UP8. Pour une pédagogie de l’architecture

Dumont (Marie-Jeanne) et Perron (Antoine), UP8. Pour une pédagogie de l’architecture, Paris, coll. Arguments, Zeug/Énsa-PB, 2020, 320 p.

Ce livre est publié à l’occasion du cinquantenaire de l’Ensa Paris-Belleville, créée sous le nom d’UP8 en 1969. Dans une longue introduction de 80 pages, les auteurs retracent son évolution, de l’Atelier collégial 1, fondé par un groupe d’étudiants de l’atelier Arretche de l’École des beaux-arts en 1966, à l’UP8 en 1978. Sont ensuite présentés des textes dits fondateurs à cinq moments-clés : l’atelier Arretche ; l’atelier collégial 1 ; mai 68 ; la scission UP6-UP8 ; UP8. Dix de ces textes sont inédits, issus d’archives privées pour les premiers, et du fonds Huet conservé à l’école de Belleville pour les suivants ; les trois derniers sont des articles publiés en 1970, 1972 et 1978 dans la revue AMC. Des annexes fournissent des listes d’élèves et étudiants, d’enseignants (avec des lacunes annoncées, par exemple Jean-Claude Moreau pourtant cité n’y figure pas), de mémoires et recherches, ainsi que les effectifs étudiants jusqu’en 2001. Une riche iconographie, photographies des acteurs, planches de projets et maquettes, issues d’archives des élèves et des enseignants, contribue à argumenter le titre de l’ouvrage. 

La première partie, plus qu’une simple introduction, résume une histoire connue par le travail d’Éric Lengereau Histoire de l’Unité pédagogique n° 81. La rapporter ici rapidement, au risque de quelques imprécisions, s’avère nécessaire pour situer les textes qui suivront, dans un enchaînement d’évènements dont mai 68 n’en constitue qu’un parmi d’autres. Est bien sûr rappelé le rôle de Bernard Huet, figure tutélaire de l’école à laquelle Juliette Pommier consacre en parallèle un ouvrage2. L’accent est également mis sur la pédagogie du projet, révélée notamment grâce aux images des travaux des étudiants. La qualité des dessins et maquettes montrés prouve que l’enseignement ne négligeait pas la question de la représentation, tout en s’appuyant sur une méthodologie du projet qui visait à rationaliser la conception. La dimension expérimentale de l’enseignement est soulignée : elle disparait dès les années 70, quand il s’agit davantage de professionnaliser la formation. À la pluridisciplinarité et au basic design assuré avec la voisine et éphémère UERE (Unité d’enseignement et de recherche sur l’environnement — et non Institut de l’Environnement page 38) a été substitué le « projet urbain » fondé sur les recherches engagées par les enseignants. L’école devient très vite plurielle avec la constitution de groupes de différentes tendances, dont UNO, conduit par une autre grande figure, Henri Ciriani, arrivé en 1978.

Les textes réunis dans la seconde partie — qui auraient mérité de scander l’histoire de l’école pour que le lecteur ne soit pas contraint d’y revenir — étonnent par leur force. Le contexte politique y participe, présent en mémoire grâce à l’ouvrage de référence de Jean-Louis Violeau3. Les tracts des contestataires de l’atelier Arretche affichent une volonté de réforme de l’enseignement, visant au-delà celle de l’architecture et de la profession. Comme d’autres alors, ils voulaient rejoindre l’Université dont l’autonomie leur paraissait constituer un cadre favorable. Pour l’heure, l’Atelier collégial 1 préfigure un programme pédagogique qui sera développé à l’UP8 : la bibliographie « minimale » donnée par Huet montre à la fois le socle intellectuel revendiqué et l’ouverture disciplinaire. En 1968, le Rapport vert, « plate-forme de discussion, d’hypothèses d’enseignement, d’orientations politiques » — reproduit presque in extenso sur 70 pages du livre — constitue un argumentaire extrêmement détaillé en faveur d’une réforme sociale envisagée par l’équipe de Huet. Pour revenir à l’enseignement de l’architecture, l’éducation jusqu’au monde du travail et, en particulier, la profession d’architecte font l’objet d’une critique et de propositions argumentées. Le lecteur ne peut qu’être saisi par la cohérence du dispositif avancé et notamment par la vision, à la fois globale et précise, d’une formation à l’architecture entièrement repensée, fondée sur des travaux de référence (Jane Abercrombie, Paul Ritter, Wilhem Reich et Piotr Kropotkin, mais aussi Alex Osborn, Donald Phillips, William Gordon, Geoffrey Broadbent et Christopher Alexander). Il serait sans doute utile à tout enseignant et étudiant en architecture de lire aujourd’hui ce texte, ne serait-ce que pour mesurer la perte de la réflexion pédagogique, voire politique, autour et dans les écoles. L’enseignement se débattait aussi dans la presse, notamment la revue AMC, et UP8 y participait. Dans le numéro 16 de 1970 figure le premier programme, pensé en amont de façon théorique. A la suite de son application concrète, il a été notablement amendé dans sa version publiée en 1972. La recherche et l’« histoire critique » sont alors placées au fondement de l’enseignement qui conserve néanmoins une visée pratique. Pourtant, en 1978, alors qu’il voit la fin des expérimentations pédagogiques avec l’imminente loi d’Ornano, Huet manifeste une forme de désabusement dans son « Point de vue sur l’enseignement4 ». Dénonçant l’élitisme de la formation dans des UP où l’architecture aurait disparu, mais aussi dans les ateliers traditionnels revendiquant la « synthèse », il cherche à infléchir cette sélection sociale. Aussi recentre-t-il ses objectifs sur ce qui lui semble essentiel : l’acquisition d’un savoir architectural pour la qualité des espaces d’« objets banalisés » et d’un métier pour les architectes. Cet article, qui clôt le livre, s’achève sur un post-scriptum en demi-teintes : si une telle formation reste une « fiction » pour Huet, il nous dit cependant essayer de la faire devenir « réalité ». 

L’ouvrage raconte  plusieurs histoires avec celle des débuts d’UP8 : les espoirs d’une décennie pour réformer la pratique de l’architecture ; les expérimentations appuyées sur des références multidisciplinaires internationales quand enseignants et étudiants inventaient leur école ; l’engagement politique et pédagogique de Bernard Huet au centre de la création d’UP8 ; et le tournant qui s’opère quand la tutelle réduit peu à peu l’autonomie des écoles. Il est une étape de l’histoire de l’enseignement de l’architecture au XXe siècle et il est aussi précieux pour tous les acteurs des écoles d’architecture aujourd’hui : pourra-t-il nourrir et relancer un débat en leur sein ?

Recension par Anne Debarre



Citer ce billet
Anne DEBARRE (2020, 16 novembre). UP8. Pour une pédagogie de l’architecture. EnsArchi. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/of7l

  1. Éric Lengereau Histoire de l’Unité pédagogique n° 8. Berceau d’un renouveau, 1966-1978, mémoire soutenu à Paris 1 Panthéon Sorbonne, 1992. []
  2. Juliette Pommier, Huet. De l’architecture à la ville, une anthologie des écrits de Bernard Huet, Paris, coll. Arguments, Zeug/Énsa-PB, 2020, 504 p. Avant-propos de Jean-Louis Cohen. []
  3. Jean-Louis Violeau, Les architectes et Mai 68, Paris, éditions Recherches, 2005, 496 p. []
  4. A la demande de la rédaction d’AMC, Bernard Huet écrit ce « Point de vue sur l’enseignement », paru dans le n° 44 en février 1978, p. 52-59. Il suscite quelques « remous », plusieurs enseignants y répondent dans le numéro suivant. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search