La création de l’école d’architecture de Nancy. Généalogie d’un rendez-vous manqué

Résumé : Si la ville Nancy, centre artistique de premier plan dans les premières années du XXe siècle, semble a priori toute désignée pour accueillir une école régionale d’architecture lorsque celles-ci sont créées en 1903, la conjonction et la cristallisation d’oppositions de natures variées – artistiques, politiques, idéologiques… –  va finalement conduire à l’abandon du projet. L’article propose de retracer cet évènement dans son contexte régional et national.


Lorsqu’en 1903, parait le décret permettant la création d’écoles régionales d’architecture[1], la ville de Nancy semble toute désignée pour accueillir l’une des premières institutions de province. Premièrement, la ville compte déjà une école municipale et régionale des Beaux-arts dans laquelle l’architecture est enseignée de longue date. Deuxièmement, la presse spécialisée locale a préparé les esprits en publiant régulièrement, et ce dès 1893, une série d’articles se faisant l’écho des débats en faveur de la création de tels lieux d’enseignement[2], reproduisant, par exemple, les observations présentées en 1899 à la Chambre par Stanislas Ferrand plaidant pour l’instauration d’un enseignement « populaire et pratique » qui conduirait à « instituer des écoles régionales dont les méthodes seraient basées sur l’utilisation artistique et industrielle des matériaux du pays [entendu ici, comme, « région »][3] ». Ensuite, parce qu’il s’agissait là d’un acte de décentralisation artistique[4], la création d’une école régionale d’architecture ne pouvait que rencontrer l’adhésion du milieu artistique local dominé par L’Alliance provinciale des industries d’art, une association d’artistes, industriels et intellectuels créée en 1901, plus connue sous le nom d’Ecole de Nancy. En effet, celle-ci se revendiquait clairement comme un mouvement de décentralisation artistique[5].

Enfin, en tant que ville universitaire, Nancy est, avec Lille, Bordeaux, Marseille, Lyon, Rouen, Toulouse, Rennes…, au nombre des cités susceptibles d’accueillir l’une de ces écoles de province. La presse quotidienne locale n’envisage d’ailleurs pas une seconde que sa création puisse être retardée. En février 1903 une délégation parisienne, formée de Jacques-Louis Pascal, Julien Guadet, François Blondel et Léopold Crost, directeur de l’enseignement du dessin au Ministère des Beaux-Arts[6], est accueillie à Nancy par le recteur d’Académie pour régler les questions pratiques comme celle des locaux dans lesquels installer la future école d’architecture. Dans cette perspective, les bâtiments de l’ancienne faculté de médecine sont jugés parfaitement adaptés[7]. Ce qui paraît alors décidé, c’est que l’école d’architecture doit bénéficier de locaux indépendants de ceux de l’école des beaux-arts – ceci étant facilité par le nécessaire déménagement de l’école régionale des beaux-arts, envisagé depuis plusieurs années et devenu désormais urgent. Indépendantes quant à leurs locaux, les deux écoles semblent cependant devoir conserver des liens, l’une devant préparer à l’autre : « A l’Ecole des beaux-arts, qui, en quelque sorte, n’est qu’une école secondaire et préparatoire à l’enseignement supérieur, les cours d’architecture ne comporteront plus que l’étude des éléments et des principes généraux à tous les arts. Tandis que l’Ecole d’architecture proprement dite, sera autonome et indépendante, avec une direction, une administration et des professeurs spéciaux, sous l’autorité immédiate du ministre. [8]» Force est de le reconnaître, cette dernière précision révèle que la décentralisation envisagée en 1903 est pour le moins centralisée !

1 – « On ne peut faire un architecte qu’à Paris ![9]»

Si rien ne semblait devoir faire capoter le projet de création de l’école d’architecture à Nancy, il fallait cependant que celui-ci soit accepté et soutenu par la municipalité. En effet, bien que porté par le ministre des beaux-arts, il s’agissait d’un acte de décentralisation qui, de fait, ne pouvait être entièrement décidé à Paris. D’ailleurs, le texte du décret de 1903, prévoyait un partenariat entre l’Etat et les municipalités. Celui-ci portait notamment sur les questions budgétaires : l’Etat devant prendre à sa charge un tiers des dépenses engagées ; les deux tiers restant étant à la charge des municipalités.

Lors de sa réunion du 17 février 1904, le Conseil municipal, après un débat très court[10] au cours duquel les deux architectes présents, Henri Gutton et Louis Lanternier, affirmèrent l’inutilité du projet et l’impossibilité de « décentraliser l’architecture[11] », rejeta rapidement, et presque à l’unanimité, la proposition du Ministère d’ouvrir une école régionale d’architecture à Nancy. Pour les opposants au projet, « il n’y a qu’à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris qu’il est possible de faire de bons architectes[12] ». La création de cette nouvelle institution soutenue pourtant par une partie du milieu local de l’architecture, était rejetée d’un simple revers de main.

Aussi étonnante puisse-t-elle apparaitre cette position n’en est pas moins significative à plusieurs titres. Elle révèle tout d’abord les tensions qui existaient au sein du monde nancéien de l’architecture – qui était loin d’être uni. Elle se comprend sans doute par le contexte politique particulier dans laquelle elle a été prise : le débat intervient en effet à la veille des élections municipales. La question d’abord tranchée à la fin de la mandature d’une équipe municipale, sera reprise par la suivante dont les membres – acteurs principaux de la décision initiale – sont renouvelés dans leur mandat. Enfin le rejet de la proposition de créer à Nancy une école d’architecture se trouve sans doute conforté par les enjeux spécifiques locaux. L’enseignement de l’architecture n’était pas au centre des préoccupations en Lorraine.

2 – Architectes de l’Est contre architectes de l’Est

Le refus par les membres du conseil municipal de la proposition formulée par le ministre d’ouvrir une école d’architecture à Nancy peut sans doute être compris comme un épisode supplémentaire d’un conflit dans lequel les architectes nancéiens s’étaient embourbés depuis de longues années. Dans les colonnes du journal L’Immeuble et la construction dans l’Est,  Emile Jacquemin[13] note, en février 1903 – c’est-à-dire avant même que le projet ne soit discuté au sein du conseil municipal –, que la création des écoles d’architecture de province a été obtenue grâce au lobbying des sociétés d’architectes de province et constate, attristé, « parmi lesquelles n’a pas figuré celle de l’Est, qui ne s’occupe guère que des personnes[14] ». La citation quelque peu vacharde de Jacquemin témoigne, en effet, des tensions agitant le milieu architectural nancéien et fait écho à un conflit alors déjà ancien qui opposait Emile Jacquemin et d’autres architectes locaux. Près de vingt ans auparavant, Jacquemin, dans le journal qu’il dirigeait, avait lancé l’idée de créer une Société régionale des architectes de l’Est dont les statuts furent publiés le 25 novembre 1888. Le 29 avril 1889, la société était officiellement autorisée[15]. Parallèlement, un autre groupement d’architectes avait été créé à Nancy : La Société des Architectes de l’Est. Celle-ci était présidée par un ancien élève de l’Ecole des beaux-arts de Paris, Ferdinand Genay.

Alors que la Société Régionale portée par Jacquemin et Lucien Humbert entendait fédérer des professionnels du bâtiment aux profils variés (et englober les entrepreneurs)[16], la société des architectes de l’Est de la France, elle, ne regroupait que des anciens élèves de l’Ecole des beaux-arts de Paris. Parmi ceux-ci figuraient notamment Albert Jasson, l’architecte municipal de Nancy. Ce dernier était personnellement et régulièrement attaqué dans des articles parus dans les mêmes années dans l’Immeuble et la construction dans l’est. Condamnant le cumul d’activités publiques et privées, le journal prit position en faveur de la suppression des architectes-fonctionnaires, une position qui visait directement Albert Jasson[17].

Ces multiples conflits tournèrent à l’avantage des architectes formés à l’Ecole des beaux-arts de Paris. Les différentes tentatives de conciliation entre la Société régionale des architectes de l’Est et la Société des architectes de l’Est de la France échouèrent sur le profil des adhérents qu’entendaient fédérer les deux associations. La société régionale des architectes de l’Est fut finalement dissoute en mars 1894[18].

Le corporatisme en vigueur au sein de la Société des Architectes de l’Est de la France est sans doute à l’origine de son peu d’empressement à soutenir le projet d’un enseignement décentralisé de l’architecture. En 1903, elle semble en tout cas en total retrait des débats auxquels elle ne consentira à prendre part qu’à la fin de l’année 1905, nous y reviendrons.

 3 – Enjeu local, contexte politique national

A l’opposition des deux camps de professionnels défendant deux visions différentes du métier d’architecte, s’ajoute de surcroit l’opposition de deux camps politiques opposés.

L’épisode relatif à la création de l’école régionale d’architecture n’est qu’un des évènements révélant deux visions de la société qui s’affrontent, via les idées défendues par certaines figures de la scène artistique nancéienne, au sein des instances politiques locales. Alors qu’autour d’Emile Gallé se sont regroupées des personnalités dreyfusardes (parmi lesquelles on peut citer Victor Prouvé  qui prendra la direction de l’Alliance provinciale des industries d’art à la mort du maître-verrier), favorables à la démocratisation de l’enseignement (dont la création à Nancy de l’université populaire est sans doute l’emblème le plus éloquent), un autre camp, qui arrive, avec Ludovic Beauchet, à la tête de la mairie de Nancy à la faveur des élections municipales de 1904, s’avère beaucoup plus conservateur. Les trois membres de l’ancien conseil municipal ; Lanternier, Gutton et Paul, qui s’étaient opposés à la création de l’école en février 1904, sont réélus en mai de cette même année sur la liste de droite « Anti-Bloc » de laquelle est également issu le nouveau maire, Ludovic Beauchet.

C’est bien pour des raisons politiques qu’avait été repoussée la proposition du ministère. Le 18 janvier 1905, le journal L’Etoile de l’Est se souvient que : « les nationalistes du conseil [municipal] [avaie]nt insisté pour le refus de l’offre ministérielle et [avaie]nt ainsi enlevé le vote, croyant jouer un bon tour au gouvernement. Ils se basaient sur ce fait que la ville de Bordeaux avait, elle aussi, repoussé les présents d’Artaxercès[19]. Or (…) Lyon, Toulouse, Rouen, Marseille, Lille… et Bordeaux ont, au contraire accepté, (…) seule, Nancy s’est entêtée à ne pas vouloir de cette école[20] ».

Comme nous l’avons vu, la création des écoles provinciales d’architecture ne peut pas être réellement considérée comme un cadeau fait aux villes susceptibles de les accueillir puisque celles-ci étaient sensées largement abonder à leur budget. Plus qu’une simple opposition idéologique voire simplement politicienne au gouvernement, le refus définitif de la nouvelle mairie au projet d’ouverture d’une école régionale d’architecture, s’explique aussi – si ce n’est surtout – pour des raisons financières. L’équipe municipale avait été élue en 1904 en défendant l’idée de nécessaires économies et n’avait pas prévu de participer financièrement à la création d’une école que personne n’avait réclamée sur place. En outre – et malgré un programme peu dispendieux – la nouvelle équipe avait cependant parmi les quelques travaux énumérés dans son programme (qui avaient essentiellement trait à l’amélioration de l’adduction d’eau et à l’ouverture de nouvelles rues) celui de « la construction d’une nouvelle école des beaux-arts qu’il s’agira d’aménager dans un but pratique et populaire ». Accueillie dans des locaux trop petits, vétustes et inadaptés, l’Ecole des beaux-arts de Nancy attendait depuis de nombreuses années que soit construit un bâtiment neuf expressément conçu pour ses besoins spécifiques. En outre, en évoquant la dimension « pratique et populaire », les politiques entendaient sans doute appuyer une revendication portée de longue date par les artistes-industriels lorrains du domaine des arts décoratifs, à savoir, réorienter l’enseignement dispensé à l’école vers un enseignement des arts industriels destinés à former des ouvriers d’art qui faisaient défaut au développement des entreprises locales.

 4 – Par-delà les positions politiques, les enjeux locaux du consensus

A la fin de l’année 1904, la possibilité d’ouvrir une école d’architecture à Nancy est à nouveau étudiée non seulement parce que, sur place, certains ont plaidé pour le réexamen de cette question[21], mais également parce que le ministère a réitéré sa proposition à la nouvelle municipalité. Lors de son assemblée générale du 17 décembre 1904, la Société des Architectes de l’Est de la France confie à Joseph Hornecker[22], l’un de ses membres, la rédaction d’un rapport permettant de synthétiser la position de l’association. Que joseph Hornecker soit alors l’associé d’Henri Gutton n’est sans doute pas sans conséquence sur la teneur de son rapport[23]. Après avoir remarqué qu’ « il ne s’agi[ssait] point de décentraliser [l’enseignement] au sens propre du mot, mais de créer autour de l’école-mère une huitaine de succursales (…) avec tous les avantages et tous les inconvénients qui s’attachent à un pareil système[24] », Hornecker insiste sur la richesse de la documentation fournie aux étudiants parisiens ainsi que sur le confort des installations dont bénéficie l’école nationale des beaux-arts et explique que « c’est pour cela que les villes qui depuis longtemps sont des centres artistiques de premier ordre, je veux dire – ajoute-t-il malicieusement – Lyon, Lille, Toulouse (…) ont comme suprême récompense, décerné à leurs meilleurs élèves, des bourses pour aller étudier à l’école des beaux-arts de Paris[25]. » Après avoir pris connaissance de ce rapport,  la Société des architectes de l’Est de France, dans le procès-verbal de son assemblée générale du 28 janvier 1905, signé de son président, Albert Jasson, s’affirme « favorable à la création de l’école régionale » à condition, y est-il précisé, « que les élèves de l’Ecole régionale fassent tous les deux mois, au moins, le voyage de Paris pour passer en revue les projets exposés à l’Ecole nationale des Beaux-Arts, juger de visu leur valeur comparative et rechercher les motifs qui ont guidé le Jury dans ses jugements[26] ». Ainsi, tout en affirmant son soutien au projet de création de l’école, la Société des architectes de l’Est émet des conditions qui, de fait, condamnent sa réalisation.

Presque parfaitement simultanément, l’Alliance provinciale des industries d’art qui s’intéresse surtout à la réforme de l’enseignement dispensé à l’école des Beaux-arts et à la construction d’un nouveau bâtiment qui lui soit dédié, s’immisce dans le débat relatif à la création d’une école régionale d’architecture et affiche, elle aussi, une position des plus ambiguës. Après avoir affirmé « exprim[er] très instamment le vœu que la Ville de Nancy accepte l’offre qui lui a été faite par l’Etat d’organiser ici une des 7 écoles régionales d’architecture », l’Alliance semble se déclarer opposée à une création indépendante des autres disciplines artistiques et justifie sa position dans des termes aux accents très viollet-le-duciens :

« L’Architecture est l’Art décoratif par excellence sur lequel elle exerçait, aux grandes époques, une véritable maîtrise ainsi que sur la sculpture. Tous les arts, en effet, sont en complète harmonie. Il serait déplorable qu’il y ait à Nancy divorce entre l’Architecture et les autres Arts. Ce serait un non-sens[27] ».

Il n’est pas anodin de noter que le rapporteur-signataire de ce document pour le compte de l’Alliance provinciale des industries d’art n’est autre que Charles André, alors ancien architecte départemental de Meurthe-et-Moselle, qui s’est vu confier cette tâche en souvenir du rôle qui avait été le sien dans l’organisation de la première exposition des arts décoratifs Lorrains qui eut lieu à Nancy en 1895 et qui contribua largement à la création de l’association des artistes et industriels lorrains[28]. Ce faisant, Charles André souligne une fois de plus l’importance pour la Lorraine des industries d’art, domaine pour lequel on souhaite développer des formations spécifiques.

En ces premières années du XXe siècle, se dégage un consensus à Nancy autour de la nécessaire réforme de l’enseignement des arts décoratifs. En 1901, Henri Gutton avait été avec Jules Larcher, le directeur de l’école des beaux-arts, et Albert Jasson, l’architecte municipal, l’une des trois personnalités chargées de visiter différentes écoles d’Europe occidentale afin d’élaborer des propositions d’évolution et d’adaptation de l’enseignement dispensé à Nancy. Jamais dans les rapports qui ont été rédigés à cette occasion n’émerge l’idée de séparer l’enseignement de l’architecture des autres disciplines artistiques. En juillet 1904, souhaitant relancer le projet d’ouverture d’une école régionale, Emile Jacquemin, sous le pseudonyme de Jean Micque, plaidait dans les colonnes de son journal : « Nancy est mieux indiquée que tout autre centre pour une Ecole d’architecture, puisque déjà elle fait école pour tant d’autres arts décoratifs, qui, en définitive, tout brillants qu’ils soient, ne sont que des branches de cet art-souche qu’est l’architecture[29] ».

Si, par-delà leur opposition politique et idéologique, les différents groupes nancéiens semblent finalement s’accorder sur l’idée de renforcer l’enseignement artistique local et de ne pas séparer l’architecture des arts industriels, c’est qu’il s’agit là d’une idée défendue par d’éminentes personnalités aux profils variés et dont le discours a une portée nationale.  Dans le catalogue qui accompagne la première exposition des Ecoles Départementales des beaux-arts et d’art appliqué à l’Industrie qui a lieu à Paris en 1905, l’inspecteur Jules-Jean Pillet, qui avait longtemps été chargé d’inspecter l’école des beaux-arts de Nancy écrit que « Par enseignement des arts industriels, il faut entendre celui qui s’applique à des professions déterminées, que ces professions aient un caractère artistique bien tranché, comme la construction des bâtiments et l’architecture, qui en est la manifestation artistique, ou qu’elles soient nettement industrielles, comme la mécanique et la construction des machines » ; il précise « le couronnement des cours d’arts industriels est l’enseignement de l’architecture[30] ». En 1908, Maurice Couyba reprend régulièrement cette idée dans son ouvrage intitulé Les beaux-arts et la Nation. Il y affirme notamment : « L’art décoratif a effectivement un éclat exceptionnel, dans l’heure présente. Rationnellement poussé, il impose aujourd’hui une égale précision et une même sincérité originale aux plans d’un immeuble, au motif d’une décoration intérieure, au dessin d’une pièce d’orfèvrerie[31]. » Plus loin, il déclare : « il importe de créer une école nationale du mobilier dans une ville où les influences artistiques extérieures viennent se greffer sur un tempérament de race originale et créatrice ; et parmi d’autres, il est un centre d’art qui semble tout désigné à l’attention de l’Etat : c’est la patrie de Jean Lamour et de Gallé, c’est Nancy[32] ».

Le contexte spécifique de Nancy explique le glissement naturel des enjeux. S’appuyant sur un rapport du Recteur de l’Académie de Nancy, le député de Meurthe-et-Moselle, Jean Grillon, ami de Victor Prouvé, dépose, le 6 mars 1908,  un projet de loi visant la création d’une école nationale d’industries d’art à Nancy[33]. Aboutissement de revendications portées de longue date par les membres de l’Alliance provinciale des industries d’art, ce projet a en outre le soutien du ministre de l’Enseignement supérieur et des beaux-arts, du Conseil général de Meurthe-et-Moselle et de la chambre de commerce et d’industrie de Meurthe-et-Moselle. A cette date, c’est donc l’enseignement des arts industriels qui est au cœur des débats à la Chambre des députés. Nancy a laissé passer sa chance de voir s’ouvrir une école indépendante d’architecture.

 

Bien que le sujet de la création de l’école régionale d’architecture se tarisse complètement dans la presse locale après 1905 où aucune occurrence n’y fait plus mention, l’enseignement de l’architecture n’est pas complètement oublié. Au final, si la création de l’école d’architecture n’a pas eu lieu à Nancy, c’est par un concours de circonstances qui a vu converger les points de vue de groupes et de personnalités pourtant opposés par ailleurs. Pour différentes raisons, on souhaita privilégier à Nancy l’enseignement des arts décoratifs et cela eut des conséquences pour longtemps. Pour autant, l’école nationale des arts industriels envisagée par le projet de loi déposé en 1908 n’ouvrit jamais ses portes. Il fallut encore attendre la fin de la Première Guerre mondiale pour que l’école des beaux-arts réformée en une « Ecole régionale d’arts appliqués » voie le jour. Par un arrêté préfectoral daté du 27 septembre 1919, Victor Prouvé prit la direction d’une institution baptisée « Ecole municipale et régionale des beaux-arts et des arts appliqués » dans laquelle on continua d’enseigner l’architecture. Cette vision de la cohérence des disciplines artistiques – et de leur enseignement – défendue par les acteurs de l’avant-garde artistique lorraine du tournant des XIXe et XXe siècles marqua pour longtemps le paysage nancéien. Il fallut attendre la mort de Victor Prouvé en 1943 pour qu’une nouvelle orientation soit donnée à l’école des beaux-arts de Nancy. Le décès du grand artiste lorrain permit de tourner la page des débats qui avaient agités le monde l’art à Nancy au tournant des XIXe et XXe siècles. Une école régionale d’architecture indépendante put – enfin – être créée.

Hervé DOUCET, Université de Strasbourg, UR ARCHE-3400

[1] Les décrets du 23 janvier 1903 publiés dans le Journal Officiel du 31 janvier 1903 créent des écoles d’architecture en Province.

[2] On peut citer par exemple : BATTEUR C., « De l’enseignement architectural. A propos des écoles d’architecture à créer dans les départements », L’Immeuble et la Construction dans l’Est, 9 avril 1893, p.385-387 ; Ictnitus, « L’Enseignement régional de l’architecture ou Les Architectes diplômés par le Gouvernement », L’Immeuble et la Construction dans l’Est, 3 janvier 1897, p. 256 ; Anonyme, « Enseignement régional de l’architecture », L’Immeuble et la Construction dans l’Est, 7 janvier 1900, p. 281-284.

[3] Anonyme, « L’Enseignement de l’architecture à l’Ecole des Beaux-arts », L’Immeuble et la construction dans l’Est, 9 avril 1899, p385.

[4] Le journal l’Immeuble et la construction dans l’Est avait justement été créé, en 1887, comme « une œuvre de décentralisation » voir : « Notre programme », L’immeuble et la Construction dans l’Est, n°1, 1er mai 1887.

[5] L’Ecole de Nancy entendait promouvoir la création artistique et les industries d’art lorraines en revendiquant, comme nombre de centres de l’Art nouveau européen, une spécificité culturelle régionale.

[6] La délégation avait déjà visité Toulouse, Bordeaux, Rouen Rennes et Lille, « Les écoles régionales d’architecture », L’immeuble et la construction dans l’Est, 15 mars 1903, p. 84,85.

[7] Voir notamment L’Etoile de l’Est du 9 mars 1903 et L’Est Républicain du 10 mars 1903.

[8] JACQUEMIN Emile, « Nancy. L’Ecole des Beaux-arts et la nouvelle Ecole d’architecture », L’Immeuble et la Construction dans l’Est, 22 février 1903, p. 60.

[9] L’Est Républicain 28 février 1904.

[10] En témoigne le PV du conseil municipal : http://recherche-archives.nancy.fr/viewer/series/1_D/1_D_435-539/1_D_469/1

[11] L’Etoile de l’Est, 17 et 18 février 1904.

[12] Propos de Lanternier reproduits dans Conseil municipal de Nancy, Procès-verbaux des délibérations du conseil, 17 février 1904, p. 17.

[13] Sur cette importante figure du milieu nancéien de l’architecture, voir : VIGATO Jean-Claude, « Emile Jacquemin, un architectonographe moderniste », Architecture Moderne en province, éditions parenthèses, n°24/25, 1er et 2ème trimestre 1989 https://books.google.fr/books?id=SC9okMhAiiYC&pg=PA100&lpg=PA100&dq=architecture+nancy+emile+jacquemin&source=bl&ots=vsnRpMkAUx&sig=lhDL8nuCndEftr9Up-CLsfofDak&hl=fr&sa=X&ved=0CCoQ6AEwAmoVChMIv6jMwNWryAIViVwaCh3qywWJ#v=onepage&q=architecture%20nancy%20emile%20jacquemin&f=false

[14] JACQUEMIN Emile, « Une Ecole nationale d’architecture à Nancy », L’Immeuble et la construction dans l’Est, 15 février 1903, p.49.

[15] Voir VIGATO Jean-Claude, op. cit. p. 102.

[16] « Tous les architectes en exercice ou ayant exercé la profession d’architecte, ou enfin ceux qui justifieront de connaissances théoriques et pratiques qu’on acquiert dans les écoles spéciales d’architecture, ou sous la direction d’un architecte bien connu. »

[17]VIGATO Jean-Claude, op.cit., p. 101. Très tôt cette position vis-à-vis des architectes fonctionnaires a eu droit de cité dans l’Immeuble et la Construction dans l’Est. Critiquant la Société des architectes diplômés par le gouvernement, un auteur note que « son idéal, c’est l’acheminement vers l’artiste fonctionnaire, complément forcé de l’art officiel, une des plus belles productions de notre XIXe siècle. » Ictnitus, « L’enseignement régional de l’architecture ou les architectes diplômés par le Gouvernement », L’immeuble et la Construction dans l’Est, 3 janvier 1897, p. 256.

[18] Pour un détail de l’affrontement entre ces deux sociétés, se reporter à PADIOU Nicolas, « Classiques et rationalistes » : une revue régionale d’architecture entre Garnier et Viollet-le-Duc, L’Immeuble et la construction dans l’Est (1887-1914) », Livraisons d’histoire de l’architecture, n°2, 2e semestre 2001. pp. 53-70.

[19] L’auteur fait ici allusion à la légende selon laquelle Hippocrate aurait refusé de soigner le roi de Perse Artaxerxès malgré les somptueux présents que celui-ci lui proposait.

[20] Anonyme, « L’Ecole d’architecture. Le conseil, le maire et l’infâme gouvernement », L’Etoile de L’Est, 18 janvier 1905.

[21] Non seulement l’Immeuble et la Construction dans l’Est, à travers Emile Jacquemin, son déterminé rédacteur en chef, mais également l’Association des Amis de Nancy qui regroupait un certain nombre d’artistes.

[22] ROUSSEL Francis (dir.), BRADEL Vincent, DIEUDONNE Patrick et SADDY Pierre, avec la collab. de COLLEY Catherine, pour les Archives modernes de l’architecture lorraine, Joseph Hornecker : Architecte à Nancy, 1873-1942, 1989

[23] Il faut tout de même remarquer que certains des doutes ou reproches formulés par Hornecker dans son rapport sont considérés comme pertinents par P. Planat qui en fait en quelque sorte la recension dans la revue La Construction moderne. Ainsi note-t-il : « Sans doute l’Ecole actuelle et son enseignement, sous la pression du dehors, se modifient également, qu’on le veuille ou non. Mais est-il bien certain que ces transformations lentes et successives s’adaptent si parfaitement aux exigences de l’époque qu’il n’y ait pas lieu d’en concevoir d’autres, fort bien justifiées, qui se tenteraient ailleurs ? » PLANAT Paul, « Les écoles régionales d’architecture », La construction moderne, 18 mars 1905, p. 290.

[24] « Société des Architectes de L’Est de la France. Rapport sur le projet d’une école régionale d’architecture à Nancy », Bulletin des sociétés artistiques de l’Est, n°3, mars 1905, p.45.

[25] Ibidem, p. 47

[26] Ibidem, p. 49.

[27] Ecole de Nancy-Alliance provinciale des Industries d’art, « Rapport relatif au Projet de construction d’une Ecole des Beaux-arts à Nancy », Bulletin des Sociétés artistiques de l’Est, 11e année, n°3, mars 1905, p. 55.

[28] A ce propos, voir : DOUCET Hervé, Emile André. Art nouveau et modernités. Arles : Honoré Clair éditeur, octobre 2011.

[29] MICQUE Jean, « Ecoles Régionales d’Architecture », L’Immeuble et la construction dans l’Est, 31 juillet 1904, p. 107.

[30] PILLET Jules-Jean, « L’Enseignement des Arts industriels », Première exposition des Ecoles départementales des Beaux-arts et d’art appliqué à l’industrie. Notice illustrée, Paris, L’Art et les artistes, 1905, p. 11 et 13.

[31] COUYBA Charles-Maurice, Les Beaux-Arts et la Nation, Paris, librairie Hachette, 1908, p. 102.

[32] Ibidem, p.134.

[33] Archives nationales : F/21/8033.



Citer ce billet
Hervé Doucet (2021, 30 septembre). La création de l’école d’architecture de Nancy. Généalogie d’un rendez-vous manqué. EnsArchi. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/of8j

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search