Les rapports de recherche du Plan Construction au cours des années 1970 : méthodes, courants de pensée, dynamiques institutionnelles

Résumé : De 1971 à nos jours, le Plan Construction et, à sa suite, le Plan urbanisme construction architecture, ont constitué un nœud intellectuel crucial pour les connaissances sur la ville, soutenues par quelques 5800 rapports de recherche ou compte-rendu d’expérimentation, publiés ou inédits. Cette production institutionnelle reflète non seulement une volonté de traiter des sujets susceptibles d’éclairer l’action publique, comme la sphère professionnelle et décisionnelle, mais dénote encore l’émergence de questionnements scientifiques au sein des Ecoles d’architecture. Des travaux en résonnance directe avec des aspirations professionnelles renouvelées ouvrent bientôt la voie de la recherche à de jeunes praticiens, appelés à s’investir dans les établissements d’enseignement. La question de la transformation des logements ressort en particulier dès les années 1970 comme un sujet à la croisée d’un intérêt pour l’histoire et la sociologie urbaine, et d’une préoccupation en faveur de l’évolution du cadre bâti, sous la pression notamment de demandes d’économie énergétique.


Dans le cadre de l’axe de recherche dédié aux relations entre établissements d’enseignement de l’architecture et développement d’une recherche académique (axe 3 du programme ANR EnsArchi), la proposition ici développée vise à circonscrire l’un des thèmes de cet axe, portant sur la « Mise en place d’une politique publique de la recherche » (sous la coordination d’Ana bela de Araujo à l’ENSA Marseille). Celle-ci vise encore à nourrir un état de l’art global en cours de réalisation, pour cerner les éléments constitutifs de la création d’une recherche académique ayant trait à l’architecture, en appui des divers chapitres développés au sein de l’axe 3.

Sans négliger la réalisation d’une bibliographie générale ayant trait à la genèse d’une recherche académique en matière d’architecture (les travaux de Jean-Louis Violeau, ou d’Eric Lengereau, par exemple[1]), l’enjeu de ce travail sera d’articuler une liste des sources résultant d’une littérature grise (mémoires, rapports d’activités des unités de recherche, bulletins de liaison…), à des publications académiques, des rapports de recherche qui ne seraient pas des strictes études de cas, mais qui seraient porteurs d’une dimension historiographique relative à ce mouvement en faveur d’une recherche académique.

Parallèlement, pour ne pas empiler des études de cas liées à la genèse des différents laboratoires, qui forment des institutions dans les institutions, une place sera plus volontiers accordée à l’analyse croisée des travaux et acteurs : commanditaires et impulsions, méthodes, résultats, positionnements, formes de valorisation de la recherche, mais aussi thématiques de recherche dans l’environnement des établissements d’architecture. Pour sonder l’écheveau des laboratoires et la nébuleuse des chercheurs des ENSA, il nous est en effet apparu important de nous demander ce qu’étudiaient les chercheurs du milieu de l’architecture, en particulier au moment où ils cherchent à produire des travaux dans le milieu scientifique des Ecoles. Certaines avancées, liées à une approche thématique résultant des sources exploitées, sont restituées ici.

Parmi les sources primaires, outre les fonds privés, les fonds des unités de recherche, les sources des institutions plus centralisées nous ont paru pertinentes. Aux côtés du fonds du BRA, dont l’analyse est en cours (Cf. notamment les travaux de Fabricia Fauquet dans l’axe 3), le fonds du Plan urbanisme construction architecture (PUCA) constitue un prisme éloquent : sanctuarisé[2], ce fonds documentaire à part entière, conservé dans la Grande Arche de La Défense, capitalise des matériaux de recherche de différentes natures[3]. Cette production, qui s’accompagne de versements réguliers déposés aux archives nationales, reflète aujourd’hui un processus scientifique et pluri-institutionnel : recherches confiées à des organismes de la sphère économique (bureaux d’études), comme à des structures institutionnelles (Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région parisienne – IAURP), ou encore à des équipes parfois nouvellement constituées, aussi bien qu’à des laboratoires éminents de l’enseignement supérieur.

Sans prétendre ici à un récit complet de l’histoire du Plan, il conviendra simplement de rappeler que le Plan Construction, créé en 1971 et, à sa suite, le Plan urbanisme construction architecture, ont constitué un nœud intellectuel crucial soutenu par des rapports de recherche ou compte-rendu d’expérimentation, publiés ou inédits. A partir de sa création en 1971, le Plan est doté d’un mandat interministériel et une gouvernance confiée à un comité directeur. Ses missions initiales – sinon celles actuelles – peuvent se résumer à celles d’encourager et coordonner la recherche, le développement et l’expérimentation en matière de construction, et ce grâce à différentes formes d’action. C’est ainsi qu’en quelque cinq décennies d’existence, le Plan construction et ses entités successives ont produit quelques 5800 rapports de recherche[4].

Les enjeux scientifiques du Plan Construction à sa fondation

Les entités préfiguratrices du PUCA ont, depuis les années 1970, été concomitantes à un mouvement de structuration de la recherche urbaine ou architecturale en France qui est venue progressivement irriguer différents laboratoires et participer à la consolidation d’unités de recherche.

Au début des années 1970 lorsque se crée le Plan, les Unités pédagogiques d’Architecture (UPA) ne sont pas d’emblée représentées ; Anatole Kopp, de l’Ecole spéciale, semble être le seul enseignant Intuitu personae, en liaison avec le comité directeur, pour représenter le monde de l’architecture et son enseignement[5]. Mais les établissements d’enseignement d’architecture vont vite aller à la rencontre des missions assignées au Plan Construction, en particulier dans le contexte favorable consécutif au rapport du Professeur André Lichnerowicz de 1970, sur la recherche architecturale[6]. Ce document fondateur émane d’une « commission ministérielle en vue de la création d’un secteur de recherche architecturale ». Dans la foulée, un groupe de travail ad hoc, en liaison avec le Plan, se saisit des perspectives ouvertes par le rapport déposé par Lichnerowicz, pour observer la « création d’un milieu de chercheurs[7] ». Au sein du Plan, l’objectif assigné est de favoriser certaines démarches scrupuleuses et de s’émanciper des appréciations strictement quantitatives, développées notamment par le CSTB[8]. Le comité directeur du Plan cherche par-là à dépasser les liens avec le secteur du Bâtiment qui sont à sa genèse, et à promouvoir une culture de la recherche, sans définition a priori.

Une politique de recherche est ainsi au centre de la vie du Plan depuis son origine : les contrats de recherche sont passés au titre du programme 1972 et voient leur aboutissement au tournant 1972-1973[9]. Initialement impulsée par des organismes non scientifiques, développée dans le cadre de projets incitatifs, ouverte aux questionnements des responsables administratifs et politiques[10], la recherche soutenue par le Plan Construction se nourrit dans le même temps des sujets insufflés par des préoccupations issues de la sphère scientifique[11].

Pour s’assurer de la pertinence des démarches et de la solidité des résultats, le Plan instaure d’emblée une méthode visant à apprécier la qualité des travaux proposés. Les travaux sont systématiquement évalués et orientés sous l’égide du Comité directeur qui définit les principaux axes de recherche et engage des programmes de recherche sous contrat.

Des instances scientifiques, académiques ou parapubliques sont régulièrement mobilisées par le Plan : la Délégation générale à la Recherche scientifique et technique, le Centre de recherche d’architecture d’urbanisme et de construction, ou encore le Centre scientifique et technique du bâtiment[12]. Qu’il y ait ou non une dimension opérationnelle aux recherches, les travaux sont systématiquement évalués par des tiers. Une condition sine qua non émise par le Plan Construction pour ne pas prêter le flanc à des contrats indus ou favoriser des chasses gardées au niveau des entreprises : les études sont menées, de façon obligatoire, par un centre de recherche qui demeure le contractant et opère avec une entreprise industrielle ou de construction.

Le Plan Construction prend encore en référence des équipes de recherches, dans des domaines différents. Aux yeux de l’institution, deux entités apparaissent aptes à favoriser ce terreau scientifique : l’une à Marseille, le GAMSAU [Groupe d’études pour l’Application des méthodes scientifiques à l’Architecture et à l’Urbanisme], est reconnue pour l’informatique ; l’autre, parisienne, est représentée par l’ARC [Association “Architecture, recherche, Cybernétique”][13]. Enfin, l’assise critique et théorique repose aussi sur une intense dynamique éditoriale : supports de diffusion variés, avec une importante fréquence de parution, ainsi que l’a montré Guy Lambert[14].

 « Diffusion, Information, Pédagogie[15] »

Dès la création du Plan, plusieurs propositions ressortent qui ne sont pas strictement opérationnelles si bien que, sans être explicitement pressentis, les enseignants de l’architecture vont se saisir de ces cadres. Le thème de l’ « Amélioration de l’habitat ancien[16] » ou de « l’habitat existant » rivalise avec les sujets urbains de la « Ségrégation spatiale[17] », et entre en résonance avec la dénonciation de certaines formes urbaines des grands ensembles, qui avait en partie contribué à justifier la création du Plan. Au tournant de l’année 1974, les recherches tendent à s’articuler au sein du Plan Construction autour de « thèmes majeurs[18] ». Le Plan entend en particulier mieux favoriser la « recherche en sciences humaines appliquée à l’habitat (mobilité des habitants, ségrégation, catégories défavorisées)[19]. » Les travaux lancés par le Plan visent à basculer des sujets empiriques dans la sphère scientifique ; les questions sont d’ordre opérationnel, économique, sociologique, historique, ou social.

Ces sujets interviennent dans un contexte critique de la production urbaine, qui marque la décennie. En 1975, paraît ainsi à La Documentation française le rapport sur l’amélioration de l’habitat ancien, sous la plume de Simon Nora et Bertrand Eveno : deux auteurs mandatés, exogènes au milieu de l’architecture, et a fortiori celui des Ecoles d’architecture. Au niveau national, le Groupe interministériel Habitat et vie sociale, le Fonds d’aménagement urbain, ou les Opérations Programmées d’amélioration de l’habitat, apparues au cours des années 1970, vont converger en faveur des interventions d’ « amélioration » du bâti.

C’est avec ces préoccupations que vont s’épanouir les équipes de recherche en architecture auprès du Plan, qui sont souvent transdisciplinaires, pour ne pas dire éclectiques. La production du Plan sur le bâti ancien, porte sur différents registres suffisamment englobants, autant qu’elle offre une photographie de préoccupations professionnelles.

Différentes approches ouvrent la voie aux enseignants-architectes. Les retours d’expérience de réalisations, l’analyse de la terminologie de la réhabilitation, les études de cas dans les territoires ruraux, aussi bien que dans les grands ensembles, le processus de conception de la réhabilitation, les « réactions[20] » des usagers face à la réhabilitation, ou encore le projet urbain associé aux interventions sur le bâti : toutes ces focales, à l’échelle de la ville et de son urbanisme, comme à celle de l’individu, vont focaliser les propositions des UPA.

Ainsi, à la création du Plan Construction, les travaux s’inscrivent dans une dynamique de recherche qui laisse place à la réception des constructions récentes et de la production architecturale du logement de masse, en s’intéressant à la réaction des habitants, par exemple Participation des habitants à la conception et à la réalisation du cadre bâti : synthèse d’expériences (1973, IAURP)[21]. La place laissée aux travaux de psychologie sociale et le développement de la sociologie urbaine marquent les premiers travaux de recherche (Rôle féminin et logements ; Quels pouvoirs des femmes sur le logement et son usage ? ; Les femmes et l’espace rural ; Cohabiter, la vie quotidienne dans un ensemble HLM). A la croisée de diverses sciences sociales, ces travaux font encore écho à la dimension expérimentale du Plan Construction : il s’agit par-là de « Poursuivre l’encouragement donné à l’architecture nouvelle et observer les réactions des habitants aux nouvelles formes d’habitat[22] ». Ces productions cohabitent avec des études sur le développement de l’informatique, qui apparaît crucial en termes de prospective. Enfin, l’importance, pour le Plan Construction, du sujet de la Réduction de la consommation d’énergie dans l’habitat [23], justifie le lancement de différents contrats de recherche[24] qui ont pour but de favoriser la connaissance sur l’amélioration de l’habitat et qui vont permettre de soutenir des travaux au sein des établissements d’enseignement.

Consultations de recherche

A ce titre, trois consultations de recherche lancées à peu d’intervalle vont faire émerger des propositions d’enseignants des unités pédagogiques. Au cours de l’année 1976, l’intitulé Matériaux, produits et composants appliqués à l’habitat existant (mars 1976), précède l’Analyse de la formation des loyers et des prix de vente des logements réhabilités (mai 1976), lui-même suivi de près par une recherche de Typologie opérationnelle de l’habitat ancien 1850-1948 (juillet 1976).

Ces recherches lancées par le Plan Construction permettent bientôt de développer des pratiques de terrain, au sein des Unités pédagogiques d’architecture, parties prenantes dans ces travaux. L’habitat ancien en a constitué un corpus de choix – adossé initialement à des études de morpho-typologies[25] – pour focaliser des équipes de recherche au sein des Ecoles[26]. Leurs propositions s’inscrivent à la croisée d’une histoire du bâti vernaculaire, comme d’une observation de certaines réalisations du logement de masse. Parmi les acteurs du milieu académique qui vont se positionner, de façon récurrente, sur les appels à propositions lancés par le Plan, plusieurs d’entre eux sont jeunes diplômés parisiens et enseignent en province. En 1976, autour de Jean-Bernard Cremnitzer, jeune enseignant de l’UPA Rouen, il s’agit de développer « les approches typologiques du bâti » sous la forme d’un catalogue d’édifices-type. Ce travail ne vise pas moins que d’établir une « typologie générale de l’habitat en France (1850-1948) », dont la constitution sera progressive[27]. Dès 1976, est ainsi lancé un « précatalogue à l’occasion de recherches portant sur les incidences historiques régionales ou locales (économiques, techniques, sociales…) qui modulent la constitution de types, produisent des variantes ou amènent la création de types nouveaux[28] ». L’année 1976 voit plus largement un renforcement des travaux de recherche et d’expérimentation aidés par le Plan Construction dans le domaine de l’habitat existant, « ce thème occupant enfin la place qu’il méritait dans les préoccupations des chercheurs[29] ». Ainsi, en mai 1977, une consultation sur les processus d’évolution des quartiers anciens, repose sur la « nécessité d’un repli partiel de la politique des villes sur leurs quartiers anciens, face d’une part au ralentissement de la croissance urbaine[30] ». Lors de cette consultation, il faut noter, parmi les propositions de candidats non retenues, des protagonistes assez notoires, appelés à s’illustrer dans leurs réflexions sur la production de logements. On retrouve notamment des enseignants des Unités pédagogiques d’Architecture. C’est le cas de l’enseignant Jean-Patrick Fortin – du reste bientôt investi dans les questions de réhabilitation des grands ensembles, comme celui de Chambéry[31]. Aux côtés de l’IERAU, il échoue cependant avec sa proposition sur la « Réhabilitation d’un habitat de faubourg à Lille. Recherche et chantier expérimental ». Jean-Pierre Epron, de Nancy, avec le CEMPA, voit aussi son sujet refusé concernant les « Propositions pratiques pour l’assimilation critique du patrimoine architectural ».

Paul Quintrand, à Marseille, aux côtés du GAMSAU, avait tenté de proposer une « Méthode de prise en compte rapide et de représentation de l’habitat ancien. Méthode de diagnostic ». Ce sujet faisait pendant à une autre étude relative aux « Conditions et limites d’utilisation de techniques industrielles dans la réhabilitation de l’habitat ancien ». Ses propositions en appelaient au déplacement du regard et à la prise en compte du quotidien : « La réhabilitation n’aboutit pas nécessairement à des transformations spectaculaires. Elle semble pourtant constituer le meilleur moyen de préserver les attributs de la centralité et les chances d’une nouvelle sociabilité dans les quartiers anciens[32] ». Ces succès relatifs seraient éventuellement à placer sur le compte du faible nombre d’équipes structurées dans les UPA : malgré l’existence précoces d’équipes de recherche dans certaines écoles – nous avons cité le GAMSAU à Marseille –, les unités de recherche demeureront longtemps embryonnaires voire inexistantes (Rouen), complexifiant l’institutionnalisation de la candidature, parfois adossée à des structures externes aux écoles, voire à des agences.

Le succès de cette procédure d’appel à projets, et le nombre de candidatures conséquent, génère beaucoup de candidats malchanceux, en conséquence de quoi, certains n’hésitent pas à délivrer de multiples propositions pour se démarquer. L’architecte Jean-Bernard Cremnitzer obtiendra, à force de persévérance, une étude pour le Plan Construction sur les secteurs ouvriers du Havre[33]. Le cas du Havre ressort également comme un lieu d’étude privilégié, dans le cadre d’une recherche autour du même Cremnitzer[34], articulée à une jeune équipe de chercheurs pilotée par la Société d’études urbaines de la région du Havre [SERH] pour mieux apprécier le « Suivi social d’une opération de réhabilitation menée par un OPHLM » sur l’habitat ancien du Havre. Peu à peu, comme en 1978, les réponses font désormais la part belle aux architectes au sein du jury. Parmi les experts consultés[35], les architectes sont relativement bien représentés. Citons François Laisney, architecte enseignant à UP8, qui livre d’ailleurs, en compagnie d’une équipe de collègues, un rapport sur l’habitat ancien[36].

Parallèlement, sur le plan des thématiques, comme sur celui des modalités d’expertise, le comité de la recherche et du développement en architecture (CORDA) emboîte le pas du Plan construction. En 1977, par un appel sur la Conception et la réalisation des travaux de réhabilitation, le ministère de la Culture associe sa Direction des sites ou du CORDA. L’année suivante, un appel d’offres est lancé par le CORDA, avec deux volets d’appels intitulés « Conservation et Restauration » et « Pratiques du patrimoine architectural » portant sur du bâti ancien, à l’exclusion d’édifices classés. A la différence de la plupart des travaux portés sur les fonts baptismaux du Plan Construction, une attention particulière est aussi accordée aux architectures anciennes et ancestrales – même si nous avons vu que ce corpus (comme dans les travaux de Jean-Bernard Cremnitzer), n’étaient pas totalement exclus.

Esquisses

Côté Plan Construction, à la fin de la décennie, et si l’on retient l’année 1977, les réponses aux appels à projets de recherche émanent pour 40% des bureaux d’études, les maitres d’ouvrages représentent une part minoritaire (10%) et une part non négligeable revient aux agences d’architectes – enseignants on non –, soit 30%[37]. L’année 1979, qui voit encore le lancement de l’appel d’offre « Transformations de l’espace et de l’habitat rural », encourage encore leur insertion. La concomitance de ces appels à projets contribue partiellement à disséminer l’élaboration de candidatures par le milieu architectural, qui se rend de plus en plus perméables aux différentes sollicitations des institutions sur le sujet des transformations.

Autour de Christian Moley – qui exerce un rôle de conseil au Plan Construction[38], et qui enseigne parallèlement à l’UPA de Rouen[39], plusieurs recherches vont ainsi concerner l’auto-réhabilitation de l’habitat rural. Christian Moley se décrit de ce point de vue comme appartenant à une tendance générationnelle d’architectes, qui ne conçoit pas – je le cite – la carrière comme étant vouée à « gratter pour un mandarin[40] », mais en recherche de pensée critique. Ses recherches seront présentées au colloque Transformation de l’espace et de l’habitat rural tenu à Saint-Maximin, le 23 janvier 1980[41]. Ces restitutions font également pendant à l’édition d’actes de colloques (Les femmes et l’habitat), tout en intégrant des données techniques (Conception et coût global de l’habitat), et climatiques (Architecture climatique) et confirmant la préoccupation de la Typologie de l’habitat ancien (1850-1948) et la permanence de sujets autour de laTransformation de l’espace et de l’habitat rural[42].

Les recherches touchant à l’écologie et au climat[43] ressortent en ces circonstances, notamment sous un angle énergétique : « Économiser l’énergie consommée dans l’exploitation des bâtiments et faire face aux conséquences de la crise de l’énergie sur la construction[44] ». Déjà en 1972, le Plan évoquait la place des UPA : 

« Procédure originale, propre au Plan Construction, le “Programme Architecture Nouvelle” a été conçu pour permettre à des idées nouvelles en architecture d’être concrétisée dans une opération de logements et d’ouvrir l’accès à la commande à de jeunes architectes, éventuellement des universitaires des UPA (Unités Pédagogiques d’architecture) [sic.] en levant les obstacles que rencontre habituellement toute innovation[45]. »

En plus du Programme Architecture Nouvelle (PAN) ainsi évoqué, qui feront les belles heures architecturales du Plan construction, les études conduites par la profession d’architectes reflétaient une approche ouverte, telle qu’elle apparaît comme une photographie de la recherche urbaine en France. Cette perméabilité, même contestée au titre d’une recherche « impure », a néanmoins contribué à structurer une communauté scientifique : certains rapports ont formé un banc d’essai pour des personnalités appelées à structurer des équipes, à étayer leur discipline et réflexions scientifiques et qui sont ainsi amenées à se fédérer au contact d’une institution, en faveur de l’émergence d’une culture scientifique. Protéiformes, ces travaux d’équipe ont constitué une première étape en faveur d’une recherche propre aux Ecoles, qui – partant d’une dimension opérationnelle – s’est mis en quête d’une identité scientifique.

 

Élise Guillerm, ENSA Marseille, INAMA

Contribution à l’ANR EnsArchi, Séminaire n°4, 23 juin 2021.

Axe 3 « Enseignement et recherche. Fondations – politiques publiques – articulations ».

Thème 3 de l’axe : La recherche en architecture et les grandes institutions de recherche

 

[1] Notamment Éric Lengereau, L’État et l’architecture : 1958-1981, une politique publique ?, Paris, Picard, 2001.

[2] Rappelons qu’à partir de 2016, le BRAUP a dû entreprendre la collecte des rapports de recherche produits par le BRA depuis sa création, ceux-ci ayant été précédemment en partie dispersés. Les rapports rassemblés ont fait l’objet d’une numérisation progressive avec oscérisation.

[3] La collection se signale par son ampleur, son extrême complétude, appuyé par un classement chrono-thématique d’une grande constance, comportant une fiche détaillée de chaque étude.

[4] Guy Lambert, a quant lui exploré les directions de valorisation et de diffusion éditoriale impulsées par le Plan qui ont été multiples, mais aussi présentes à l’origine même de la genèse du Plan et inscrites fondamentalement dans son identité première. LAMBERT Guy, « La première décennie du Plan Construction 1971-1982 : stratégies éditoriales et représentations », Histoire de l’art, n° 59, 2006, p. 141-151 ; Id., « Les premières réalisations expérimentales du Plan Construction, entre laboratoire et démonstration », Lieux communs n°13, Les cahiers du LAUA, ENSA Nantes, septembre 2010, p. 55-72 ; Id., Publications techniques et stratégies éditoriales. Du Plan Construction au PUCA (1971-1998), Rapport de recherche, Centre d’histoire des techniques (CNAM), PUCA, juin 2005 ; Id., « Une spécificité des publications du Plan Construction (1971-1988), », in Jean-Philippe Garric, Valérie Nègre, Alice Thomine-Berrada (dir.), La Construction savante. Les avatars de la littérature technique, Paris, Éditions Picard, INHA, 2008, p. 319-330.

[5] Plan Construction, Trois ans d’activités, mai 1971-décembre 1974, Série « Documents », 1974, 74 p.

[6] En 1970, André Lichnerowicz remet au ministre Edmond Michelet le rapport de la commission ministérielle de la recherche architecturale (Lichnerowicz André, « Rapport de la commission ministérielle de la recherche architecturale », ministère des Affaires culturelles, 1970, 53 pages), qui sera l’un des rapports fondateurs du développement de la recherche en architecture en France. Lichnerowicz André, Bossuat Marie-Claude, Mignaval Pierre. « N ° 38 — LICHNÉROWICZ André ». Voir : Témoins et acteurs des politiques de l’éducation depuis la Libération. Tome 1 – Inventaire de cinquante entretiens, Paris, Institut national de recherche pédagogique, 1995, p. 132-135.

[7] Plan Construction, Trois ans d’activités, mai 1971-décembre 1974, Série « Documents », 1974, 74 p.

[8] « appréciation de la qualité (par la méthode du CSTB d’appréciation de la consistance utile dite des “plus ou moins”), [sic.] », cité dans Plan Construction, Trois ans d’activités, mai 1971-décembre 1974, Série « Documents », 1974, 74 p.

[9] Plan Construction, Série « actualités recherche », n°1, juil. 1974.

[10] C’est le cas, par exemple, avec la DDE des Bouches-du-Rhône qui a la charge d’un « Dépouillement du recensement 1968 pour une meilleure connaissance du patrimoine ancien » (1972). Parallèlement, à la création du Plan Construction, beaucoup de travaux s’inscrivent dans une dynamique de recherche qui laisse place à la réception des constructions récentes, en s’intéressant à la réaction des habitants ; notamment, C. Taisne et E. Falque, « Participation des habitants à la conception et à la réalisation du cadre bâti : synthèse d’expériences », 1973, IAURP.

[11] En témoigne – notamment – le parti pris méthodologique de l’étude d’A. Chazalette : « il nous est apparu que la vie sociale, la sociabilité locale (et, dans une moindre mesure, la vie des organisations) étaient décisives. », A. Chazalette, « Etude de deux expériences de réhabilitation de cités HLM pour le compte du MATELT (Plan construction) », contrat n°7361022002237501, Groupe de sociologie urbaine, Lyon, février 1974, 1 vol. p. 11 [Sur Bron Parilly et Mermoz sud].

[12] Plan Construction, Conception et réalisation des travaux de réhabilitation dans l’habitat ancien, Rapport d’exécution de l’appel d’idées 1977, en liaison avec la Direction de la Construction, la Direction du Bâtiment et des travaux publics et de la conjoncture (DBTPC), l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat, Bilan des réponses à l’appel d’offres, nov. 1977.

[13] Plan Construction, Trois ans d’activités, mai 1971-décembre 1974, Série « Documents », 1974, 74 p.

[14] Voir Guy Lambert, « Publications techniques et stratégies éditoriales du Plan Construction (1971-1998) », Centre d’histoire des Techniques (CNAM), Ministère de l’Équipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer, juin 2005, 2 vol. (vol. 1 « Texte – Annexes »/ vol. 2 « Base de données »). Anne Faure, L’habitant, l’État et le logement social. Évolution de l’approche de la qualité d’usage dans les opérations expérimentales, LQCM, Rapport de recherche, PUCA, 2000. Voir aussi : Jean-Claude Croizé, Politique et configuration du logement en France (1900-1980), Vol. IV. Normes et maîtrise du coût de la construction (1945-1980) ; Catalogue des recherches et publications en socio-économie de l’habitat, Paris : Plan urbanisme construction architecture, 1994, 57 p. ; L’innovation en chantiers, Paris : Plan urbanisme construction architecture, 1996, 151 p.

[15] Plan Construction, Série « actualités recherche », n°1, juil. 1974.

[16] « Principaux axes d’études, de recherche et d’expérimentation du Plan Construction en 1974 », Plan Construction, Série « actualités recherche », n°1, juil. 1974, p. 7.

[17] « Principaux axes d’études, de recherche et d’expérimentation du Plan Construction en 1974 », Plan Construction, Série « actualités recherche », n°1, juil. 1974, p. 7.

[18] Plan Construction, Actualités-recherche, Série « Documents », juil. 1974.

[19] Plan Construction, Série « actualités recherche », n°1, juil. 1974, p. 7.

[20] « Poursuivre l’encouragement donné à l’architecture nouvelle et observer les réactions des habitants aux nouvelles formes d’habitat », dans « Principaux axes d’études, de recherche et d’expérimentation du Plan Construction en 1974 », Plan Construction, Série « actualités recherche », n°1, juil. 1974, p. 7.

[21] Voir aussi IREP « Ségrégation sociale et villes nouvelles », 1974 cote A14 : « Rôle féminin et logement : définition d’une problématique (recherche exploratoire) », 1974, éd. 1979 ; OCIL/BAPH « Villepinte – Réactions à l’innovation architecturale », 1975.

[22] « Principaux axes d’études, de recherche et d’expérimentation du Plan Construction en 1974 », Plan Construction, Série « actualités recherche », n°1, juil. 1974, p. 7.

[23] Actualités Recherche, Plan Construction, juillet 1974, p. 6 sqq.

[24] Liste des contrats de recherche passés par le Plan Construction au 30 septembre 1974, dans Plan Construction, Trois ans d’activités, mai 1971-décembre 1974, Série « Documents », 1974, 74 p.

[25] J.-B. Cremnitzer, A. Heinz, A. Parent, Une typologie opérationnelle de l’habitat ancien : Haute-Normandie, 1830-1948, juin 1978, 182 p.

[26] Christian Moley et al., Processus d’évolution de l’habitat rural en Pays de Caux, UPA-Rouen / GERASE, 1980, 1 vol.

[27] Voir notamment : J.-B. Cremnitzer, A. Heinz, A. Parent, Une typologie opérationnelle de l’habitat ancien : Haute-Normandie, 1830-1948, juin 1978, 182 p.

[28] Conception et réalisation des travaux de réhabilitation dans l’habitat ancien. Consultation de Recherche et d’Expérimentation, « Amélioration de l’habitat ancien. Conception et réalisation des travaux de réhabilitation », appel de propositions, 2e session, Plan construction / secrétariat permanent, date de remise des propositions au 15 mai 1977.

[29] Plan Construction, Conception et réalisation des travaux de réhabilitation dans l’habitat ancien, Bilan des consultations 1976-1977-1978, Consultation préparée par le secrétariat permanent du Plan construction, en collaboration avec la Direction de la Construction, la Direction des Affaires économiques et internationales du ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie et de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat ancien, sept. 1979.

[30] Ibid.

[31] Voir le témoignage de Patrick Fortin lors de la journée d’étude Les années 68 et la formation des architectes : pédagogies expérimentales et renouvellement des savoirs, 20-21 octobre 2016, Cité de l’architecture et du patrimoine/ENSA Normandie.

[32] Paul QUINTRAND/ GAMSAU, « Conditions et limites d’utilisation de techniques industrielles dans la réhabilitation de l’habitat ancien », dans Plan Construction, Conception et réalisation des travaux de réhabilitation dans l’habitat ancien, Rapport d’exécution de l’appel d’idées 1977, en liaison avec la Direction de la Construction, la Direction du Bâtiment et des travaux publics et de la conjoncture (DBTPC), l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat, Bilan des réponses à l’appel d’offres, nov. 1977.

[33] Il se voit également refuser sa proposition relative aux « Ilots urbains et restauration dans le cadre d’intervention HLM », de même que deux autres de ses propositions à l’occasion de cette consultation. Ni celle sur la « Réhabilitation douce en tissu urbain semi-pavillonnaire » – pas plus que le projet sur « La brique dans l’habitat ancien, savoir bâtir, pathologies et méthodes de revitalisation », Jean-Bernard Cremnitzer, Architecte DPLG “Ilots urbains et restauration dans le cadre d’intervention HLM ; Jean-Bernard Cremnitzer, Architecte DPLG, « Réhabilitation douce en tissu urbain semi-pavillonnaire » ; Jean-Bernard Cremnitzer, Architecte DPLG, « La brique dans l’habitat ancien, savoir bâtir pathologies et méthodes de revitalisation » dans Plan Construction, Conception et réalisation des travaux de réhabilitation dans l’habitat ancien, Rapport d’exécution de l’appel d’idées 1977, en liaison avec la Direction de la Construction, la Direction du Bâtiment et des travaux publics et de la conjoncture (DBTPC), l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat, Bilan des réponses à l’appel d’offres, nov. 1977.

[34] Voir aussi : Dominique Druenne (sous la dir. de), Jean-Bernard Cremnitzer, Michel Gastine, Paul Gaullier, Anne Parent (rédacteurs), Une méthodologie de la réhabilitation de l’habitat ancien. Un cas : le quartier Brindeau-Le Havre. Institut d’études et de recherches architecturales et urbaines (I.E.R.A.U) / Plan construction [Secrétariat permanent], 1976, Recherche commandée par le Plan Construction et suivie par la Direction de la Construction au Ministère de l’Equipement, 2 vol. Jean-Bernard Cremnitzer sera bientôt l’auteur de Cremnitzer Jean-Bernard, Architectures au Havre, guide d’architecture, Ed. Ville du Havre, 1990.

[35] Plan Construction, Conception et réalisation des travaux de réhabilitation dans l’habitat ancien, Bilan des consultations 1976-1977-1978, Consultation préparée par le secrétariat permanent du Plan construction, en collaboration avec la Direction de la Construction, la Direction des Affaires économiques et internationales du ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie et de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat ancien, sept. 1979.

[36] LAISNEY François, ELEB Nicole, GANGNEUX Marie-Christine, SANTELLI Serge, “Paris Nord et Saint-Denis”, in actes du colloque « Typologie de l’habitat ancien, 1850-1914 », Plan Construction, 1979, p. 103 à 122. François Laisney collaborera ensuite à l’ouvrage de François Laisney, « Une diversité des pratiques », in Xavier Malverti (dir.), Construire dans le construit, un enjeu d’architecture, PUCA, 2000, p. 113-123.

[37] D’après Plan Construction, Conception et réalisation des travaux de réhabilitation dans l’habitat ancien, Bilan des consultations 1976-1977-1978, Consultation préparée par le secrétariat permanent du Plan construction, en collaboration avec la Direction de la Construction, la Direction des Affaires économiques et internationales du ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie et de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat ancien, sept. 1979.

[38] Entretien de l’auteur avec Christian Moley, le 15 avril 2020.

[39] Christian Moley et al., Processus d’évolution de l’habitat rural en Pays de Caux, UPA-Rouen / GERASE, 1980 et Id., CESP sur la Margeride [Présentées au colloque de St Maximin 23 janvier 1980]. Remerciements à Christian Moley.

[40] Entretien de l’auteur avec Christian Moley, le 15 avril 2020.

[41] Deux recherches de l’appel d’offre « Transformations de l’espace et de l’habitat rural » concernent l’auto-réhabilitation de l’habitat rural : GERASE sur le Pays de Caux (Christian Moley et al., Processus d’évolution de l’habitat rural en Pays de Caux, UPA-Rouen, 1980) et CESP sur la Margeride [Présentées au colloque de Saint-Maximin, le 23 janvier 1980].

[42] La collection « Colloques » intègre également des données sur les questionnements sociaux Ségrégation spatiale et l’habitat des pays du sud Recherche française et habitat du tiers monde.

[43] Notamment une recherche sur la « Réduction de la consommation d’énergie dans l’habitat », programme confié par le Gouvernement au Plan Construction, 1973-1974, cité dans Plan Construction, Série « actualités recherche », n°1, juil. 1974.

[44] « Principaux axes d’études, de recherche et d’expérimentation du Plan Construction en 1974 », Plan Construction, Série « actualités recherche », n°1, juil. 1974, p. 7.

[45] Plan Construction, Trois ans d’activités, mai 1971-décembre 1974, Série « Documents », 1974, 74 p.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search