D’Oppède à Tunis, les ateliers de la guerre et de la Reconstruction

Article de Jean-Lucien Bonillo

Dans le contexte de la guerre enseignants et étudiants se sont efforcés de poursuivre du mieux qu’ils pouvaient les habitudes de travail propres à la formation des architectes qui se partageait entre acquisition d’une culture académique à l’école et apprentissage du métier en agence. Quelques circonstances très particulières feront cependant bouger quelque peu, sur le plan des contenus, la perméabilité des frontières entre ces deux mondes. Dans l’Atelier d’Oppède constitué dès 1941 en antenne de celui de l’Ecole régionale de Marseille une commande spéciale du gouvernement de Vichy possèdera un statut ambigu relativement à la culture d’alors : une étude urbaine entre recherche historique-typologique et projet d’urbanisme conduite dans un double cadre pédagogique et opérationnel. Les acquis de cette expérience auront un écho bien au-delà de la Provence. Dans « l’Atelier de la Reconstruction » institué en Tunisie sous le protectorat dès 1943, et actif durant la période de la guerre et après la libération, le projet d’un « Centre de maîtrise » imaginé à Oppède, véritable Atelier Public d’Architecture avant l’Heure, sera mis en œuvre à l’échelle d’un pays.

1- Oppède, une antenne de l’Atelier de Marseille

Après l’armistice de juin 1940 Eugène Beaudouin (1898-1983) était à Marseille, ville alors sous tutelle de l’Etat. Le préfet Barraud délégué par le gouvernement de Vichy lui confia la reprise des études sur le Plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension (PAEE), celui de Jacques Gréber (1882-1962) conçu une décennie auparavant n’ayant pas franchi toutes les étapes de l’approbation administrative. Simultanément Beaudouin transporta et associa son atelier de l’ENSBA à celui de l’école régionale dirigé par Gaston Castel (1886-1971). Sur les 103 étudiants que l’atelier comptait de 1940 à 1944, une soixantaine avait été amenée par Beaudouin et parmi eux une quinzaine vivait et travaillait à Oppède. C’est dans ce village du Vaucluse, proche de Cavaillon, que se constitua rapidement une antenne de l’atelier de Marseille. En 1940 Beaudouin en confia la direction (officiellement approuvée en 1941) au jeune prix de Rome Bernard Zehrfuss (1911-1996), empêché de séjourner à la Villa Médicis du fait de la guerre.

Photographie de la fresque d’Albert et Yliane Remy, peintres, symbolisant la fondation du Groupe d’Oppède. Sous les arcades travaillent les quatre protagonistes surnommés les « barons d’Oppède », 1940.

De fait Oppède fut un refuge pour de nombreux artistes et intellectuels de toutes disciplines, certains de renom. Les architectes y apparaissaient comme le groupe pilote, du fait de leurs capacités d’organisation mais aussi à cause de leur antériorité dans l’installation et la construction d’un projet de « renaissance » du village, d’un centre intellectuel nouveau irrigant un plus vaste territoire. Trois d’entre eux furent à l’origine du « Groupe d’Oppède » : Jean Auproux (1910- ?), Georges Brodovitch (1912-1996) et Florent Margaritis (1910-1977). Ils en étaient alors au stade final de leurs études, la soutenance du diplôme. Le 18 août 1940, avec Zehrfuss ils s’introniseront fondateurs d’une dynamique en publiant le « Manifeste du Groupe d’Oppède » et parallèlement s’engageront dans la réhabilitation de certains bâtiments, qu’ils réaliseront avec l’aide du maçon du village, M. Bonet. Contraints d’abolir la traditionnelle distinction entre l’architecte intellectuel et l’artisan, ils en feront un projet positif qui fait écho aux premiers balbutiements du Bauhaus de Weimar associant dans un même apprentissage du métier architecture, art et artisanat ; activités conceptuelles et manuelles. Et ils seront bientôt rejoints par de nombreux artistes et intellectuels, parfois venus en couple, quelquefois même en famille avec enfants. Écrivains, compositeurs et musiciens, décorateurs, paysagistes, fresquistes, peintres et sculpteurs trouveront refuge à Oppède et vont s’associer au collectif des architectes pour organiser la subsistance quotidienne, jusqu’à former une communauté (au sens fort du mot) d’une cinquantaine de personnes.

Une comparaison des activités menées par les étudiants à Marseille et Oppède permet de montrer points communs et différences.

– Du côté de la pédagogie l’approche était pour l’essentiel identique : une poursuite de la culture, de l’organisation, des protocoles et contenus de l’ENSBA. Le témoignage rétrospectif de Brodovitch est éclairant : « On montait en loge à Marseille … on travaillait dans les ruines d’Oppède ». De même les programmes de projet qu’il évoque restent dans la ligne académique : une école régionale des beaux-arts, un palais de justice, le hall d’un grand journal… Ils s’accompagnent d’examens de cours divers. Mais Brodovitch, qui comme Auproux imaginera son diplôme dans les ruines du vieil Oppède, insistera, sur la confrontation avec des sites réels et des enjeux contemporains, vécue comme une différence notable avec les exercices dans des sites imaginaires et/ou abstraits proposés à l’ENSBA. Enfin en écho à l’opposition entre « anciens et nouveaux » propre à la culture beaux-arts le groupe d’Oppède distinguait les « grands et petits Oppèdiens ».

– Du côté professionnel, opérationnel et des commandes réelles, les différences étaient notables entre Marseille et Oppède. A Marseille les étudiants travaillaient dans les agences d’architecture de la ville et/ou au service de Beaudouin lui-même dans le cadre des études pour le PAEE. A Oppède le projet dénommé « Le Jardin de Provence », d’aménagement du vaste territoire de la vallée du Calavon, était une initiative conjointe des Oppédiens, Zehrfuss et Beaudouin. Ce dernier, fort de son entregent, de ses responsabilités élargies- urbaniste du Plan régional -et de ses fonctions d’expert- Conseil au Secrétariat aux sports et à la jeunesse -transforma cette étude en commande du gouvernement de Vichy, à dimension plus culturelle et démonstrative qu’opérationnelle, soutenue et rémunérée dans le cadre des Chantiers de jeunesse.

« Oppède où de jeunes architectes rêvent de construire la Cité Harmonieuse », article extrait de Le Journal, Paris, 15 avril 1941.

2- Un atelier/chantier de recherche urbaine et rurale

Une grande part de l’activité du groupe était consacrée à des études architecturales, urbaines et patrimoniales, nourries de nombreux relevés d’édifices : ceux du vieil Oppède en grande partie ruiné, de la carrière du village, de la région proche, dont la vallée du Calavon qui s’écoule entre Cavaillon et Apt, mais aussi au-delà à Avignon, Nîmes, Montpellier, Sète… Dans ces dernières villes, les relevés d’architecture française seront les supports des « envois de Rome » que Zehrfuss se devait, malgré tout, d’effectuer. S’adaptant aux circonstances du moment tous ces relevés deviennent sous la plume de Zehrfuss dans la revue Les Cahiers du Sud une démarche au service d’un idéal, celui de « tous ceux qui veulent la GRANDEUR ÉTERNELLE DE L’ART FRANÇAIS, dans la réalisation en commun d’œuvres d’art, de chefs-d’œuvre, POUR LE MIEUX DU MÉTIER ET POUR LE MIEUX DE LA FRANCE ».

Multipliant les approches l’étude principale sur la vallée du Calavon allait bien au-delà de ce qui était attendu pour un PAEE et couvrait toutes les échelles, du territoire à l’édifice. Dans un contexte de pénurie générale les regards se sont portés sur le potentiel de l’existant, les ressources et matériaux anciens, et aussi, de proche en proche, les productions et savoir-faire traditionnels, la glorification du travail des artisans et des paysans. Intitulé Jardin de Provence, le projet pour la vallée du Calavon situe Oppède comme un centre directionnel avec ses satellites, qui rayonne sur une petite région. Les contenus mettent l’accent sur le local et la célébration de la ruralité, la renaissance des métiers et des traditions sur le modèle des corporations. Il propose, au-delà d’une étude générale concernant Cavaillon et en cohérence avec ces principes généraux, de nombreux petits projets : reconstruction de fermes et moulins abandonnés, maisons du carrier, du bûcheron… et aussi relance de l’exploitation des huileries, de la pierre, des ocres, de la garance… Tous les contenus apparaissent en cohérence avec l’idéologie de la « Renaissance nationale » d’une revivification de la ruralité.

Extrait des études et projets sur la vallée du Calavon intitulé « Jardin de Provence », Groupe d’Oppède, 1941.

L’ensemble donnera lieu à une exposition composée d’une trentaine de panneaux, installée d’abord à Marseille dans les locaux de l’école de la place Carli. Georges Lamirand, Secrétaire d’État à la Jeunesse la visite et, séduit, propose de l’installer à Vichy. Ce qui est fait grâce à un camion prêté et huit jours passés à Vichy pour l’accrochage… et le décrochage. Les financements escomptés arriveront et, quoique modestes et soumis au contrôle des hommes de Vichy, ils permettront à la communauté des Oppédiens de survivre.

Quelques très rares (et petites) commandes privées furent heureusement complétées par des commandes publiques du Commissariat Général à l’Éducation Générale et Sportive -Zehrfuss était architecte-conseil du CGEGS- portant sur la réalisation de terrains de jeux ou de sports, réalisations rendues obligatoire pour chaque commune par l’État. Et après la guerre Brodovitch « héritera » du plan d’urbanisme pour Cavaillon.

Pour contextualiser l’approche du Groupe d’Oppède il convient de considérer que le rapport à la tradition, pas seulement classique mais aussi locale, liée à l’histoire des régions et des terroirs, était un élément fort du débat architectural dans la période de l’entre-deux-guerres ; qui se clôt par l’exposition de 1937 où à côté de l’Ordre monumental des pavillons nationaux une place importante était donnée aux pavillons régionalistes. La revue L’Architecture d’Aujourd’hui elle-même publie dans l’immédiat après-guerre, durant laquelle la pénurie persiste quelques années, des cartes du pays indiquant les sites de ressources en matériaux traditionnels locaux. Dans cette même période les carrières de pierre seront subventionnées par l’État pour servir aux chantiers de reconstruction. Et comment ne pas évoquer également la démarche de Georges Henri Rivière, qui durant la guerre imagine et dirige quatre grands « chantiers intellectuels », dont celui de « L’Architecture régionale » (EAR, 1925) qui mobilise de nombreux architectes pour des enquêtes et relevés d’ensembles ruraux dans les différentes régions de France. En 1939, à l’exposition universelle de New York, Rivière illustre le thème du « monde de demain » avec le « musée paysan » de Barbentane, un village des Bouches-du-Rhône proche de Cavaillon et Oppède. Conscient de la continuité du monde rural, il défend son ouverture à la modernité. La philosophie des membres du Groupe d’Oppède était-elle foncièrement différente ? L’historiographie a désormais clairement établi que, du point de vue des idées et de la sensibilité, Vichy n’avait pas le monopole d’exaltation des vertus de la ruralité et de la tradition.

Mesurée à l’aune de l’apprentissage du métier, entre protocoles pédagogiques et commandes inventées et réelles, entre recherche historique et visions opérationnelles, l’expérience du Groupe d’Oppède constitue, du fait d’un contexte extra-ordinaire, une pratique pédagogique inédite en prise avec le social, le politique, les cultures et les lieux spécifiques, qui préfigure les évolutions que connaitra l’enseignement de l’architecture dans les années 1960/1970.

3- Du Centre de Maitrise d’Oppède à l’Atelier de la Reconstruction à Tunis

Zehrfuss aura l’occasion d’évoquer l’expérience communautaire d’Oppède, soulignant sa forte originalité au travers les mots de phalanstère et d’utopie, dans la livraison de janvier 1941 de la revue Les Cahiers du Sud. Mais dès après l’occupation de la zone « libre » par les allemands il rejoint les Forces françaises libres en Algérie et il est rapidement nommé par le général Mast, Résident général à Tunis, et sous la recommandation d’Eugène Claudius Petit alors à Alger, directeur de l’« Atelier de la Reconstruction de la Tunisie ».

Etude typologique pour des logements adaptés aux ouvriers tunisiens, Atelier de la Reconstruction, Tunis, 1943/44.

L’expérience qui sera menée en Tunisie permet d’illustrer la manière dont les réseaux d’amitié et d’entraide construits dans la période des études peuvent être réactivés dans le cadre professionnel. En effet les principaux protagonistes et collaborateurs de l’Atelier de la Reconstruction auront en commun d’avoir été étudiants à l’ENSBA dans les ateliers d’Eugène Beaudouin et d’Emmanuel Pontremoli (1865-1956). Ainsi Beaudouin fut lui-même « un Pontremoli » (prix de Rome 1928) avant Zehrfuss (prix de Rome 1939), Paul Herbé également qui sans y être intégré sera associé à l’Atelier de la Reconstruction, Jacques Marmey (1906-1988) « rapatrié » du Maroc, André Demenais (1912-1993), Auproux aussi qui aura un rôle majeur dans l’Atelier, ayant en charge notamment la question des archives et de la documentation urbanistique et architecturale, les relations administratives… Quant à Jean Le Couteur (1916-2010) il était lui-même passé par l’Atelier Beaudouin. Au-delà des « Pontremoli » Il faut encore citer, sans souci d’exhaustivité, le rôle dans l’atelier de Jason Kyriacopoulos (1909- ?), Jean Drieu La Rochelle (1903-1986), Michel Ventre (?).

Les archives d’Auproux témoignent de l’intérêt porté par l’équipe aux projets d’Henri Prost (1874-1959) au Maroc, au cours de René Danger (1872-1954), aux travaux de Marcel Poëte (1866-1950), au Plan de Nemours de Le Corbusier (1887-1965), aux typologies d’habitat d’André Lurçat (1894-1970)… On y décèle également le suivi des expériences contemporaines menées au Maghreb par Jean Ecochard au Maroc et aussi en Algérie par le CIAM Alger et plus tard l’Agence du Plan.

Sur un plan général, celui des modèles urbanistiques et architecturaux de référence, le projet associait les modèles culturaliste et rationaliste. A l’échelle des plans de masse et des typologies les habitats de type européen et musulman furent clairement distingués. Ces derniers, à l’appui de campagnes de relevés, réinterprétaient les dispositifs et modes de construire traditionnels. Les plans des principales villes de Tunisie- et en particulier celui pour la reconstruction de Bizerte -étaient guidés par les principes du Mouvement Moderne. Pour des raisons aussi bien idéologico-culturelles que politico-administratives la véritable petite ville nouvelle de Zarzouna proposée hors du site originel, de l’autre côté du chenal de Bizerte, fut mise en échec alors même qu’une exposition au Palais Berlitz à Paris vantait l’action de l’équipe de Tunis.

La grande liberté de décision et d’action dont bénéficiait l’Atelier de la Reconstruction avait en quelque sorte concrétisé le rêve fait à Oppède : celui d’un « Centre de Maitrise » (titre du diplôme d’Auproux) qui pilotait en expert et avec une grande liberté de décision l’aménagement d’un vaste territoire. Mais en 1947 l’administration Tunisienne décida de calquer le modèle Français pour ce qui concerne le dispositif opérationnel et les procédures de reconstruction. Désormais le corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées allait pouvoir imposer ses vues. Et Eugène Claudius Petit, malgré toute son énergie, déployée depuis la métropole, ne parvint pas à sauver les prérogatives ni même l’existence de l’Atelier de la Reconstruction.

Plan d’extension de Bizerte-Zarzouna, B. Zehrfuss architecte en chef, 1943.

 

Repères bibliographiques et archivistiques

Bonillo Jean-Lucien et Juskiwieski Christelle, Les ateliers de la guerre : Marseille et Oppède, 1940-1945. https://chmcc.hypotheses.org/8833

Bonillo Jean-Lucien, La Reconstruction à Marseille : architectures et projets urbains, 1940-1960, Marseille, Imbernon, 2008.

Imbernon Katia, Le pays de Marseille. Histoire des projets pour une capitale et son plan régional, 1918-1959, DESS, IAR/Aix-en-Provence, 2000.

Zerhrfuss Bernard, « Oppède, essai de renaissance », Les Cahiers du sud, n°232, février 1941.

Sircoulomb Valérie-Anne, Le groupe d’Oppède pendant la seconde guerre mondiale, mémoire de DEA sous la direction de Mady Menier, Institut d’histoire de l’art, Université Lyon II-Lumière, 1990.

Viatte Germain et Calafat Marie-Charlotte (dir//), Georges Henri Rivière. Voir, c’est comprendre, Catalogue de l’exposition, Coédition Mucem / RmnGP, 2018.

Dhouib Morabito Hounaïda : La reconstruction en Tunisie de 1943 à 1947, soutenue en 2009 à l’Université Paris I sous la direction de Danièle Voldman.

Narjes Ben Abdelghani et Leïla Ammar, « Maison à cour et logements de recasement pour les populations musulmanes en Tunisie pendant la reconstruction, 1943-1955 », Al-Sabîl : Revue d’Histoire, d’Archéologie et d’Architecture Maghrébines [En ligne], n°5, Année 2018.
URL : http://www.al-sabil.tn/?p=4271

Site internet de l’association des amis de l’Abbaye de Saint-Hilaire (Ménerbes) intitulé : « En Vaucluse. Oppède-le-Vieux. Le groupe d’Oppède, 1940-1945 ».

Sous-fonds Auproux du Fonds Bernard Catlar, Archives Départementales de la Haute Garonne.

Interview de Georges Brodovitch (1911-1996) par Michel Peraldi, phonothèque de la MMSH, Aix-en-Provence.

Interview de Michel Brodovitch (fils de Georges Brodovitch) du 21/12/2018, par Jean-Lucien Bonillo et Christelle Juskiwieski. Archives privées.

Photographie de la fresque d’Albert et Yliane Remy, peintres, symbolisant la fondation du Groupe d’Oppède. Sous les arcades travaillent les quatre protagonistes surnommés les « barons d’Oppède », 1940.

 



Citer ce billet
EnsArchi (2021, 5 février). D’Oppède à Tunis, les ateliers de la guerre et de la Reconstruction. EnsArchi. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/of83

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search