Les Unités pédagogiques d’architecture en marge de la recherche architecturale appliquée et expérimentale du Plan Construction ?

Introduction

Dans le panorama de la recherche architecturale, le CORDA, Comité de la recherche et du développement de la recherche architecturale, et le SRA, Secrétariat de la recherche architecturale, créés en 1972 et devenus aujourd’hui le BRAUP[1], ont mis en œuvre un foyer originel de la recherche incitative portée par le ministère des Affaires culturelles, adossée aux Unités pédagogiques d’architecture, ayant généré plus d’un demi-millier de rapports de recherche, déposés sur la plateforme en ligne Hal[2]. En parallèle – ou en marge -, avec quelques mois d’avance, était impulsée une recherche initiée par le ministère de l’Équipement dans une visée essentiellement opérationnelle par la création du Plan Construction, devenu aujourd’hui PUCA, Plan urbain Construction Architecture, dont la production scientifique représente 5800 rapports de recherche ou d’expérimentation, pour partie publiés. Même si ces chiffres sont loin d’être exacts car non exhaustifs, il n’est pas inconvenant de postuler que cette nette asymétrie entre ces deux canaux de la recherche, inclut aussi la dimension budgétaire qui leur était allouée, jusqu’à l’abord de la recherche, réservant la recherche dite fondamentale au BRAUP et la recherche dite opérationnelle, appliquée,expérimentale au PUCA, faisant du premier, peu ou prou, le « parent pauvre » de la recherche architecturale face à la force de frappe du second. Cette caricature a cependant trop tendance à cantonner les disciplines, les professionnels, les enseignants, dans l’un ou l’autre des deux sillons. Notre propos s’attache uniquement aux origines de ces recherches au pluriel, et s’ancre donc spécifiquement sur la période préparatoire au VIe Plan (1971-1975). Revenir sur la genèse du Plan Construction[3] dans sa filiation très directe avec la politique scientifique portée par la DGRST, Direction générale de la recherche scientifique et technique, permet d’expliquer cette asymétrie originelle d’avec le CORDA, et de comprendre l’éloignement initial du milieu de l’enseignement de l’architecture de ce foyer de la recherche. Sous forme d’hypothèses et de pistes, la fin du propos invite à interroger la porosité des rapports entre le Plan Construction et le milieu des Unités pédagogiques qui apparaît dès les premières années de l’organisme, et qui n’a fait que s’accroitre des années 80 à aujourd’hui en raison des dynamiques de la recherche qui ont progressivement atténué ce dualisme.

1. Les origines d’une recherche active au sein du Plan Construction

1.1 L’initiative de la DGRST organe interministériel rattaché au ministère du Développement industriel et scientifique

L’idée originelle d’un Plan Construction émane de la DGRST dirigée par Pierre Aigrain, et plus précisément d’un de ses organes, le Comité consultatif de la recherche scientifique et technique, lequel, dès 1968, rend un rapport plaçant deux secteurs au centre « d’une action prioritaire de très grande envergure : le logement, en raison de son importance économique et sociale considérable, et du retard technologique qui s’y est accumulé, et l’informatique, tissu nerveux de la civilisation post-industrielle[4] ». L’objectif présenté dans ce rapport est clair : « Avant la fin du VIePlan, le logement devrait être retenu comme le thème d’une grande opération de recherche et développement au même titre que l’Espace ou le Plan calcul[5] ». Dès la fin des années 1940, les grands domaines scientifiques attachés par exemple à la Défense nationale (nucléaire, aéronautique, etc.) avaient déjà obtenu leurs propres centres de recherches (CEA, ONERA). Vingt ans plus tard, ces deux nouveaux secteurs nécessitent un soutien public et une planification nationale, devenant des prérogatives régaliennes. Le chemin est donc tracé aussi pour le Plan Construction qui s’occupera lui du logement.

1.2 L’innovation pour la croissance

Le 16 septembre 1969, le discours du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas à l’Assemblée nationale insiste : pour que la France pèse sur l’échiquier mondial, elle doit se hisser au rang de puissance industrielle dans la compétition économique internationale. La priorité doit être donnée « à tout ce qui peut rapprocher la recherche de l’industrie pour la rentabiliser ». Le cadre général de la Nouvelle société envisagée par le premier ministre est bien celui d’un techno-nationalisme triomphant qui implique que l’innovation conditionne la croissance nationale[6]. L’innovation est le remède tout trouvé pour atteindre les objectifs économiques. Mais pas n’importe quelle innovation. L’innovation se doit d’être industrielle ou technologique pour contribuer au progrès, telle est la représentation dominante de l’innovation à partir des années 1960, qui lui attribue une fonction instrumentale et utilitaire prônée par les organisations internationales (l’OCDE notamment), repris par les gouvernements, puis par les ingénieurs[7]. L’idée étant que, pour que l’innovation participe de la compétitivité d’un pays, elle doit être un processus allant de la recherche fondamentale jusqu’à son application dans une séquence temporelle la plus réduite possible. Le monopole national est suspendu à une accélération du processus d’innovation pour réduire le temps entre la recherche d’une invention et sa commercialisation. L’innovation est admise comme une chaîne d’actions nouvelles, recherche-invention-innovation-commercialisation-diffusion.

 1.3 Une recherche aux mains d’une politique industrielle appliquée à la construction

Dès 1969, au sein des commissions préparatoires au VIe Plan, se déploie l’idée d’un programme pour stimuler la recherche et le développement dans l’ensemble des secteurs de la construction, et en particulier le segment du logement. Toutes ces commissions préparatoires réclament que dans le cadre d’une nouvelle politique d’habitat se mette en place « un important programme d’études et de recherches en vue de susciter l’innovation dans les techniques et les formes de l’habitat[8] ». De fait, confronté à l’échec de la forme urbaine du grand ensemble mais toujours en pleine période de l’habitat de masse, l’État s’engage dans cette réorientation de la politique de construction du logement tournée vers le renouveau de la qualité du cadre de vie des Français. Si la qualité du cadre de vie est bien la ligne de mire revendiquée par le gouvernement, elle se doit d’être atteinte par une recherche intensive. Mais cette recherche intensive participe d’une politique industrielle appliquée au bâtiment. C’est dans cette perspective que s’élaborent les missions du Plan Construction.

L’un des premiers modèles convoqués a été celui de l’opération Breakthrough mise en œuvre aux États-Unis : un plan voté en 1968 prévoyant la construction de 26 millions de logements sur dix ans, géré par le Département fédéral du Logement (HUD), lequel « sollicite des propositions de la part de l’industrie afin d’apporter de nouveaux concepts d’habitat[9] ». Une des premières réflexions sur la mise en œuvre du Plan Construction, rédigée en septembre 1970 par un ingénieur des Ponts, conseiller technique du ministre de l’Équipement, donnait le ton par son titre évocateur : « À la recherche du produit logement nouveau[10] » . Le nouvel organisme devrait être tourné vers un objectif ultime : créer un « habitat mieux adapté » envisagé comme « un produit industriel nouveau » prenant ainsi « position sur le marché international, qui gagnera la compétition internationale ». Les moyens préconisés, quant à eux, sont bien ceux d’une innovation dans sa connotation instrumentale et utilitaire en tant qu’atout pour la compétitivité d’un pays : commercialiser un nouveau produit industriel ou technologique dans la filière construction. Tous les obstacles à l’innovation doivent être vaincus par la prise en charge par l’État de tous les risques, attirant ainsi l’ensemble de la filière professionnelle (industriels, maîtres d’ouvrage, architectes, usagers) dans la recherche et les études. Quant au produit nouveau, celui-ci « devant être un produit industriel, les méthodes de travail à adopter sont celles des industriels : conception d’un prototype, construction du prototype, étude d’une production de série, mise en stock et distribution[11] ». D’autres commissions infléchissent cette optique attachée à une politique industrielle pour le logement en insistant davantage sur « l’objectif de faire aboutir, à la fois, des technologies nouvelles et un mode d’habiter nouveau ». Nous ne développerons pas ici.

1.4 L’innovation à travers la recherche expérimentale

En avril 1971, les missions du Plan Construction se clarifient. Trois objectifs sont définis par la Commission de la Recherche et le Ministère de l’Équipement et du Logement : « consolider la position de la France sur les marchés internationaux » par l’expérimentation de procédés nouveaux, « la réduction du coût global de l’habitat », et que cet habitat soit « mieux adapté, dans le présent et pour l’avenir, aux exigences profondes de notre société[12] ». La première préoccupation du Plan Construction était de favoriser une politique du logement devant, parallèlement à l’accroissement de la production, se tourner résolument vers la qualité.

À la manœuvre, subrepticement depuis plusieurs mois, Robert Lion, arrivé en juillet 1969 à la tête de la Direction de la Construction. Ce jeune énarque y trouve, dira-t-il, les portes « fermées à l’innovation architecturale[13] ». Faisant partie d’une avant-garde réformatrice de la politique publique du logement, il entend incliner la Direction de la Construction vers davantage de « qualité architecturale ». Se battant contre « la résignation à la laideur », le nouveau directeur ouvre la brèche de la qualité s’opposant à « toute la politique du ministère […] orientée vers le quantitatif et l’abaissement des coûts[14] ». C’est lui qui, dès 1969, porte comme un pamphlet-programme l’expression « pour un habitat de qualité », bien que ce mot lui soit interdit par le cabinet Chalandon. C’est lui encore qui, avec Paul Delouvrier, rédige en quelques nuits le préambule-manifeste du Plan Construction, dont la devise « Rendre possible » a éclairé l’horizon de centaines d’architectes en initiant des programmes de recherche ou d’expérimentation. Créé pour « stimuler l’innovation » dans le secteur du bâtiment, le Plan Construction est institué le 19 mai 1971 par une lettre de mission du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas à Paul Delouvrier, alors président d’EDF, qui devient par cette lettre président du Comité directeur du nouvel organisme. « Il s’agit de stimuler l’innovation ainsi qu’une recherche ordonnée, dans toutes les phases et tous les aspects de la construction des logements : conception, réalisation, coût, qualité, environnement, et plus généralement cadre de vie. Il s’agit aussi, dans cette perspective, d’ouvrir à l’esprit et aux moyens industriels la « production » de bâtiments[15] ».

Le principe d’un lancement officiel par une séance inaugurale du Comité directeur du Plan Construction, qui se tient le 25 mai 1971 en présence de la presse et autour de plusieurs ministres (Albin Chalandon, ministre de l’Équipement et du Logement, François-Xavier Ortoli, ministre du Développement industriel et scientifique, Jacques Duhamel, ministre des Affaires culturelles et Robert-André Vivien, secrétaire d’État au Logement), démontre la primauté accordée par le gouvernement, non seulement au nouvel organisme et à l’espoir de renouveau qu’il porte, mais aussi à la promotion et à la communication de son action. Son président, Paul Delouvrier, en convoquant, en creux dans son discours, le thème de l’innovation, érige ce concept comme un moyen de rompre avec les grands ensembles. Entré dans le discours étatique à la fin des années 1960, le concept d’innovation, promu source de croissance, devient un instrument de politique économique, autant qu’une nouvelle doxa remportant une adhésion positive. Appliquée à la recherche architecturale, cette injonction à l’innovation se traduit par le recours à l’expérimentation. Le but économique étant de matérialiser le concept d’innovation en tant qu’un processus allant de l’invention à la construction afin d’atteindre une qualité innovante en matière d’habitat.

Ce détour par la genèse du Plan Construction interroge sur les liens de cette recherche active avec la profession, les architectes et le milieu de l’enseignement. Le Plan Construction s’est constitué en véritable laboratoire de l’habitat porté par la puissance publique. Cet organisme est soutenu par la DGRST, laquelle, d’ailleurs, a encouragé la même année en 1971, au sein du même ministère de l’Équipement, la création de la Mission de la Recherche urbaine qui est devenue en 1984 le Plan Urbain. Le ministère de l’Équipement détient au début de la décennie 70, les deux volets de la production urbaine ; politique de l’urbanisme et politique de la construction. Le ministère a ainsi un rôle central dans le champ du territoire (transports, travaux publics et construction) par la place qu’y occupe le corps des Ponts et Chaussées. À l’Équipement, les questions d’architecture sont à peine évoquées et laissées aux Affaires Culturelles, aux architectes. Il faut donc retenir que la recherche entreprise dès 1971 au Plan Construction en faveur de l’expérimentation et de l’innovation est tendue vers la croissance et portée conjointement par la puissance publique et le milieu industriel. Cette recherche décidée et planifiée, fonctionnant dans le sens vertical du haut vers le bas, est transformée en un instrument des politiques industrielles et économiques. C’est une recherche sur laquelle s’appliquent les principes de souveraineté, exigeant d’elle des résultats rapides, quasi immédiats.

2. L’architecture, une discipline en quête de reconnaissance scientifique

2.1 D’une discipline artistique vers une discipline qui se revendique scientifique…

Aux Affaires culturelles, il n’existe pas de vision cohérente d’une recherche architecturale émanant de la puissance publique. Il y a d’abord, par une sorte d’atavisme, une institution, l’École nationale supérieure des Beaux-arts (ENSBA), qui peine à se débarrasser de sa coloration traditionnellement artistique, souhaitant maintenir une distance avec la conception de l’enseignement supérieur. À la fin des années 1960, en pleine remise en cause de l’enseignement de l’ENSBA de Paris et des ERA (écoles régionales d’architecture) par les enseignants et les étudiants, alors que les nouvelles « unités pédagogiques d’Architecture » s’ouvrent à la communauté scientifique avec l’entrée dans leurs murs de champs disciplinaires plus nombreux et plus larges, ce retard pris par rapport à l’université sera lourd. Engagée dans un processus d’intellectualisation de la discipline, la communauté des architectes et enseignants des UP aspire à devenir une communauté scientifique. Les UP courent après l’appellation « enseignement supérieur », comme si l’adjectif « supérieur » était révélateur d’une qualité, d’une valeur plus grande, leur faisant perdre la connotation d’un enseignement professionnel. La course est longue : il faut attendre 1978 pour que les UP aient une « mission de service public de l’enseignement supérieur », puis 2005 pour que leur dénomination « écoles nationales supérieures d’Architecture » (ENSA) l’affiche enfin.

2.2 … qui passe par un élargissement de la discipline à une dimension plus globale : « l’environnement »

Dans les faits cette revendication s’était bien enclenchée et une véritable recherche s’était élaborée. Le premier élan soutenu par certaines figures pionnières de la recherche architecturale visait à créer un enseignement supérieur de l’architecture. Parmi eux, Paul Quintrand dont l’ambition affichée dès 1967 était de faire muter les écoles d’architecture vers « de véritables facultés d’environnement[16] ». Considérant que l’architecte n’est qu’un spécialiste de l’environnement parmi d’autres, Quintrand utilise sciemment le terme de faculté, l’architecte devant être « le produit d’un enseignement vraiment supérieur lié à la recherche ». À noter aussi le glissement du terme d’architecture vers celui plus complet d’environnement, dans une volonté d’élargir le domaine d’action des étudiants et enseignants. À Marseille, son collègue, grand patron, Dunoyer de Segonzac poussait aussi à la création d’Instituts de spécialisation et de recherche prévus par les textes. Ce cadre élargi, pluridisciplinaire et aussi proche que possible du cadre universitaire, qui pouvait placer l’architecture dans sa dimension sociale ainsi que celle de l’environnement naturel et humain, a bien existé bien. C’est l’Institut de l’Environnement, crée en 1969 à l’initiative du ministère des Affaires Culturelles comme « un centre pluridisciplinaire de formation et de recherche (…) attaché à promouvoir un renouvellement de l’enseignement de l’urbanisme, de l’architecture »[17], qui a constitué un épisode majeur de la dynamique de la recherche et d’une pédagogie de l’architecture renouvelée – décrit par Monique Eleb comme un lieu palliant les manques d’une génération, et qui pouvait « former des formateurs plus compétents[18] ». Mais cette expérience est hors cadre, elle se réalise en dehors des UP.

2.3 Au sein des UP : le renouvellement de la discipline par la profession et par les novateurs, les chercheurs

La vague de révision critique de la modernité n’épargne pas le milieu pédagogique des UP. Depuis les mises au point du CIAM X en 1956, et la période de débat intellectuel enclenchée par la crise de 1968, c’est bien un esprit de recherche qui domine. Dans le domaine de l’habitat notamment, les architectes cherchent, réfléchissent, dessinent et projettent dans l’objectif de créer un renouveau qualitatif dans la production de l’habitat. Ils n’ont pas attendu l’injonction du Plan Construction pour innover. Cette innovation de rupture fantasmée par le ministère de l’Équipement n’existe pas lorsqu’il s’agit de trouver une forme d’habitat alternative. La discipline architecturale s’appuie sur une innovation incrémentale, plus lente, plus graduelle, cumulative, qui repose plutôt sur le principe de la capitalisation.

À côté des architectes-enseignants et des étudiants qui cherchent dans le processus de projet, d’autres, novateurs se regroupent en petites équipes, en une communauté de chercheurs. Les initiatives au sein des UP se multiplient dès 1970, constituant autant de noyaux thématiques. À titre d’exemples, citons le Centre d’études méthodologiques pour l’aménagement (CEMPA) à Nancy autour de Jean-Pierre Epron, le Groupe d’étude pour l’application des méthodes scientifiques à l’architecture et l’urbanisme (GAMSAU) à Marseille avec Paul Quintrand, le Centre de recherche méthodologique d’architecture (CERMA) en 1971 spécialisé dans les approches méthodologiques et numériques autour, de Jean-Pierre Péneau. Relevons aussi que malgré les différentes thématiques qu’elles traitent, ces associations ont recours dans leur intitulé au terme de méthode ou méthodologie, démontrant par ce choix leur volonté d’ériger la recherche architecturale au rang de disciple scientifique.

Toutes ces initiatives personnelles préexistaient donc au sein des UP lorsque la puissance publique entame en 1972 avec la création du SRA et du CORDA une structuration de la « recherche architecturale ». Cette coordination voulue par l’administration rencontre une activité effective de recherche bien amorcée par ces initiatives individuelles. Progressivement, après 1972, dans d’autres UP se créeront d’autres équipes de recherche, comme en 1973 à Versailles l’Association pour le Développement de la Recherche sur l’Organisation Spatiale (ADROS) autour de Philippe Panerai et Jean Castex, ou bien encore l’Institut d’études et de recherche architecturale et urbaine (IERAU) autour de Bernard Huet.

2.4 Quand ces initiatives novatrices rencontrent la puissance publique

Alors, ce coup d’envoi d’une politique scientifique dans le domaine de l’architecture au sein des UP a souvent été attribuée aux rapports commandés par les Affaires culturelles : celui du préfet Paira (Proposition pour une réforme de la profession d’architecte) en 1969 et celui de Lichnerowicz issu d’une Commission ministérielle de la recherche architecturale rendu en 1970. Ces deux rapports, surtout celui de Lichnerowicz, sont souvent convoqués pour expliciter la naissance de la recherche architecturale avec la création du SRA et du CORDA pour structurer les initiatives de recherche préexistantes au sein des UP. C’est vrai que Paira déplore l’absence de politique d’orientation générale de la recherche et constate que les ministères constituent autant de secteurs parallèles qui s’ignorent. Mais, surtout, il plaide déjà, aussi, pour la création d’un secteur expérimental, et pour l’idée de centres expérimentaux sur le modèle des CHU[19]. Quant au rapport Lichnerowicz, il insiste sur l’idée qu’il ne peut y avoir d’enseignement supérieur sans recherche. Il suspend même la qualité de la construction française à une « recherche architecturale digne de ce nom, qu’il importe de ne pas confondre, ainsi qu’il arrive, avec de simples études, aussi nécessaires soient-elles. L’activité de recherche suppose l’acquisition de connaissance et de pratiques nouvelles, l’élaboration de méthodes transmissibles et transposables[20] ». Certes, comme l’historiographie l’a établi à travers les travaux d’Éric Lengereau notamment, le rapport avait suggéré de parer à l’isolement de ces novateurs en constituant un milieu, une communauté nationale de chercheurs. C’est le premier moyen qu’il préconise : « Le développement et la création d’équipes de recherche munies de moyens permanents, de statuts et d’appartenance variés, ainsi que la création d’un comité de la recherche architecturale assisté d’un exécutif léger[21] ». Il insiste sur le développement des Unités pédagogiques dans le secteur de la recherche, qui soit au contact des universités et des praticiens. Mais il invite aussi dans un second point à la création systématique d’un secteur expérimental de la construction (il rejoint en cela le rapport Paira). Cela induit que ces deux rapports n’ont pas été seulement à l’origine de la structuration d’une recherche au sein des UP visant à appuyer la création architecturale, mais ils ont aussi ouvert la brèche à la recherche opérationnelle telle qu’elle était enclenchée hors UP par le Plan Construction. Le texte est clair : « animation d’un secteur expérimental de la construction et analyse critique de ses réalisations et analyse des obstacles techniques, psychologiques, administratifs et règlementaires, professionnels, à l’innovation et étude des méthodes permettant de les écarter/étudier et d’améliorer ses modes de financement ». Ce sont explicitement les méthodes et la terminologie employées par le Plan Construction.

La recherche architecturale y est déjà explicitement scindée en deux. Au sein des UP, une recherche architecturale justifiant un enseignement dit supérieur et qui, par le renouvellement des méthodes et des connaissances, pourrait irriguer la création architecturale vers plus de qualité. Ce pan de la recherche, plus lent, à la démarche plus incrémentale, est raccrochée à la politique de l’enseignement et à la politique de l’architecture, en créant au sein du ministère des Affaires culturelles, un Secrétariat de la recherche architecturale, assorti d’un Comité consultatif le CORDA. Mais – hypothèse que je soumets ici – les véritables questions se tournaient non pas vers la création architecturale, chère aux UP, mais vers l’urbanisme et la production effective du logement, questions dont se saisissait non pas tant le ministère des Affaires culturelles mais bien celui de l’Équipement. Cet autre volet de la recherche dite expérimentale, visant l’innovation immédiate, s’intégrait non pas dans la politique de l’enseignement ou de l’architecture mais bien dans la politique de développement de l’industrie du bâtiment. D’un côté, la production de connaissances, qui entend irradier la pédagogie et la création architecturale, de l’autre l’action directe qui impulse par l’abondance des procédures, concours, réflexivité, critiques, un retour rapide sur investissement…

2.5 Les perméabilités entre ces deux voies parallèles comme pistes d’investigation ?

À ce stade de la recherche, nous pouvons affirmer que, malgré tout, le clivage des origines se réduit au fur et à mesure au profit de porosités variées entre ces deux canaux de la recherche architecturale, qui ne sont formulées ici que sous forme de questionnements, d’interrogations, voire de pistes. Ces perméabilités s’incarnent soit par des figures isolées ou des équipes, responsables administratifs, chercheurs et enseignants, soit par des thématiques[22] . Voici en survol, six pistes envisagées.

Le parcours de personnalités aux postes de direction au sein des deux instances, à l’instar de Danièle Valabrègue qui intègre dès les débuts le Plan Construction. Dans l’esprit de « corps des Ponts » qui y règne, elle ouvre certainement l’organisme, en tant qu’architecte de formation, à la création architecturale, créant dès 1972 le PAN, Programme Architecture Nouvelle, puis EUROPAN en 1988 aux côtés de François Ascher, Didier Rebois et Mireille Appel-Muller, et bien d’autres programmes au PUCA comme le Groupement d’intérêt public Europe des projets architecturaux et urbains (EPAU) et la Plateforme d’Observation des Projets et Stratégies urbaines (POPSU). Son passage temporaire de 1991 à 1994 à la direction du BRA sous tutelle de l’Équipement (de 1978 à 1995), – et à sa suite, son adjoint au Plan Construction, Robert Beaudoux jusqu’en 1997, alors que la tutelle est à nouveau celle de la Culture –, modifie-t-il le cadre de la recherche architecturale ? Par son truchement, le ministère de l’Équipement envisageait-il d’absorber, en plus des domaines de l’urbain et de la construction, celui de l’architecture, comme le suggère Bernard Haumont[23] ? Éric Lengereau apparait aussi comme une autre figure de « ligature » créant, en tant que chef du BRAU, comme un écho au PAN, l’EURAU, Rencontres européennes de la recherche architecturale et urbaine, ancêtre des rencontres doctorales, ou lorsque, en tant que chef du BRAUP, il engage un ambitieux programme de recherche L’Architecture de la Grande Échelle (2006-2009) associant au ministère de la Culture celui de l’Écologie en tant que partenaire du programme au travers de personnalités du PUCA composant le comité scientifique. L’implication d’architectes, de chercheurs ancrés dans des UP, qui s’investissent au sein du Plan Construction, est aussi à sonder : à l’image de Christian Moley, qui répond à la fois à des appels d’offres du BRA et du PCA – dont il devient d’ailleurs un des conseillers scientifiques ; des directeurs de programmes ou d’appel d’offres au sein du Plan Construction, enseignants et chercheurs venus des UP comme Claude Prélorenzo, qui après avoir été chef du BRAU de 1982 à 1986, devient conseiller du programme Cités-projets du Plan construction et architecture en 1989 ; Rainier Hoddé, Philippe Dehan ou encore Jean-Jaques Terrin. Les stratégies d’acteurs et de réseaux (grands corps d’état, groupes de pression, cercles intellectuels, amicaux, professionnels) seraient à reconstituer.

Les changements de tutelles du BRA, entre Affaires culturelles, puis Équipement, puis Culture, ainsi que les changements successifs d’intitulé autant du Plan Construction que du BRA durant cette période entre 1978 et 1995 laissent entendre des stratégies sous-jacentes. À défaut de pouvoir absorber le BRA, le Plan Construction, devenu un temps Plan Construction et Habitat (1983-87), ramène à lui le terme Architecture en 1987 s’intitulant alors PCA, Plan Construction Architecture. Le changement simultané d’acronyme des deux organes en 1998 n’est pas moins anodin, le duel se jouant cette fois sur le vocable Urbain : d’un côté le BRA devenant BRAU, Bureau de la recherche architecturale et urbaine, et de l’autre, la fusion entre le Plan Construction Architecture et le Plan Urbain donnant l’acronyme PUCA, Plan Urbanisme Construction Architecture.

Une comparaison des méthodes et des thématiques de recherche reste à élaborer. Côté Culture, de 1972 jusqu’à 1982, la recherche a été structurée de façon thématique par le SRA, puis par contractualisation par le BRA autour de 7 champs de recherche, conjugués à la mise en place des programmes pluriannuels. Côté Équipement, le Plan Construction a développé sur une première phase de 4 ans les procédures REX et Modèles Innovation à la faveur d’un habitat innovant, incarnant l’idéologie techniciste de la production du logement autour de 10 thématiques de recherches (Cout global du logement : charges liées à l’usage du logement / Socio-économie de l’habitat / Économie d’énergie / Technologies / Industrialisation ouverte / Aides à la conception- analyse de la valeur / Acoustique / Amélioration de l’habitat ancien / Lutte contre les obstacles à l’innovation / Information et pédagogie de l’habitat). Très vite une politique expansive du Plan Construction a fait de cet organe une entité protéiforme aux ramifications tentaculaires s’ouvrant aux défis émergents du monde contemporain, de la dimension territoriale à la transition écologique[24].

La fréquence et les modalités des appels d’offres, les contrats de gré à gré, les recherches sous contrats, les organismes contractants, les aides et procédures, seraient à comparer d’un organe à l’autre. L’implication dès 1972 des jeunes équipes de recherche des UP (GAMSAU, CEMPA, CERMA) dans le domaine des aides logiques à la conception et des systèmes imposés par l’évolution des technologies dans des recherches contractées avec le Plan Construction, mais aussi les recherches communes qui tendent à réunir très tôt les deux canaux de la recherche, Plan Construction et CORDA, restent à éclaircir.

La place des sciences sociales. Une autre approche consisterait à interroger quelle fonction cette administration des Ponts attribue à la recherche en sciences sociales. Les recherches engagées de gré à gré auprès de centres d’études sont utilisées pour leur approche prospective, comme une aide à la décision. En amont de la recherche innovante, pour la justifier, s’engagent des recherches visant à saisir les attentes, les besoins, les évolutions des usagers. En aval de l’innovation mise à l’épreuve par l’expérimentation, les sciences sociales sont convoquées pour ajuster, améliorer, dans une démarche quasi instantanée et réactionnelle, d’amélioration de l’innovation. Certains centres d’études questionnent d’autant plus qu’ils sont internes à la Direction de la Construction comme le GRECOH, Groupe de recherche et d’étude pour la construction et l’habitation[25] créé vers 1968-69, composé d’énarques et polytechniciens, qui agit en véritable cabinet économique et financier interne au ministère de l’Équipement, dont les études visent à définir une nouvelle politique du logement.

La dernière piste serait le point de jonction entre le Plan Construction et non pas la recherche mais la création architecturale au sein des UP, la profession pensante, projetante. Et cette jonction entre écoles et Plan Construction est probablement la plus évidente autour de la procédure lancée cette fois sous le parrainage conjoint de l’Équipement et des Affaires culturelles : la procédure des PAN, Programme Architecture nouvelle, terreau le plus significatif du renouvellement de la discipline architecturale au cours des années 1970-80. Le Plan construction perçoit dans l’enseignement des UP un foyer de la qualité innovante, idée clairement exprimée dans son 1er bilan de 1974. « Le PAN a été conçu pour permettre à des idées nouvelles en architecture d’être concrétisées dans une opération de logements et d’ouvrir l’accès à la commande à de jeunes architectes, éventuellement des universitaires des UPA (Unités Pédagogiques d’Architecture) en levant les obstacles que rencontre habituellement toute innovation[26] ». Le bilan poursuit en affirmant que la participation du Plan Construction à des jurys de diplômes de fin d’études d’architecture permet des contacts avec les étudiants et les enseignants pour la recherche d’un milieu propice. La décision est prise d’associer les écoles aux recherches effectuées dans l’habitat, d’en faire un domaine pédagogique, d’en financer des expériences. Un contrat de recherche est passé avec l’École spéciale d’Architecture pour développer certains thèmes issus du PAN ; d’autres contrats avec d’autres établissements scolaires sont en instance. Mais l’École spéciale d’Architecture n’est pas une UP…

Conclusion

Certes, à l’heure de sa mise en place, la recherche expérimentale du Plan Construction a tourné le dos à l’Architecture avec un grand A. Mais cet organisme avec des capacités de mutation rapides s’est penché sur le berceau de la toute jeune recherche architecturale au sein des UP. Ancien chef du BRA, Bernard Haumont récemment interrogé, confiait : « entre le Plan Construction Architecture, le Plan Urbain et le Bureau de la Recherche Architecturale, on avait quand même les trois mamelles principales des financements des équipes de recherche des écoles [27] ». Bon lait, ou mauvais lait, ce n’est pas la question. L’enjeu reste de continuer à interroger et comprendre les circuits qui ont façonné la recherche architecturale et urbaine, en lien, plus ou moins effectifs, avec l’enseignement.

Ana bela de ARAUJO (École nationale supérieure d’architecture de Marseille, Laboratoire INAMA)

Frise chronologique de la recherche architecturale et urbaine (ministères de tutelle, organes coordinateurs, évènements marquants)

 

 

[1] Éric Lengereau, « La recherche architecturale et urbaine, une histoire de quarante ans », in Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° spécial Culture et Recherche, n°122-123, 2010 (cf. le rapport d’André Lichnerowicz sur la Recherche architecturale paru en 1970 qui a donné lieu à la création en février 1972 du Comité de la recherche et du développement en architecture (CORDA)).

[2] Sur le site https://hal.archives-ouvertes.fr/MC-BRAUP/, pour l’instant 619 rapports de recherche sont référencés mais le corpus n’est pas encore complet et continue d’être alimenté. De la même manière que le PUCA est engagé dans une campagne de catalogage de l’ensemble de la production scientifique financée. Ces chiffres ne sont donc que provisoires et à manipuler, pour l’instant avec précaution.

[3] Sur l’histoire du Plan Construction, le travail commandité en 1988 par le Plan lui-même, devenu Plan Urbanisme Construction et Architecture (PUCA), est éclairant sur cette genèse ; Cliomédia, Histoire du Plan Construction et Architecture (1971-1989), marché n°88 61 105.

[4] Extrait du rapport élaboré par le Comité consultatif de la recherche scientifique et technique, 1968, Plan Construction AN19820102-1.

[5] Politique dans le domaine de l’informatique initiée dans un rapport de 1966 par François-Xavier Ortoli, Commissaire au Plan.

[6] Sur ce sujet, voir David Edgerton, Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l’histoire globale, Paris, Éditions du Seuil, Coll. « L’univers historique », en particulier le chapitre intitulé « Les Nations », p. 147-188.

[7] Benoît Godin, L’innovation sous tension. Histoire d’un concept, Laval, Presses de l’Université de Laval, Coll. Monde culturel, 2017, 1re éd. Innovation Contested : the Idea of innovation Over the Centuries, 2015, Taylor and Francis.

[8] Le sixième Plan de développement économique et social est voté par la loi n° 71-567 du 15 juillet 1971, publiée dans le Journal officiel du 16 juillet 1971, p. 85.

[9] Deux types de propositions : Système complet d’habitat expérimental et type avec composants et éléments spécifiques du logement.

[10] Bruno Grange, « Réflexion sur le Plan Construction. À la recherche du produit logement nouveau », AN, Archives du Plan Construction, AN19820102-1.

[11] Idem.

[12] Plan Construction, avril 1971 ; étapes, objectifs du programme, organisation, annexes, Plan Construction, AN19820102-1.

[13] Entretien avec Robert Lion publié dans la revue Urbanisme : « À mon arrivée au quai de Passy, c’était le blocage : les portes étaient fermées à l’innovation architecturale. Mon prédécesseur, Y. Aubert, n’avait en cinq ans accepté que deux propositions innovantes alors qu’il était sollicité tous les jours par des maîtres d’œuvre qui voulaient sortir des sentiers battus. Il y avait une opposition radicale de tout le corps administratif concernant ces dossiers », Urbanisme, n°365, 2009.

[14] Entretien avec Robert Lion, juin 1980, dans le cadre du bilan des REX, in Joseph Abram, Daniel Gross, op. cit., p. 54-55.

[15] Lettre de mission, AN, Urbanisme (1968-1978), répertoire 19820102/1 ; mise en place du Plan Construction 1970-1972.

[16] Paul Quintrand, « La réforme de l’enseignement de l’architecture », Prado n°3, 1967, p.36-45.

[17] Sur ce centre de recherche et d’enseignement pluridisciplinaire, cf. Tony Côme, L’Institut de l’Environnement : une école décloisonnée. Urbanisme, architecture, design, communication, Paris, Éditions B42, 2017.

[18] Monique Eleb, « L’Institut de l’Environnement : une utopie vécue (1969-1976) », Rosa B, 5e numéro Design et environnement. http://www.rosab.net/fr/la-situation-francaise-les/l-institut-de-l-environnement-une.html

[19] Rapport de M. René Paira au sujet de la réforme de la fonction d’architecte, 12 juin 1969, 14 feuillets.

[20] Commission Ministérielle de la Recherche Architecturale, Ministère des Affaires culturelles, 1970, Rapport général de M. Lichnerowicz, p.6.

[21] Idem, p.15.

[22] Dans le cadre du projet EnsArchi, Elise Guillerm entend analyser la mise en place d’une « recherche opérationnelle » autour des interventions sur le bâti ancien en termes de méthodes, courants de pensée, dynamiques pluri-institutionnelles et en particulier comment, sur ces thématiques, le Plan Construction a irrigué les enseignements des UP, notamment les pratiques de terrain, et structuré des équipes de recherche.

[23] Bernard Haumont, entretien en deux parties réalisé par J.-L. Bonillo et F. Fauquet, le 2 mai 2017 à Marseille (2h26mins) :http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.xhtml?aloId=12942&page=alo&nobl=1 (consulté le 15 février 2020)

[24] Pour une histoire succincte du PUCA de 1971 à 2021, cf. Ana bela de Araujo, « Histoire du Plan Urbanisme Construction Architecture : esquisse d’un profil (1971-2021) », in L’architecture en ses écoles. Une encyclopédie du XXe siècle, sous la direction d’Anne-Marie Châtelet et Éric Lengereau, Éditions Locus Solus, Châteaulin, à paraître en 2021.

[25] Voir l’analyse de la structure du champ de la politique du logement de Pierre Bourdieu et Rosine Christin, dans leur article « La construction du marché. Le champ administratif et la production de la « politique du logement » », in Acte de la recherche en sciences sociales, n°81-82, 1990, p.65-85.

[26] Plan Construction, Trois ans d’activité, mai 1971-décembre 1974 », décembre 1974.

[27] Idem, note 23.

Résumé : Au début des années 1970 s’organise une politique scientifique dans le domaine de l’architecture en deux pôles. À côté d’une recherche architecturale fondamentale menée par le ministère des Affaires culturelles qui se développe au sein du CORDA à partir de 1972, et adossée aux Unités pédagogiques d’architecture, la Direction de la Construction au sein du ministère de l’Équipement œuvre à une recherche expérimentale en créant en 1971 un nouvel organisme de mission, le Plan Construction, porté par l’impératif industriel du VIe Plan (1971-1975). En restant sur cette période de genèse, notre développement repose sur l’hypothèse d’une asymétrie entre ces deux foyers de la recherche architecturale. Notre propos consiste d’abord à revenir sur la genèse du Plan Construction dans sa filiation très directe avec la politique industrielle appliquée au bâtiment, expliquant de fait, cette asymétrie originelle d’avec le CORDA, et permettant de comprendre l’éloignement initial du milieu de l’enseignement de ce foyer de la recherche. Nous finissons sous forme d’hypothèses et de pistes, en invitant à interroger la porosité des rapports entre le Plan Construction et le milieu des Unités pédagogiques d’architecture qui s’affirme dès les premières années de l’organisme, et qui n’a fait que s’accroitre, des années 80 à aujourd’hui, en raison des dynamiques de la recherche qui ont progressivement atténué ce dualisme.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search