Résumés des contributions de l’Axe 4 (séminaire n°3 du 23 novembre 2020)

Pour l’Axe 4 « Élèves, étudiantes et étudiants, enseignantes et enseignants », les interventions portaient sur le thème de la dynamique de féminisation.

Analyse sous le prisme du genre des conditions d’accès aux écoles d’architecture (1880-1968), par Stéphanie Mesnage

Résumé : Bien que les femmes aient été admises dès la fin du XIXe siècle à l’Ecole des Beaux-arts (Ensba) et à l’École Spéciale d’Architecture (ESA), il faudra attendre la fin des années 1960 et la réforme du système d’enseignement pour voir les effectifs des étudiantes augmenter plus fortement. À quelles conditions les femmes accèdent-elles aux études d’architecture en France avant 1968, dans cette période dite des pionnières ? Un regard sur les critères d’admission définis dans les règlements de deux écoles (Ensba et ESA) et l’étude du profil sociologique des étudiantes de l’Ensba (origine sociale) permet de formuler de premières hypothèses. L’approche intersectionnelle de l’étude, croisant catégories du genre, de la classe sociale et de la nationalité montre des points de similitude entre la condition des femmes et celle des étranger.e.s, dans l’accès à certaines écoles. [le texte, accessible aux chercheurs de l’ANR EnsArchi uniquement, est disponible sur Huma-Num Sharedocs]

Dynamiques de féminisation de l’architecture. Un panorama depuis les années 1970, par Nathalie Lapeyre

Résumé : Malgré une féminisation récente des effectifs étudiants comme professionnels à un rythme très accéléré cette dernière décennie, l’exercice de la profession d’architecte a représenté un univers qui s’est révélé être durablement hostile pour les femmes, maintenues en minorité et en infériorité pendant plus d’un siècle, et dont la position professionnelle subalterne actuelle en est un des vestiges historiques. La légitimité des questions de genre et de féminisation en architecture s’installe peu à peu ces dernières années, notamment à travers un certain nombre de tentatives de diffusion d’une culture de l’égalité en la matière au sein des métiers de la culture, via les politiques étatiques dédiées. Ce texte mettra également en évidence les enjeux de genre au prisme de l’analyse de la  production des données statistiques qui retrace de manière globale l’évolution historique des effectifs étudiants et professionnels, ainsi que les différents indicateurs qui nous informent d’une situation de ségrégation sexuée au travail, depuis les années 1970 jusqu’à nos jours.  [le texte, accessible aux chercheurs de l’ANR EnsArchi uniquement, est disponible sur Huma-Num Sharedocs] 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search