Résumés des contributions de l’Axe 3 (séminaire n°3 du 23 novembre 2020)

Pour l’Axe 3 « Enseignement et recherche », les interventions portaient sur le thème de la recherche architecturale.

De l’enseignement à Oppède à la reconstruction de la Tunisie : une recherche à visée opérationnelle, par Jean-Lucien Bonillo

Résumé : Dans le contexte de la guerre enseignants et étudiants se sont efforcés de poursuivre du mieux qu’ils pouvaient les habitudes de travail propres à la formation des architectes qui se partageait entre acquisition d’une culture académique à l’école et apprentissage du métier en agence. Quelques circonstances très particulières feront cependant bouger quelque peu, sur le plan des contenus, la perméabilité des frontières entre ces deux mondes. Dans l’Atelier d’Oppède constitué dès 1941 en antenne de celui de l’Ecole régionale de Marseille une commande spéciale du gouvernement de Vichy possèdera un statut ambigu relativement à la culture d’alors : une étude urbaine entre recherche historique-typologique et projet d’urbanisme conduite dans un double cadre pédagogique et opérationnel. Les acquis de cette expérience auront un écho bien au-delà de la Provence. Dans « l’Atelier de la Reconstruction » institué en Tunisie sous le protectorat dès 1943, et actif durant la période de la guerre et après la libération, le projet d’un « Centre de maîtrise » imaginé à Oppède, véritable Atelier Public d’Architecture avant l’Heure, sera mis en œuvre à l’échelle d’un pays.

Lien vers l’article issu de cette communication.

D’un ministère de tutelle à l’autre (Équipement et Culture) et du CORDA au BRAUP : analyse de l’évolution d’une politique publique de recherche par le prisme des discours de l’Institution et la chronologie des réformes successives, par Fabricia Fauquet

Résumé : Créées en 1972, le CORDA, Comité de la recherche et du développement en architecture, et le SRA, Secrétariat de la recherche architecturale ont évolué au fil du temps pour devenir le BRAUP, Bureau de la recherche architecturale et urbaine. Oscillant entre différentes politiques (incitative, institutionnelle), différents ministères de tutelle (Culture et Équipement) et différentes identités (CORDA-SRA/BRAUP), cette institution a, depuis sa création, cherché à développer une politique de recherche scientifique au sein des écoles d’architecture. Nous analyserons l’évolution de cette politique, entre 1972 et 2017, au travers des entretiens menés auprès des responsables de cette institution, en proposant en premier lieu, une prosopographie de ces témoins afin de saisir la structure de ce groupe, son organisation professionnelle, ses permanences et ses différences ;  en second lieu, au travers du discours des chefs, de la chronologie de leurs mandats, des réformes et tutelles successives qu’ils ont rencontrées, nous analyserons l’évolution de cette politique de recherche publique, abordant ainsi les ruptures, changements d’identité institutionnelle et les principales orientations impulsées durant quarante-cinq ans par les responsables scientifiques de cette institution.

Lien vers l’article issu de cette communication.

La recherche architecturale appliquée et expérimentale du PUCA en marge des UP ?, par Ana bela de Araujo

Résumé : Au début des années 1970 s’organise une politique scientifique dans le domaine de l’architecture en deux pôles. À côté d’une recherche architecturale fondamentale menée par le ministère des Affaires culturelles qui se développe au sein du CORDA à partir de 1972, et adossée aux Unités pédagogiques d’architecture, la Direction de la Construction au sein du ministère de l’Équipement œuvre à une recherche expérimentale en créant en 1971 un nouvel organisme de mission, le Plan Construction, porté par l’impératif industriel du VIe Plan (1971-1975). En restant sur cette période de genèse, notre développement repose sur l’hypothèse d’une asymétrie entre ces deux foyers de la recherche architecturale. Notre propos consiste d’abord à revenir sur la genèse du Plan Construction dans sa filiation très directe avec la politique industrielle appliquée au bâtiment, expliquant de fait, cette asymétrie originelle d’avec le CORDA, et permettant de comprendre l’éloignement initial du milieu de l’enseignement de ce foyer de la recherche. Nous finissons sous forme d’hypothèses et de pistes, en invitant à interroger la porosité des rapports entre le Plan Construction et le milieu des Unités pédagogiques d’architecture qui s’affirme dès les premières années de l’organisme, et qui n’a fait que s’accroitre, des années 80 à aujourd’hui, en raison des dynamiques de la recherche qui ont progressivement atténué ce dualisme. [le texte, accessible aux chercheurs de l’ANR EnsArchi uniquement, est disponible sur Sharedocs]



Citer ce billet
Pierre Maurer (2021, 21 janvier). Résumés des contributions de l’Axe 3 (séminaire n°3 du 23 novembre 2020). EnsArchi. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/of7v

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search