Pour une histoire renouvelée des élèves. Vol. 1 et 2 (Histoire de l’éducation, n°150 et 151)

Condette (Jean-François), Castagnet-Lars (Véronique) (dir.),« Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe-XXIsiècles). Volume 1 : approches historiographiques », « Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe-XXsiècles). Volume 2 : sources et méthodes »,Histoire de l’éducation, n°150 et 151, 2018/2 et 2019/1, ENS Lyon, Institut Français de l’Education.

Les numéros 150 et 151 (2èmesemestre 2018 et 1ersemestre 2019), de la revue Histoire de l’éducationappellent les historien-ne-s de l’éducation à s’intéresser à l’histoire des élèves[1]. S’ils ne sont « pas ou plus les oubliés de l’histoire [2]» pour reprendre les termes des directeurs de publication, les études historiques ont souvent présenté l’élève comme un neutre, comme un objet quelque peu secondaire de la narration historique. Jean-Noël Luc repérait en 2005 que « l’histoire des élèves est un puzzle très inachevé[3] », Rebecca Rogers en 2007 notait la relative rareté de l’approche par les élèves[4].

L’ambiguïté des mots et donc de l’objet d’étude, l’importance numérique des représentations mémorielles dans la littérature ou les limites des archives administratives expliquent, pour les directeur-rice-s, la place en retrait de l’élève dans les analyses historiennes. Jean-François Condette demande alors : « Entre l’élève imaginé par le texte prescrit rédigé dans un bureau ministériel et l’élève reconstruit a posterioripar les récits de vie ou imaginé par le narrateur d’une construction littéraire, n’y-a-t-il pas de place pour l’élève réel, tel qu’il peut se laisser découvrir dans l’instantané d’une situation scolaire donnée ? L’élève est-il condamné à être un “presque oublié” de l’histoire parce qu’il serait un oublié des documents d’archives, composés par des adultes pour informer d’autres adultes et les aider à décider des réalités scolaires ?[5]».

Le premier volume, intitulé « Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe-XXIesiècles). Volume 1 : approches historiographiques » propose, sous la plume de huit auteur-e-s, de revenir sur la place accordée aux élèves dans l’historiographie française pour les périodes moderne (Véronique Castagnet-Lars) et contemporaine (Jean-François Condette) et dans l’historiographie internationale pour la période contemporaine en donnant la parole à des auteur-e-s de la communauté historienne aux Etats-Unis (Sébastien-Akira Alix), en Italie (Alberto Barausse, Carla Ghizzoni et Juri Meda) et dans trois pays de langue germanique (Thomas Ruoss et Philipp Eigenmann). Dans la continuité du premier numéro, le suivant présente cinq articles, couvrant une période étendue de l’Ancien Régime au second XXèmesiècle. En mettant en avant les dimensions méthodologiques pouvant mener à des études historiques dans lesquelles l’ « élève » est présent-e au premier plan du récit historique, ce deuxième numéro doit s’envisager comme l’illustration du premier. Si les cinq articles privilégient des sources archivistiques (Jean Le Bihan, Dominique Julia et Solenn Huitric), des sources imprimées (Pierre Caspard) et des enquêtes statistiques (Jean-Paul Caille et Jérôme Krop), les directeur-rice-s rappellent l’existence de plusieurs autres sources mobilisables pour éclairer l’histoire des élèves comme l’enquête orale ou l’usage des représentations iconographiques et filmiques.

 

Une définition de l’« élève » se dessine dès les bilans historiographiques et semble être l’enjeu principal de ce vaste chantier. En effet, avant de se pencher sur l’objet d’étude il paraît nécessaire d’accorder la communauté historienne sur sa définition. Pour Véronique Castagnet-Lars et Jean-François Condette, l’élève est ainsi « un enfant ou un adolescent [ils précisent exclure la formation des adultes, mais aussi celle des étudiant-e-s et des élèves des études supérieures universitaires], au masculin ou au féminin, engagé dans un processus de formation, qu’il soit intégré dans une structure scolaire, extrascolaire (éducation spécialisée, apprentissage, etc.) ou non institutionnelle, dans le cadre d’une éducation préceptoriale ou familiale[6]». La difficulté de dresser les limites de l’objet d’étude apparait à travers les variations apportées par les différent-e-s auteur-e-s du numéro : Thomas Ruoss et Philipp Eigenmann questionnent l’existence de « l’éducation tout au long de la vie[7] » ; Véronique Castagnet-Lars précise que deux groupes d’élèves ne doivent pas être oubliés dans le cadre d’une éducation domestique, les élèves placé-e-s sous la conduite de maître-sse-s privé-e-s et ceux, autodidactes, se formant totalement ou partiellement seul-e-s[8] ; Alix Sébastien-Akira souligne que le statut d’élève permet de différencier des enfants du même âge (ceux qui vont à l’école, ceux qui travaillent, ceux qui vivent dans les rues), mais aussi des moments de la vie du même enfant (les moments dédiés à l’école, ceux dédiés au jeu, à la famille)[9]; enfin Alberto Barausse, Carla Ghizzoni et Juri Meda s’interrogent sur la place à donner à l’histoire des « mauvais élèves » qui permettrait d’éclairer, en même temps que l’histoire de l’école, celle de l’anti-école[10].

À travers les quatre sphères géographiques présentées dans le numéro 150, trois moments semblent émerger pour le développement de l’histoire des élèves. Au cours des années 1960-1980, l’histoire sérielle a permis l’apparition de l’élève comme entité chiffrée. Si les statistiques ont permis de faire entrer l’élève numériquement dans les études en histoire de l’éducation, elles ont rapidement été remises en question[11]. François Huguet et Antoine Prost préviennent ainsi en 1986 « il n’est pas de statistique innocente : les façons de compter sont des façons de représenter le réel et donc de le construire. Ainsi sont-elles localisées et datées : historiques. En même temps qu’elles décrivent une situation objective, elles témoignent des intentions, des partis-pris de ceux qui les ont élaborées[12] ». Jean-François Condette ajoute « le lecteur, même averti, a tendance à considérer qu’une série chiffrée est immédiatement porteuse de sens alors que les problèmes méthodologiques sont multiples à la fois sur les moyens utilisés pour relever les effectifs mais aussi sur les critères retenus[13] ».

Au tournant des années 1980-1990, les questions socialement vives contribuent à orienter les regards des chercheur-e-s vers les acteur-rice-s et minorités.  Aux États-Unis, c’est justement par l’étude de fractions marginalisées de la population américaine que l’histoire des élèves a connu un développement important à partir des années 1990. Les expériences spécifiques de certain-e-s élèves, ou plutôt de certains groupes sociaux sont développées par les chercheur-e-s comme les expériences scolaires des Indiens-Américains, des Africains-Américains (Adams, 1995) ou encore des filles. En Italie, c’est à partir des années 1980 que l’élève commence à faire son apparition pour lui-elle-même dans les travaux des chercheur-e-s. Les travaux de Llaria Porciani et Simonetta Soldani ont notamment contribué à développer ces recherches sur les élèves en posant la question du genre et ont montré l’importance de l’école dans l’émancipation des femmes au XIXèmesiècle (Porciani, 1987 ; Soldani, 1989). En France, les historien-ne-s modernistes ont aussi cherché à cerner, avec précision, le comportement de l’élève surtout lorsqu’il était déviant grâce à la connaissance des sanctions et punitions prises par les autorités enseignantes. Mais ce sont aussi les compétences développées, la vie quotidienne et les parcours des élèves avec le passage de classe en classe qui ont intéressé la communauté scientifique (Julia, Frijhoff, 1975 ; Bisaro, 2010). En histoire contemporaine, quelques autres thématiques s’imposent ensuite, en particulier celles de l’étude du cadre disciplinaire et de la vie scolaire, des inégalités entre garçons et filles ou des savoirs. Toutefois les historien-ne-s se sont intéressé-e-s aux savoirs prescrits par les autorités et non aux savoirs réels des élèves. C’est une distinction importante qui semble seulement émerger depuis l’intervention de Simone Lässig à l’occasion du colloque Zentrum Geschichte des Wissens de l’université et école polytechnique fédérale de Zurich en 2017 alors qu’elle appelait à la nécessaire distinction méthodologique entre le savoir sur les enfants, le savoir pour les enfants et le savoir des enfants.

Enfin, si les dernières années ont été touchées par l’appel à la fabrication d’une histoire « par le bas », la faible présence des élèves en histoire de l’éducation est toutefois encore à regretter. À ce titre, a récemment été publié, en Italie, un dictionnaire biographique de l’éducation couvrant la période de 1800 à 2000 (Chiosso, Sani, 2013). S’il inventorie grâce à 2345 notices biographiques les éducateur-rice-s, hommes et femmes politiques, administrateur-rice-s, intellectuel-le-s et bienfaiteur-rice-s qui se sont distingué-e-s dans ce secteur, les élèves en sont les grand-e-s absent-e-s. Dans le monde germanophone aussi, encore aujourd’hui, l’élève peine à exister dans les travaux et reste un objet historique, comme le montre une simple analyse de L’Historisches Worterbuch der Padagogik (Benner, Oelkers, 2014) dans lequel aucune entrée spécifique n’est réservée à l’élève. Des recherches récentes, comme celle d’Anna Lehninger qui s’est, par exemple, penchée en 2015 sur les concours de dessin pour enfants en Suisse[14], et les articles réunis dans le numéro 151 de la revue Histoire de l’éducation prouvent toutefois que l’élève peut être au centre des recherches.

Pour les historien-ne-s de l’éducation, il s’agit alors d’étudier « l’élève […] en lui-même et pour lui-même, avec son vécu, ses perceptions, ses revendications et ses engagements[15] », de voir l’élève en action, qui travaille, qui fait ses devoirs, qui est évalué-e, qui écrit, qui lit, qui calcule ou qui dessine, parmi d’autres activités possibles. Mais les directeur-rice-s rappellent que l’enjeux est aussi de s’intéresser à l’élève qui mange, qui dort, qui se lave dans des espaces spécifiques plus ou moins aménagés à cet effet, qui s’amuse, qui rêve, qui prie ou qui complote. Les relations, entre l’élève et le maître ou la maîtresse, sont importantes, mais ce sont aussi les relations entre les élèves qui restent à écrire[16]. Toutefois, le numéro 151 rappelle que si les sources pour étudier l’histoire des élèves existent, elles sont généralement éclatées, lacunaires ou indirectes et un constat amer apparaît rapidement : « « l’élève » se dérobe dans les sources, […] il est évoqué partout mais présent spécifiquement nulle part[17]». Seule la rigueur méthodologique peut permettre de dépasser les premières difficultés inhérentes aux sources : l’importance de prendre en considération la nature précise des documents utilisés et la nécessité de confronter des sources multiples sont ainsi rappelées par les directeur-rice-s de publication.

 

Les questionnements soulevés par les historien-ne-s de l’éducation peuvent trouver écho dans le domaine de l’histoire de l’enseignement de l’architecture. En France, les programmes de recherche HEnsa20 dirigé par Anne-Marie Châtelet, Marie-Jeanne Dumont et Daniel Le Couédic, et le plus récent intitulé EnsArchi subventionné par l’ANR et coordonné par Anne-Marie Châtelet s’intéressent, entre autres thématiques, à l’écriture de l’histoire des élèves architectes. Le 6èmeséminaire HEnsA20 (Rouen, mai 2019) a été intitulé « Socio-histoire de l’enseignement de l’architecture : élèves, étudiants et étudiantes ; patrons, enseignants et enseignantes » et le programme de recherche EnsArchi comporte un axe intitulé « Élèves, étudiantes et étudiants, enseignantes et enseignants » et souhaite « écrire une histoire sensible aux actrices et acteurs, évaluer de quelle manière ce groupe a évolué en termes de formation, de sexe, de classe sociale, mais également d’origine géographique et ethnique » en menant des recherches de façon à la fois quantitative et qualitative tout en variant les échelles d’analyse. À travers plusieurs entrées[18]des recherches récentes et thèses en cours entrent également dans cette démarche et éclairent la position, le statut, les caractères de l’élève architecte aux XIXèmeet XXèmesiècles. La plupart de ces travaux prennent place à la suite de la constitution d’un outil précieux qui s’intéresse directement aux élèves architectes : le dictionnaire en ligne des élèves de l’École des beaux-arts de 1800 à 1968 réalisé sous la direction de Marie-Laure Crosnier-Leconte et mis en ligne en 2014.

Si les sources et questionnements peuvent trouver des correspondances entre les deux champs de recherche – celui de l’histoire de l’éducation et celui de l’histoire de l’enseignement de l’architecture – la définition de l’« élève » n’a pour le moment pas été posée du côté de l’enseignement de l’architecture. Si elle tend toutefois à employer le terme d’« élève » pour la période avant 1968 et celui d’ « étudiant-e » pour la période suivante, les termes appellent à être plus précisément définis. Ainsi, quelle définition donner à l’« élève, étudiant-e architecte » ? L’est-il-elle seulement entre les murs d’une école ? L’est-t-il-elle également dans l’atelier ou agence d’un-e architecte plus expérimenté-e ? Avant 1968, l’atelier et l’agence jouent-ils le même rôle formateur ? Alors que la formation d’architecte n’avaient jusqu’à tard dans l’histoire pas de début – la formation débutant avant l’admission à l’école – et pas de fin – aucun diplôme obligatoire ne mettant fin aux études – comment définir la temporalité de la période d’« élévation » de l’individu ? Aussi, quelle place donner à la formation tout au long de la vie ? à l’autodidaxie ? et aux architectes s’autoproclamant – ou proclamé-e-s par l’historiographie – « élève de » sans pour autant avoir fréquenté un enseignement du maître supposé ou de la maîtresse supposée dans un cadre scolaire ? Les Journées d’étude Les élèves d’Eugène Viollet-le-Duc organisées à Paris les 20 et 21 février 2020, ont permis d’aborder ces questionnements. Les définitions multiples données au terme d’ « élève » sont apparues progressivement au cours des communications et Viviane Delpech, dans une riche conclusion, a finalement appelé à fixer une terminologie précise du terme, très largement employé dans le domaine de l’histoire de l’architecture. Ainsi, l’ « élève », s’il n’a pas suivi un enseignement du maître, pourrait parfois plus justement être défini-e comme un-e héritier-ière, un-e disciple, un-e émule, un-e apprenti-e, un-e partisan-ne, un-e adepte ou encore un-e continuateur-rice.

Recension par Florence Lafourcade

[1]Les deux numéros de la revue se placent dans la continuité d’un vaste chantier de recherche intitulé « Pour une histoire renouvelée des élèves » lancé par le Centre de recherche et d’études histoire et sociétés en 2016. Ce programme de recherche a permis d’octobre 2016 à octobre 2018 l’organisation de six journées d’études au cours desquelles ont été entendus 52 contributions qui seront pour les meilleures d’entre-elles prochainement publiées.

[2]Condette (Jean-François), Castagnet-Lars (Véronique), « Pour une histoire renouvelée des élèves : placer l’élève au centre des analyses historiennes ? », Histoire de l’éducation, n°150, 2018/2, p.10.

[3]Luc (Jean-Noël), « À la recherche du « tout puissant empire du milieu ». L’histoire des lycées et leur historiographie du Second Empire au début du XXIème siècle », in Caspard (Pierre), Luc (Jean-Noël), Savoie (Philippe) (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes : deux siècles d’histoire, Lyon, INRP, 2005, p.39.

[4]Rogers (Rebecca), « L’éducation des filles : un siècle et demi d’historiographie », Histoire de l’éducation, n° 115-116, 2007, p.37-79.

[5]Condette (Jean-François), « Pour une histoire renouvelée des élèves (France, XIXème-XXIèmesiècles) Bilan historiographique et pistes de recherche », Histoire de l’éducation, n°150, 2018/2, p.74.

[6]Condette (Jean-François), Castagnet-Lars (Véronique), « Pour une histoire renouvelée des élèves : placer l’élève au centre des analyses historiennes ? », Histoire de l’éducation, n°150, 2018/2, p.14.

[7]Ruoss (Thomas), Eigenmann (Philipp), « Les élèves, des acteurs en marge de l’histoire de l’éducation dans le monde germanophone (XIXe-XXesiècles) », Histoire de l’éducation, n°150, 2018/2, p.153.

[8]Castagnet-Lars (Véronique), « L’histoire des élèves en France du XVIeau XVIIIesiècle : des acteurs dans l’ombre des institutions scolaires », Histoire de l’éducation, n°150, 2018/2, p.56.

[9]Alix (Sébastien-Akira), « L’histoire des élèves aux Etats-Unis (XIXesiècle-première moitié du XXesiècle) : enjeux et perspectives d’un sous-ensemble historiographique en expansion », Histoire de l’éducation, n°150, 2018/2, p.173-174.

[10]Barausse (Alberto), Ghizzoni (Carla), Meda (Juri), « Écrire l’histoire des élèves en Italie aux XIXeet XXesiècles», Histoire de l’éducation, n°150, 2018/2, p.138.

[11]Elles connaissent aujourd’hui un regain d’intérêt. En Suisse, par exemple, un projet de publication des statistiques historiques sur l’éducation est en cours depuis 2010.

[12]Huguet (Françoise), Prost (Antoine), « Statistiques de l’enseignement élémentaire (1829-1985) », in Briand (Jean-Pierre), Chapoulie (Jean-Michel), Huguet (Françoise), Luc (Jean-Noël), Prost (Antoine), L’enseignement primaire et ses extensions. Annuaire statistique (19e-20esiècles). Écoles maternelles, primaires, primaires supérieures et professionnelles, Paris, Economica-INRP, 1987, p.103.

[13]Condette (Jean-François), « Pour une histoire renouvelée des élèves (France, XIXème-XXIèmesiècles) Bilan historiographique et pistes de recherche », Histoire de l’éducation, n°150, 2018/2, p.88.

[14]Lehninger (Anna), Vor-Bilder. Nach-Bilder. Zeit-Bilder. Kommerzielle Zeichenwettbewerbe für Kinder in der Schweiz 1935-1985, Zürich, Chronos, 2015.

[15]Ruoss (Thomas), Eigenmann (Philipp), « Les élèves, des acteurs en marge de l’histoire de l’éducation dans le monde germanophone (XIXe-XXesiècles) », Histoire de l’éducation, n°150, 2018/2, p.169.

[16]Condette (Jean-François), Castagnet-Lars (Véronique), « Pour une histoire renouvelée des élèves : placer l’élève au centre des analyses historiennes ? », Histoire de l’éducation, n°150, 2018/2, p.27.

[17]Condette (Jean-François), Castagnet-Lars (Véronique), « Écrire l’histoire des élèves : problèmes de sources et de méthodes », Histoire de l’éducation, n°151, 2019/1, p.12.

[18]La définition d’un groupe d’élèves réuni autour d’un maître ou d’une récompense (Garric, Crosnier-Leconte, 2017 ; Martinon 2003), le genre et la place des femmes (Bouysse Mesnage), les élèves étrangers (Aymard), les élèves d’un même établissement (Diener, Lafourcade) ou d’une même association (Comte).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Florence Lafourcade (14 avril 2020). Pour une histoire renouvelée des élèves. Vol. 1 et 2 (Histoire de l’éducation, n°150 et 151). EnsArchi. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/of73


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search