Résumés des contributions de l’Axe 2 (séminaire n°3 du 23 novembre 2020)

Pour l’Axe 2 « Pédagogie et enseignement, une réévaluation », les interventions portaient sur le thème du Moment Vichy.

L’enseignement de l’architecture durant le moment Vichy (1940-1944). De Paris à Lyon, réformes et applications, par Amandine Diener et Christian Marcot

Résumé : Dans le récit de l’histoire de l’École des beaux-arts au XXe siècle, la période 1940-1944 constitue un moment décisif dans la compréhension de l’évolution de l’institution et de l’enseignement sur le temps long. Si Caroline Poulain (2001) et Antonio Brucculeri (2007) ont éclairé la période par le biais de l’action de Louis Hautecoeur, et Jean-Louis Cohen (2020) mis notamment l’accent sur l’activité des prisonniers de guerre et l’atelier d’Oppède, les modifications apportées au système pédagogique et au contenu de l’enseignement méritent d’être observées au regard d’un contexte politique et professionnel en mutation, et d’interroger particulièrement, en 1942, le rôle d’école mère qu’endosse, pour la zone libre, l’École régionale d’architecture de Lyon.

À partir de fonds institutionnels (archives de la section architecture de l’École des beaux-arts aux Archives Nationales, archives municipales de Lyon et départementales du Rhône) et privés, l’article revient sur la recomposition qui s’opère dans le rapport Paris-province durant l’Occupation. À partir du cas encore non documenté de l’ERA Lyon, il interroge l’application de la réforme de 1941 notamment à travers les dispositifs déployés pour assurer la continuité de l’enseignement. Après avoir évoqué la genèse de la réforme, en présentant des projets de restructuration de l’enseignement imaginés à Paris et à Lyon, parfois dès le début du siècle, il éclaire les recompositions pédagogiques qui sont à l’œuvre à compter de 1941. La restitution des programmes d’enseignement et des concours ainsi que des équipes enseignantes, puis l’identification du nombre d’élèves inscrits en ateliers et leur provenance, sont tant d’éléments qui permettent de reconsidérer les ruptures ou les continuités du « moment Vichy » dans une perspective plus large de l’histoire de l’enseignement. Enfin, il convient de questionner l’héritage de cette réforme qui, bien que brève (1941-1944), cristallise sans doute des changements possibles tant sur l’aspect géographique, historique ou culturel et permet, par la continuité dans l’enseignement de l’architecture, d’engager les jeunes architectes dans le mouvement de la reconstruction.

1940-1944 : réévaluation d’un enseignement et d’une pédagogie à l’école régionale d’architecture de Bordeaux, par Laurence Chevallier

Résumé : Ces dernières années, les recherches menées par les historiens de l’art et de l’architecture ont indéniablement fait progresser nos connaissances sur l’école d’architecture de Bordeaux. Pourtant, des zones d’ombres subsistent notamment pour les périodes les plus troublées du XXe siècle et plus précisément pour celles concernant la Seconde Guerre mondiale. Des fonds, conservés aux Archives de Bordeaux Métropole, ont récemment été exhumés et exploités. Ils devraient permettre d’appréhender le fonctionnement de l’Ecole Régionale d’Architecture de Bordeaux (ERAB) pendant l’occupation, de saisir l’organisation des activités et des enseignements de l’école, de connaître le nombre des élèves et leurs origines, la place des élèves femmes ou bien encore l’atmosphère qui pouvait régner dans une école régionale, dans une France très fragilisée. Ce sont ces ébauches de questions, encore très larges, que nous voudrions aborder dans cet article qui résume nos premières investigations et qui n’a donc d’autre prétention que de poser les prolégomènes de l’histoire de l’Ecole régionale d’architecture de Bordeaux, entre 1940 et 1944.

Lien vers l’article issu de cette communication.

Le moment Vichy à travers L’Architecture française, par Marie-Jeanne Dumont

Résumé à venir

Les lacunes de l’enseignement de la construction à l’École des Beaux-Arts : critiques et projets de réformes (1940-1950), par Antoine Perron

Résumé : L’École des Beaux-Arts, en tant que principale institution de formation des architectes, a toujours été un terrain d’affrontements entre différentes conceptions de l’architecture et du métier d’architecte. L’enseignement de la « construction » au sens large (structures, physique des matériaux, gestion de chantiers, etc.) semble avoir fait l’objet de débats virulents, aussi bien à l’intérieur de l’École que dans l’Administration ou la presse spécialisée. Pour de nombreux observateurs, seul le renforcement de cet enseignement permettrait d’améliorer la qualité de la production courante et d’enrayer le processus de déprofessionnalisation qui touche les architectes depuis le début de la Révolution industrielle. [le texte, accessible aux chercheurs de l’ANR EnsArchi uniquement, est disponible sur Huma-Num Sharedocs]



Citer ce billet
Pierre Maurer (2021, 21 janvier). Résumés des contributions de l’Axe 2 (séminaire n°3 du 23 novembre 2020). EnsArchi. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/of7u

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search