Architecture 68. Panorama international des renouveaux pédagogiques

DEBARRE Anne, MANIAQUE Caroline, MARANTZ Éléonore et VIOLEAU Jean-Louis (dir.), Architecture 68. Panorama international des renouveaux pédagogiques, Genève, Métispresses, 2020, 224 p.

Depuis plusieurs années, outre le programme EnsArchi, nombre de colloques, publications, programmes de recherche et expositions sont consacrés au tournant que figurèrent les « années 68 » dans l’enseignement de l’architecture[1]. C’est au sein de cette effervescence scientifique que s’inscrit la publication de l’ouvrage Architecture 68. Panorama international des renouveaux pédagogiques, sous la direction d’Anne Debarre, Caroline Maniaque, Eléonore Marantz et Jean-Louis Violeau[2]. Faisant suite au colloque « Les années 1968 et la formation des architectes. Perspectives internationales » (15-16 mai 2018, Cité de l’architecture & du patrimoine/ENSA Paris-Malaquais), ce livre riche de vingt contributions expose l’ampleur qu’eurent les mouvements contestataires des années 1960 et 1970 dans le renouveau des pédagogies en architecture[3]. Si le « cas » français et celui de quelques autres pays sont maintenant bien documentés et informés, l’ouvrage présente des éclairages sur des pays encore peu étudiés – ou peu connus en France. En effet, il est sans doute le premier ouvrage, publié en français (avec une version anglaise disponible en ligne), à retracer les expériences pédagogiques survenues durant ces années-là dans quatorze pays : Allemagne, Angleterre, Belgique, Chili, Espagne, Etats-Unis, Finlande, Grèce, Italie, Iran, Japon, Portugal, Pologne et Yougoslavie. Les auteurs, principalement architectes ou historiens de l’art et de l’architecture, recouvrent également un grand panel de nationalités, et s’ils ne sont pas tous spécialistes de l’histoire de l’enseignement de l’architecture, plusieurs ont mené des activités professionnelles dans l’école à laquelle ils ont consacré leur contribution (voir les courtes biographies en fin d’ouvrage). Pour autant, les contributions ne relèvent pas du témoignage – hormis la préface de Panayotis Tournikiotis – mais bien de recherches historiques, appuyées sur des archives et des entretiens, proposant une bibliographie précise et concise à la fin de chacune d’elles. Enfin, plutôt qu’une simple organisation géographique, le livre se structure en quatre parties thématiques : « Tout est politique » (4 articles) explore les revendications étudiantes face aux dirigeants à Berlin, en Yougoslavie ou encore à Helsinki ; « Dans et en marge des écoles, nouvelles directions » (5 articles) révèle des positions sortant du cadre officiel des écoles et de la profession à Londres, en Pologne, à Téhéran, à Tokyo et à Valence ; « Figures de maîtres » (4 articles) s’intéresse à Robert Venturi, John Hejduk, Bruce Goff et Giancarlo De Carlo ; et « En quête de pédagogies expérimentales » (4 articles) s’aventure dans les nouveaux contenus théoriques et pédagogiques aux Etats-Unis, à Bruxelles, à Porto et à Valparaiso.[4]

Perspectives internationales : entre hétérogénéité et « révolution partagée »

A travers son panorama international, Architecture 68 révèle, dans les détails spécifiques à chaque localité, l’hétérogénéité des mouvements contestataires et des expériences pédagogiques dans le monde de l’architecture durant les années 1960 et 1970. Ainsi en est-il particulièrement de l’enseignement de John Hejduk à la Cooper Union par sa valorisation de l’esthétique formelle et du travail de composition. Luca Gardani qualifie alors son enseignement de « contre-révolution », car à contre-courant dans cette « période de grandes crises et de changements dans l’architecture américaine et mondiale, marquée par l’entrée massive d’autres disciplines – telles que les sciences humaines, la technologie et l’urbanisme » (p. 127). En effet, si Nick Bullock souligne bien que les revendications différaient d’un pays à l’autre, notamment aux Etats-Unis où elles s’adressaient « souvent davantage aux politiques de “l’Etat” qu’aux universités elles-mêmes » (p.22), la lecture de cet ouvrage amène au constat que nombre de mouvements se retrouvèrent dans une même demande de réorganisation du cursus, dans une volonté d’ouverture disciplinaire vers les sciences sociales, et dans le souhait de refonder le lien entre l’enseignement et la pratique professionnelle en rejetant les féodalités de l’architecture pour redéfinir le rôle de l’architecte au sein de la société. Les échanges transnationaux jouèrent alors un rôle majeur dans le « partage » de cette culture contestataire. L’exemple, présenté par Nicolas Moucheront, du Laboratoire international d’architecture et d’urbanisme créé par Giancarlo de Carlo en 1976 est alors significatif : se retrouvaient à Urbino, le temps d’un été, des personnalités comme Bruno Zevi ou Peter Smithson, ainsi que des étudiants venus du monde entier (mais pas de France). Néanmoins, ces mouvements étudiants n’eurent pas tous la même vigueur. Ainsi, l’anecdote des étudiants finlandais qui occupèrent seulement une nuit la maison des étudiants et dont « certains occupants firent même le ménage avant de quitter les lieux » (p.58) pourrait prêter à sourire, au regard de ce qui se passa en France par exemple. Julie André-Garguilo signale bien d’ailleurs ces disparités lorsqu’elle cite la rédaction d’Architectural Design fascinée par « ces étudiants de l’UP 6, qui travaillent sur des chantiers, risquent la prison pour quelques slogans inscrits à la hâte sur des murs, […], envahissent les bureaux des ministres du gouvernement, tiennent des conférences au Louvre » (n°9, 1971), par rapport aux étudiants de l’Architectural Association (AA) School qui ne sauraient pas ce que signifie l’engagement politique. Mais plus globalement, pour le lecteur non-initié à l’histoire de l’enseignement de l’architecture en France, les rapprochements possibles avec le « cas » français sont peu développés. Un tel travail comparatif n’était toutefois pas l’objectif de cet ouvrage qui montre au contraire que Paris n’était ni le seul foyer ni l’unique et principale référence de ces mouvements[5]. Enfin, de même que ces mouvements ne remportèrent pas tous une adhésion massive, leur impact a posterioridans l’enseignement de l’architecture n’a pas toujours été significatif, comme le soulignent plusieurs contributeurs : en Pologne il est « difficile de déterminer si, et dans quelle mesure, [les réserves des étudiants] ont été prises en compte dans le nouveau remaniement des études du début des années 1970 » (p.84), et au Japon, « il semble que l’enseignement de l’architecture n’ait pas connu de grands changements après 1968 » (p.101).

Des « refondations » théoriques et épistémologiques marxisantes : du Droit à la ville à la participation, en passant par l’Afrique et l’Amereida

Si « tout est politique » dans les années 68, la philosophie marxiste – et ses différentes révisions – fut sans doute dominante. Ainsi Louis Althusser et Herbert Marcuse sont-ils cités à plusieurs reprises comme références majeures des étudiants à cette époque. Cette mouvance se traduisit aussi, dans plusieurs pays, par la volonté de rapprochement avec les « travailleurs », les ouvriers et les habitants des quartiers populaires. Le thème est récurrent dans plusieurs contributions, dont certaines montrent le fossé qui pouvait alors exister entre ces derniers et les étudiants qui étaient souvent issus de classes aisées : des étudiants berlinois qui tentèrent « avec des résultats mitigés » (p.38) de travailler avec les habitants des quartiers voués à la démolition, ou un étudiant finlandais chargé d’aller lire des textes marxistes dans la rue à l’aide d’un mégaphone. Ce faisant, le livre d’Henri Lefebvre, Le Droit à la ville (1968), devint une référence internationale (en Grèce, Yougoslavie, Allemagne de l’Ouest, etc.), et dans son prolongement, la participation habitante fut une revendication phare de ces années-là, à la faveur de l’arrivée des sciences sociales dans l’enseignement. Ainsi, Judith Le Maire de Romsée, par exemple, met en avant l’émergence à La Cambre d’une « figure de pédagogue » développant l’idée d’un architecte co-constructeur qui coopère et co-décide avec les citoyens et les usagers. Dans une autre mesure, les étudiants de Porto firent des relevés dans les quartiers populaires de la ville, en représentant autant l’architecture que les objets du quotidien, qui furent utilisés lorsque le gouvernement lança une politique de promotion de l’habitat social et coopératif. Outre le « prolétariat » occidental, le « Tiers-Monde » semble avoir été une préoccupation pour nombre d’étudiants, comme en Finlande ou en Angleterre. Ce faisant, Elisa Dainese met en avant une « fascination pour l’Afrique » à l’Université de Pennsylvanie – à l’initiative de David Crane puis de Denise Scott Brown – qui « peut être comprise comme une manifestation de la critique adressée à la notion de ville fonctionnaliste » (p. 162), et une tentative « d’humaniser » l’architecture grâce à la connaissance de cette culture Autre. Soulignons cependant que, a contrario, les pays dits du « Tiers-Monde » – dont la délimitation géographique était vague et mouvante – demeurent assez peu présents dans l’ouvrage : aucune école africaine n’est présentée…Quid des Beaux-arts de Tunis devenus Institut Technologique d’Art, d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis en 1967 ou des Beaux-arts d’Alger[6], qui connurent sans doute une histoire sensiblement similaire à celle de Ecole d’architecture de l’Université nationale d’Iran analysée dans cet ouvrage par Yahya Sepehri ? Enfin, Architecture 68 présente et se termine sur le cas de l’école d’architecture de Valparaiso où un important renversement épistémologique eut lieu, suivant l’approche de Godofredo Iommi. Dans sa contribution, Oscar Castro Andrade explique qu’il développa une « vision poétique du continent américain » (p. 192) qui fut reprise dans le « manifeste » de l’école, où les Travesías de Amereida et les Taller de Obras à la Ciudad Abierta invitaient les étudiants à révéler la réalité latino-américaine, au-delà des carcans coloniaux persistant dans l’université.

De la « modernité critique » à l’écologie ?

Loin d’abolir les « figures de maîtres », les mouvements contestataires des années 68 participèrent au renouvellement de celles-ci : Alvar Aalto est décrit comme dépassé aux yeux des jeunes architectes finlandais davantage favorables à Aulis Blomstedt ou Kirmo Mikkola, de même que l’atelier-laboratoire de Tange Kenzō « appartenait déjà au passé » (p.100) pour la jeunesse nipponne. Au cours de la lecture, les nouvelles figures qui émergent sont aisément identifiables par la récurrence de leur citation (Venturi, Lynch, Lefebvre, Tafuri, Rossi, etc.), avec notamment parmi eux les membres du Team X : Aldo van Eyck à Urbino et en Pennsylvanie, Peter Smithson à Urbino, Jacob Bakema et Alexis Josic en Yougoslavie, Giancarlo de Carlo à Urbino et Princeton. L’ouvrage nous donne alors à voir, localement et globalement, le rôle international joué, dans le renouveau des théories et des pédagogies au cours des années 68, par ceux qui constituèrent cette « modernité critique »[7]près de quinze ans plus tôt, tandis que l’historiographie française avait jusque-là davantage mis en lumière le rôle de Georges Candilis (notamment celui de son atelier dans l’avènement de la fin de la section architecture aux Beaux-Arts). Car c’est bien de cela qu’il s’agit : une remise en question quasi mondiale des sociétés face à la mise en échec des métarécits modernes dès la fin des années 1950, où les architectes se trouvèrent « engagés » autour d’une recherche de refonte sociétale et politique du monde moderne (principalement occidental), avant que ne s’opère un certain retour à la forme au cours des années 1970. C’est d’ailleurs sur cette perspective historique que Nick Bullock conclut, voyant à la suite des années 68 deux tendances qui ont formé une « division de plus en plus nette » (p.26), et que l’exemple de l’AA School illustre bien : une architecture d’activisme révolutionnaire, rapidement détrônée par les nouvelles expériences formelles qualifiées de postmodernisme. Dans ce contexte de crise de la modernité, avec notre regard rétrospectif, une autre tendance pourrait paraitre majeure : celle de l’écologie. Ainsi en était-il de l’enseignement de Bruce Goff qui valorisait, dès les années 1950, le rapport entre l’homme et la nature, le recyclage et les chantiers collaboratifs, dans une approche artistique de libération individuelle – ce qui donna des projets organicistes quasi fantasmagoriques dont quelques dessins inédits d’étudiants sont reproduits. Mais si la quatrième de couverture de l’ouvrage met en avant l’apparition durant ces années-là d’ « alternatives constructives autour de l’écologie, de l’environnement ou de la place de l’usager », l’écologie n’est explicitement présente que dans quelques autres expériences pédagogiques (chez Ian McHarg en Pennsylvanie ou Jacinto Rodrigues à Porto). Toutefois, il n’est sans doute pas si étonnant que les préoccupations écologiques et environnementales ne soient pas omniprésentes dans l’ouvrage, car si l’on doutait déjà de l’émancipation et de l’enrichissement de l’Homme universel grâce au Progrès, ce n’était pas encore tout à fait la finitude des ressources qui inquiétait – le premier choc pétrolier survient cinq ans après 1968.

 

Il reste néanmoins frappant à la lecture d’Architecture 68 de constater une certaine contemporanéité des thèmes qui y sont abordés. On y retrouve la question de l’après-modernité autour de la postmodernité et de la postcolonialité, la multiplication des échanges transnationaux, le « droit à la ville », la participation citoyenne, l’interdisciplinarité, et le rapport à la « tradition » et à la nature dans leurs dimensions écologiques. Finalement, nous pourrions dire que les histoires retracées ici témoignent d’un point de bascule de l’histoire de « la crise d’où nous venons »[8] , pour reprendre les mots de Pascal Ory. Redécouvrir de nos jours ces expériences pourrait alors sans doute alimenter les réflexions qui ont cours dans les écoles d’architecture et dans le milieu professionnel au sujet de la crise environnementale et sociale que nous vivons.

Recension par Diane Aymard

 

[1] Parmi d’autres, citons : le programme HEnsA20, placé sous l’égide du Comité d’histoire du ministère de la Culture, et sous la responsabilité scientifique d’Anne-Marie Châtelet, Marie-Jeanne Dumont et Daniel Le Couédic, qui a déjà organisé 7 séminaires depuis 2016 (https://chmcc.hypotheses.org/2544) ; le colloque « Les années 68 et la formation des architectes », sous la responsabilité scientifique de Caroline Maniaque et Jean-Philippe Garric, les 20 et 21 octobre 2016, à la Cité de l’architecture & du patrimoine et à l’ENSA Normandie ; l’exposition « Mai 68. L’architecture aussi ! », Caroline Maniaque, Eléonore Marantz et Jean-Louis Violeau (commissaires), Cité de l’architecture & du patrimoine, du 16 mai au 17 septembre 2018. Et dans les publications : Jean-Louis Violeau, Les architectes et Mai 68, Paris, Recherches, 2005 ; Caroline Maniaque, Go West ! Des architectes au pays de la contre-culture, Marseille Parenthèses, 2014 ; Dominique Amouroux (dir), Le livre de l’école d’architecture de Nantes, Nantes/Gollion, In-folio, 2009 ; etc.

[2] Anne Debarre et Jean-Louis Violeau sont membres de l’équipe de recherche du programme EnsArchi.

[3] Une autre recension de cet ouvrage, par Estelle Thibault, est disponible sur le site des Cahiers de la recherche architecturale, urbaine et paysagère :https://journals.openedition.org/craup/6518

[4]  Articles de Nick Bullock, Jana Berankova, Jasna Galjer et Aino Niskanen en première partie ; suivis des articles de Julie André-Garguilo, Emilia Kiecko, Yahya Sepehri, Junko Abe-Kudo et Corinne Tiry-Ono, et Débora Domingo-Calabuig ; puis de ceux de Stanislas von Moos, Luca Cardani, Luca Guido et Nicholas Moucheront en troisième partie ; et pour finir, les articles d’Elisa Dainese, Judith le Maire de Romsée, Pedro Bandeira et Oscar Castro Andrade.

[5] La publication de ce livre s’inscrit à la suite de deux autres ouvrages, également issus de colloques, consacrés quant à eux au « cas » français : Guy Lambert et Eléonore Marantz (dir.), Architecture Manifestes. Les écoles d’architecture en France depuis 1950, Genève, MétisPresses, 2018, et Caroline Maniaque (dir.), Les années 68 et la formation des architectes, Rouen, Point de vues, 2018.

Pour une analyse comparative sur des cas précis, voir par exemple : Alison Gorel Le Pennec, « De John Hejduk à Henri Ciriani : la construction en miroir d’un enseignement du projet architectural », Cahiers de l’HEnsA20 n°1, 2017. En ligne : https://chmcc.hypotheses.org/3109

[6] Au sujet des Beaux-arts d’Alger avant l’indépendance, voir la thèse de Malik Chebahi, « L’enseignement de l’architecture à l’École Nationale Supérieure des Beaux- Arts d’Alger et le modèle métropolitain : réceptions et appropriations (1909-1962) », sous la direction de Yannis Tsiomis, 2013.

[7] Jean-Lucien Bonillo, Clause Massu et Daniel Pinson (dir.), La modernité critique. Autour du CIAM 9 d’Aix-en-Provence, 1953, Marseille, Imbernon, 2006.

[8] Pascal Ory, L’entre-deux-mai. La crise d’où nous venons (1968-1981), Paris, Alma, 2018.



Citer ce billet
Diane Aymard (2021, 29 mars). Architecture 68. Panorama international des renouveaux pédagogiques. EnsArchi. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/of88

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search