , 1e classe, 24.01.1955 – 18.03.1955
Première médaille : Koning, atelier Zavaroni
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1954 – 1955], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

Figure 15 : Une unité de voisinage, Concours d’émulation, rendu , 1e classe, 30.11.1962 – 18.01.1963
Première médaille : Michel Léger, atelier Zavaroni
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1962 – 1963], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

Figure 16 : Un centre urbain, Concours pour le prix de reconnaissance des architectes américains, 23.10.1963-20.12.1963
Seconde médaille: Gilles Thin, atelier Beaudouin
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1963 – 1964], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

Figure 17 : Un centre urbain, Concours de Rome, 3e épreuve, 28.06.1965
Noizette, atelier Dengler
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1964 – 1965], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

Parfois, les compositions urbaines sont ponctuées d’éléments architecturaux qui traduisent des productions contemporaines : des tours qui apparaissent en effet dans de nombreuses villes et sont porteuses de modernité, ou encore des mégastructures qui, comme dans les villes nouvelles, en structure le noyau central. Ces pistes méritent d’être poursuivies tant elles questionnent les sources, voire les modèles, de l’enseignement de l’architecture, ainsi que la nature et les processus de diffusion de ces supports.

3.2. L’influence des patrons

Le second point concerne l’influence de certains patrons, sensibles à la question urbaine, sur leurs élèves. Deux exemples, issus de deux générations différentes, peuvent être évoqués. Le premier est Léon Jaussely, architecte prix de Rome en 1923 et dont la rencontre avec Tony Garnier et Henri Prost à la Villa Médicis a sans doute constitué le point de départ de préoccupations urbaines. Lauréat du concours du plan d’extension de Barcelone en 1905, membre fondateur de la SFU et de la loi Cornudet, il consacre ses travaux aux projets d’urbanisme parmi lesquels le plan d’extension et l’aménagement de la région parisienne en 1910, avec Roger-Henri Expert et Louis Sellier. Dans les années 1920, ses élèves à l’ENSBA sont lauréats à l’occasion de concours relatifs à des cités ouvrière[71] et des cités jardin[72]. Ces aptitudes se confirment au-delà des murs de l’école comme en témoigne l’exemple de Paul Pelletier et Arthur-Pierre Teisseire qui sont choisis par Sellier pour l’Office public d’HLM de la Ville de Paris pour réaliser la cité jardin des Lilas, entre 1921 et 1931, inscrite dans le PAEE déterminé notamment par le patron en 1919.

Le second exemple est Eugène Beaudouin, grand prix de Rome en 1928. Après avoir participé à de nombreux plans d’aménagement, parmi lesquels celui de la région parisienne aux côtés de Prost entre 1928 et 1934, il remporte notamment, en 1951, le concours pour « 1000 logements » lancés par le MRU, connu sous le nom de la Cité Rotterdam à Strasbourg. L’année suivante, plusieurs de ses élèves sont primés au concours d’Une cité de 10 000 habitants (Fig. 18) en développant des dispositifs proches de ceux mis en œuvre par le patron : des plans masses éclatés composés de plusieurs barres de logement orientées est-ouest, organisées autour d’un vaste jardin et traversées par une voie majeure sur un axe nord-sud.

Figure 18 : Une cité de 10 000 habitants, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 09.07.1952 – 03.10.1952
1e médaille, Prix Cavel: Humeau, atelier Beaudouin (à gauche)
1e médaille, Prix Devienne : Manuelides, à titre étranger, atelier Beaudouin (au milieu)
Arnould, atelier Beaudouin (à droite)
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1952 – 1953], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

Conclusion : un échantillon révélateur de la modernité à l’ENSBA ?

Cette première approche démontre que le thème de la « ville » n’est pas absent des concours scolaires à l’ENSBA et qu’il trouve, de surcroit, un certain encrage dans une actualité de la discipline. Les programmes peuvent apparaitre vaporeux et les sites sont souvent hors-sol voire autarciques, mais ils témoignent cependant d’un contexte urbanistique en évolution. Les énoncés sont l’occasion pour leurs auteurs d’en faire la critique et de projeter des alternatives sans doute idéalisées. Les dessins traduisent des principes d’aménagement qui semblent piocher dans le répertoire d’une production contemporaine.

Deux pistes mériteraient d’être approfondies. La première se rapporte aux outils de représentation du projet et donc à la pédagogie. Si les éléments de rendus sont constants sur la période étudiée – un plan, une coupe et une élévation sont essentiellement exigés – de nombreuses planches, après la Seconde guerre mondiale, témoignent de l’introduction de la maquette d’étude et, de fait, d’une pédagogie nouvelle du projet alors alimentée par la recherche en volume (Fig. 19). La seconde porte sur les diplômes ; il serait intéressant d’examiner ceux qui reposent sur des problématiques urbaines et voir s’ils annoncent des perspectives professionnelles futures. Cela semble être le cas pour Georges Alexandroff qui, après avoir consacré son diplôme en 1965 à Un village solaire – pour lequel il obtient le prix Guadet du meilleur diplôme –s’est imposé comme l’un des pionniers dans ce domaine[73].

Figure 19 : Une unité de voisinage, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 24.01.1955 – 18.03.1955
2e médaille, prix des anciens: Girardot, atelier Leconte
Les concours d’architecture [de l’année scolaire 1954 – 1955], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

Amandine DIENER, Institut de Géoarchitecture (UBO), Laboratoire Géoarchitecture (EA 7462) et associée à ARCHE (UR 3400)

 

[1] DUFAU Pierre, Un architecte qui voulait être architecte, Paris, Ed. Londreys, 1989, p. 12.

[2] GAGES René, Les chemins de la modernité, Liège, Éd. Pierre Malaga, 1988, p. 13.

[3] STINCO Antoine, Une éducation architecturale, Tunis-Paris-Rome-Paris, Paris, Éd. Sens et Tonka, 2014, p. 60.

[4] Ibid., p. 120.

[5] BLOCH Maurice, « Mémoire autobiographique et mémoire historique du passé éloigné », Enquête, 1995/2 [journals.openedition.org/enquete/309].

[6] De GREVE Marcel, « L’autobiographie, genre littéraire ? », Revue de littérature comparée, 2008, n° 325, p. 23-31.

[7] DIENER Amandine, « De l’École des beaux-arts aux Instituts d’urbanisme. Repenser l’enseignement par l’atelier au sein du Séminaire et atelier Tony Garnier (1961-1974) » [ensarchi.hypotheses.org/1449].

[8] JACQUES Annie, « The Programmes of the Architectural Section of the École des Beaux-Arts, 1819-1914 », in MIDDLETON Robin (dir.), The Beaux-Arts and Nineteenth-Century French Architecture, op. cit., p. 58-65.

[9] BRUCCULERI Antonio, « L’École des beaux-arts saisie par la modernité », in Jean-Louis Cohen (dir.), Les années 1930. L’architecture et les arts de l’espace entre industrie et nostalgie, cat. exp., Paris, Éd. du Patrimoine, 1997, p. 219-224.

[10] DREW ARMSTRONG Christopher, LIARDET Olivier, « Des phares au concours : de l’Académie royale d’architecture à l’École des beaux-arts, 1745-1966 », Livraisons d’histoire de l’architecture, n° 24, 2012, p. 9-62.

[11] PÉROUSE DE MONTCLOS Jean-Marie, Les prix de Rome. Concours de l’Académie royale d’architecture au xviiie siècle, Paris, Éd. Berger-Levrault, 1984.

[12] Les concours d’architecture [des années scolaires 1906 à 1967], Paris, Vincent, Fréal & Cie, s. d.

[13] MORIN Hervé, Théorie de l’échantillonnage, Sainte-Foy, Les presses de l’Université de Laval, 1993.

[14] La publication des recueils couvre la période comprise entre 1906 et 1968, à raison de un par an, hormis les années 1949 à 1958 durant laquelle elle est suspendue.

[15] Voir DIENER Amandine, « L’enseignement d’André Gutton. Une démarche construite entre l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris et l’École des beaux-arts (1921-1974) », HEnsA20, cahier 8, mai 2020, p. 22-27. [chmcc.hypotheses.org/10838].

[16] L’Entrée d’un Tunnel urbain, Concours d’émulation, esquisse, 1e classe, 05.05.1909 ; L’Entrée d’un parc public, Concours d’émulation, esquisse, 1e classe, 03.11.1909 ; Décoration d’une place publique dans une ville de premier ordre, Concours de Fondation Achille Leclère, 1911 ; L’Entrée d’un Jardin en Terrasse, Concours d’émulation, esquisse, 1e classe , 03.05.1911 ; Une porte de ville, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 01.04.1914-13.05.1914 ; Un escalier monumental dans un grand jardin, Concours de Fondation Destouches, Delage et Roux, 1923 ; Un carrefour, Concours de Fondation Chaudesaigues, 09.10.1928.

[17] L’Entrée d’un Tunnel urbain, Concours d’émulation, esquisse, 1e classe, 05.05.1909.

[18] Décoration d’une place publique dans une ville de premier ordre, Concours de Fondation Achille Leclère, 1911.

[19] Un escalier monumental dans un grand jardin, Concours de Fondation Destouches, Delage et Roux, 1923.

[20] Aménagement de la partie centrale d’une cité ouvrière, Concours de Fondation Ed. Labarre, 09.01.1922 – 12.01.1922 ; Une cité-jardin, Concours de Fondation Ed. Labarre , 08.01.1923 – 11.01.1923 ; Une cité-jardin, Concours d’émulation, esquisse, 2e classe, 29.01.1926 ; Une cité-jardin, Concours d’émulation, esquisse, 2e classe, 26.01.1934 ; Une cité de cheminots, Concours de Fondation Ed. Labarre et Ed. Paulin , 07.01.1935 – 10.01.1935.

[21] Aménagement de la partie centrale d’une cité ouvrière, Concours de Fondation Ed. Labarre, 09.01.1922 – 12.01.1922.

[22] Une cité-jardin, Concours de Fondation Ed. Labarre , 08.01.1923 – 11.01.1923.

[23] Une cité de cheminots, Concours de Fondation Ed. Labarre et Ed. Paulin , 07.01.1935 – 10.01.1935.

[24] Une cité camouflée, Concours de Fondation Ed. Paulin et Ed. Labarre, 10.01.1939 – 13.01.1939 ; Reconstruction d’un village, Concours de Fondation Labarre, 31.01.1940 ; Le ministère de l’urbanisme et de la construction, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 25.03.1965 – 04.06.1965.

[25] Une cité camouflée, Concours de Fondation Ed. Paulin et Ed. Labarre, 10.01.1939 – 13.01.1939.

[26] Une « unité résidentielle » ou un quartier d’habitations [nourri le projet global d’une ville satellite], Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 15.07.1949- 07.10.1949 ; Une unité de voisinage, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 24.01.1955 – 18.03.1955 ; Une unité de voisinage, Concours d’émulation, rendu , 1eclasse, 30.11.1962 – 18.01.1963 ; Un groupement de maisons individuelles, Concours d’émulation, esquisse rendue, 1e classe, 28.05.1965 – 18.06.1965 ; Un village, Concours d’émulation, esquisse-esquisse, 1e classe, 10.12.1965.

[27] Une unité de voisinage, Concours d’émulation, rendu , 1e classe, 30.11.1962 – 18.01.1963.

[28] Un groupement de maisons individuelles, Concours d’émulation, esquisse rendue, 1e classe, 28.05.1965 – 18.06.1965.

[29] Une cité de 10 000 habitants, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 09.07.1952 – 03.10.1952 ; Le centre commercial et culturel d’un nouvel ‘’ensemble’’ urbain, Concours de Fondation Roux, 1960 ; Un centre urbain, Concours de Rome, 3e épreuve, 28.06.1965 ; Un centre civique, Concours d’émulation, projet « court », 1e classe, 03.03.1966 – 01.04.1966 ; Une antenne d’équipement urbain, Concours de Rome, 2e essai, 27.09.1967.

[30] Un centre urbain, Concours de Rome, 3e épreuve, 28.06.1965.

[31] Une antenne d’équipement urbain, Concours de Rome, 2e essai, 27.09.1967.

[32] Une place Musée, Concours de Fondation Roux, 10.01.1929.

[33] Un quai promenade, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 25.11.1931-16.01.1932.

[34] Une petite promenade publique, Concours d’émulation, rendu, 2e classe, 19.06.1953 – 03.07.1953.

[35] Les boulevards, Concours de Fondation Chenavard, 1929.

[36] La cellule d’une ville nouvelle, Concours de Fondation Redon, 1e classe, 28.04.1960.

[37] La cellule d’une ville nouvelle, Concours de Fondation Redon, 1e classe, 28.04.1960.

[38] La porte du soleil, Concours de Rome, 1er essai, 26.09.1967.

[39] La porte du soleil, Concours de Rome, 1er essai, 26.09.1967.

[40] Une Place publique, Concours d’émulation, esquisse, 1e classe, 06.03.1912 ; La place publique d’un village, Concours d’émulation, esquisse, 2e classe, 03.06.1921 ; Une place publique, Concours Roux, 1937 ; L’aménagement d’une place publique, Concours d’émulation, rendu, 2e classe, 22.06.1951 – 13.07.1951 ; Une place publique, Concours d’émulation, esquisse, 1e classe, 31.10.1956.

[41] Une Place publique, Concours d’émulation, esquisse, 1e classe, 06.03.1912.

[42] La place publique d’un village, Concours d’émulation, esquisse, 2e classe, 03.06.1921.

[43] Une place publique, Concours d’émulation, esquisse, 1e classe, 31.10.1956.

[44] Places publiques, Concours d’émulation, éléments analytiques, 2e classe, 22.09.1966 – 07.11.1966.

[45] Places publiques, Concours d’émulation, éléments analytiques, 2e classe, 22.09.1966 – 07.11.1966.

[46] Une place publique, Concours de Fondation Roux, 1937.

[47] Une place publique, Concours de Fondation Achille Leclère, 1965.

[48] Le centre municipal d’une grande capitale, Concours de Fondation Chenavard, 1913 ; Aménagement du centre d’une ville, Concours de Fondation Ed. Paulin et Ed. Labarre, 04.01.1954 – 07.01.1954 ; Un centre urbain, Concours pour le prix de reconnaissance des architectes américains, 23.10.1963 – 20.12.1963.

[49] Un centre urbain, Concours de Rome, 3e épreuve, 28.06.1965 ; Une Acropole, Concours de Rome, programme définitif, 27.02.1956.

[50] Le centre d’une cité, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 18.01.1957 – 15.03.1957 ; Le centre d’une cité, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 27.01.1958 – 21.03.1958.

[51] GROMORT Georges, Essai sur la théorie de l’architecture. Cours professé à l’École nationale supérieure des beaux-arts de 1937 à 1940, Paris, Vincent, Fréal & Cie, 1942.

[52] Aménagement du centre d’une ville, Concours de Fondation Ed. Paulin et Ed. Labarre, 04.01.1954 – 07.01.1954.

[53] Le centre d’une cité, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 27.01.1958 – 21.03.1958.

[54] Le centre d’une cité, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 18.01.1957 – 15.03.1957.

[55] Un centre urbain, Concours de Rome, 3e épreuve, 28.06.1965.

[56] Un centre urbain, Concours de Rome, 3e épreuve, 28.06.1965.

[57] L’étude d’une silhouette urbaine appliquée à la construction d‘un campanile, Concours d’émulation, rendu, 1e classe, 06.05.1918 – 17.05.1918.

[58] La Décoration par une ou plusieurs fontaines de la place de l’Hôtel de Ville à Paris, Concours d’histoire générale de l’architecture, rendu, 1e classe, 13.10.1920 – 23.10.1920.

[59] Les barrières de Paris, Concours de Fondation André Arfidson, 1961.

[60] Le marché de Paris, exposition permanente des produits de l’industrie et des arts appliqués, Concours de Fondation Chenavard, 1923.

[61] Étude d’un aménagement pour le quartier des Halles, Concours de Fondation P. Delaon et R. Faure, 1e classe, 06.03.1967-17.03.1967.

[62] Une maison de l’Europe dans l’hypothèse de l’aménagement du centre de Paris, Concours de Rome, épreuve définitive (la 4e), 05.10.1967.

[63] Un parvis du souvenir devant Notre-Dame, Concours de Fondation Paul Deloaon et Roger Faure, 15.02.1960 – 25.02.1960.

[64] FLONNEAU Mathieu, « Notre-Dame de Paris défiée par l’automobile. L’espace cathédrale entre ‘’sécularisation’’ et sanctuarisation », Histoire urbaine, 2003/1, n°7, p.163-188.

[65] Rapport de Henry Bernard, Réhabilitation de la Cité. Le parvis de Notre-Dame, la cathédrale et sa mouvance, juin-novembre 1967, 31 p.; manuscrits de la Bibliothèque Administrative de la Ville de Paris (BAVP), MS 1481.

[66] Une cité des provinces françaises à la Porte de Paris, Concours de Fondation Chenavard, 1929 ; Les sept villes des péchés capitaux, Concours de Fondation Chenavard, 1930 ; Cités utopiques, Concours de Fondation Chenavard, 1935 ; L’autogire sur la ville, essai d’urbanisme urbain, Concours de Fondation Chenavard, 1939 ; Une cité antiatomique, Concours de Fondation Arfidson, 1962 ; Une ville idéale au XXe siècle, Concours de Fondation André Arfidson, 1963 ; Cosmopolis, Concours de Fondation Chenavard, 1966.

[67] Les sept villes des péchés capitaux, Concours de Fondation Chenavard, 1930.

[68] Cités utopiques, Concours de Fondation Chenavard, 1935.

[69] Une ville idéale au XXe siècle, Concours de Fondation André Arfidson, 1963.

[70] Cosmopolis, Concours de Fondation Chenavard, 1966.

[71] Aménagement de la partie centrale d’une cité ouvrière, Concours de Fondation Ed. Labarre, 09.01.1922 – 12.01.1922.

[72] Une cité-jardin, Concours de Fondation Ed. Labarre , 08.01.1923 – 11.01.1923.

[73] ALEXANDROFF Georges, ALEXANDROFF De BUCHERE Jeanne-Marie, Architectures et climats, Paris, Berger-Levrault, 1982.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Amandine Diener (30 septembre 2021). La « ville » à l’ENSBA (1906-1968). L’oubliée des concours scolaires ? EnsArchi. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/of8m


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search