L’École régionale d’architecture de Bordeaux, 1940-1944, prolégomènes d’une histoire

En 2013, Gilles Ragot esquisse, à l’occasion d’un workshop et d’une exposition organisés pour les 40 ans de l’école d’architecture de Bordeaux, la première histoire de cette institution[1]. Il nous rappelle alors que l’histoire de l’école d’architecture de Bordeaux n’a « fait l’objet d’aucune recherche, ni publication hormis les quelques pages que Robert Coustet et Marc Saboya lui consacrent en 2005 au sein de l’ouvrage sur l’architecture et l’urbanisme bordelais »[2]. Les jalons chronologiques et les thématiques qu’il révèle servent rapidement de point de départ à l’équipe des chercheurs qui se fédère[3], dès 2016, autour de l’écriture d’une monographie consacrée à l’Ecole Nationale et Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux[4]. Cette équipe conçoit ce projet comme le barycentre de sa participation au programme de recherche HEnsA20, l’Histoire de l’Enseignement de l’Architecture au XXe siècle[5]. Des recherches qui se poursuivent, aujourd’hui, dans le cadre du programme financé par l’ANR, ensARCHI, l’enseignement de l’architecture au XXe siècle[6]. Toutes ces contributions ont indéniablement fait progresser nos connaissances sur l’école d’architecture de Bordeaux[7]. Pourtant, des zones d’ombres subsistent notamment pour les périodes les plus troublées du XXe siècle et plus précisément pour celles concernant la Seconde Guerre mondiale[8]. Il est vrai que les archives permettant de documenter cette époque sont moins nombreuses. Or, c’est pourtant une époque marquée par l’arrêté du 17 février 1941, portant réorganisation de l’enseignement de l’architecture, et par le décret de création de l’ordre des architectes, le 31 décembre 1941.

Des fonds, conservés aux Archives de Bordeaux Métropole, ont récemment été exhumés[9]. Il s’agit des concours et palmarès de l’Ecole municipale des Beaux-Arts et des arts décoratifs et de l’Ecole régionale d’architecture, entre 1928 et 1955 ; des allocations des bourses municipales et des bourses de fondations depuis 1921 ou bien encore des incidents qui rythment la vie quotidienne de cette institution, entre 1941-1955[10]. Nous disposons, de plus, de deux annuaires : l’un rassemble 403 élèves architectes inscrits à l’ERAB, entre 1928 et 1978 et l’autre récence 35 enseignants ayant travaillé à l’ERAB, entre 1928 et 1978[11]. En croisant ces données, serait-il alors possible d’appréhender le fonctionnement de l’Ecole Régionale d’Architecture de Bordeaux (ERAB) pendant l’occupation ? De saisir l’organisation des activités et des enseignements de l’école ? De connaître le nombre des élèves et leurs origines ? La place des élèves femmes ? Ou bien encore l’atmosphère qui pouvait régner dans une école régionale, dans une France très fragilisée ? Ce sont ces ébauches de questions, encore très larges, que nous voudrions aborder dans ce texte ; un texte qui résume nos premières investigations et qui n’a d’autre prétention que poser les prolégomènes de l’histoire de l’école régionale d’architecture de Bordeaux, entre 1940 et 1944.

Fonctionnement de l’ERAB, 1940-1944

L’Ecole régionale d’architecture de Bordeaux est installée, depuis sa création en 1928, dans des locaux de l’école des Beaux-Arts qui est située rue Tauzia. Depuis 1929, l’école des Beaux-arts est placée sous la direction de François-Maurice Roganeau (1883-1973)[12].

Les temps fortement troublés de la guerre et de l’occupation contraignent évidemment et considérablement le déroulement des activités et des enseignements de l’ERAB. Ainsi, l’année universitaire 1938-1939 se termine-t-elle le 11 juillet 1939 par une distribution des prix très solennelle car toutes les personnes présentes ont déjà conscience que le pire est à venir. Et, le 3 septembre 1939 la France entre dans la guerre. Bordeaux passe en « zone occupée » le 27 juin 1940[13]. Immédiatement, les locaux de l’école des Beaux-Arts et de l’ERAB sont réquisitionnés par l’armée allemande rendant ainsi la fin de l’année et le début de la suivante, 1939-1940, très mouvementée. Seuls deux ateliers et une galerie sont laissés à la disposition de toutes les activités et enseignements. Dès lors, les cours se succèdent du matin au soir, dans un rythme quasi ininterrompu. Tous les enseignants se démènent pour faire fonctionner presque normalement l’école y compris pour maintenir la traditionnelle remise des prix de fin d’année. A la fin de l’année scolaire 1941, le directeur Roganeau prononce un discours dans lequel il retrace brièvement l’histoire de l’école depuis septembre 1939.  Les quelques lignes consacrées à l’année 1939-1940 rendent palpable le fonctionnement chaotique, mais maintenu, de cette première année de l’ERAB sous occupation :

« […] les bâtiments de l’école sont mis à disposition de l’armée, à l’exception de deux ateliers et d’une galerie dans lesquels les cours allaient se succéder du matin au soir […] L’école fonctionnait presque normalement, et l’Inspecteur Général, M. Leydet, pouvait dans son rapport annuel, signaler l’animation et l’activité exceptionnelle de nos ateliers […] Le 20 juin, après une nuit mouvementée, l’école interrompait ses cours […] L’armistice (22 juin 1940) permettait de les reprendre quelques jours plus tard. L’année scolaire s’achevait vers la mi-juillet par une cérémonie intime, pleine de gravité. Dans la bibliothèque, les élèves silencieux recevaient les quelques prix qu’il nous avait été possible de rassembler. »[14]

L’année scolaire 1940-1941, celle qui suit l’Armistice, se déroule très difficilement elle aussi. En effet, les bâtiments de l’école des Beaux-arts sont toujours occupés et cela jusqu’au début de l’année 1941, date à laquelle les anciens locaux sont enfin remis à la disposition des élèves, des enseignants et des différentes activités de l’école des Beaux-arts et de l’ERAB :

« […] A la rentrée d’octobre 1940, pas de changement, l’école était occupée pour un temps indéterminé. Ce n’est qu’au cours du premier semestre 1941 que, peu à peu, elle pouvait entrer en possession de ses anciens locaux […] ainsi l’année scolaire 1940-1941, qui s’est déroulée presque normalement, s’achève par les cérémonies un instant suspendues par la guerre […] que nous réservent les mois qui vont suivre ? Nul ne le sait. […] »[15]

Durant l’année scolaire 1941-1942, et malgré une reprise plus normalisée des activités, les conditions de fonctionnement ne s’améliorent guère. La fin de l’année scolaire est particulièrement difficile, elle est marquée par les premières rafles organisées par les allemands dès le 15 juillet 1942. Le discours de fin d’année que prononce Roganeau en 1945 revient spécifiquement sur cette année 1941-1942. Le directeur de l’école des Beaux-arts reconnait, notamment, que sans le soutien indéfectible de la Municipalité tout aurait été bien plus difficile encore :

« […] Disons tout de suite que l’année scolaire 1941-1942 a été rude. Des difficultés de toutes sortes qui nous ont assaillis, les unes ont pu, avec l’aide de l’Administration municipale et à coup d’ingéniosité, être surmontées, les autres ont constitué un sérieux handicap. L’activité de certaines sections s’en est trouvée contrariée. Comment peindre, si la toile, les panneaux, les couleurs, les produits essentiels sont introuvables ? Comment graver et imprimer sans cuivre, sans bois, sans encre, sans papier ? Comment se tenir au courant du goût de Paris, si les revues d’art ne paraissent plus […] Personne ne s’étonnera que ces difficultés aient eu certaines répercussions sur notre activité. »[16]

Ces courts extraits des discours prononcés par le directeur Roganeau présentent un fonctionnement de l’ERAB – comme on pouvait s’en douter – très contraint par l’occupation et très ralenti par une situation économique bordelaise désastreuse. En effet, comme partout ailleurs en France, l’économie est à l’arrêt, et à Bordeaux tous les chantiers sont stoppés exceptés ceux engagés par les Allemands. Mais, ces extraits témoignent aussi de toute l’énergie mise en œuvre par le corps enseignant, la Municipalité et bien entendu les élèves pour poursuivre au mieux et le plus normalement possible les activités et les enseignements de l’école.

Bourses, prix et diplômes de l’ERAB, 1940-1944

Cette continuité des activités et particulièrement visible dans les efforts mis en œuvre pour récolter des fonds afin de poursuivre les allocations des bourses et des prix annuels mais aussi dans le maintien des soutenances des diplômes.

Bourses, prix et récompenses

Afin de soutenir les élèves les plus méritants et les plus nécessiteux dans cette époque très troublée, les élèves de l’école régionale d’architecture de Bordeaux bénéficient de bourses municipales et de bourses de fondations. Entre 1940 et 1944, le nombre de ces bourses est en constante évolution. Ainsi, en 1940, si seulement deux bourses sont attribuées aux élèves de l’école régionale d’architecture, ce chiffre passe à six en 1941 puis à sept en 1944 ; avec une année faste, en 1943, où 12 bourses sont allouées aux élèves de l’ERAB[17]. En 1942, dans son discours annuel de fin d’année, le directeur de l’école des Beaux-Arts, confirme la solidarité grandissante des donateurs privés avec l’école des beaux-arts. L’augmentation du nombre de bienfaiteurs et de dons a pour conséquence directe l’accroissement du nombre de bourses allouées aux élèves de l’école des Beaux-arts et de l’école régionale d’architecture : « Le nombre des fondations ou legs institués depuis une douzaine d’années est ainsi passé de 5 à 21 ». On remarque aussi que le montant des bourses augmente afin, évidemment, de pallier les difficultés financières de plus en plus grandes auxquelles doivent faire face les élèves de ces deux institutions.

Trois bourses sont attribuées entre 1940 et 1944 : la bourse Blanchard-Latour, la bourse Valleton et la bourse Fourché[18]. La bourse Valleton est allouée tous les ans pour une personne, pour un montant de 1800 francs ; excepté en 1944 où cette somme est divisée en 4 montants (2 fois 500 et 2 fois 400 francs), pour 4 bénéficiaires. Cette multiplication de montants moindre permet, évidemment, de soutenir davantage d’élèves. En 1940 et 1941, la bourse Blanchard-Latour est allouée à un seul bénéficiaire, qui reçoit 1600 francs. En 1943, les dons ne permettent pas de récolter ces 1600 francs et seulement 700 francs sont distribués à 3 bénéficiaires : deux allocations de 300 francs et 1 de 100 francs. Pour l’année 1944, les montants augmentent pour revenir aux 1600 francs des premières années ; un montant total qui est cette fois-ci divisé en 3 allocations : une de 600 francs et deux de 500 francs. La bourse Fourché est la seule à n’avoir pas été attribuée tous les ans. Elle le fut seulement en 1941 et 1943. Le montant des allocations est plus intéressant que ceux des bourses précédentes. Ainsi, en 1941, 3169 francs sont distribués à 4 élèves avec des sommes dégressives de 1000, 800, 700 et 669 francs. En 1943, 3970 francs sont partagés entre 5 élèves avec des montants de 1200, 1000, 700, 435 et encore 435 francs.

Entre 1940 et 1944, c’est environ 60 récompenses annuelles qui sont décernées pour la seconde classe ; une moyenne qui n’a guère évolué depuis 1935[19]. Les prix sont distribués à plusieurs lauréats et récompensent des épreuves traditionnelles pour une école régionale d’architecture telles la statique, la descriptive, la construction, les éléments analytiques, l’esquisse, le projet, les exercices d’histoire de l’architecture, le dessin, le modelage, le dessin ornemental et la législation du bâtiment. Concernant la première classe, une petite dizaine de récompenses annuelles sont décernées et concernent notamment le projet, le concours Rougevin et la législation du bâtiment. La création de l’Ordre des architectes, en décembre 1940, permet la mise en place – dès 1942 – d’un nouveau prix qui soutient très clairement ceux qui aspirent à démarrer des études d’architecte : « […] l’Ordre des architectes vient de me remettre le montant d’un nouveau prix à attribuer aux élèves des cours préparatoires d’architecture […] »[20].

Les diplômes

15 élèves « diplôment » entre 1940 et 1944 ; répartis ainsi : 1 en 1940, 3 en 1941, 8 en 1942, 1 en 1943 et 2 en 1944. Les étudiants qui « diplôment » sont entrés à l’ERAB entre 1928 et 1938, la majorité on fait environ 9 ans d’études et 3 ont fait un peu plus, soit entre 10 et 13 ans.

Grâce à l’annuaire des élèves inscrits à l’ERAB entre 1928 et 1978, les 15 sujets de ces diplômes sont connus. Ainsi, 8 sujets sont consacrés à l’architecture publique : deux églises, une chapelle pour un cimetière, une clinique, un terrain scolaire, un hôtel des postes, un musée forestier et une piscine municipale. L’importance numérique de cette typologie de projets fait peut-être écho à la production architecturale bordelaise de l’avant-guerre qui était alors dominée par la commande publique et plus précisément même par la commande municipale. En effet, le Maire de Bordeaux, Adrien Marquet (1884-1955)[21], a construit sa réputation en maintenant les activités économique, artistique et architecturale dans une époque de crise mondiale, celle des années 1930. Ainsi, pour endiguer l’augmentation constante du chômage, avait-t-il mis en œuvre une politique de grands travaux, le plan Marquet (1930)[22], en lançantla construction de plusieurs équipements publics telles celles des abattoirs municipaux (1938, Jacques Debat-Ponsan), de la Bourse du travail (1938, Jacques d’Welles) ou du stade Lescure (1938, Raoul Jourde et Jacques d’Welles). Dans cette liste d’édifices publics, la présence de 3 édifices religieux illustre probablement la nécessité de trouver des refuges spirituels dans une époque où les tourments et l’ombre de la mort sont omniprésents. On constate également que les équipements sportifs sont toujours des sujets à la mode. Et outre les liens que ces ensembles sportifs pourraient entretenir avec la production architecturale bordelaise d’avant-guerre, peut-être peut-on également voir dans la récurrence de ces sujets un attachement français à la vision du Ministre de l’Education Nationale du Front Populaire, Jean Zay (1904-1944), qui intégra l’éducation physique à l’école dans une vision émancipatrice de l’enfant, au même titre que les visites de musées ou assister à des représentations théâtrales.

Pour les 7 autres sujets, on note la place importante donnée au travail avec ces 3 projets : une laiterie coopérative, une coopérative viticole et une usine hydraulique. Le travail coopératif et la solidarité dominent la conception de ces outils de production et illustrent peut-être l’urgence pour beaucoup de français, et d’européens, de retrouver une vie professionnelle stable et émancipatrice. Ces deux projets de coopératives renvoient à la richesse des territoires ruraux et à la nécessité de structurer ces économies locales. Les identités locales sont, d’ailleurs, à l’honneur dans 3 autres projets, pour lesquels il est précisé qu’ils sont situés en Périgord, en Haute Navarre et dans le Pays Basque. On relève, enfin, la présence de 3 sujets liés à l’architecture privée, 3 maisons : une située à la campagne, une en bord de Loire et une maison pour un maître céramiste.

Dans une lettre adressée au Maire de Bordeaux, Jean-Fernand Audeguil (1887-1956, maire entre août 1944 et octobre 1947), et datée du 5 janvier 1946, Claude Ferret rappelle les bons résultats de l’école régionale d’architecture de Bordeaux pendant toute la période de l’occupation. Ainsi, revient-il sur les nombreux prix reçus par ses élèves entre 1943 et 1944, à l’échelle locale mais aussi nationale : « […] 4 élèves admis d’office à la seconde épreuve du concours de Rome […] Un élève admis comme deuxième supplémentaire en 1944 […] »[23]

Enseignants et élèves de l’ERAB, 1940-1944

Les archives nouvellement exhumées et exploitées, croisées aux annuaires d’élèves et d’enseignants de l’ERAB, ne permettent pas encore d’écrire une prosopographie fine des enseignants et des élèves présents dans cette école entre 1940 et 1944 mais plutôt de poser les premiers jalons d’une biographie collective[24].

L’équipe enseignante

Depuis 1928, l’école régionale d’architecture est dirigée par l’architecte Pierre Ferret (1877-1949). En 1942, son fils Claude (1907-1993), lui succède[25]. Pierre, puis Claude Ferret, sont les chefs de l’atelier, et enseignent la théorie de l’architecture. L’équipe qui les entoure est composée de cinq autres enseignants : Charles Mothes ( ?), ingénieur centralien, qui enseigne la statique et la résistance des matériaux ; Emile Mothes (1887-1961), architecte, qui enseigne la stéréotomie de la pierre et du bois[26] ; Maxime Rebeix (1881-1952), professeur de mathématiques spéciales au grand Lycée de Bordeaux, qui enseigne les mathématiques ; Daniel Gervais (1880- ?), architecte, qui enseigne l’histoire de l’architecture et Géo Minvielle ( ?), avocat, qui enseigne la législation[27].

Ces enseignants prennent en charge les cours d’une classe préparatoire (à l’examen d’entrée à l’ERAB) ainsi que les enseignements et activités corollaires de la seconde et de la première classe d’architecture. Cette équipe enseignante travaille ensemble depuis au moins 1928, c’est-à-dire au moment de la création de l’école régionale. Elle forme, pour l’époque que nous observons, un collectif bien rôdé qui a dû être un atout majeur de l’ERAB pour affronter et surmonter ces temps troublés.

Les élèves

L’école régionale a dû compter pour la période de l’occupation – toutes classes confondues – une quarantaine d’élèves[28] ; un chiffre qui n’a guère évolué depuis la fondation de l’ERAB en 1928[29] et qui illustre que l’école arrive, bel et bien, à fonctionner quasiment normalement et cela malgré les chahuts et les désordres engendrés par la situation.

A ce jour, croisées à l’annuaire, les archives nouvellement exploitées ont permis d’identifier 26 élèves sur les 40 inscrits. Parmi eux, 9 sont natifs de la Gironde (Arcachon, Bègles, Bordeaux, Monségur et Saint-Médard-en-Jalles). 7 sont natifs de départements limitrophes ou relativement proches : Dordogne (Château l’Evêque), Gers (Barcelone-du-Gers), Deux-Sèvres (Niort), Landes (Couteux-les-Forges), Pyrénées-Atlantiques (Oloron-Sainte-Marie) et Midi-Pyrénées (Toulouse, 2 élèves). Les autres viennent de départements français plus éloignés tels l’Aveyron, Provence-Alpes côte d’Azur (Cannes), Centre (Orléans) et l’Île de France (Paris). Deux autres élèves sont natifs de l’étranger, un du Maroc, précisément de la ville de Ras el Ma et l’autre du Mali, de la ville de Kati. La majorité de ces élèves sont entrés entre 1936 et 1937 (12). 9 autres ont intégré la seconde classe entre 1938 et 1939 et les 4 autres, entre 1930 et 1934. Parmi ces élèves, 7 ne passeront jamais le diplôme et la grande majorité le passera, après la guerre, entre 1945 et 1948. La moyenne des années d’étude étant donc autour de 9/10 ans. Notons enfin la présence d’une seule femme, Evelyne Guibert (Paris, 1916- ?), entrée à l’école en 1936 et qui diplôme en 1942 ; elle est la seule femme à diplômer entre 1940 et 1944.

A ces élèves déjà présents à l’ERAB, viennent évidemment s’ajouter les nouveaux inscrits qui sont au nombre de 36 à entrer dans l’institution, entre 1940 et 1944. Ils sont répartis ainsi : 6 en 1940 ; 9 en 1941 ; 7 entre 1942 ; 6 en 1943 et 8 en 1944. Ces chiffres sont relativement stables et illustrent – eux-aussi – comment l’ERAB arrive à maintenir ses activités et donc une certaine attractivité pendant toute cette époque. Sur ces 36 élèves, 19 sont natifs de la Gironde (Audenge, Bordeaux, Caudéran, Cenon, Le Bouscat, Libourne, Pessac, Sainte-Eulalie et Talence). 5 sont natifs de départements limitrophes ou relativement proches : Dordogne (Pontours), Pays-Basque (Biarritz), Périgord (Sarlat), Vendée (Fontenay-le-Comte) et Midi-Pyrénées (Toulouse). Les autres viennent de départements français plus éloignés tels les Ardennes (Givet) l’Aisne (Guise), la Bretagne (Moëlan-sur-Mer), la Meuse (Rupt-en-Woëvre), le Pas-de-Calais (Le Touquet), les Bouches-du-Rhône (Salon-de-Provence) ou encore l’Ile de France (Paris, 3 élèves). Un seul élève est natif de l’étranger, du Maroc, précisément de la ville de Meknès. Notons enfin la présence d’une seule femme parmi ces entrants, Andrée Madeleine Nones (Paris, 1924- ?), entrée à l’école en 1944 et qui diplômera en 1952.

 

Arrivée au terme de ces premières investigations, nous identifions assez clairement comment les enseignants, les élèves et la Municipalité ont mis toutes leurs énergies et tous leurs moyens à faire fonctionner le plus normalement possible l’Ecole Régionale d’Architecture de Bordeaux. Ces premiers jalons posés permettent, en outre, d’appréhender une situation plus nuancée – et donc peut-être plus juste – que celles que seule l’analyse des textes législatifs aurait pu faire émerger. En effet, la réorganisation de l’enseignement de l’architecture promulguée par l’arrêté du 17 février 1941 ne semble pas être arrivée à l’Ecole Régionale d’Architecture de Bordeaux. De même, la recomposition des équipes pédagogiques, induite par un programme des études remanié, ne semble pas à l’œuvre à l’ERAB qui, pendant tout le temps de l’occupation, conserve la même équipe d’enseignants que celle nommée en 1928, à l’occasion de la fondation de l’école régionale. C’est donc bien la continuité que le fonctionnement de l’ERAB illustre pendant tout le temps du régime de Vichy.

Or, cette stabilité est peut-être sur le point de vaciller. En effet, en 1945 dans son discours annuel, le directeur de l’école des Beaux-arts, Roganeau, peut-être un peu dépassé, semble pourtant dénoncer les premiers mouvements de défiance de la jeune génération face à l’enseignement Beaux-arts :

« […] Nous avons pu constater par exemple que le concours en loges, qui jadis était non seulement attendu avec ferveur et disputé chaudement, mais encore exécuté avec amour, a été considéré par certains comme un exercice assez peu digne de leur talent, de leur génie […] On a pu lire que ces mêmes jeunes allaient révolutionner incessamment le monde des arts … Aucune révolution ne s’est produite. Et que de temps perdu en palabres vaines, en admirations réciproques, en intentionnismes stériles ; que deviennent, dans tout cela, grammaire, orthographe et propriété des termes, justement ce qu’enseigne l’Ecole ? Hélas ! Je sais bien ! On me répond : “Et la création ? Que faites-vous de la création ?” Création ! Quel mot ambitieux et comique […] Cette désaffection de plus en plus profonde pour la nature, est un des signes les plus étonnants de cette génération qui confond si volontiers “style” avec “artifice” […] »[30].

Après ce premier cadre posé, nos recherches vont se prolonger par de nouvelles investigations. Il faudrait, notamment, affiner nos connaissances sur les conditions d’accès aux études d’architectures, à l’ERAB, à cette époque et notamment pour les élèves femmes. Connaître plus précisément les dispositifs de bourses et de récompenses afin de mieux comprendre les situations socio-économiques des élèves. Il apparaît, également, opportun de questionner les relations entretenues entre l’ERAB et l’école des Beaux-arts de Paris et, même plus judicieusement, entre Lyon et Bordeaux. L’école de Lyon endossant, à cette époque, le rôle d’école mère. Et au-delà de ces relations Paris-Province, Province-Province, il faudrait également s’interroger sur les relations avec l’international. On a remarqué que parmi les 3 élèves étrangers, 2 étaient originaires du Maroc. Bordeaux, et l’ERAB, auraient-elle cultivé des relations plus spécifiques avec le Maghreb et plus précisément même avec le Maroc ?

Laurence CHEVALLIER (Ecole Nationale et Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux, UMR 5319 PASSAGES)

Contribution à l’ANR EnsArchi, Axe 2 : « Pédagogie et enseignement, une réévaluation », sur le thème du Moment Vichy.

 

[1] Cette première histoire est esquissée lors d’un projet pédagogique organisé en février 2013 et consacré aux 40 ans de l’école. La documentation collectée alors, d’une grande richesse, permet l’organisation d’une exposition : L’école d’architecture de Bordeaux, Une Histoire pour demain, présentée au 308, la maison de l’architecture en Aquitaine, du 03 octobre au 15 décembre 2013, 308 – Maison de l’architecture en Aquitaine. Voir RAGOT Gilles, « 40 ans : récit d’un projet pédagogique sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture à Bordeaux depuis le XIXe siècle », Transversale – Histoire : Architecture, paysage, urbain, numéro 1, décembre 2016, p.8-17.

[2] COUSTET Robert et SABOYA Marc, Bordeaux, La conquête de la modernité. Architecture et urbanisme à Bordeaux et dans l’agglomération de 1920 à 2003, Bordeaux, Editions Mollat, 2005.

[3] Cette équipe, dont la composition a fluctué depuis 2016, a été composée de Laurence Bassières, maître de conférences en Histoire et Cultures Architecturales – ENSA Paris-La-Villette ; de Rémi Bercovits, maître de conférences formation Paysage – ENSAP Bordeaux ; Gauthier Bolle, maître de conférences en Histoire et Cultures Architecturales – ENSA Strasbourg ; Laurence Chevallier, maître de conférences en Histoire et Cultures Architecturales – ENSAP Bordeaux ; Gilles Antoine-Langlois, professeur en Histoire et Cultures Architecturales – ENSA Paris Val-de-Seine et Gilles Ragot, professeur d’histoire de l’art contemporain – Université Bordeaux-Montaigne.

[4] BOLLE Gauthier et CHEVALLIER Laurence (sous la dir de), L’École d’architecture de Bordeaux au XXe siècle – Un héritage : genèse et perspectives, Presses Universitaires de Bordeaux Montaigne, collection « Architecture et Paysage », à paraître, octobre 2021.

[5] Le programme de recherche HEnsA20, l’Histoire de l’Enseignement de l’Architecture au XXe siècle, 2016-2021, est porté par Anne-Marie Châtelet, professeur – ENSA Strasbourg ; Marie-Jeanne Dumont, maître de conférence – ENSA Paris-Belleville et Daniel Le Couédic, professeur – Institut de Géoarchitecture Brest. Le programme est soutenu par le comité d’histoire du Ministère de la Culture. Site internet du programme : https://chmcc.hypotheses.org/1684

[6] Site internet du programme : https://ensarchi.hypotheses.org/programme

[7] BASSIERES Laurence : « Création et évolution de l’École régionale d’architecture de Bordeaux, 1903-1968 », communication présentée au Séminaire régional du programme de recherche HEnsA20, ENSA de Toulouse et de Bordeaux, 9-10 juin 2017, lien URL : https://chmcc.hypotheses.org/372

BASSIERES Laurence, « Genèse et développement de l’école régionale d’architecture de Bordeaux », Transversale, n°2, décembre 2017, p.17-26.

BOLLE Gauthier, « Les élèves de l’École régionale d’architecture de Bordeaux (1928-1968) : parcours scolaires et trajectoires professionnelles »,Carnet du Comité d’histoire du Ministère de la culture, décembre 2017, [en ligne]

BOLLE Gauthier, « L’enseignement de l’architecture et du paysage à Bordeaux au XXe siècle : état des recherches », cahier HEnsA20 n°3, décembre 2017, p.11-16, [en ligne]

[8] On peut, évidemment, poser le même constat pour l’époque de la Première Guerre mondiale.

[9] Nous remercions ici Laurence Bassières, Maître de conférences – ENSA Paris-la-Villette, d’avoir porté à notre connaissance cet ensemble archivistique.

[10] Archives Bordeaux Métropole (ABM), 1066W34, Ville de Bordeaux, Ecole municipale des Beaux-Arts et des arts décoratifs et école régionale d’architecture, Concours et Palmarès / 1066W40, Ville de Bordeaux, Bourses municipales et bourses de fondations depuis 1921 / 748 R 6, Ecole d’architecture, incidents, 1941-1955.

[11] Nous remercions ici Gauthier Bolle, Maître de conférences – ENSA Strasbourg, d’avoir partagé avec nous ces deux annuaires, en cours de construction. L’annuaire des élèves a été élaboré en reprenant les informations des registres d’inscription à l’école – qui incluent les élèves non admis en seconde classe – ainsi que des éléments issus de la base de l’INHA (dir. Marie-Laure Crosnier Leconte) « Dictionnaire en ligne des élèves architectes de l’École des beaux-arts (1800-1968) », en ligne sur [agorha.inha.fr] L’annuaire des enseignants a été construit grâce au croisement de sources archivistiques – et notamment les concours et palmarès conservés aux ABM (1066W34, Ville de Bordeaux, Ecole municipale des Beaux-Arts et des arts décoratifs et école régionale d’architecture, Concours et Palmarès) et couvrant la période 1939-1945 – et bibliographiques, principalement : COUSTET Robert et SABOYA Marc, Bordeaux, La conquête de la modernité. Architecture et urbanisme à Bordeaux et dans l’agglomération de 1920 à 2003, Bordeaux, Editions Mollat, 2005, p.61-62.

[12] François-Maurice Roganeau a été lauréat du Prix de Rome, en peinture, en 1906. Il restera directeur de l’école des Beaux-arts de Bordeaux jusqu’en 1958. On peut retrouver une brève biographie de cet artiste en suivant ce lien : http://lespeintresbordelais.com/index.php/fr/dictionnaire/les-peintres/958-roganeau-francois-maurice, consulté le 20 octobre 2020.

[13] Et le reste jusqu’au 27 mai 1944.

[14] ABM, 1066W34, Ville de Bordeaux, Ecole municipale des Beaux-Arts et des arts décoratifs et école régionale d’architecture, Concours et palmarès, 1941, discours du directeur Roganeau, p.4.

[15] Archives Bordeaux Métropole (ABM), 1066W34, Ville de Bordeaux, Ecole municipale des Beaux-Arts et des arts décoratifs et école régionale d’architecture, Concours et palmarès, 1942, discours du directeur Roganeau, p.4.

[16] A.B.M, 1066W34, Ville de Bordeaux, Ecole municipale des Beaux-Arts et des arts décoratifs et école régionale d’architecture, Concours et palmarès, 1945, discours du directeur Roganeau, p.5.

[17] ABM, 1066W40, Ville de Bordeaux, Bourses municipales et bourses de fondations depuis 1921.

[18] La bourse Valleton porte probablement ce nom en hommage à l’architecte diocésain, puis départemental, Jean-Jacques Valleton (1841-1916). La bourse Blanchard-Latour porte le nom de Jean-Marie-Georges Latour dit Blanchard (1804-1875), un des co-fondateurs de la Société des amis des arts de Bordeaux qui, avant de mourir, décide de léguer une grande partie de sa fortune à la Municipalité de Bordeaux sous la condition que celle-ci décerne chaque année une bourse, à son nom, aux meilleurs élèves de l’école des Beaux-arts de la ville. La Bourse Fourché tient ce nom de Paul Fourché (1840-1923) qui après avoir fait fortune amassa une collection de dessins, de peintures et de mobilier, principalement des XVIIIe et XIXesiècles dont il légua, en 1916, une partie de ses œuvres au musée du Vieux Bordeaux, ancêtre de l’actuel Musée d’Aquitaine de la ville. Pour rendre hommage à cette collection et à ce lègue, la Municipalité crée une bourse en son nom qui viendra chaque année célébrer les jeunes artistes de l’école des Beaux-arts.

[19] ABM, 1066W34, Ville de Bordeaux, Ecole municipale des Beaux-Arts et des arts décoratifs et école régionale d’architecture, Concours et palmarès, 1935.

[20] ABM, 1066W34, Ville de Bordeaux, Ecole municipale des Beaux-Arts et des arts décoratifs et école régionale d’architecture, Concours et palmarès, 1945, p.4-5.

[21] La carrière politique d’Adrien Marquet débute au sein de la SFIO, une Section qu’il quitte en 1933, après avoir vivement critiqué l’action de Léon Blum (1872-1950). Il participe alors à fonder le parti socialiste de France qui ambitionne de réformer le socialisme. En parallèle de son poste de Député-Maire de la Gironde (1924-1942/1944), il est Ministre du Travail, du 9 février au 8 novembre 1934, puis Ministre d’Etat, du 23 au 27 juin 1940. Pétainiste engagé, il prend donc part au régime de Vichy ; Régime dans lequel il est brièvement Ministre de l’Intérieur, du 27 juin au 10 juillet 1940. Pour en savoir plus, on peut lire : Hubert Bonin, Bernard Lachaise, Françoise Taliano-des-Garets, Adrien Marquet : les dérives d’une ambition, Bordeaux, Paris, Vichy (1924-1955), Bordeaux, Editions Confluences, 2007. On peut, également, retrouver la biographie complète de la carrière politique de Marquet sur le site de l’Assemblée Nationale : « Adrien Marquet, biographie », Assemblée Nationale, sans date. Lien URL : http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/bio/(num_dept)/5018, consulté le 20 octobre 2020. Adrien Marquet occupe son poste de Maire de Bordeaux jusqu’à la libération de la ville, le 28 août 1944 ; date à laquelle il est arrêté.

[22] Pour en savoir plus sur ce Plan Marquet, on peut lire la thèse de Marie-Françoise Bénech, L’architecture et l’urbanisme à Bordeaux sous la municipalité d’Adrien Marquet (1925-1944), thèse de doctorat, Université de Bordeaux 3, exemplaire dactylographié, 2003.

[23] A.B.M, 748 R 6, Ecole d’architecture, incidents, 1941-1955, lettre de Roganeau, directeur de l’école des Beaux-arts de Bordeaux au Maire de Bordeaux, 5 janvier 1946.

[24] ABM, 1066W34, Ville de Bordeaux, Ecole municipale des Beaux-Arts et des arts décoratifs et école régionale d’architecture, Concours et palmarès, 1939-1945.

ABM, 1066W40, Ville de Bordeaux, Bourses municipales et bourses de fondations depuis 1921.

BOLLE Gauthier, Annuaire rassemblant 403 élèves architectes inscrits à l’ERAB, entre 1928 et 1978.

BOLLE Gauthier, Annuaire des enseignants de l’ERAB, 1928-1978.

[25] Roganeau accueille Claude Ferret en le présentant ainsi : « de formation classique et d’esprit moderne ». A.B.M, 1066W34, Ville de Bordeaux, Ecole municipale des Beaux-Arts et des arts décoratifs et école régionale d’architecture, Concours et palmarès, 1945, discours du directeur Roganeau, p.4.

[26] Emile Mothes est également en charge du cours préparatoire à l’école régionale d’architecture.

[27] BOLLE Gauthier, Annuaire des enseignants de l’ERAB, 1928-1978.

[28] ABM, 748 R 6, Ecole d’architecture, incidents, 1941-1955, Lettre de Claude Ferret au Maire de Bordeaux, 5 janvier 1946. Dans cette lettre, Claude Ferret donne précisément le nombre des élèves inscrits à l’ERAB en 1942, ils sont 40.

[29] Au sujet des élèves de l’école régionale, on peut lire l’article de Gauthier Bolle, « Les élèves de l’École régionale d’architecture de Bordeaux : parcours scolaires et trajectoires professionnelles », Carnet du Comité d’histoire du Ministère de la culture, décembre 2017. Lien URL : http://chmcc.hypotheses.org/3732, consulté le 20 octobre 2020.

[30] ABM, 1066W34, Ville de Bordeaux, Ecole municipale des Beaux-Arts et des arts décoratifs et école régionale d’architecture, Concours et palmarès, 1945, discours du directeur Roganeau, p.6-7.

Résumé : Ces dernières années, les recherches menées par les historiens de l’art et de l’architecture ont indéniablement fait progresser nos connaissances sur l’école d’architecture de Bordeaux. Pourtant, des zones d’ombres subsistent notamment pour les périodes les plus troublées du XXe siècle et plus précisément pour celles concernant la Seconde Guerre mondiale. Des fonds, conservés aux Archives de Bordeaux Métropole, ont récemment été exhumés et exploités. Ils devraient permettre d’appréhender le fonctionnement de l’Ecole Régionale d’Architecture de Bordeaux (ERAB) pendant l’occupation, de saisir l’organisation des activités et des enseignements de l’école, de connaître le nombre des élèves et leurs origines, la place des élèves femmes ou bien encore l’atmosphère qui pouvait régner dans une école régionale, dans une France très fragilisée. Ce sont ces ébauches de questions, encore très larges, que nous voudrions aborder dans cet article qui résume nos premières investigations et qui n’a donc d’autre prétention que de poser les prolégomènes de l’histoire de l’Ecole régionale d’architecture de Bordeaux, entre 1940 et 1944.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search