Les édifices du pouvoir dans les concours d’architecture à l’ENSBA (1906-1967)

Résumé : L’analyse s’appuie sur les publications annuelles des travaux primés des élèves architectes de l’École nationale supérieure des beaux-arts entre 1906 et 1967. Cet examen, limité aux exercices proposant de composer des édifices de représentation, d’exercice et d’administration du pouvoir, questionne les liens de cette production théorique et dessinée avec le contexte politique national et international. La contribution est articulée selon trois volets successifs : les deux premiers touchent à l’expression du pouvoir national tandis que le dernier s’attache aux thèmes affichant une dimension internationale. Du point de vue politique, les sujets évoluent depuis des thèmes colonialistes jusqu’aux sujets glorifiant l’internationalisme tandis qu’à travers les rendus, la tendance à un académisme modernisé de l’entre-deux-guerres laisse place, durant la seconde moitié du XXe siècle, à la récupération des codes de la modernité héroïque.


La formation d’une élite architecturale est l’objectif principal de l’enseignement de la section architecture à l’École nationale supérieur des beaux-arts (ENSBA) au fil des XIXe et XXe siècles : les édifices de représentation, d’exercice et d’administration du pouvoir occupent ainsi une place considérable parmi les sujets donnés aux élèves lors des différents concours qui y rythment la vie scolaire. L’analyse, développée dans cet article, s’appuie essentiellement sur le dépouillement des publications annuelles de dessins primés chez Vincent&Fréal entre 1906 et 1967, donnant accès au sujet imposé par le professeur de théorie[1] ainsi qu’aux traductions graphiques qu’en ont faites les élèves. Cette contribution esquisse des réponses à quelques questions préliminaires : quelles évolutions traduisent tant la rédaction des sujets que les partis développés par les élèves ? Comment sont définis et distribués ces sujets au fil du temps, selon quelle hiérarchie programmatique et pédagogique ? Enfin, quels sont les liens notables entre l’édiction des sujets, le contexte politique national ou international et les réalisations effectives[2] ?

Pour un élève architecte à l’ENSBA, existe-t-il une doctrine préalable en la matière ? Dans le livre VIII de l’ouvrage de référence publié par Julien Guadet (1834-1908), plusieurs chapitres évoquant la conception des édifices administratifs, politiques, municipaux, et judiciaires. Le professeur y donne des indications précises sur la façon de composer et sur les modèles valides en la matière : « Si les programmes des édifices administratifs, depuis la petite mairie jusqu’au palais de Parlement, sont extrêmement variés au point de vue de la composition générale, ils le sont beaucoup moins dans leurs éléments et d’ailleurs nous y rencontrerons ici des sujets déjà vus[3]». Guadet rappelle d’ailleurs que l’habitation ou les dépendances ne motivent pas des conceptions différentes dans ce cadre. En revanche, la spécificité porte sur l’administration dont « l’unité tactique[4] » est le bureau. Guadet précise concernant les administrations modernes : « croyez bien qu’il n’y a qu’un programme : faire grand et faire mobile[5] ». Un demi-siècle plus tard, si la publication des cours de Georges Gromort (1870-1961) transcende les aspects programmatiques, sa théorie de la composition, en revanche, s’appuie sur de nombreux exemples de palais ou de bâtiments incarnant le pouvoir. Plus particulièrement, un chapitre consacré à la composition se focalise sur l’analyse de quelques grands rendus pour le Prix de Rome, comme les dessins pour Un palais de justice en 1875 ou Un palais du parlement en 1888[6]. Mais, à partir des années 1950, en dehors du giron académique, les maîtres du Mouvement moderne fournissent également des exemples de réalisations civiques monumentales – le capitole de Chandigarh conçu par Le Corbusier ou encore celui de Brasilia, bâti par Oscar Niemeyer –, diffusés par les revues et qui influent sur la conception des élèves de l’ENSBA.

Un premier tri parmi les thèmes relevés dans les publications aboutit à un corpus général de 81 sujets donnés entre 1906 et 1967, concernant l’intégralité du cursus, de la seconde classe jusqu’au Grand Prix de Rome. Ils se répartissent selon trois grandes catégories : les édifices des pouvoirs à l’échelon local (représentation du pouvoir dans les villes et villages, qui correspondent à 42 % du corpus), les édifices du pouvoir à l’échelle nationale (assemblées, palais et ministères, qui occupent 18 % du corpus) et enfin, les édifices de diplomatie et de rayonnement international (consulats, ambassades et maisons de France, qui représentent 40 % du corpus). Cette contribution s’appuie sur cette catégorisation pour poser des hypothèses de travail.

1. Palais républicains, l’évolution tardive des modèles

1.1. Les édifices du pouvoir national sur le territoire

Cette première catégorie concerne des sujets récurrents ayant trait à des types d’édifices bien établis, reflets de l’organisation de l’État républicain depuis la fin de l’ancien régime, selon la définition donnée par Jean-Yves Andrieux : « Les édifices qui bornent, ponctuent, représentent et organisent le périmètre hexagonal, aux différents niveaux de la responsabilité politique et administrative, sous le couvert de la fonction régalienne de l’État, dont ils expriment la solennité et la bonté, la rigueur et la proximité[7] ». Parmi ces types, le premier concerne le pouvoir communal et relève d’une tradition encore plus ancienne, comme le note Guadet, qui les désigne comme presqu’équivalents aux églises en tant que « monuments de tradition et de symbolisme historique[8] ». On relève 12 programmes en lien avec l’échelle du pouvoir communal, dont les sujets sont donnés entre 1908 et 1965[9]. Ils se partagent équitablement entre des exercices de seconde et de première classe : le programme semble donc abordable dès la seconde classe, ce qui n’est pas le cas de tous les types d’édifices de représentation du pouvoir.

Si on observe succinctement les rendus au début du XXe siècle, on décèle quelques évolutions sensibles, notamment l’abandon progressif d’une ornementation chargée. En revanche, le programme proposé demeure stable. En juillet 1921, pour un concours d’émulation de première classe, dédié à Une mairie d’arrondissement, l’organisation sur deux niveaux principaux est précisément stipulée, tout comme les éléments du programme incluant aussi une Justice de paix, juridiction de proximité, qui sera supprimée en 1958. En février 1931, avec un hôtel de ville pour un chef-lieu d’arrondissement, les consignes sont similaires si ce n’est, à la marge, la forme de la parcelle d’implantation, qui passe du trapèze au rectangle.

Il faut attendre l’après Seconde Guerre mondiale pour voir les choses évoluer. En effet, si le jury n’a pas décerné de médaille, en 1965, pour un exercice de seconde classe consacré à Un hôtel de ville pour une localité de 5 000 habitants (et que le sujet n’est donc pas publié), son intitulé, comme d’autres sujets proposés alors, témoigne d’une volonté accrue d’articuler ces thèmes à la dimension urbaine. Ainsi, en 1966, Un centre civique associe le programme municipal à des commerces et des établissements socio-culturels. Dans l’entête du sujet, le professeur de théorie regrette que les grands ensembles soient dépourvus de véritable centre, et propose ainsi de créer ce centre civique pour « un grand village nouveau de 10 000 habitants[10] » : les solutions agrégatives et proliférantes y trouvent un terreau particulièrement fertile, comme en témoigne le rendu de Maurice Le Mandat (1942), élève de l’atelier Vivien, qui obtient une première médaille.

Une seule fois, il s’agit, lors d’un rendu de seconde classe en 1957, de dessiner uniquement la salle d’assemblée. Cette distinction d’un élément majeur du programme est plus fréquente, nous le verrons, sur d’autres types de programme[11]. Le sujet précise les dimensions de la salle à 20 mètres sur 10, qui doit alors simplement être conçue comme la portion d’un édifice plus vaste. Les rendus évoquent ainsi, en creux, les standards de rationalisation de la construction de l’époque. Ils questionnent aussi la manière de signaler en façade cet élément essentiel du programme : trois élèves, sur les quatre publiés, choisissent d’utiliser des fines lames de brise-soleils qui protègent l’assemblée des regards extérieurs. Comme cela se fait dans plusieurs édifices municipaux construits dans les années 1960, les élèves transposent également le plan des villes en décor mural ou les reproduisent sur la surface du sol ou de la table de l’assemblée. Jean Duprat (1933), élève de l’École régionale d’architecture de Bordeaux, opte pour une grande sobriété et n’obtient qu’une première mention : son dessin suggère, comme les autres, une construction métallique rationnelle (fig. 4).

Figure 1 : Une salle d’assemblées municipales, plan et coupe, première mention (concours d’émulation de seconde classe, 1957) Jean Duprat (1933), élève de l’École régionale d’architecture de Bordeaux entre 1955 et 1961. ENSAPBx.

Par ailleurs, on ne dénombre pas moins de 16 sujets relatifs au pouvoir judiciaire. Ils se répartissant encore une fois équitablement entre la première et la seconde classe entre 1907 et 1965, et un seul sujet est donné pour le deuxième essai du Grand Prix de Rome en 1924[12]. Ici, à trois reprises, en 1930, 1934 et 1955, il s’agit de se concentrer uniquement sur la salle d’audience.

Pour les exercices de 1907, 1921 et 1924, les sujets et rendus de petits palais de Justice sont similaires, poursuivant un modèle symétrique bicaméral associant chambres civile et correctionnelle. Le type employé semble établi : les palais italiens de la Renaissance constituent généralement la source la mieux adaptée pour le déployer (fig. 2). Ainsi, les sujets et rendus confortent les aspects dont Guadet soulignait déjà l’importance dans son cours : salles des pas-perdus et salles d’audiences constituent les éléments majeurs du programme, une attention particulière est portée aux modes d’éclairages des salles d’audience et à la hauteur d’allèges des baies.

Figure 2 : Un palais de justice, plans et coupe, première mention (concours d’émulation de seconde classe, 1921), dessin d’Henri Floutier, élève de Gabriel Héraud. Le modèle palatial permet de répartir les éléments majeurs du programme autour d’une cour centrale. Les Concours d’architecture de l’années scolaire 1921-1922, Vincent, Fréal & Ci.

Ici encore, c’est seulement à partir des années 1950, que les sujets comme les rendus montrent les évolutions les plus sensibles. À l’été 1955, un sujet de première classe exige le rendu d’un Palais de Justice (pour une ville entière) avec un programme plus complet multipliant les salles d’audiences (Assises, civile, correctionnelle et prud’homale). Dans les travaux d’élèves, les références ont changé : le Grand Siècle et le palazzo italien laissent place à des emprunts corbuséens, dont la référence semble devenir de bon ton. Le palais de justice devient un prisme moderne et longitudinal, signalé par d’expressifs et sculpturaux auvents à l’instar des grands équipements qui se construisent alors.

Enfin, six sujets sont relatifs à des édifices dédiés aux services de l’État dans les provinces : quatre sujets de sous-préfectures donnés en seconde classe et deux sujets de préfecture en première classe, confirment une hiérarchie dans les programmes abordables selon le niveau de l’élève[13]. Les sujets et rendus illustrent les même évolutions et tendances que pour les autres types bien établis que sont les mairies et palais de justice. La tardive conversion aux formes du Mouvement moderne bouleverse ainsi les modèles hérités du XIXe siècle.

1.2. Palais nationaux du pouvoir législatif et exécutif

Dans une seconde catégorie, on distingue des sujets relatifs à des édifices et administrations d’échelle nationale, qu’il s’agisse du pouvoir législatif ou exécutif. Ainsi, 14 sujets au total, dont six dédiés au législatif[14] et huit à l’exécutif[15], ont été relevés. Ces programmes plus prestigieux que les mairies ou les tribunaux, mis à part trois sujets donnés entre 1907 et 1912, semblent réservés à la première classe, voire au Prix de Rome ou au concours de fondation. Les lieux d’assemblée parlementaires relèvent en effet de programmes vastes, complexes et délicats, comme le soulignait déjà Guadet dans son cours. Ce dernier reconnaissait alors n’avoir que peu de modèles de bonnes salles d’assemblée à proposer aux élèves, les chambres d’assemblée, comme celle de Versailles, n’ayant pas été conçues initialement pour cette destination[16]. Ces programmes, trop jeunes selon lui, n’ont pas d’histoire propre et la salle d’assemblée « n’a pas donné lieu à ces compositions qui s’imposent à l’admiration publique[17] ». Seule la chambre du Sénat à Paris constitue un motif d’étude relativement satisfaisant.

Face à ces programmes monumentaux donnant corps aux institutions de la IIIe République, les professeurs de théorie exigent généralement de se concentrer uniquement sur la configuration de la salle d’assemblée, sauf en 1939, lorsque Georges Gromort propose, pour une esquisse de première classe, la conception d’un Palais pour la chambre des représentants devant regrouper 500 députés « dans la capitale d’un pays ami de la France[18] ».

Pour la conception des salles d’assemblée, dont les sujets sont distribués uniquement durant la première moitié du XXe siècle, ce sont bien les préconisations et le profil publié par Guadet qui constituent le modèle utilisé par les élèves dans les projets primés. Le profil hémicirculaire général et peu incliné de la chambre du Sénat, construit entre 1836 et 1841, sur les plans d’Alphonse de Gisors (1796-1866), se retrouve aussi bien dans : le projet de Maurice Boutterin (1882-1970), élève de l’atelier Héraud, pour La salle des Séances d’un Palais du Sénat en 1907 ; le projet de Gaston Castel (1886-1971), élève de l’atelier Bernier, pour La salle de séance d’un Palais législatif en 1912, que dans les rendus pour La salle des séances publiques d’un parlement en 1926. Si le dispositif général est le même, des variations se font jour dans la manière d’accueillir l’estrade de la présidence, dont l’abside adopte des formes variées au fil du temps, en agrandissant ou en aplatissant le modèle hémicirculaire de Gisors. De 1907 jusqu’au milieu des années 1920, l’évolution la plus notable concerne l’épuration stylistique qui marque ce début de siècle, en dépit du maintien net de ce dispositif spatial. Les décors imaginés par Boutterin ou Héraud laissent place à des surfaces vierges et des lignes claires, donnant à lire plus nettement la simplicité des volumes.

Par ailleurs, les sujets en lien avec le pouvoir exécutif, principalement des ministères, révèlent des liens plus ou moins forts avec l’actualité politique : L’hôtel du ministre de la Guerre en 1935 ; le ministère de l’urbanisme et de la construction (selon un intitulé original fusionnant deux intitulés officiels) en 1965 ; un ministère des Affaires culturellesen 1965 (créé six ans plus tôt par le Général de Gaulle). Encore plus nette est la proposition tardive, en 1959, d’unPalais pour l’Assemblée de l’Union Française, alors que cette union se délite depuis le milieu des années 1950. Dans le contexte des tensions en Algérie, le sujet précise que « cette assemblée n’a été logée que dans des locaux préexistants et adaptés imparfaitement à ses besoins[19] », se positionnant nettement à distance des réalités et enjeux politiques de l’époque.

2. Diplomatie et rayonnement international : l’actualité comme prétexte de composition

Enfin, une troisième catégorie concerne des sujets proposant aux élèves de composer sur des édifices de portée internationale, recouvrant ainsi une très grande variété de programmes prestigieux.

2.1. Diplomatie et résidences

Ainsi, on ne dénombre pas moins de 18 programmes ayant trait à la diplomatie et aux fonctions résidentielles de prestige[20]. À une seule occasion, Un consulat en 1956, le sujet est donné en seconde classe. Dans la très grande majorité des cas, ces sujets concernent la classe supérieure, voire les épreuves du Grand Prix de Rome. Les résidences consulaires et diplomatiques relèvent essentiellement, comme l’indiquait Guadet, de dispositifs et problèmes liés à l’habitation. Ainsi la première moitié du siècle voit une moisson de travaux se référer au Grand Siècle, dans l’architecture et dans l’aménagement paysager, comme en témoigne l’habile et élégante composition de Robert Danis (1879-1949), élève de l’atelier Deglane, en 1906, pour Une résidence diplomatique (fig. 3).

Figure 3 : Une résidence diplomatique, première médaille (concours d’émulation de première classe, 1906), élévation et plan, dessins de Robert Danis (1879-1949), élève de Deglane. Photo © Beaux-Arts de Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image Beaux-arts de Paris. Cote PJ2526 2-3.

Les évolutions fortes n’apparaissent qu’après la Seconde Guerre mondiale. En proposant de dessiner un consulat dans une ville du Moyen-Orient, comme pour Un consulat de France en 1956, le sujet, signé par le professeur de théorie André Gutton (1904-2002), semble autoriser ici une expression architecturale libérée des références courantes, en écho aussi au développement de l’architecture des ambassades qui se modernise en douceur[21]. L’acclimatation du programme à un contexte hors de la métropole admet une expression moderne qui puise dans les motifs et l’abstraction des volumes de l’architecture vernaculaire locale (fig. 4).

Figure 4 : Rendus pour Un consulat de France, concours d’émulation de seconde classe, 1956. Les Concours d’architecture de l’années scolaire 1956-1957, Vincent, Fréal & Ci.

La dimension coloniale des sujets, très présente dans les années 1920, permet de s’affranchir, là aussi, quelque peu des codes établis pour les résidences diplomatiques ou militaires. Ainsi, en 1923, pour La résidence d’un représentant de la France au Maroc, Gaston Lefol note, dans La Construction Moderne, que le sujet, en insistant sur les nécessités climatiques, a permis de rompre avec la tradition, comme le montre bien, l’année suivante, les rendus de Jean-Baptiste Mathon (1893-1971) ou celui de Georges Breuil (1903-1999) pour La Résidence du gouverneur d’une colonie, alors que le Maroc est sous protectorat français depuis 10 ans.

Pour le sujet Un hôtel d’ambassade à construire dans un grand pays d’Extrême-Orient, donné en 1928 pour le concours définitif du Grand Prix de Rome, il est précisé les spécificités d’un programme « pas construit selon le type des Ambassades des Pays européens » et aussi qu’ « une ambassade en pays lointain n’est plus seulement destinée à assurer les intérêts diplomatiques d’un pays, elle devient la Maison de France, ayant pour but de diffuser autant que possible les intérêts spirituels et matériels du pays qu’elle représente [22] ». Le sujet précise aussi qu’en Extrême-Orient, les domestiques indigènes ne sont pas logés « dans l’habitation de leurs maîtres ». Eugène Beaudouin (1898-1983), qui bâtira lui-même l’ambassade de France au Canada à Ottawa entre 1936 et 1939, exécute ici un rendu qui modernise et simplifie les lignes de l’architecture convenue et grandiose qui sied à un rendu pour le Grand prix. Son projet annonce ainsi les tendances monumentales de l’architecture des années 1930, évoquant la sobriété du musée des colonies, construit par Albert Laprade (1883-1978), pour l’exposition coloniale internationale de 1931.

2.2. Du pouvoir colonial à l’internationalisme

Par ailleurs, les sujets à vocation internationale oscillent entre, d’une part, développement de l’internationalisme et constructions supranationales, et d’autre part, affirmation du rayonnement culturel français[23], comme en 1938, où l’on propose de construire Une fondation française à l’étranger (Londres), pour un sujet de première classe. Celle-ci est pensée « sur le modèle de la Casa Velasquez[24] ». On relève ainsi 15 sujets, dont aucun n’a été donné en seconde classe et seulement deux en première classe[25]. Là encore, ces programmes constituent des sujets de prédilection pour les concours de fondation ou le Grand Prix de Rome.

Alors que le traité de Versailles institue la Société des Nations (SDN) en 1919, le sujet est immédiatement assimilé par le professeur de théorie qui propose Le Palais pour la Ligue des Nations à Genève, précisant cette fois explicitement le véritable lieu d’implantation du programme. Le sujet stipule que, sur les bords du Léman, le Palais devra avoir un « caractère de gravité et de richesse en rapport avec la grandeur de sa destination[26] ». En réalité, la SDN s’installe dans le Palais Wilson, un hôtel construit un siècle auparavant, qu’elle occupe jusqu’en 1936, au moment où elle prend possession de son premier bâtiment ad hoc construit par un groupe d’architectes dont Henri-Paul Nénot (1853-1934)[27]. En 1928, un an après l’échec de Le Corbusier au concours pour la construction de ce Palais des Nations, l’ENSBA propose justement La tribune des orateurs pour la salle des assemblées à la Société des Nations pour le concours Bourgeois et Godeboeuf. En 1937, avec Une permanence internationale du travail pour le Redon, le sujet évoque l’Organisation internationale du travail (OIT), créée en 1919, par le traité de Versailles en marge de la SDN. Celle-ci est installée depuis 1926, dans le premier bâtiment conçu pour abriter une organisation internationale à Genève par l’architecte Georges Épitaux (1873-1957). « Cet édifice, populaire entre tous, serait placé dans une contrée de l’Europe centrale réputée pour son libéralisme et son attachement aux œuvres de la Paix ; il serait situé à proximité d’une ville (…) dont la municipalité aurait réservé à l’établissement de cette permanence un important terrain en bordure d’un lac renommé[28] » précise le sujet en évoquant le site, de manière un peu moins directe qu’en 1919.

La dimension internationaliste s’intensifie logiquement après la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, en 1945, le sujet du Grand Prix porte sur Un Palais de justice des causes mondiales tandis qu’à cette période on instaure, pour remplacer la Cour permanente de justice internationale instaurée par la Société des Nations, la Cour internationale de justice à La Haye dans un édifice bâti en 1913 par Louis Marie Cordonnier (1854-1940), élève de Jules André à l’ENSBA entre 1875 et 1880.

Des sujets ayant trait au rayonnement culturel français continuent à être proposés dans la seconde moitié du XXesiècle, prenant la place des thèmes ouvertement coloniaux d’avant-guerre.

Figure 5 : Une Maison de France, plan et coupe, 3e prix (concours Redon, 1965), dessin de Gilles Thin (1934), élève de Beaudouin. Photo © Beaux-Arts de Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image Beaux-arts de Paris. Cote REDON 223.

En 1955 et 1961, le sujet Une maison de France, donné aux élèves de première classe, perpétue cette tradition tandis qu’en 1964, en pleine guerre froide, Un cercle international de l’information, pour le concours définitif du Grand Prix de Rome, évoque avec acuité les enjeux de l’accélération de l’information dans le monde contemporain  : « Le monde n’est plus un vitrail opaque, fait de mille nations encloisonnées et refermées sur leurs secrets, mais un écran de cinémascope où tout est visible, sans grand effort personnel, à l’instant précis où l’événement se produit[29] ».

À côté de cette dimension, d’autres sujets affirment aussi les enjeux de la construction européenne. Alors qu’en 1958, entre en vigueur le traité de Rome actant de la naissance des communautés européennes, on propose pour la dernière étape du Grand prix de concevoir Le Panthéon de l’Europe. Le sujet, questionnant la notion d’identité culturelle européenne, évoque la campagne lancée par un grand quotidien d’un recensement populaire des plus grandes valeurs spirituelles « dont les peuples de l’Europe ont à s’enorgueillir[30] ». En 1965, alors que fusionnent les exécutifs des communautés européennes créés en 1957, pour le concours Roux, on propose Une maison des rencontres internationales de l’Europe, dont le sujet indique que : « L’idée d’une entité « Europe » progresse rapidement et les contacts se nouent dans tous les domaines. On suppose que l’État et la Ville de Paris, prenant conscience de l’enjeu et disposant, dans un site privilégié de l’extension de la cité, d’un emplacement de trois hectares, décident la réalisation d’une Maison de l’Europe[31] ». Le dessin proposé par François Calsat (1935), élève de l’atelier Beaudouin, assume l’hétérogénéité d’un assemblage symbolique de formes, évoquant le chantier européen en cours d’élaboration.

Alors que l’État Français apporte un soutien variable à Strasbourg, candidate à devenir le siège des institutions européennes[32], et que l’idée d’une candidature parisienne resurgit régulièrement, en 1967, le concours définitif du Grand Prix de Rome propose justement aux logistes de plancher sur Une Maison de l’Europe dans l’hypothèse de l’aménagement du centre de Paris. La même année que le premier concours sur l’aménagement des halles, la vocation européenne est ici davantage prétexte à questionner le développement urbain parisien que la construction institutionnelle. Aymeric Zublena (1936), élève de l’atelier Vivien et classé deuxième second, propose une mégastructure développée le long d’un axe depuis la colonnade de Perrault jusqu’à la mairie de Paris. Dans tous les cas, les différents sujets à vocation européenne offrent des réponses graphiques qui expriment bien les tensions auxquelles sont soumises en réalité l’architecture européenne construite alors à Strasbourg, Luxembourg ou Bruxelles. Il s’agit en effet de répondre à des programmes complexes, tout en offrant des systèmes formels, à la portée symbolique, pouvant s’ajuster à des évolutions incertaines.

Cette contribution amorce une réflexion qui mériterait d’être évidemment étendue en considérant aussi tous les sujets de concours complémentaires : les tribunes et pavillons éphémères destinés à des chefs d’État, les monuments, les fragments ou les éléments de décor d’édifices officiels. Jusqu’à quel point les sujets constituent des chambres d’écho de la production architecturale et des enjeux politiques des périodes traversées ? Au fil des dessins examinés, on perçoit aussi bien la tendance d’un académisme modernisé particulièrement manifeste durant l’entre-deux-guerres[33], que la récupération des codes de la modernité héroïque durant la seconde moitié du XXe siècle. Au-delà d’une certaine forme d’opportunisme dans la rédaction des sujets et d’intitulés, qui indiquent une actualité souvent neutralisée ou détournée, les concours offrent essentiellement des programmes architecturaux qui permettent d’appliquer aisément des schémas de composition conventionnels, tels que les préconisait déjà Julien Guadet, au seuil du XIXe siècle.

 

Gauthier BOLLEÉcole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, UR ARCHE

 

[1] Neuf personnalités se succèdent à ce poste de 1883 à 1968 : Edmond Guillaume de 1884 à 1893, Julien Guadet de 1894 à 1908, Victor Blavette de 1908 à 1927, Louis Madeline de 1928 à 1937 puis de 1944 à 1949, Georges Gromort de 1937 à 1940, Paul Tournon de 1940 à 1942, Michel Roux-Spitz de 1942 à 1944, André Gutton de 1949 à 1958 et Louis Aublet de 1958 à 1964. À ce sujet, DIENER Amandine, « Le cours de théorie de l’architecture à l’École des beaux-arts au XXe siècle : approches et supports pédagogiques », Cahier HEnsA20, n°3, décembre 2017, pp. 17-23.,

[2] Voir ANDRIEUX Jean-Yves, L’architecture de la République : les lieux de pouvoir dans l’espace public en France, 1792-1981, Paris, SCÉRÉN-CNDP, 2009 ; HOTTIN Christian, « Lieux de pouvoirs. Architectures administratives de la France contemporaine, 1945-2013. Avant/Après la décentralisation », In Situ (En ligne), n°34, mai 2018. [https://journals.openedition.org/insitu/16062], consulté le 11 août 2021. Voir BELLAT Fabien, Ambassades françaises du XXe siècle, Éditions du Patrimoine, Paris, 2020.

[3] GUADET Julien, Éléments et théorie de l’architecture, cours professé à l’École nationale et spéciale des beaux-arts, Sixième édition, Paris, Librairie de la construction moderne, 1929, vol. 2, p. 407.

[4] GUADET Julien, op. cit., p. 411.

[5] GUADET Julien, op. cit., p. 416.

[6] GROMORT Georges, Essai sur la théorie de l’architecture : cours professé à l’École nationale supérieure des Beaux-arts de 1937 à 1940, Paris, Ed. Vincent, Fréal et Cie, 1942, p. 235-248.

[7] ANDRIEUX Jean-Yves, op. cit., p. 17.

[8] GUADET Julien, op. cit., p. 424.

[9] Un hôtel de ville, 1e classe, 11 primés (1908) ; Un hôtel de ville, 1e classe, 19 primés (1909) ; Une mairie, 2e classe, n.i. (1911) ; Un petit Hôtel de Ville, 2e classe, 8 primés (1912) ; Une mairie d’arrondissement, 1e classe, 2 primés (1921) ; Une mairie-école, 2e classe, 13 primés (1927) ; Un hôtel de ville, 1e classe, 15 primés (1929) ; Un hôtel de ville pour un chef-lieu d’arrondissement, 1e classe, 5 primés ; Une mairie, 2e classe, n.i. (1932) ; Une salle d’assemblées municipales, 2e classe, 33 primés (1957) ; Un hôtel de ville pour une localité de 5000 habitants, 2e classe, pas de primé (1965) ; Un centre civique, 1e classe, 33 primés (1966).

[10] Les Concours d’architecture de l’année scolaire 1965-1966, Paris, Vincent, Fréal & Ci., p. 19.

[11] Les Concours d’architecture de l’années scolaire 1956-1957, Paris, Vincent, Fréal & Ci., p. 14.

[12] Un Palais de Justice dans une ville de second ordre, 1e classe, 12 primés (1907) ; Une Chambre de Tribunal Civil, 2e classe, 3 primés (1910) ; Un palais de justice, 2e classe, 8 primés (1911) ; Un tribunal de commerce, 1e classe, pas de primé (1917) ; Un palais de justice, 1e classe, pas de primé (1919) ; Un palais de justice, 2e classe, 4 primés (1921) ; Un tribunal de commerce pour une ville importante, Rome, 2e essai (1924) ; Un palais de justice, 2e classe, 2 primés (1924) ; Une Cour de cassation, 1e classe, 5 primés (1925) ; Un tribunal d’arrondissement, 2e classe, 7 primés (1930) ; Une salle des assises, 1e classe, 17 primés (1934) ; Un tribunal de commerce, 1e classe, 10 primés (1934) ; Une salle d’assises, 2e classe, 1 primé (1955) ; Un palais de justice, 1e classe, 4 primés (1955) ; Une cour de cassation, 1e classe, 31 primés (1958) ; Un tribunal d’instance, 2e classe, 12 primés (1965).

[13] Un Hôtel de Sous-Préfecture, 2e classe, n.i. (1910) ; Un Hôtel de Préfecture, 2e classe, projet non rendu (guerre), (1914) ; Un Hôtel de sous-préfecture, 2e classe, 5 primés (1915) ; Un Hôtel de Sous-Préfecture, 2e classe, n.i. (1932) ; Une préfecture, 1e classe, 8 primés (1952) ; Une préfecture, 1e classe, 4 primés (1966).

[14] La salle des Séances d’un Palais du Sénat, 1e classe, 3 primés (1907) ; La salle de séance d’un Palais législatif, 2e classe, 6 primés (1912) ; La salle des Pas-Perdus d’un Palais Parlementaire, 1e classe, 8 primés (1913) ; La salle des séances d’un palais de parlement, 1e classe, 4 primés (1922) ; La salle des séances publiques d’un parlement, 1e classe, 3 primés (1926) ; Un palais pour une chambre de représentants, 1e classe, 3 primés (1939)

[15] ; Un ministère des Affaires étrangères, 2e classe, n.i. (1907) ; Un Bâtiment pour les archives du ministère de la Guerre, 2e classe, 10 primés (1911) ; L’hôtel du ministre de la guerre, 1e classe, 6 primés (1935) ; Un palais pour le Conseil d’État, Rome 2e essai, 10 logistes (1939) ; Un palais pour l’Assemblée de l’Union Française, Roux, 3 primés (1959) ; Une présidence de la République (Afrique), Rome 3e essai, 12 logistes (1961) ; Le ministère de l’urbanisme et de la construction, 1e classe, pas de primés (1965) ; Un ministère des Affaires culturelles, Roux, pas de primés (1965).

[16] GUADET Julien, op. cit., p. 435.

[17] GUADET Julien, op. cit., p. 451.

[18] Les Concours d’architecture de l’année scolaire 1956-1957, Paris, Vincent, Fréal & Ci., p. 31-21.

[19] Les Concours d’architecture de l’années scolaire 1958-1959, Paris, Vincent, Fréal & Ci., p. 3.

[20] Une résidence diplomatique, 1e classe, 4 primés (1906) ; La résidence d’un chef d’État, Labarre, 10 primés (1913) ; Un Palais de la Présidence dans la Capitale d’une grande république, Rome concours définitif (1913) ; Pavillon pour un chef d’État dans une grande exposition internationale, Rome 1er essai, 20 logistes (1914) ; La Résidence d’un représentant de la France au Maroc, Rome concours définitif (1923) ; La résidence du gouverneur d’une colonie, 1e classe, 7 primés (1924) ; Une résidence d’été pour le Chef de l’État, Rome concours définitif (1926) ; Un consulat, 1e classe, 6 primés (1927) ; Un hôtel d’ambassade à construire dans un grand pays d’Extrême Orient, Rome concours définitif (1928) ; Un consulat de France à l’étranger, 1e classe, 6 primés (1934) ; Une ambassade française à l’étranger, 1e classe, 6 primés (1936) ; Un palais de l’Empire colonial, Rome concours définitif (1939) ; Un pavillon de repos pour un chef d’État, 1e classe, 9 primés (1951) ; Un consulat, 1e classe, 1 primé (1952) : Une légation de France à l’étranger, 1e classe, 9 primés (1954) ; Un consulat de France, 2e classe, 6 primés (1956) ; La résidence des hôtes de marque dans la capitale d’un grand État, Roux, 1 primé (1956) ; Une ambassade de France à l’étranger, Paulin et Labarre, 3 primés (1958) ; Une résidence diplomatique,Rome 3e essai, 12 admis (1966).

[21] BELLAT Fabien, Ambassades françaises du XXe siècle, Éditions du Patrimoine, Paris, 2020.

[22] Les Concours d’architecture de l’année scolaire 1927-1928, Paris, Vincent, Fréal & Ci., p. 42.

[23] Les sujets proposant de travailler sur une maison de France, qui relèvent moins strictement de la dimension du pouvoir, sont retenus ici car ils portent une revendication de diffusion d’une culture nationale.

[24] Les Concours d’architecture de l’années scolaire 1937-1938, Paris, Vincent, Fréal & Ci., p. 20.

[25] Un Palais pour la Ligue des Nations à Genève, Rome concours définitif (1919) ; Un palais des Colonies, Rome 2e essai (1921) ; La tribune des orateurs pour la salle des assemblées à la Société des Nations, Bourgeois et Godeboeuf, 13 primés (1928) ; Un Centre français de propagande à l’étranger, Rome concours définitif (1931) ; Une permanence internationale du travail, Redon, 5 primés (1937) ; Un palais de l’Empire colonial, Rome concours définitif (1939) ; Une fondation française à l’étranger (Londres), 1e classe, 8 primés (1938) ; Une maison de France, Redon, 8 primés (1955) ; Le Panthéon de l’Europe, Rome concours définitif (1958) ; Un Palais de Justice causes mondiales, Rome concours définitif (1945) ; Une maison de France à l’étranger, 1e classe, 10 primés (1961) ; Un cercle international de l’information, Rome concours définitif (1964) ; Une maison de France, Redon, 7 primés (1965) ; Une maison des rencontres internationales de l’Europe, Roux, 1 primé (1966) ; Une Maison de l’Europe dans l’hypothèse de l’aménagement du centre de Paris, Rome concours définitif (1967).

[26] Les Concours d’architecture de l’année scolaire 1918-1919, Paris, Vincent, Fréal & Ci., p. 23.

[27] Voir KUNTZ Joëlle, Genève internationale : Cent ans d’architecture, Genève, Slatkine, 2017.

[28] Les Concours d’architecture de l’années scolaire 1936-1937, Paris, Vincent, Fréal & Ci., p. 23.

[29] Les Concours d’architecture de l’année scolaire 1963-1964, Paris, Vincent, Fréal & Ci., p. 30.

[30] Les Concours d’architecture de l’années scolaire 1957-1958, Paris, Vincent, Fréal & Ci., p. 33-34.

[31] Les Concours d’architecture de l’année scolaire 1965-1966, Paris, Vincent, Fréal & Ci., p. 23.

[32] BOLLE Gauthier, « L’architecture du quartier européen à Strasbourg depuis 1949 : enjeux locaux d’un développement institutionnel supranational », In Situ. Revue des patrimoines (En ligne), 12 février 2019, no 38. [https://journals.openedition.org/insitu/20202], consulté le 11 août 2021. Voir aussi HEIN Carola, The Capital of Europe: Architecture and Urban Planning for the European Union, Westport, Conn, Praeger, 2004, 315 p.

[33] Voir VIGATO Jean-Claude, « Prix de Rome modernes, 1919-1939 », Monuments historiques, n° 123, 1982, p. 76‑86.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search